Coupe de France-32e : Koukou  exclu,  Lens passe

En manque de temps de jeu en Ligue 2, où il n’est apparu que 8 fois cette saison, le milieu défensif béninois Djiman Koukou (26 ans) était titulaire avec Lens qui a battu  2-0,  Metz (Ligue 1 ) hier en 32e de finale de coupe de France.  Pourtant auteur d’un bon match , l’ancien niortais va pâlir sa copie puisqu’il sera exclu à la 84e minute pour un geste non maîtrisé sur Mollet.

Lens affrontera les amateurs de Bergerac (CFA) lors 16e de finale.

Géraud Viwami

France-Ligue 2 : C’est la rentrée pour nos internationaux


La saison 2016-2017 de Ligue 2 française sera lancée ce soir avec pas de moins de huit joueurs béninois dont six internationaux.Focus.

Saturnin Allagbé, 22 ans, Niort (photo) : l’heure de vérité

Présenté comme le successeur de Paul Delecroix (parti à Lorient cet été) dès son arrivée au club à l’été 2014, il a eu le temps d’apprendre avec la réserve des chamois avant d’être lancé dans le grand bain de la Ligue 2 en fin de saison dernière. L’ancien gardien de l’Aspac a rendu des copies très correctes et a même été l’un des héros du maintien du club in extrémis grâce à ses cinq apparitions réussies sur les cinq derniers matches de la saison. Il avait réussi à garder ses buts inviolés sur ses deux premières apparitions et nommé dans l’équipe type de la 34e journée pour ses débuts contre Red Star. Il ne pouvait pas rêver mieux. Installé comme numéro un lors de la préparation estivale, le gardien des Ecureuils devrait occuper le poste dans la hiérarchie. Convaincant en matches amicaux à l’image de son dernier match contre Tours. Le champion du Bénin affiche une marge de progression très intéressante qu’il devra démontrer tout au long de la saison c’est bel et bien l’heure de la vérité pour ce grand espoir du football béninois.

Fabien Farnolle, 31 ans, Le Havre : presque plus rien à rien prouver

Avec 143 apparitions en cinq saisons complètes en Ligue 2, le gardien respire confiance et expérience à la fois. Après une année galère, il s’est formidablement relancé la saison écoulée dans les buts du Havre. Avec 12 matches sans encaisser sur 34 apparitions il a été l’un des hommes forts de la belle saison du club normand qui est monté sur le podium à plusieurs reprises et a longtemps cru à un retour en Ligue 1. Cadre respecté dans le vestiaire, l’habituel numéro un des Ecureuils n’a presque plus rien n’à prouver dans l’antichambre de l’élite française si ce n’est peut être mener son club à une promotion.

Khaled Adénon, 31 ans, Amiens : que du bonheur

Il a réussi un retour incroyable sur le devant de la scène après sa suspension par la Fifa en 2012. Patient et travailleur, le défenseur s’est reconstruit après deux saisons de haute facture en National. Recruté l’été dernier par Amiens, l’ancien pensionnaire de l’Asec Mimosas s’est vu confié le brassard de capitaine et il va mener son équipe à la montée. Régulier dans ses performances et guide pour les jeunes du groupe, il s’est aussi mué en sauveur en inscrivant des buts décisifs dont celui de la montée lors de la dernière journée de National la saison dernière contre Belfort (1-0). Il termine la saison avec 4 réalisations son meilleur total en club sur une saison. Le défenseur des Ecureuils retrouvera au Stade de la Licorne une division qu’il connait pour y avoir disputé déjà 91 rencontres avec Bastia et Lemans. Le trentenaire savoure ce retour au premier plan.

David Djigla, 20 ans, Niort : monté en régime

En manque de temps de jeu et surtout de confiance à Bordeaux, il a fait le choix de redescendre d’un cran pour s’aguerrir à Niort. Ailier rapide et dribleur il a réussi avec brio plusieurs entrées en jeu folles la saison dernière. Il ne lui faut pas grand-chose pour percer si ce n’est la régularité et la capacité à faire davantage la différence dans le camp adverse. Pour une première saison complète dans le circuit professionnel, l’ancien pensionnaire de l’Union Sportive de la Plage à Cotonou a été titularisé à 16 reprises sur ses 31 apparitions. Il doit notamment améliorer ses stats, un petit but seulement pour trois passes décisives. Vu son talent, le numéro 7 des Chamois doit clairement monter en régime cette saison pour ne pas être un « éternel espoir » une montée en régime est attendue cette saison pour ce gamin qui fêtera ses 21 ans le 23 aout prochain.

Djiman Koukou, 26 ans, Lens : un nouveau combat

Après trois saisons et demie à Niort, le «gladiateur » a rejoint librement Lens cet été. Son expérience (117 matches de Ligue 2) a séduit les nordistes qui jouent clairement les premiers rôles dans le championnat. Relégué il y a deux saisons le club veut retrouver l’élite que rêve de découvrir, l’ancien milieu de Créteil. Sa puissance et son impressionnant physique peuvent rendre bien des services au sang et or. Arrivé dans un l’un des clubs les plus populaires de France, il a une place à gagner dans le onze d’Alain Casanova et surtout une réputation de monstre récupérateur à confirmer. Son passeport pour l’élite se trouve dans ses crampons. Et pour l’anecdote il jouera peut être son premier match sous ses nouvelles couleurs à René Gaillard contre son tout nouveau ancien club.

David Kiki, 22 ans, Niort : un cap à passer

Recruté en provenance de Belfort, club amateur qui venait de monter en National, l’arrière gauche a connu une saison dernière à grande vitesse. Devenu titulaire indiscutable et nouveau chouchou du public avec la sélection nationale, le joueur formé à l’Académie France Benin Football a fait pareil en club. Même si les chamois ont lutté jusqu’à l’ultime journée pour se maintenir en Ligue 2, même s’il a été peu utilisé en fin de saison, il n’en demeure pas moins que pour son baptême de feu en division professionnelle le gaucher a montré de belles choses. Un petit but à mettre à son actif et un casier vierge passe décisive qui fait tâche. Il doit aussi progresser sur le plan défensif notamment mais avec 25 matches disputés lors de l’exercice précédent il devait pourvoir passer un cap cette année.

Jonathan Tinhan, 27 ans, Amiens : tout à prouver

Champion de France en 2012 avec Montpellier, il a mis plus de temps que prévu à percer. C’est en National sous le maillot d’Amiens la saison écoulée que le milieu offensif formé à Grenoble va enfin exploser. Replacé dans un rôle axial en attaque, le natif d’Echirolles porte son équipe avec 13 buts, il termine comme meilleur artificier de son club qui accroche le dernier billet pour la Ligue 2. Une division qu’il avait déjà connu à Grenoble puis à Arles (34 matches joués) . Il l’abordera cet été dans l’état d’esprit d’un joueur en confiance qui tout à prouver, il est tant pour lui de faire son trou à un niveau nettement plus élevé.

Cédric Hounondji , 22 ans , Gazélec Ajaccio : en pleine ascension

Il fait le choix de la continuité en signant au Gazélec Ajaccio après deux saisons régulières en prêt à Châteauroux puis à Auxerre. Le défenseur a quitté Rennes son club formateur pour se faire un nom en corse. Fraichement relégué en Ligue 2, le Gaz a misé sur l’expérience du franco-béninois qui va enchainer une troisième saison d’affilée dans la division. En nette progression, ce gaillard d’un mètre 94 sera l’un des piliers de la défense corse sous les ordres Jean Luc Vannuchi qui était déjà son entraîneur à Auxerre la saison écoulée. Buteur en match amical, l’ancien rennais semble déjà avoir pris ses repères, on aura le temps de vérifier lors de la réception de Brest ce soir pour la journée inaugurale.

Géraud Viwami

RC Lens: Koukou  » l’objectif est très clair: la montée »

En fin de contrat à Niort cet été , Djiman Koukou a rejoint gratuitement Lens. Le milieu défensif pour ses débuts officiels en Ligue 2 francaise va affronter les chamois qu’il connait. Avant ces retrouvailles qui lanceront la saison, Koukou a accordé un entretien au site officiel des chamois niortains. Contenu

le hasard du calendrier fait que tu reviens à Niort pour y rencontrer ton ancien club lors de la première journée. A quoi vas-tu penser en pénétrant sur la pelouse?

J’ai gardé de très bons souvenirs de Niort. De la ville, du club jusqu’aux joueurs. J’y ai passé de très bons moments. Avec bien sûr des hauts et des bas mais en m’imprégnant surtout de la culture qui règne au sein de cette équipe modeste qui a toujours su se serrer les coudes, s’accepter et se mobiliser pour se sortir des épreuves aussi difficiles qu’elles soient.

Tu débarques à Lens, un club d’une autre dimension. Où se situent les plus grosses différences?

Le RC Lens est un grand club en France, avec une très belle histoire et de grandes ambitions. C’est un club qui a tout pour être avec les meilleurs de Ligue 1, à commencer par un public extraordinaire qui constitue une vraie arme pour son équipe. Toute la ville ne vit que pour le football. Aujourd’hui elle n’est pas à sa juste place et l’objectif est très clair: la montée. Le club s’en donne tous les moyens possibles.

L’attente doit être grande du côté des supporters et du staff.

Ici le public est très exigeant. Autant faire de très belles performances en début de saison pour en faire une grande force, plutôt que de se le mettre à dos. Il faut tout donner dès les premiers matchs pour haranguer les supporters qui eux ne lâchent rien. On a un staff de qualité et d’expérience. Un collège d’entraîneurs avec à sa tête Alain Casanova, intransigeant et qui ne rigole pas avec le travail.

Lens et Niort ont-ils les moyens de leurs ambitions?

Le RC Lens a des joueurs de qualité et d’expérience de la Ligue 2 comme de la Ligue 1. J’ai vraiment confiance en ce groupe jeune et mature à la fois, et j’ai vraiment la foi pour atteindre la montée. Pour cela il faut gagner des matchs chaque week-end, à commencer par le premier. Quant aux Chamois je ne connais pas vraiment leurs objectifs pour cette saison. Mais je sais qu’ils ont un bon groupe et je ne doute pas qu’ils puissent faire une belle saison. Ils auront leur mot à dire.

A quel type de rencontre t’attends-tu vendredi soir?

A un premier match qui à mon avis ne sera pas très ouvert. Ce sera sans doute physique avec la plupart du temps des contacts dans l’entrejeu. La fluidité viendra au fur et à mesure de l’avancée du match.

Propos recueillis par Bruno AHIME Pour Chamoisniortais.fr

Amical: un nul de prestige pour Koukou et Lens face à Arsenal

Le RC Lens peaufine sa préparation en vue de la prochaine saison de Ligue 2 française , les nordistes ont acceuilli ce soir Arsenal , vice-champion d’Angleterre dans un match amical de gala. La recrue béninoise des nordistes Djiman Koukou est entré en jeu à la 80e minute. Ce match de nul de prestige s’est achevé par un match nul 1-1 dans lequel , les coéquipiers de Koukou ont laissé une bonne impression même à Arsène Wenger.
Géraud Viwami

Journal des transferts : prolongation pour Poté , Dossou vers un retour en première division autrichienne, Strasbourg pense à Koukou, des offres du golf pour Bessan et Trabzonspor rêve de Gounongbé.

Suivez en exclusivité sur Bjfoot.com, l’actualité des transferts des joueurs béninois durant tout le mercato estival. Chaque vendredi nous vous proposons les dernières informations sur les mouvements des joueurs béninois. Cette semaine à la une : Michael Poté a prolongé son contrat d’une année et restera lié à l’Adana Demirspor jusqu’en 2018. Jodel Dossou serait sur les tablettes de plusieurs clubs de première division autrichienne. Fraichement promu en Ligue 2 Strasbourg penserait à Koukou pour renforcer son milieu. Jacques Bessan aurait reçu des offres de clubs saoudiens. Enfin Trabzonspor rêve d’enrôler Frédéric Gounongbé ;

Poté prolonge avec l’Adana Dermirspor

Michael Poté (31 ans,photo) est parti pour rester avec l’Adana Demirspor en deuxième division turque. Auteur de 25 buts en championnat en 2015-2016, l’attaquant vient de prolonger son contrat d’une année. Il est désormais lié au club jusqu’en 2018. L’Adana Dermispor avait manqué de peu sa promotion en première division après son échec en finale des Play Off , le club pourra compter sur son buteur la saison prochaine. A en croire un proche du joueur qui s’est offert une jolie revalorisation salariale, l’ancien niçois « se sent bien en Turquie ».

Dossou vers un retour en première division autrichienne

Annoncé en Serie A où la Sampdoria serait prêt à miser sur lui, Jodel Dossou (24 ans) pourrait bien reste en Autriche. En effet, plusieurs médias autrichiens ont révélés cette semaine que l’ailier intéressait quelques clubs de première division autrichienne. Après sa courte expérience au Red Bull Salzbourg, Dossou pourrait bientôt faire ses preuves dans l’élite autrichienne après une saison très convaincante en deuxième division sous le maillot de l’Austria Lustenau. Le club qui l’avait recruté librement l’été dernier va toucher un bon chèque pour laisser filer l’international béninois.

Strasbourg sur Koukou ?

Libre de s’engager avec le club de son choix, Djiman Koukou (26 ans) est à la recherche d’un nouveau challenge après trois saisons et demi à Niort en Ligue 2. Son expérience dans l’antichambre de l’élite française semble plaire à un promu. Selon les rumeurs le RC Strasbourg espère convaincre l’ancien joueur de Soleil pour renforcer son entrejeu la saison prochaine.

Des offres saoudiennes pour Bessan

Son nom circule partout puisqu’il affole les recruteurs, deuxième meilleur buteur du championnat tunisien avec 12 réalisations avec Gafsa , Jacques Bessan (23 ans) a de nouveaux prétendants. Deux clubs saoudiens auraient déjà formulés des offres pour l’attaquant des Ecureuils qui n’a visiblement pas encore choisit son futur club. Bessan avait déjà failli rejoindre l’Arabie Saoudite en janvier 2015, pas étonnant que les clubs reviennent à la charge après sa belle saison.

Trabzonspor rêve de Gounongbé

Auteur de 13 buts avec Westerlo en division belge la saison écoulée, Frédéric Gounongbé (28 ans) a une belle côte en Turquie. Après Bursaspor, Trabzonspor aussi veut enrôler le buteur international béninois. Libre de tout contrat, l’attaquant béninois serait en discussions avancées avec son futur club mais il ne devrait pas prendre la direction de la Turquie selon nos informations.

Géraud Viwami

Niort: Koukou « nous ne sommes pas à notre juste place »

Avant la réception de Lens demain soir pour le compte de la 33e  journée de Ligue 2 française, le milieu défensif des chamois  niortais  Djiman Koukou a accordé un entretien au site officiel de son club. L’international béninois parle du duel de demain soir et de la situation délicate du club actuel 17e du championnat.

Djiman bonjour. Vous restez sur deux défaites consécutives à Ajaccio puis à Metz, le moral est-il atteint?


Il n’est pas au top, forcément. Maintenant, est-ce qu’il faut rester dans la négativité? Je ne crois pas que ce soit la solution. Il faut tout de suite se remobiliser et aller chercher des résultats afin de sortir de cette situation.

Qu’est-ce qui a changé pour vous les joueurs, avec ce changement d’entraîneur?
Rien en particulier. L’entraîneur a changé, mais le groupe reste concerné et mobilisé. Les résultats ne suivent pas, mais au niveau du travail tout se passe très bien.

Comment gérez-vous cette dernière ligne droite, avec seulement un petit point d’avance sur Sochaux (premier relégable)?
Nous, on ne regarde pas forcément derrière. On est toujours confiants et sûrs de pouvoir faire quelque chose pour nous sauver. C’est par l’abnégation, le travail et un gros mental qu’il faut continuer à avancer. On va faire en sorte d’obtenir les points nécessaires rapidement.

Ressentez-vous une pression particulière avant d’entrer sur le terrain?
Bien sûr, elle est présente, il ne faut pas se voiler la face. Peut-être est-ce justement cette pression qui va nous pousser à mieux faire. Elle peut être la force de nos victoires prochaines.

Lens reste en course pour la montée. A quel type de match t’attends-tu?
On  n’a pas encore fait de performance face aux grosses écuries. Avoir la chance à six journées de la fin de recevoir un prétendant à la montée, je pense que c’est le meilleur des challenges pour nous. Il s’agit d’une grosse source de motivation. On va mettre tous les ingrédients nécessaires pour venir à bout de cette équipe et montrer encore une fois que e dans ce championnat de Ligue 2 .

Au match aller vous aviez ramené un nul. Quels souvenirs en gardes-tu?
David Kiki qui marque un but tôt, qui nous a fait beaucoup de bien. Mais on n’avait pas su bien gérer derrière, nous montrer solides au moment où il le fallait. C’est à l’image de toute notre saison. On n’arrive pas à faire mal à l’adversaire. Aujourd’hui on doit plus que jamais se montrer forts et capables de rivaliser au niveau du jeu avec n’importe quelle équipe.

Sur quoi devez-vous vous concentrer pour battre Lens?
Avant tout la force du groupe. Notre caractère et notre conviction n’ont pas été assez récompensés depuis le début de la saison.

 

Propos recueilis par Bruno AHIME pour chamoisniortais.fr

France-L2-J9 : Un bijou signé Koukou !

Sauveur lors de la 3e journée grâce à son but en fin de match, qui avait permis aux chamois de décrocher leur premier point de la saison contre Evian, Djiman Koukou a remis ça ce soir. Niort recevait Clermont pour le compte de la 9e journée de Ligue 2 française et il a été encore buteur. Menés depuis la 70e minute, les chamois peuvent remercier le milieu international béninois qui égalise à la 88e minute d’une superbe frappe des 20 mètres. Un petit bijou. Score final 1-1. Auteur de son deuxième de la saison, l’ancien cristolien vient de battre son record personnel sur une saison qui était bloqué à une réalisation. Au classement Niort est 17e avec 8 points.

Géraud Viwami

Tour du mercato: chamois made in Benin !

Le marché des transferts est officiellement fermé partout, Bjfoot.com vous propose un point exceptionnel de tous les mouvements des joueurs béninois durant cet été. Des gros coups aux plus petits nous avons tout recensé à travers sept sujets d’exception pour vous jusqu’au dimanche prochain. Notre deuxième sujet sera consacré aux quatre internationaux béninois de Niort dont deux sont arrivés cet été.

Cela ne pouvait pas passer inaperçu puisque c’est une grande première dans l’histoire du football béninois d’avoir quatre internationaux béninois dans une même équipe en Europe.
Niort peut presque se vanter de sa colonie béninoise. En déplacement Brest, pour le compte de la 8e journée de Ligue 2 française, ce soir après sa première victoire obtenue vendredi dernier contre Nîmes, seul Djigla (20 ans) blessé à la tempe est absent. L’incontestable Djiman Koukou (24 ans), l’apprenti Saturnin Allagbé(22 ans) et le surprenant David Kiki (21 ans) seront tous seront présents.

Les nouveaux !

Régulier en CFA avec Belfort où il venait de monter en National la saison dernière, l’arrière gauche David Kiki va changer de cap cet été. Après ses débuts internationaux avec les Ecureuils, quelques semaines plus tard il signe son premier contrat professionnel avec Niort de deux ans. Sa période d’adaptation terminée, depuis la 4e journée, il est titulaire sur le coté gauche de la défense chamois et devient de plus en plus en convaincant après quatre apparitions d’affilée.

C’est le dernier arrivé avec un esprit de revanche. Après deux années en réserve avec Bordeaux, l’ailier David Djigla libéré de sa dernière année de contrat par les girondins va redescendre d’une division pour faire ses preuves et surtout lancer enfin sa prometteuse carrière. Avec son maillot floqué du numéro 7, il a déjà fait cinq apparitions cette saison sans marquer. Il prend toujours ses marques. Touché à la tempe contre le Mali à Cotonou, il devrait être indisponible minimum quatre semaines en plus.

René Gaillard est habitué à voir ses noms béninois fouler sa pelouse chaque week-end.Niort n’a disputé aucun match cette saison sans aligner un béninois. Djigla, Koukou et Kiki ont déjà été aligné ensembles. Seul Allagbé, régulièrement convoqué mais toujours sur le banc, attend ses débuts officiels.


Les anciens

Expérimenté de ses 80 matches disputés avec les chamois Ligue 2 , il est plus qu’un titulaire mais un cadre.
Djiman Koukou, premier arrivé en janvier 2012, en nette progression, il devrait viser plus haut puisque c’est sa dernière année de contrat.

Jeune gardien prometteur au Bénin et régulier dans le sillage des Ecureuils, Allagbé a été le deuxième à rejoindre les chamois l’été dernier. Actuel gardien remplaçant en équipe première, Il a encore deux ans de bail. Après une saison satisfaisante avec la réserve. Il attend toujours de faire ses débuts professionnels dans les cages niortaises.


Géraud Viwami

Photo: Allagbé , en jaune debout. Accroupi de la gauche vers la droite, David Kiki et David Djigla.

France/L2-J3: Koukou arrache le premier point de Niort !

Habituellement utile à la récupération Djiman Koukou, titulaire, a été bien plus décisif pour les Chamois Niortais qui accueillaient Sochaux à l’occasion de la troisième journée de Ligue 2, ce soir. Menés depuis la 12e minute sur un but de Toko Ekambi , les chamois peuvent remercier l’international béninois qui a égalisé à la 85e minute. Il a bien repris de la tête un coup franc tiré par Roye, son premier but de la saison et son deuxième sous le maillot niortais. Un point qui fait du bien à une équipe qui venait d’enchaîner deux défaites lors des deux premières journées et une élimination en Coupe de la Ligue , mardi dernier contre Sochaux justement. Malgré ce premier point Niort est 19e et relégable. Quant aux autres béninois , David Djigla est entré en jeu à la 62e minute , Saturnin Allagbé était sur le banc et David Kiki n’était pas dans le groupe.
Géraud Viwami

@Photo du site officiel des Chamois Niortais

Niort : L’inamovible, le patient, le challenger et le joker !


La colonie béninoise est forte à Niort (France-Ligue 2), quatre internationaux évoluent désormais chez les chamois. Mais ils ont tous des statuts différents dans l’effectif en ce début de saison. En déplacement ce soir à Dijon pour le compte de la deuxième journée de Ligue2, trois d’entre eux sont dans le groupe. Décryptage.

Koukou, l’inamovible

C’est le plus ancien des quatre, présent au club depuis janvier 2012, Djiman Koukou (24 ans) est l’un des cadres du système de jeu du coach Régis Brouard. En 80 apparitions en deux saisons et demie, son impact physique et sa détermination sont devenus vitales pour l’équipe. Titulaire à l’occasion de la première journée vendredi dernier, sauf cataclysme, il est intouchable dans le onze type et ça devrait être ainsi jusqu’au soir de la 38e journée. Inamovible.

Allagbé, le patient

16 matches sans encaisser avec la réserve, sacrée championne avec une promotion en CFA 2 à la clé, Saturnin Allagbé (22 ans, photo) a bien réussi son adaptation pour sa première saison en France. Sa progression est logiquement récompensée cette saison, il a un nouveau statut celui de numéro 2 derrière Delecroix, le titulaire. Il profite notamment du départ de Roche, l’ancien numéro 2 à la retraite. Et il a tronqué son dossard 40 de débutant contre le 16. Dans un nouveau rôle où il devra être patient pour gratter quelques matches officiels en Ligue 2 en cas de blessures ou de suspension de Delecroix. Il devrait débuter les matches de coupe. Premier test mardi prochain contre Sochaux en coupe de la ligue. Encore lié aux Chamois pour deux ans, il faudra être patient pour lui. Il était sur le banc vendredi passé et ce sera encore le cas ce soir.

Djigla, le challenger

Annoncé comme un grand espoir du football béninois, David Djigla (19 ans) a galéré pendant deux saisons à Bordeaux où il passé le clair de son temps avec la réserve. Il n’a disputé que quelques minutes contre Nice en Ligue 1 en janvier dernier. Son unique apparition avec les pros. Libéré de sa dernière année contractuelle, il est arrivé à Niort dans la peau d’un revanchard. Rapide et dribleur, il prouvé sa faim en signant un doublé pendant la préparation contre Luçon. Remplaçant avec son maillot numéro 7 contre Valenciennes (J1), il est entré en jeu à la 62e minute. Présent dans le groupe, ce soir à Dijon, il va certainement jouer mais il doit surtout prouver pour gagner sa place de titulaire et confirmer les espoirs placés en lui. A ce niveau la concurrence ne semble pas l’effrayer. Challenger.

Kiki, le Joker

C’est le petit nouveau qui jouait encore en CFA la saison dernière. Le palier à franchir pour David Kiki (21 ans) est important mais pas impossible. Utilisé régulièrement pendant la préparation, il va devoir serrer les dents pour gagner sa place sur le terrain en Ligue 2. La patience sera de mise avec lui parce que toutes les places sont chères dans le groupe de 16 convoqués pour les matches de championnat chaque week-end. Sa polyvalence entre le milieu et le poste d’arrière gauche peut se révéler être un atout dans la durée. En attendant il a deux concurrents à doubler, Lahaye, habituel arrière droit, replacé à gauche, qui était titulaire lors de la première journée et l’autre recrue Da Veiga arrivé de Monaco. Il est comme un joker prêt à saisir sa chance dès qu’il l’aura.
Géraud Viwami

Portrait: Koukou, l’antistar modèle

Il n’est pas le genre de joueur que l’on remarque tout de suite dans une équipe, il est le plus tôt le travailleur discret et indispensable à l’équilibre des siens. Il court beaucoup, défend, ferme les espaces, s’use pour le collectif. A force de caractère et de hargne ce milieu défensif parti de rien au Bénin s’est fait un nom en France, en ligue 2 notamment où il entamera une nouvelle et probablement dernière saison avec les Chamois Niortais. Djiman Koukou, l’antistar modèle.

Il fait partie des joueurs les plus utilisés par Régis Brouard, l’entraîneur des Chamois Niortais la saison dernière, Koukou a signé 34 apparitions sur 38 possibles en championnat. Il n’a jamais été remplaçant. Cadre tout simplement. Son rôle de joueur-clé à René Gaillard ne fait plus aucun doute. Placé en sentinelle devant la défense son abattage est devenu indispensable dans la survie de l’entrejeu de Niort. Le changement de coach l’été dernier n’a pas inversé la tendance bien au contraire, l’international béninois a confirmé son statut de titulaire indiscutable. Arrivé à Niort en janvier 2012. Sur sa première demi-saison il a été aligné 9 fois. La saison 2013-2014 est mieux il signe 36 apparitions. Son meilleur total en championnat sur une saison. Et ses performances ont convaincu tout le monde. Il lui reste une dernière année de contrat alors qu’il n’a presque plus rien à prouver en Ligue 2, si ce n’est une dernière saison avant de viser plus haut.

Débuts difficiles…

Pourtant tout n’a été pas été rose pour Koukou, connu du grand public béninois avec la sélection nationale juniore dont il était le capitaine, il a vécu quelques échecs initiaux qui ont sans doute renforcés son mental. Après des essais manqués à Nice en janvier 2009 puis au Havre quelques mois plus tard, le destin de l’ancien joueur de Soleil va s’écrire bien en France. Il va débarquer à Evian, club de National, à l’été 2009 dans les valises de Patrick Aussems, ex-sélectionneur des juniors béninois et fraîchement nommé adjoint du club haut savoyard à l’époque, celui-là même qui lui avait confié le brassard en sélection juniore.

Sa première à l’étranger est plutôt honorable il fait 15 apparitions. Evian est champion et promu en Ligue 2 mais Koukou ne sera pas conservé. Il rejoint Créteil en 2010, toujours en National. Chez les cristoliens, il gagne vite sa place et réalise une saison remarquable avec 33 matches joués dont 29 titularisations. A l’été 2011, on l’annonce en Ligue 2 mais Koukou quitte la France pour la première division portugaise, au Beira-Mar où il devait être le remplaçant numérique du libyen Djamal qui venait juste de signer à Braga. Le saut paraissait grand. Il est prêté dans la foulée en deuxième division portugaise à Belenenses. L’apprentissage lusitanien est dur. Il fait tout de même 18 apparitions même s’il a passé pas mal de temps sur le banc (10 matches sans entrer en jeu).
A la fin de la saison, Beira-Mar le libère. Koukou cherche un nouvel employeur, il ira même en Algérie à l’Entente de Sétif où son ancien entraîneur de Créteil, Hubert Vélud était en poste en 2011. Il décide de ne pas s’engager et revient s’offrir une pige de quelques mois à Montélimar.

En janvier 2012, tout va changer, un essai de trois semaines à Niort. Il signe d’abord pour six mois puis se fait prolonger de trois ans en fin de saison. La suite vous la connaissez déjà !

Nette progression

En deux saisons et demi en Ligue 2 tous les observateurs s’accordent à dire que l’international béninois a clairement franchi un palier. Au-delà ses atouts physiques naturels impressionnants en termes de puissance et d’endurance, il a beaucoup progressé tactiquement et sur le plan technique. Il fait beaucoup plus d’interceptions et joue mieux entre les lignes. Son coté brouillon a presque disparu. Ses relances sont de meilleures qualités et la simplicité dans ses choix témoignent d’une certaine maturité. C’est un milieu récupérateur pur-sang, un vrai bosseur qui rechigne pas à presser et se replacer autant de fois qu’il le faudra dans un match. L’autre point fort du milieu béninois c’est la canalisation de ses efforts seulement deux cartons rouges écopés en six saisons pour 19 jaunes. Pour les avertissements on dira presque que c’est le poste qui veut ça.
Seul bémol son manque de saignant offensif et ses maigres stats devant le but. Deux réalisations seulement en près de 150 matches professionnels.
Son parcours n’a rien de clinquant mais il force l’admiration. Sa régularité dans ses performances et sa constance dans l’effort séduisent plus d’un. A force gravir les échelons, son parcours rappelle étrangement celui du togolais Alexis Romao de Marseille. Koukou a le mérite de figurer parmi les béninois les plus réguliers en club.
Discret dans les médias et il est sobre et est décrit comme un garçon modèle apprécié partout où il est passé.

Cadre chez les Ecureuils

Du haut de ses 24 ans, il est un grand habitué des sélections nationales. Capitaine chez les juniors lors des campagnes de qualifications de la Can junior 2009. Il était parmi les 23 retenus pour la Can 2008 au Ghana mais il n’a pas joué pendant le tournoi. En 2010, il avait la confiance de Michel Dussuyer, celui-là même qui l’avait lancé chez les A pendant les qualifications, il a fait trois apparitions en Angola.
Depuis Koukou est très régulier en sélection même la concurrence à son poste s’est corsé ses dernières années avec les arrivées de Sessi d’Almeida et Jordan Adéoti prétendants au même poste. Sa copie propre rendue à Bata devrait militer en sa faveur.
Géraud Viwami
Fiche

Djiman Koukou , 24 ans

1.85m, 80 kg
Milieu défensif, international béninois
Club : Chamois Niortais

France: Koukou et Tinhan éliminés en coupe de la ligue

Niort et Istres sont sortis prématurément,hier lors du premier tour de la coupe la Ligue réservée uniquement aux clubs professionnels. Titulaire avec Niort (ligue 2) qui jouait contre Arles (ligue 2) , Koukou et les siens se sont inclinés 3-1. Un triplet de Ngakoutou (19e, 54e et 86e) contre un doublé de Seydou Koné (24e et 72e). L’international béninois a été remplacé par Hébras à la 89e. Malheureusement l’aventure a tourné court pour les Chamois.

Le milieu offensif franco-béninois, Jonathan Tinhan aussi a connu l’échec avec Istres, l’un des deux clubs du National engagé dans la coupe de la Ligue. Les istréens ont perdu petitement 1-0 devant Clermont (Ligue 2) sur but matinal de Capelle à la 5e minute. Tinhan titulaire a disputé l’intégralité du match sans faire mouche.

Par ailleurs , Adéoti et Imorou entreront en lice avec Caen au prochain tour.

Géraud Viwami

Niort: Un point pour les chamois avec Koukou.

Niort a débuté sa saison en ligue 2 ce soir, par un nul à l’extérieur 1-1 à Laval. Malgré l’ouverture de Seydou Koné à la 54e minute , les niortais vont concédé l’égalisation sur un but de César Lolohea à la 65e minute. Djiman Koukou était titulaire et a disputé l’intégralité de la rencontre. Il a également été averti à la 61e minute. Présent à Blantyre avec les Ecureuils, le gardien Saturnin Allagbé n’était évidement pas présent.

Géraud Viwami.

BENIN / D.KOUKOU : « La pression sur l’Algérie »

Appelé par Manuel Amoros pour le déplacement de mardi prochain en Algérie, Djiman Koukou fait figure d’ancien parmi les Ecureuils du Bénin. En exclusivité pour Footafrica365.fr, le milieu défensif de Niort analyse le défi qui attend son équipe contre un adversaire qu’elle n’a jamais battu.

http://www.footafrica365.fr/infos-pays/algerie/article_627097_exclu365-benin-d.koukou-La-pression-est-sur-l-Algerie-.shtml

Pour nous, le Bénin est quand même en tête du groupe, avec un coach qui est en froid avec le président de la fédération depuis l’élimination du pays de la Can 2013. Donc les deux équipes ont la pression. Si le Bénin perd lourdement, je pense que Manuel Amoros sera viré avec des indemnités…, à 9 mois du terme de son contrat.

OUMAR TCHOMOGO ET DJIMAN KOUKOU à UMS Montélimar EN DH (6ème division française)

On croyait qu’il avait complètement fini avec une carrière de footballeur mais Oumar Tchomogo rechausse le crampon en Division d’honneur à l’UMS Montélimar. Envie de changer d’air et de s’éloigner des problèmes au sein du football béninois ? Refus de passer a autre chose (entraineur par exemple) ? Envie de se réinstaller définitivement en France ? Nostalgie et envie de rejouer au football ? Seul l’ancien capitaine des écureuils pourrait répondre à cette question. Ce qui est sûre il rejoue à un niveau pas compétitif pour penser rejouer avec les écureuils.
Djiman KOUKOU en DH c’est certainement pour garder la forme car étant sans club. Pour avoir disputé quelques matchs en deuxième division portugaise la saison passé, on peut raisonnablement dire que Djiman a le niveau pour jouer en national voir en ligue 2. Espérons que notre Djiman rebondisse vite dans un club professionnel au mercato d’hiver.

Avant-saison : Sèssegnon buteur avec Sunderland en Allemagne

 

Avant-saison : Sèssegnon  buteur avec Sunderland  en Allemagne

Sunderland peaufine actuellement sa préparation en Allemagne. Ils ont livré un match amical contre l’Arminia Bielefeld. Stéphane Sèssegnon est entré en jeu à la 46e minute à la place de Steed Malbranque. Le remuant béninois a permis aux siens d’arracher un nul important 1-1.C’est donc sa première réalisation pour le compte de la pré-saison.  L’ancien Parisien confirme donc la lancée sur laquelle il avait fini la saison dernière. Pourvu qu’il garde cette forme jusqu’au début de la saison !

Beira-Mar Djiman Koukou en adaptation

Djiman Koukou a entamé la préparation de la prochaine saison avec son nouveau club le Beira-Mar. Il a déjà disputé deux matches amicaux sans faire forte impression. Même si son impact physique fait déjà effet, il devra faire plus d’effort au niveau collectif et surtout technique. La presse Lusitanienne dit « qu’il n’est pas encore dans les bons coups ». Il a déjà eu droit deux matches amicaux en guise de mise en condition. Le premier c’était, le 14 juillet dernier contre Victoria Sport club puis le second contre Arouca FC deux jours plus tard.

Nice : Une mi-temps pour Poté en amical contre Istres

 Mickael Poté poursuit tranquillement la préparation avec Nice où il est que jamais décidé à s’imposer. L’attaquant Béninois a disputé une mi-temps le 14 juillet dernier en match amical contre Istres (2-2). Le samedi 30 juillet, un gros match international attend les Aiglons qui joueront Udinese, récent 4e la série A Italienne et qualifié pour la prochaine ligue des champions. Un véritable test de niveau pour Poté et les siens.

 

Adénon et Le Mans s’imposent face à Paris Fc

 

Comme contre Tours samedi dernier, les manceaux l’ont emporté face au Paris FC sur le score de 1-0 ce mardi soir. La rencontre, qui s’est déroulée à la Baule sur les lieux du stage, s’est débloquée en deuxième mi-temps grâce à un but de la tête de Mamadou Wague.

Le défenseur béninois Khaled Adéon a disputé une mi-temps, ayant cédé sa place à Wague.

 

Amical

LEMANS FC 1-0 Paris FC

But : Mamadou Wague (52ème).

 

1ère période

 

Le Mans : Makaridze – Matutu, Doumbia, Adenon, Cuffaut – Thomas, Narry, Louis – Lamah, Cissé, Ouali.

 

Début de 2ème période

 

Le Mans : Ovono – Matutu, Doumbia, Wague, Cuffaut – Henrique, Narry, Louis – Lamah, Cissé, Ouali.

 

A partir de la 66ème minute

 

Le Mans : Ovono – Buaillon, Bamba, Wague, Gibaud – Henrique, Kanté, Ekeng Ekeng – Koura, Béhé, Belfort.

 

Non rentrés en jeu : Derouard, Landel.

 

Aubay & Géraud Viwami