5e Edition Tournoi J2A : Les 12 académies ouest-africaines fixées par le sort !

 

L’Association de la Jeunesse et de l’Avenir (J2A) innove cette année. Du 13 au 15 février 2015, le tournoi international des centres de formation de Cotonou accueillera quatre centres de la sous-région. AS Bamako (Mali), Liberty (Togo), UTS (Ghana) et Kosaf (Burkina-Faso) s’ajouteront à la compétition.

 

La cinquième édition du Tournoi J2A ouvre la compétition à l’échelle internationale. Pendant trois jours, quelques équipes de la sous-région seront aux prises avec les centres de formation locaux. Il s’agit de l’AS Bamako (Mali), Liberty (Togo), UTS (Ghana) et Kosaf (Burkina-Faso). Une opportunité pour l’Académie Séssègnon, Bénin Foot Académie, Alodo Sports, Adefob, Abi, Divinité Suprême, Cefes et As Rasam de jauger leur niveau sur le plan international. Les rencontres se dérouleront aux stades de l’Amitié de Kouhounou et René Pleven d’Akpakpa.

« On avait eu l’accord de l’Olympique de Marseille et du Montpellier Hérault Sporting Club (Mhsc), qui devaient envoyer les jeunes pour cette édition. Ils se sont finalement désistés en raison des risques liés au virus Ebola. Raison pour laquelle, nous avons opté pour la sous-région », rapporte Mounirou Daouda, promoteur du tournoi. À son cinquième coup d’essai, le vice-président de J2A est soucieux de l’avenir de la jeunesse et fixe ses ambitions dans la formation à la base.

 

La J2A vise encore plus loin

L’autre innovation de cette édition réside dans les arrivées de José Anigo (Représentant Afrique/OM) et l’ex-monégasque Japhet N’Doram. Avec des yeux d’experts, ces deux monuments du football français tenteront de dénicher la perle rare, au cours de cette compétition. A cet effet, il est imposé aux dirigeants des centres de formation en lice de veiller au respect des âges des joueurs. Une pratique courante en Afrique mais qui porte préjudice à la carrière de nos jeunes athlètes.

Un tirage au sort a permis de déterminer les 3 têtes de poules parmi les 4 équipes étrangères, puis de tirer les groupes..

Tanawa Léandro CODO TOAFODE

 

LES INTERVIEWS

Franck Ahoutchémè (Directeur Sportif CEFES/Cococodji)

« Nous sommes bien préparés pour cette cinquième édition dont nous avons déjà effectué le tirage au sort. Notre participation à chaque édition permet aux enfants de s’exprimer. Sans évaluation, on ne peut pas jauger le niveau des enfants. Nous sommes assez motivés par l’arrivée des équipes étrangères. On était troisième l’édition dernière, cette fois-ci, on pense au titre ».

Sadikou Gbadamassi (Président de l’AS Rasam/Bassila)

« Nous sommes dans la poule C. On affrontera l’As Bamako. Nous sommes tombés sur des gros morceaux. Pour nous, ce sera une victoire car jouer avec le plus fort, c’est devenir aussi plus fort ».

Didier Sourou (Président Academie Bénin Investissement)

« On a fait un grand pas dans l’organisation. J’invite tout le monde à apporter son aide à Daouda Mounirou que je remercie. Ce ne sera pas mal. Le football est d’abord une fête ».

Abraham Quenum (Secrétaire Général Alodo Sports)

« Je remercie le comité d’organisation. C’est l’un des tournois les plus réguliers. Nous jouerons contre le Ghana que vous connaissez en matière d’académie…»

Roger Janvier Emana (Président de Bénin Foot Académie)

« Ayant déjà remporté deux éditions, je suis flatté pour la confiance qui m’a été renouvelée pour cette cinquième participation consécutive. C’est une édition spéciale. C’est l’occasion pour savoir si des joueurs sont aptes pour exercer leur profession et monnayer leur talent à l’extérieur ».

Djissa Soulé (Promoteur Académie Séssègnon)

« Une très bonne idée. Les techniciens et les encadreurs pourront confronter leur savoir à celui des étrangers. Ce tournoi remplace un peu le championnat de catégorie d’âges.»

Raymond Georges Ayaovi (Agent Fifa, Vice-Président Adefob)

« Les hostilités sont lancées car on a déjà procédé au tirage au sort. Nous sommes contents de recevoir les frères de la sous-région. Ce sera une belle ambiance footballistique ».

Daouda Mounirou (Vice-Président J2A, Promoteur du tournoi)

« On a voulu tester les centres de formation locaux à ceux de l’extérieur. C’est pourquoi, on a décidé d’élever le niveau de ce tournoi à l’international. Avec le comité d’organisation, on a essayé de conforter les invités en les rassurant de l’accueil. Dès qu’ils ont eu la certitude du sérieux de notre projet, ils ont donné leur accord. Il faut remercier le ministère de tutelle, qui apportera son expertise en mettant en œuvre la logistique nécessaire pour ces trois jours de fête.

Cette année, on a décidé de permettre aux partenaires de s’associer à la cause. Les grands parrains de l’évènement sont le député David Gbahoungba,le Port Autonome de Cotonou et la société Sipic. Il faudrait que la jeunesse se mobilise car il y aura de nombreux recruteurs dont José Anigo, représentant de l’Olympique de Marseille et de l’ex-monégasque Japhet N’Doram ».

 

 

 

GROUPE A GROUPE B

 

 

GROUPE C
A1

LIBERTY TOGO

 

B1

UNITED THROUGH SPORT (UTS) GHANA

C1

AS BAMAKO

A2

SESSEGNON

 

B2

ALODO SPORT

C2

DIVINITE SUPREME

A3

KOZAF BURKINA FASO

 

B3

ABI

C3

CEFES

A4

BENIN FOOT

 

B4

ADEFOB

C4

RASAM BASSILA

 

Serey Dié : « Je veux jouer pour le Bénin, je ne veux pas un sou »

 

Une rencontre improbable à Sion, dans un stade où Gaspoz et Ahouéya ont fait d belles choses il y a quelques années. Nous avons rencontré pour vous, le milieu de terrain ivoirien Serey Dié qui nous a confié son désir de jouer pour la pays de sa grand-mère maternelle : le Bénin : Exclusif !

Par Aubay

Nous avions appris avant la coupe des nations Angola 2010 que vos souhaitiez jouer pour le Bénin…

Ma grand-mère, la mère de ma mère pour être précis, est béninoise. Elle est décédée quand j’avais 10 ans. J’ai un cousin qui vit actuellement au Bénin. Il a réussi donc à me mettre en contact avec le sélectionneur d’alors (Ndlr : Michel Dussuyer). Il ne m’a pas rappelé. Je me suis dit qu’il n’avait pas besoin de moi…

La Can 2010, comment l’avez-vous vécu dès lors ?

Je me sentais là-bas. J’avais envie de défendre les couleurs béninoises. J’ai eu mal…

Parlons de votre actualité. Sion- Xamax 1-2, vient de se terminer. Vous l’avez suivi depuis les tribunes…

On n’a pas eu un beau spectacle. Je n’ai pas joué parce que je suis blessé depuis la première journée du championnat. Ligaments croisés du genou.

Cela est arrivé après une feinte, mon pied s’est enfoncé dans le gazon et le genou a tourné. J’ai été opéré le 16 août, là je suis une rééducation avec l’hôpital et les médecins du club. Je fais du vélo pour me remettre…

Vous revenez quand alors à la compétition ?

En janvier, je serai sur pied. En février, je reprendrai le championnat. Le staff s bat pour que je revienne au plus tôt.

Et après ce retour, vous penserez toujours au Bénin ?

J’ai du sang béninois dans mes veines. Je n’ai pas fermé la porte. Je ne veux pas jouer tout. Sinon, par exemple, le Burkina m’a sollicité j’ai refusé. Je veux jouer pour le Bénin parce que j’ai du sang béninois. Je ne veux rien d’autre. Pas un sou.

Vous avez grandi à Abidjan en Côte d’Ivoire, comme Sessègnon et  Adénon par exemple. Les connaissez-vous ?

Sessègnon, je l’ai vu plusieurs fois. On l’appelait « Diego Pourri » (Ndlr : en référence à Diego Maradona). S’il me voiyait, il ne me reconnaîtrait pas du tout, mais c’était mon idole. C’est un aîné que j’allais admirer dans les tournois de quartier à Abidjan. En ce moment, il ne jouait encore nulle part. On ne s’est pas revu depuis.

Sinon, Adénon, lui, c’est mon petit frère. En vacances, on loge dans le même hôtel et il me donne les nouvelles de l’équipe du Bénin. Depuis tout petit on a joué ensemble.

Sa fiche technique

Geoffroy Serey Die

Date de naissance : 07/11/1984

 Numéro de maillot : 26

Club actuel : Fc Sion

2008 – 2009 FC Sion Suisse ASL 30  

2009 – 2010 FC Sion Suisse ASL 30 / 2 buts ; Coupe d’Europe : 2 matches

Clubs précédents

EO Goulette Kram Tunisie D2

ES Sétif Algérie D1