Affaire Mtn : «Même s’il s’agissait des fonds de la Fifa, seul le juge correctionnel peut se saisir du dossier»

 

Maître Moustapha Issiaka, avocat de splaignants : « Il faut  éviter l’amalgame. Ici, nous sommes en matière pénale. Et en matière pénale il n’y a pas de juridiction arbitrale. La Fifa ne peut même pas arguer d’une ingérence lorsqu’on parle d’une infraction à la pénale. Dans ce cas, c’est le juge répressif qui est un juge étatique qui est compétent. Ce qui a été fait dans le cas d’espèce. On ne peut même pas parler  d’un tribunal arbitral lorsqu’on parle d’une infraction à la loi pénale. Même s’il s’agissait des fonds mis à la disposition de la Fédération béninoise de football par la Fifa, si ces fonds ont été détournés,  la seule personne  qu’on reconnaît  pour se saisir du dossier, c’est le juge  correctionnel qui a été saisi en espèce. Donc il vaut  mieux qu’on ne détourne pas  le débat. Ici on n’est pas entrain de parler de l’interprétation  des statuts de la Fédération béninoise de football, mais on parle plutôt d’infraction à la loi pénale et la seule personne qui peut en connaître c’est le juge qui est saisi actuellement.»

« Dans cette affaire, c’est la Fédération qui est partie civile »

(…) « Si les fonds  ont été détournés et cela s’avérait exact, il faut  réclamer que ces fonds soient  payés et si possible des dommages et intérêts si le préjudice est prouvé. Donc les plaignants  ne sont pas partie civile. C’est la Fédération qui est partie civile. »

« Il faut avoir confiance en la justice…et éviter les pressions inutiles»

« Bon….Il faut avoir confiance en la justice. (…) Un juge est saisi, la justice  est complètement indépendante. Moi  je pense que ce qu’il faut éviter de mettre la pression sur les juges. Ce n’est pas bien. Quand j’ai suivi les déclarations à propos  des lettres qu’auraient  envoyées la Fifa, je me suis dis que ce sont des pressions inutiles. Nous sommes dans une matière pénale, le juge est absolument compétent. Il faut le laisser faire son travail. Actuellement, Monsieur Moucharafou Anjorin n’est qu’en détention préventive, aucune juridiction n’a encore établit sa culpabilité. Il se défend  par rapport au dossier. S’il n’est coupable, il sera acquitté ou relaxé selon le cas. Et s’il est coupable, le droit sera dit. Donc par rapport  à la justice  moi je n’ai pas de doute. Le droit sera dit dans ce dossier.»

Réalisée par Aubay