Ecureuils: Gounongbé forfait , première pour Mounié

Alors qu’on pensait que sa bonne forme profiterait aux Ecureuils face à la Tanznie , Frédéric Gounongbé est finalement forfait et c’est le jeune attaquant franco-béninois , Steve Mounié qui est convoqué pour la première fois avec les Ecureuils.

Didier Ollé-Nicole , sera privé d’un élément en forme contre la Tanzanie , auteur de neuf buts en neufs journées de championnat belge , Frédéric Gounongbé est blessé. L’attaquant est touché aux ischio-jambiers, une blessure contractée le weekend dernier contre le Cercle Brugges , il devrait être indisponible au moins un mois. Une mauvaise nouvelle pour Westerlo qui sera privé d’une de ses pierres angulaires en ce début de saison.

Première pour Mounié !

Face à ce forfait inattendu ,Ollé-Nicolle a décidé de convoquer l’attaquant franco-béninois, de Montpellier Steve Mounié (20 ans, debout au milieu sur la photo). A ne pas confondre avec Anthony Mounier, l’ancien Lyonnais, qui évolue régulièrement avec l’équipe première de Montpellier.

Mounié (189m) est un attaquant puissant avec un profil similaire à ce lui de Gounongbé. En terme de statistiques cette saison, il est passé pro cette année , il a disputé 6 matches pour trois buts avec l’équipe réserve héraultaise en CFA. Puis il a fait deux apparitions sur le banc de touche en ligue 1 sans entrer en jeu (Contre Bordeaux et Guingamp).
Mounié avait été déjà convoqué avec les juniors lors de la préparation de la Can Algérie 2013. Mais il n’a pas été retenu finalement pour la phase finale. Le natif de Parakou, qui a fait quelques apparitions dans les équipes de France de jeunes, vivra une première avec les Ecureuils.
Géraud Viwami

Découverte: Christophe Aïfimi, Molto l’araignée

Deux fois nominé au titre de meilleur gardien du championnat de football de première division de Côte d’Ivoire, Christ Aïfimi porte, depuis six saisons, le Stella Club d’Abidjan sur ses épaules mais le portier bénino-ivoirien rêve d’une carrière internationale et se verrait bien endosser le maillot d’une sélection nationale.

A 25 ans, Christ (diminutif de Christophe) Aifimi est considéré comme l’un des meilleurs à son poste.

Du haut de son mètre 84 et ses 76 kilos, le gardien, athlétique, “titulaire à part entière“ et régulier dans ses performances, s’est construit une solide réputation dans le championnat ivoirien.

Son surnom: “Molto l’araignée“ (molto qui veut dire “beaucoup“ en Italien). Ses parades, ses sorties aériennes et ses arrêts-reflexes font de lui une valeur sûre, malgré la saison en dents de scie de son club, qui a terminé la saison 2013-2014 dans le ventre du classement, 7e de la Ligue 1.

“J’ai mon propre style que j’essaie de travailler tous les jours mais je m’inspire de tous les grands gardiens que je connais“, affirme-t-il.

Son entraineur Célestin Kouamé ne tarit pas d’éloges sur son joueur: “Il est très rassurant dans les buts et a de bons reflexes. Mais sa qualité première ce sont les duels, Christophe est difficile à prendre en un contre un“.

Abobo, le point de départ

C’est dans cette commune populaire au nord d’Abidjan que Christ a commencé à taper dans le ballon. Enfant, il ne rêvait pourtant pas d’être un gardien de but. Il l’est devenu par un concours de circonstances.

“Avec des amis, on se promenait au quartier et nous sommes tombés sur un test d’un club. Il n’y avait pas de gardien alors on m’a envoyé dans les buts. Tout est parti de là“, explique-t-il.

En 2000, Molto intègre, à 11 ans, le centre de formation Palma Lions Club d’Aboboté, sous quartier de la commune. Chez les minimes, il participe activement au titre de champion remporté l’année suivante.

Quatre ans plus tard, il atterrit au WAC d’Abidjan, un club de troisième division, sous forme de prêt. “Il fallait que je joue le championnat senior pour pouvoir m’aguerrir. Avec les dirigeants de Palma, on s’est donc entendu pour que je sois prêté“, affirme-t-il.

De 2006 à 2008, il joue 46 matches sur 52 possibles en D3 et s’impose comme un titulaire indiscutable à son poste. Ses performances de haute volée vont taper dans l’œil des dirigeants du Stella, qui le recrutent en 2008 après un match amical où il aura étalé toute sa classe.

“J’ai saisi ma chance et je me suis engagé avec le Stella. C’était une occasion pour moi de rejoindre le haut niveau“, dit-il, le sourire en coin.

Futur concurrent pour Allagbé ?

D’origine béninoise, de Sakété plus précisément dans la région du Plateau, Christ est né à Abidjan et a la double nationalité. Le jeune gardien espère un jour revêtir le maillot d’une des deux sélections nationales. “Personnellement, la double nationalité est une chance . Je vais jouer pour le pays qui aura besoin de moi“.
Sa bonne forme ne pourrait pas tomber mieux à l’heure où la sélection béninoise est déjà privée de Fabien Farnolle. Aifimi pourrait bien se révéler comme le concurrent idéal de Saturnin Allagbé , le nouveau niortais.
En Côte d’Ivoire, “l’araignée“ attise la convoitise des cadors notamment l’Asec et le Séwé Sport de San-Pedro, club du sud ouest ivoirien, sacré champion pour la troisième fois consécutive.

Mais, son “objectif, c’est de voyager, quitter le pays et évoluer au haut niveau, dans un grand club plus professionnel “, affirme celui qui envisageait aussi une carrière dans l’électronique après son baccalauréat série C.

Le Paris St Germain (France), l’Inter de Milan (Italie) et Chelsea (Angleterre) sont ses équipes préférées.

Avec le Stella d’Abidjan, Christ possède néanmoins un palmarès assez maigre avec seulement une coupe nationale en 2012 et une finale de cette même compétition perdue contre l’Asec la saison dernière.

“C’est un garçon bien. Il a les qualités pour évoluer à l’extérieur. Ce serait une grande perte pour nous s’il quittait le Stella“, estime Toh Jean alias “Céréso“, ex-international et intendant du club.

Par Jacob Djossou (coll.) depuis Abidjan

FICHE

Christophe AIFIMI
Nationalité: Bénino-ivoirienne
Taille : 1,86 m
Age : 25 ans
Poste : gardien de but
Club actuel: Stella Club d’Abidjan (D1)
Club formateur : Palma Lions Club d’Aboboté
Club précédent : WAC (D3)

Blackburn Rovers : Gestede retrouve ses sensations

Il a choisi de quitter  Cardiff (Premiere League ) pour Blackburn (Championship) dans le but de retrouver du temps de jeu, Rudy Gestede a déjà réussi avec un mois de janvier presque parfait avec quatre réalisations.

 

Relégué au banc  de touche à Cardiff en premier league anglaise, Rudy Gestede (26 ans) a rejoint Blackburn Rovers en Championship (D2 anglaise) en novembre dernier. Avec Cardiff, il n’a fait inscrit qu’u but  en cinq apparitions tous en tant que remplaçant.

Plus de deux mois après son arrivée chez les Rovers l’international béninois de 26 ans a gagné son pari. Il a rapidement gagné son galon de titulaire. Prêté dans un premier temps , il  s’engage dans la durée avec un bail de trois ans.  Gestede a déjà fait 10 apparitions en  Championship pour quatre buts marqués. Depuis ses débuts en novembre  il a amélioré déjà ses stats. Il réalise notamment un super début d’année 2014. L’ancien messin a inscrit quatre buts contre  Leeds, Doncaster,  Derby County et Barnsley  en janvier. Le buteur a bien retrouvé ses sensations. En 12 apparitions dont 9 titularisations il a marqué 4 fois. Les Rovers qui étaient 12e  à son arrivée sont remontés à la 8e place avec 42 points. Ils restent  tout de même loin du trio de tête, Leicester (66 pts) , Queen Park Rangers (56 pts)  et Burnley (53 pts).

Gestede a doublement réussi son pari en  jouant plus et surtout en retrouvant le chemin des filets.  Il a bien retrouvé ses sensations.

Tunisie: Suanon débute par un doublé !

Remis de sa blessure au genou en fin de saison dernière , Abdel Fadel Suanon a démarré la nouvelle saison avec un doublé. L’attaquant international béninois a débuté le 15 septembre dernier en championnat d’élite tunisien (équivalent du championnat des réserves professionnelles) avec la réserve de l’Etoile du Sahel. Face au CS Sfaxien , il a inscrit un doublé décisif dans le succès des siens 3-2.
Gerovinho

Transfert: Yannick Aguémon atterit à Vannes

Formé à Toulouse où il n’aura jamais sa chance dans le groupe pro, Yannick Aguémon vient de s’engager pour deux saisons avec Vannes en National. Ce milieu offensif ou attaquant franco-béninois avait signé l’été dernier un contrat professionnel d’un an avec le club de la ville rose. Mais Alain Casanova , le ,coach toulousain n’a jamais cru en lui. Aguémon devra s’aguerrir en National , à 21 ans il a plutôt intérêt pour faire décoller sa jeune carrière.

Transfert : Yoann Djidonou rejoint Olou à Romorantin

Le gardien international béninois Yoann Djidonou auteur de 33 matches sous les couleurs de Mulhouse en CFA quitte le club pour Romorantin un autre club de CFA où évolue déjà un béninois , Oscar Olou. A 27 ans Djidonou va connaitre son troisième club en CFA après l’Entente SSG , Red Star, Libourne et Mulhouse sur les deux dernières saisons.!

Prise de possession du siège de la Fbf

Les employés introuvables, le bureau du président vide…

Avant tout discours, c’est sous bonne escorte que se sont ouvertes les portes de la fédération béninoise de football devant Victorien Attolou et son comité exécutif. Massés dehors, les supporters ont suivi de loin l’inspection des lieux qui aura duré 1h30 environ.

Aubay

« Scellés apposés ce jour, 16 juillet 2012 par le ministère de Maître Janvier Rigobert Dossou-Gbété, Huissier de justice près le Tribunal de première instance de Porto-Novo et la Cour d’Appel de Cotonou ».

On retrouve cette mention sur 3 bureaux au 1er étage du siège de la fédération béninoise de football. La visite du siège peut commencer. Les membres du comité exécutif de la Fbf, l’huissier Charles Coovi et le commissaire central de Porto-Novo vont entreprendre une mission de vérification. Au secrétariat, la paperasse foisonnante est étudiée avec minutie. C’est le seul bureau où il y a un signe de vie administrative…

Au 2e étage, on retrouve la salle de congrès Moucharaf Gbadamassi et autres bureaux non-scellés.

Anjorin laisse un cachet « Le président » sur un bureau

Ce sera ça, l’héritage du passage de Moucharaf Anjorin dans un bureau immense vidé de tout document. A 10h47, quand les dizaines de visiteurs y pénètrent, c’est un cachet griffé « Le président », et sur un encreur posés sur une table qui les accueillent. Rien de plus. L’huissier présent et ses collaborateurs vont faire le point avant, la dernière étape, le dernier étage. Le magasin y est quasi-vide. C’est de cette terrasse très spacieuse avec vue imprenable sur la lagune et également sur la ville de Porto-Novo que Victorien Attolou va saluer le peuple du foot venu le soutenir et poser en compagnie des membres de son bureau. Signe des temps qui changent…

 Ingérence ?

Le ministère des sports, qui a pris l’initiative de reconnaître Moucharafou Anjorin et son bureau coopté après l’aval du Conseil des ministres a choisi la voie du silence. Deux analyses nous sont inspirées par cette attitude. Premier aspect, le ministre des sports déçu par la défaite judiciaire de Moucharafou Anjorin avec qui les relations tissées sont au beau-fixe, a décidé de garder ses distances. Les tenants d’une thèse de la connivence du ministre des sports avec la Fbf sont donc servis. Mais attention, qui ne dit mot consent aussi…et ce silence montre bien que le gouvernement ne va pas sauver une fois encore le soldat Anjorin.

Deuxième aspect, le gouvernement en plein bras de fer contre les magistrats se refuse d’intervenir dans la bataille juridique entre membres d’une même association pour éviter d’irriter encore plus les juges. Dans le même ordre d’idées, le ministère des sports, fait preuve de sagesse en se tenant à l’écart, car en réalité, un seul mot de l’Etat béninois équivaudrait à une «ingérence dans les affaires du football ». Principal argument utilisé en Afrique par la Fifa pour menacer les pays de suspension. Dans le cas d’espèce, Moucharafou Anjorin ayant soumis un appel devant un tribunal ne peut se soustraire à la décision de ce dernier. On peut noter ici que contrairement aux autres cas en Afrique, ce n’est pas le ministère des sports qui fait plier un président de fédération, mais la justice, 3e pouvoir dans un état de droit.

Championnnat/D1 : le champiopn Aspac cale à Adjobi

Champion depuis le week-end écoulé, l’Aspac est allé obtenir un nul vierge (0-0) sur le terrain de la lanterne rouge Adjobi. Son dauphin Tonnerre s’est imposé sur l’équipe des buffles du Borgou (1-0). C’est sur ce même score (1-0) que la Jap a courbé l’échine devant Avrankou Omnisports. Les panthères de Djougou sont allés arracher un nul (1-1) dans l’entre des Kraké boys. Dragons et Mogas 90 se sont séparé dos à dos sur la marque de (0-0). La jeune équipe de l’Asos a battu Soleil Fc par la plus petite des marques (1-0).

Le classement
1er Aspac 45 points
2e Tonnerre 37 points
3e Jap 31 points
4e Dragons 27 points
5e AO 26 points
6e Mogas 24 points
7e Asos 24 points
8e Buffles 21 points
9e Panthères 19 points
10e Uss Kraké 19 points
11e Soleil 17 points
12e Adjobi 13 points

Manuel Amoros au sujet des joueurs sélectionnés : « J’ai fait un choix et j’assumerai après les trois matchs »


Face à la presse au siège de la Fédération béninoise de football (Fbf) jeudi dernier à Porto-Novo, le sélectionneur national Manuel Amoros, sans convaincre, a tant bien que mal tenter de justifier le choix porté sur chacun des 20 joueurs sélectionnés. « J’ai fait un choix et j’assumerai après les trois matchs » a-t-il laissé entendre. Lisez ici les réactions de Manuel Amoros.

Quel a été le mode de sélection des joueurs  convoqués?

Manuel Amoros : « Vous avez internet ? Aujourd’hui, il y a des sites internet où on paye pour voir les joueurs. Sur ces sites, on a la possibilité de voir les joueurs joués en temps réel. J’y ai vu Wisdom Aka, Romuald Bocco, Anicet Adjamonsi, Bello Babatundé et autres. Sans oublier que je me suis déplacer pour voir certains d’entre eux donc ne me dites pas que je n’ai pas vu de joueurs. »

Jordan Adéoti et Christopher Glombart : les nouveaux venus

« La sélection de ces deux joueurs est le fruit d’un travail commun entre la Fbf et nous (Nicolas et moi-même). Ce sont des joueurs d’avenir sur lesquels on peut compter et qui peuvent beaucoup apporter à l’équipe nationale. Surtout qu’on manque cruellement d’arrières latéraux. »

Réda, Djidonou, Mouri et Salomon, tous absents. Quels en sont les raisons ?

« Pour Reda Johnson, j’ai senti que la performance du joueur à Addis-Abeba n’a pas été à la hauteur de ce que je recherche. Aussi, je n’ai pas senti en lui une motivation extraordinaire pour quelqu’un qui veut défendre les couleurs d’un pays puisque j’ai discuté avec lui après le match en Ethiopie.  Yoann Djidonou, pour sa part, est venu s’échauffer sans ses gants. Pour sa, j’estime que c’est un comportement anti-professionnel de sa part. Mouri Ogounbiyi a fait une saison pleine avec Nîmes Olympiques donc j’estime donc que le joueur sera moralement et physiquement fatigué. Il ne serait donc pas efficace pour les trois  rencontres à venir. Alors Salomon Junior a été de tout  le temps pris de vitesse. J’ai contacté son entraîneur qui m’a dit qu’il est n’est plus régulier. Voilà pourquoi je ne l’ai pas pris. Voilà ce qui justifie l’absence de chacun de ces joueurs pour le moment. »

Anicet, Abou et Bocco, les grands retours ?

« J’ai appelé Anicet Adjamonsi parce que j’ai trouvé que c’est le seul latéral gauche du moment qui pourrait apporter son expérience à cette défense surtout avec l’absence d’Emmanuel Imorou. Il serait insensé de ma part de le convoquer parce qu’il se marie le 9 juin. Abou Maïga est un très bon joueur qui répond à mon profil. C’est un bon joueur qui marque beaucoup quand bien même les gens estiment qu’ils ne marquent pas en équipe nationale. Je voulais juste lui donner une nouvelle chance. C’est aussi parce qu’il est technique et comme je pense apporter ma touche technique à cette équipe donc il sera là. Pareille pour Romuald Bocco puisque j’ai trouvé que c’est un joueur très technique et polyvalent. Il peut beaucoup apporter en milieu de terrain aux côtés de Koukou Djiman qui a été régulier ces dix dernières journées dans son club. J’ai fait mes choix et j’assumerai après les trois matchs.»

 

Championnat/D1 : Aspac fête son titre chez la lanterne rouge

Champion à trois journées de la fin du championnat, l’Aspac se déplace sur le terrain de la lanterne rouge, Adjobi  ce week-end  pour célébrer son sacre. Un déplacement qui se fera sans pression pour les poulains d’Emile Enassouanh. Cette journée compte pour la 20è journée du championnat national de transition. Le dauphin Tonnerre, après sa défaite qui lui à fait perdre tout espoir de titre, reçoit Avrankou Omnisports (6è). Le 3è du classement, Jap rend visite aux Buffles de Parakou (8è). Auréolé de ses belles performances ces dernières journées, Mogas sera l’hôte des Dragons qui recommencent à cracher du feu. Dans le derby de Porto-Novo, la jeune équipe d’Asos reçoit son homologue de soleil.

Maracana/Can 2012 : Sébastien Ajavon honoré

La première édition de la Coupe d’afrique des Nations de maracana aura lieu en Côte d’Ivoire du 26 au 27 mai prochain. A cette occasion, le Bénin sera représenté non seulement par deux équipes mais aussi et surtout par l’un de ses fils qui sera honoré. Sébastien Ajavon, le richissime homme d’affaire béninois, sera donc récompensé pour tous les efforts qu’il fournit en matière de sport dans son pays. Une reconnaissance qui lui ai accordé par le peuple ivoirien. Il recevra sa distinction des mains de Guillaume Soro, Président de l’assemblée nationale de côte d’Ivoire.

Maracana/Can 2012 : le Bénin sera représenté

A l’origine du maracana dans le monde, la Côte d’Ivoire abritera la première édition de la Coupe d’Afrique des Nations de maracana. Cette Can se déroulera du 26 au 27 mai 2012 à la place Jean Paul II de Yamoussoukro avec cinq pays ( la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Togo, Niger et le Benin). Chaque pays présentera deux équipes nationales (seniors et vétérans). Outre ces pays participants, cinq autres pays observateurs seront du rendez-vous (le Sénégal, la Gambie, le Nigeria, le Tchad et le Liberia) pour s’approprier les règles de jeu du maracana.

Mondial 2014 : Le Bénin avec le Mali et l’Algérie

Le Bénin ses futurs adversaires des éliminatoires devant menés au Brésil en 2014. Il s’agit de l’Algérie, mondialiste en 2010 du Mali et du vainqueur du match Erythrée – Rwanda.

Hormis l’Erythrée, tous ces pays ont déjà affronté le Bénin par le passé. Le Mali (en 2007 et 2009) n’a jamais perdu contre le Bénin ces dernières années. Et le Rwanda (en 2010 et 2011) reste un adversaire plus ou moins facile à jouer. Quant à l’Algérie, outre sa victoire en 2009 face au Bénin en match amical, la dernière confrontation en match officiel remonte à 1997 dans un groupe où le Mali était également présent.

Tournoi de Montaigu U16: Le Bénin perd 0-3 face à la France

Romain Davigny ouvrait la marque pour les Tricolores dès la 7ème minute. Au retour des vestiaires, Abdallah Yaisien doublait la mise peu avant l’heure de jeu (58ème) avant qu’Hadi Sacko ne parachève le succès français dans la foulée (63ème).

Abdallah Yaisien, son but, le deuxième de la rencontre, a changé la donne

Dans l’autre match, le Portugal s’est imposé 3-2 face aux Emirats Arabes Unis.

Origine du surnom « Ecureuils »

Depuis sa création en 1970, l’équipe nationale de football du Bénin a hérité du surnom d’écureuils. Au fil des années, plusieurs soulèvements ont été enregistrés contre ce surnom alors que la plupart des grosses écuries en matière de foot porte des surnoms plutôt de nature à impressionner dans le style lions, aigles, léopards, guêpes(d’accord un peu moins celui là), guerrier braves (la Namibie y a échappé bel, parce que « rats du désert », ça faisait un peu trop écrasable), diables rouges…

Mais bon sang, pourquoi « écureuils »? Pourquoi pas « Jarre trouée », ou « canari ». Ah j’oubliais, le Brésil l’avait déjà réservé celui-là (Seleção Canarinha ou Auriverde pour dire Sélection Petit Canari ou Vert-doré).

Plusieurs symbolismes sont donnés au terme écureuils en fonction de la région du monde.  Ainsi en Europe, les écureuils étaient considérés autrefois avec une grande méfiance. Les mythes des Germains du Nord relatent l’existence d’un écureuil appelé Ratatöskr (« dent de rat ») qui ne cessait de monter et de descendre sur le tronc de l’arbre du monde Yggdrasil (voir Frêne) et semait la discorde entre l’aigle installé sur sa cime et le serpent Nidhogr, en racontant à chacun ce que l’autre avait dit de lui (si seulement on pouvait faire au moins pareil à la CAN!!). L’écureuil fut aussi rapproché du dieu germain Loki. Cet animal roux qui fuit sans cesse à toute vitesse et ne se laisse jamais attraper fut considéré à l’époque chrétienne comme une véritable incarnation du Diable.

Pour les indiens d’Amérique, avoir la force de l’écureuil se dit de l’homme qui est toujours en mouvement. Rêver d’un écureuil est une invitation à se préparer pour un grand changement (Yayi devrait peut-être revoir ces affiches pour les prochaines élections?). Il apprend aussi à réserver son énergie pour un besoin ultérieur mais aussi à réserver son jugement pour l’avenir.

En héraldique (science qui étudie les armoiries) l’écureuil est le symbole de la prévoyance, de l’agilité, de la vivacité et de l’indépendance ou bien encore des contrées boisées (Après tout ce n’est pas aussi mauvais que ça le surnom). S’il est d’azur, il symboliserait la foi dans le commerce, s’il est de sable il symboliserait « un homme juste qui corrige les vices »(Ah oui, pour ça on a beaucoup à corriger!!). Nicolas Fouquet, intendant général des finances de Louis XIV, portait sur ses armes un écureuil accompagné de la devise « quo ne ascendet ? » (jusqu’où ne montera-t-il pas ?). Et au Bénin alors?

Norbert Imbs, Inspecteur des PTT sera le premier président de l’histoire de la Fédération béninoise de football qui donnera le nom d’écureuils au joueurs béninois de l’époque aux petits gabarits mais très agiles et « débrouillards »( ok pour les Sessegnon, Seka and co, mais pas sûr que les Omotoyossi et Chrysostome soient du même avis).

Norbert Imbs, un des premiers arbitres internationaux africains (notre popularité ne date pas de l’époque de Codjia pour ceux qui se le demandaient), aura été le père du football béninois, reconnut pour son combat contre l’ingérence de la politique dans les affaires du football au temps du régime militaire marxiste de Mathieu Kérékou (1972-1989). Il  tirera sa révérence le dimanche 21 février dernier à Cotonou à l’âge de 93 ans. Il a été inhumé dans l’après-midi du Vendredi 19 Mars dernier au cimetière Pk 14 route de Ouidah. L’équipe de bjfoot présente ses condoléances à sa famille et au foot béninois. Qu’il repose en paix!

C’était l’instant histoire sur bjfoot…

Mondial minime: Le programme

38ème MONDIAL MINIMES MONTAIGU VENDEE 2010

Les camerounais vainqueurs de l'épreuve en 95. Sur cinq finales disputées, ils en ont remporté 4, et ont fini une fois 3ième. La côté d'ivoire, la Tunisie et le Gabon ont aussi pu atteindre une fois la troisième place. Tous les autres pays Africains sont souvent passés à la trappe. Les écureuillets feront-ils mieux?
Pos   Equipe J G D Pts
1 France 2 2 0 6
2 Portugal 2 2 0 6
3 E.A.U. 2 0 2 0
4 Bénin 2 0 2 0

Pos   Equipe J G D Pts
1 Angleterre 2 2 0 6
2 Ukraine 2 1 1 3
3 Japon 2 1 1 3
4 Gabon 2 0 2 0

Le Bénin au tournoi minime de Montaigu

C’est une tradition à Montaigu, à Pâques la ville s’anime au rythme du football, les chocolats prennent la forme du ballon rond et la population se donne rendez-vous au bord des terrains pour encourager les équipes. Cette 38ième édition qui se déroulera du 31 mars au 5 avril 2010 dans les communes de Montaigu, la Guyonnière, Saint Hilaire de Loulay, Saint Georges de Montaigu, La Copechagniere, Saint Gilles de Croix de Vie et Venansault verra les écureuils de moins de 17 ans se frôler à

Le Tournoi de Montaigu est une compétition de football, organisé pour la première fois en 1973 par André Van Den Brink, alors à la tête du FC Montaigu. Le « Mondial Minimes », comme il est souvent appelé, rassemble entre 16 et 30 équipes de jeunes footballeurs de moins de 17 ans, autour de deux challenges : clubs et nations. Le nombre important de fédérations de football représentées, ainsi que le nombre de talents détectés, font de ce rassemblement l’un des plus réputés et visités des tournois de jeunes en Europe. Pour info, ce tournoi a vu passer des joueurs comme Cristiano Ronaldo, Andrea Pirlo, Pavel Nedved, Gheorghe Hagi, Carlos Tevez, Marcel Desailly, Didier Deschamps, Thierry Henry, Karim Benzema, Yoann Gourcuff.

C’est une tradition à Montaigu, à Pâques la ville s’anime au rythme du football, les chocolats prennent la forme du ballon rond et la population se donne rendez-vous au bord des terrains pour encourager les équipes. Cette 38ième édition qui se déroulera du 31 mars au 5 avril 2010 dans les communes de Montaigu, la Guyonnière, Saint Hilaire de Loulay, Saint Georges de Montaigu, La Copechagniere, Saint Gilles de Croix de Vie et Venansault verra les écureuils de moins de 17 ans se frôler à d’autres cadors du monde et s’offrir des possibilités de détection. La délégation béninoise quittera Cotonou le 26 mars à bord d’un vol régulier d’Air France. Dès son arrivée à Nantes, elle se rendra à Vannes où les joueurs vont s’acclimater avant de rejoindre Montaigu le 29 mars 2010 pour un premier choc face à la sélection française. Ci-dessous les résultats du tirage:

Groupe A
France
Portugal
Benin
Emirats Arabes Unis

Groupe B
Ukraine
Angleterre
Gabon
Japon

Les détails sur la sélection béninoise très prochainement sur bjfoot.com….

Charte de la sélection des écureuils A

LA CHARTE

PREAMBULE

Le joueur de football sélectionné en équipe du Bénin doit contribuer, par son exemple, à préserver l’esprit de fair-play. Tout joueur de football doit s’efforcer d’observer en toute circonstance un comportement exemplaire, de nature à valoriser l’image du football tant dans son club qu’en sélection. La fédération béninoise de Football a établi les dispositions qui suivent en s’appuyant sur la Charte du sport de haut niveau. Elle peut être saisie de toute difficulté d’interprétation soulevée par l’application de la présente Charte.

CHAPITRE 1ER : DES JOUEURS

Règle 1 : Dans le plein exercice de ses droits, chaque joueur de football sélectionné en équipe du Bénin est responsable de la bonne conduite de sa carrière sportive. Il veille à l’exécution de ses obligations à l’égard de la Fbf à laquelle, en tant que licencié, il a volontairement adhéré.

Règle 2 : Il est dit que le joueur de football en équipe du Bénin est titulaire de la licence-assurance Fbf. Il bénéficie d’une assurance couvrant les risques dans son activité sportive pendant la durée de sa carrière sportive.

Règle 3 : Le joueur de football sélectionné en équipe du Bénin participe il la lutte contre le dopage et à la responsabilité assumée conjointement dans ce domaine par l’Etat et sa fédération. Il s’interdit de recourir à l’utilisation de substances ou de procédés interdits par sa fédération. Il accepte de se soumettre le cas échéant à tous contrôles sollicités par l’Etat, la Fbf et par toute Commission régulièrement mandatée. En cas de non-respect de cet engagement, une procédure sera ouverte devant le Conseil fédéral de la Fbf.

Règle 4 : Le joueur de football sélectionné en équipe du Bénin est tenu de suivre, à la lettre, les lois ainsi que les règles de la circulation routière. II évite à tout prix de conduire à une vitesse trop élevée ainsi que sous l’influence de l’alcool ou de drogues. Il s’engage il ne consommer de l’alcool qu’avec modération et raison, surtout en public.

Règle 5 : Pendant la saison sportive, le joueur de football sélectionné en équipe du Bénin participera aux actions de promotion initiées par la Fbf et ses partenaires.

Règle 6 : dans l’exercice de sa liberté d’opinion, de sa liberté de communiquer des informations ou des idées et dans son comportement sur le terrain, le joueur de football sélectionné en équipe du bénin est tenu de préserver l’image de la Fbf, de l’équipe du bénin et de ses dirigeants et cadres techniques et de ne pas porter atteinte à l’intimité, l’honneur ou la considération d’autrui. En cas de non-respect de cet engagement, une conciliation sera ouverte et une procédure sera engagée devant le Conseil fédéral de la Fbf. Le joueur s’expose à des sanctions sportives et financières.

Règle 7 : Les joueurs de football sélectionnés en équipe du Bénin pourront être représentés au Conseil fédéral de la Fbf par l’intermédiaire du capitaine de l’équipe. Ce représentant sera invité et aura le droit de participer aux débats sans possibilité de prendre part aux votes.

CHAPITRE 2EME : DES SELECTIONS

Règle 8 : La constitution des équipes nationales est prioritaire. Elle incombe à la Fbf. La Fbf établit des sélections en vue d’assurer la meilleure participation possible aux compétitions prévues au niveau international. Ces sélections sont assurées par les sélectionneurs régulièrement mandatés par la Fbf.

Règle 9 : Le joueur de football sélectionné en équipe du Bénin doit se rendre aux rassemblements, aux entraînements ou matches sauf dispense exceptionnelle justifiée. En cas de refus sans motifs légitimes, il s’expose à l’exclusion de l’équipe à laquelle il avait été admis ct à des sanctions pouvant aller jusqu’à la perte de sa qualité de membre de l’équipe du Bénin. Tout joueur de football sélectionné en équipe du Bénin s’engage à ne pas signer de contrat avec un club qui comporterait une clause ne lui, permettant pas de remplir les obligations de la règle 11.

Règle 10 : Pendant tout le temps lié à une sélection, le joueur de football sélectionné en équipe du Bénin sera placé sous l’autorité du manager de l’équipe, de l’entraîneur ou de tout autre responsable désigné par la Fbf.

Règle 11 : Tout joueur appelé à participer à une sélection nationale s’engage à respecter les contrats publicitaires et les contrats d’équipement passés par la Fbf au nom et pour le compte des sélections nationales. Il s’interdit de mener toute action, de nature à concurrencer le programme commercial fédéral. Il renonce expressément à développer quelque action personnelle de quelque forme que ce soit, de nature à porter atteinte aux engagements pris par la Fbf vis-à-vis des partenaires fédéraux. Il reconnaît expressément que seule la Fbf est habilitée il gérer et à exploiter l’image collective des Equipes du Bénin. Et à cet égard, il s’engage à participer aux opérations de promotion initiées par la Fbf avec ses partenaires, contre versement des indemnités. Toute action individuelle, commerciale ou promotionnelle menée par le joueur faisant référence à son statut d’international devra être soumise à l’accord préalable de la Fbf qui en informera le club concerné. D’une manière générale, tout joueur appelé à participer à une sélection nationale s’engage à ne développer aucune action promotionnelle, de nature à porter atteinte à l’image el à l’éthique du sport.

CHAPITRE 3EME : DES COMPETITIONS

Règle 12 : Au cours des sélections (rassemblements, entraînements, matches) auxquelles il participe, le joueur de football sélectionné en équipe du Bénin est tenu de respecter les engagements pris par la Fbf.

Règle 13 : Au cours des sélections (rassemblements, entraînements, matches) auxquelles il participe, le joueur de football sélectionné en équipe du Bénin est tenu de respecter les adversaires, les officiels, le public, les coéquipiers, les entraîneurs, les dirigeants, les organisateurs et surtout la nation béninoise symbolisée par les couleurs nationales

Règle 14 : A l’issue d’un match de football, chaque joueur sélectionné en équipe du Bénin donne la main à l’arbitre et à chaque adversaire, même en cas de défaite.

Règle 15 : Même s’il s’engage à fond pendant un match, tout joueur sélectionné en équipe du Bénin doit le faire avec fair-play. Il est conscient que la tricherie, la dissimulation de fautes et en particulier les insultes, les coups de points ou de coude, les comportements violents ainsi que la volonté de causer des blessures corporelles ne font pas partie du répertoire comportemental d’un sportif d’élite responsable. Règle 16 : Les cartons jaunes et rouges encourus en dépit de l’éthique sportive lors d’une rencontre feront l’objet d’une amende à payer par le joueur indélicat.

CHAPITRE 4EME : DES PRIMES DES JOUEURS

Règle 17 : Tout joueur de football sélectionné en équipe du Bénin, a droit à des primes dont la nature et le montant sont fixés de commun accord avec la Fbf et le Ministère en charge des sports. Les montants des primes ne sont pas négociables. Ils pourront être révisés dès que nécessaire.

Poté: L’exploit n’aura pas été pour aujourd’hui

3 minutes de jeu n’auront pas suffi à Poté pr faire décoller Nice au score face à Nancy. Entré à la 90ième minute de jeu (2-2) à la place de Loic Rémy copieusement sifflé à sa sortie, Poté n’aura pas pu faire grand chose que de constater impuissant son équipe se faire dépasser au score par un mordant Nancy. La série de désillusion continue pour Poté et Nice…