Eliminatoires 2012/2e Journée / Rwanda –Bénin : Les Ecureuils et le piège de Kigali

 

Demain, samedi, les écureuils, défient à Kigali, les Amavubis du Rwanda. Pour les scpetiques, c’est inutile d’y croire. Chez les optimistes un exploit est bien possible. Et pour les  analystes c’est assez compliqué.

Géraud Viwami (coll.)

Débuter une campagne éliminatoire par un nul à domicile n’est pas une bonne opération. Ça c’est claire. Surtout quand un « ogre » comme la Cote d’ivoire  est dans le même groupe.  Les             Ecureuils se sont donc mis la pression tout seul en partageant les points avec le Burundi, le 5 septembre dernier.

A Kigali, ils n’ont pas vraiment le choix comme l’a dit Nobilo himself «  Nous sommes dans l’obligations d’aller prendre les trois points à Kigali». Il n’y pas de doute là-dessus si le Bénin veut rester en course pour la qualification. Mais une interrogation nait en même temps. Les Ecureuils ont-ils les moyens d’aller prendre les trois points à Kigali ?

Pour les sceptiques la réponse est négative. Car le Rwanda, défait à Abidjan (3-0) sera en quête de rachat devant son public. Et ne voudra rien laisser passer. En plus les Ecureuils ne sont pas dans une forme olympique. L’homogénéité  en dehors et sur le terrain n’est pas à son paroxysme. C’est donc inutile d’y croire.

D’un autre coté, il y a les eternels optimistes, qui y croient toujours. Pour eux le nul contre le Burundi a servi de leçons. Les joueurs ont pris conscience et le sélectionneur aussi. Tout n’est pas perdu comme beaucoup le pensent. Et puis n’oublions que les écureuils avaient débuté les qualifications de 2010 par une défaite à Luanda. Pourtant ils ont réussi à se qualifier. Une petite victoire suffira pour relancer les Ecureuils, avant la Cote d’Ivoire. Donc il  encore tant de saisir sa chance ! Aussi, il ne faut pas sous-estimer l’équipe béninoise à  cause de ses problèmes récents.

Mais pour être objectif et réaliste. Battre le Rwanda à Kigali pour se relancer n’est pas une mince affaire. Ça on connait tous la valeur des matches à domicile dans ce genre de compétition.

L’équipe va évoluer en altitude, une situation susceptible de perturber la prestation des joueurs.  Nobilo va opérer de nouveaux choix, la cohésion n’est pas acquise. On peut compter sur l’expérience des anciens et le mental des nouveaux.

Le Rwanda ne va pas craindre le Bénin et s’empêcher de jouer. Au contraire les Amavubis voudront vite se mettre à l’aise.

Aux écureuils de prouver qu’ils ont les ressources nécessaires pour relever la tête. Car s’ils obtiennent tout autre résultat qu’une victoire. La qualification ne serait plus compromise mais elle s’éloignera de façon définitive. Un paramètre qui confirme l’aspect piégeur du match de demain.