Ligue africaine des champions d’une année à l’autre : Tonnerres, mieux qu’Aspac ?

 

Bézo Yaovi, l'ex-buteur des Requins revient juste à temps pour renforcer Tonnerres FC

 

Les représentants béninois en croisant des équipes de pays moins huppés au tour préliminaire ont de plus en plus de chances de passer au moins un tour. Tonnerres sur les traces de l’Aspac pourrait faire mieux que le club portuaire.

Aubay

2 buts marqués, 1 seul encaissé en deux matches. L’unique but concédé étant à l’extérieur comme l’Aspac la saison dernière. Même si le calendrier a été inversé, les deux équipes, à une année près ont fait la même performance à ce stade. Nous allons essayer d’analyser les deux équipes pour voir les points communs et les différences.

 

Un rêve commun

Le premier rêveur pour l’Aspac se nome Pierre Hinvi. Il a ses défauts, mais aussi de grandes qualités dans la persuasion des dirigeants du port à revenir dans le football. Le club champion de la première ligue professionnelle lui doit au moins une chose : croire en un rêve. C’est dans la même période quasiment que l’As Tonneres est passée sous le giron de Valère Glèlè. On peut dire qu’il n’est pas un expert en football, mais il aime rêver grand et a des moyens pour cela. Quand à l’utilisation, c’est un autre débat.

 

Les moyens

Tant que l’Océan Atlantique existera, l’Aspac aussi existera, ironise souvent des fanatiques du club portuaire. Les moyens sont colossaux et c’est dans les 200.000 euros (130 millions de Francs Cfa) qu’il faut chiffrer la campagne 2010-2011 du club champion du Bénin en titre. A côté, Valère Glèlè fait office de « nain » financier. Et pourtant, il débourse plus de 60 millions de francs Cfa chaque année.

Mais la chance de l’équipe de Bohicon est qu’elle n’a pas besoin de 15 signatures pour débloquer de l’argent pour une mise au vert !

 

 

La structure dirigeante

Voilà là où les deux équipes ont quelques similitudes. Entre les courtisans qui entourent Valère Glèlè et qui font, défont et refont les staffs et les équipes, et les fonctionnaires pas trop connaisseurs du foot de haut niveau de l’Aspac, les deux clubs sont souvent plombés dans leur élan. Les luttes internes de positionnement, les faux transferts, et même les transferts sans avoir évalué le niveau réel du joueur sont les deux choses les mieux partagées dans ces deux clubs. Les moyens aidant, ils arrivent quand même à pécher quelques sauveurs de temps en temps. Un manager général de bonne culture et ayant connu le foot professionnel serait du pain béni pour les deux équipes, si je me permettais un avis.

 

Les équipes

Si l’Aspac au départ a recruté sur la base d’un centre de formation (Tanéka de Natitingou), Tonnerres Fc s’est longtemps perdu dans la starisation, une méthode à la Manchester City qui a éprouvé les finances du président Valère Glèlè. En clair, l’Aspac a acheté moins cher William Dassagaté, car il était jeune. Alors que Tonnerres a recruté un Jodel Dossou déjà à maturité. Si à l’Aspac, Emile Enassouan est présent au poste depuis 2005, soit 7 ans (à part les 18 mois de l’ère révolutionnaire Gaspoz), Tonnerres Fc a tant changé de staffs que le président lui-même se perdrait à nous citer les noms. Cette instabilité a ruiné le club.

 

Sur la scène africaine

Tonnerres Fc a déjà échoué une fois face à l’Africa sport d’Abidjan il y a quelques années. Son président en a tiré leçon. La preuve est le passage au second tour de l’équipe pour cette participation-ci, à la ligue africaine des champions. L’Aspac par contre a bénéficié d’un programme progressif d’abord en disputant deux tours du tournoi des clubs de l’Afrique de l’Ouest (Ufoa), et aussi en ayant un maître à penser comme Alain Gaspoz.

 

Un deuxième tour gagnant ?

C’est là où l’Aspac s’est cassé les dents. La raison est toute bête : Gaspoz était à Cotonou, et personne ne voulait, dans la structure dirigeante lui acheter un billet pour rejoindre l’équipe en Tunisie. Et pourtant, Gaspoz avait analysé, à l’aide d’un ami, l’équipe de l’Espérance de Tunis. Emile Enassouan, son adjoint, débordé par les pressions internes est passé à côté du match (défaite 0-5), tout comme ses joueurs. La manche retour ayant vu une victoire sans bavure de l’Aspac 2-0 à Cotonou, les dirigeants ont nourri quelques regrets.

Alors, voilà, Tonnerres Fc dans cette situation a les clés pour ne pas commettre les mêmes erreurs de « jeunesse » sur la scène africaine. Les courtisans seront nombreux autour du président Valère Glèlè, mais il reste seul patron. Or à l’Aspac, le président de la section Foot, n’est pas vraiment le « boss », et le président de l’Aspac multisports est toujours le directeur des ressources financières, autant dire, juste un multiplicateur, pas vraiment un fan de foot !

 

L’adversaire : Le Stade Malien

(Match aller 25 mars à Cotonou, match retour 8 avril à Bamako)

Le Stade Malien est une institution du football, un des plus vieilles de l’Afrique de l’Ouest et qui a déjà connu des sommets. Parfois à ce stade, on craint les équipes de l’Afrique du Nord en raison du déplacement coûteux et du climat. Tonnerres Fc ne jouera pas contre ce deux facteurs. Il vaut mieux le stade malien que l’Espérance de Tunis. Mais le Mali reste un adversaire presque’ intime qui connaît bien le Bénin. Tout peut arriver.

 

Serey Dié : « Je veux jouer pour le Bénin, je ne veux pas un sou »

 

Une rencontre improbable à Sion, dans un stade où Gaspoz et Ahouéya ont fait d belles choses il y a quelques années. Nous avons rencontré pour vous, le milieu de terrain ivoirien Serey Dié qui nous a confié son désir de jouer pour la pays de sa grand-mère maternelle : le Bénin : Exclusif !

Par Aubay

Nous avions appris avant la coupe des nations Angola 2010 que vos souhaitiez jouer pour le Bénin…

Ma grand-mère, la mère de ma mère pour être précis, est béninoise. Elle est décédée quand j’avais 10 ans. J’ai un cousin qui vit actuellement au Bénin. Il a réussi donc à me mettre en contact avec le sélectionneur d’alors (Ndlr : Michel Dussuyer). Il ne m’a pas rappelé. Je me suis dit qu’il n’avait pas besoin de moi…

La Can 2010, comment l’avez-vous vécu dès lors ?

Je me sentais là-bas. J’avais envie de défendre les couleurs béninoises. J’ai eu mal…

Parlons de votre actualité. Sion- Xamax 1-2, vient de se terminer. Vous l’avez suivi depuis les tribunes…

On n’a pas eu un beau spectacle. Je n’ai pas joué parce que je suis blessé depuis la première journée du championnat. Ligaments croisés du genou.

Cela est arrivé après une feinte, mon pied s’est enfoncé dans le gazon et le genou a tourné. J’ai été opéré le 16 août, là je suis une rééducation avec l’hôpital et les médecins du club. Je fais du vélo pour me remettre…

Vous revenez quand alors à la compétition ?

En janvier, je serai sur pied. En février, je reprendrai le championnat. Le staff s bat pour que je revienne au plus tôt.

Et après ce retour, vous penserez toujours au Bénin ?

J’ai du sang béninois dans mes veines. Je n’ai pas fermé la porte. Je ne veux pas jouer tout. Sinon, par exemple, le Burkina m’a sollicité j’ai refusé. Je veux jouer pour le Bénin parce que j’ai du sang béninois. Je ne veux rien d’autre. Pas un sou.

Vous avez grandi à Abidjan en Côte d’Ivoire, comme Sessègnon et  Adénon par exemple. Les connaissez-vous ?

Sessègnon, je l’ai vu plusieurs fois. On l’appelait « Diego Pourri » (Ndlr : en référence à Diego Maradona). S’il me voiyait, il ne me reconnaîtrait pas du tout, mais c’était mon idole. C’est un aîné que j’allais admirer dans les tournois de quartier à Abidjan. En ce moment, il ne jouait encore nulle part. On ne s’est pas revu depuis.

Sinon, Adénon, lui, c’est mon petit frère. En vacances, on loge dans le même hôtel et il me donne les nouvelles de l’équipe du Bénin. Depuis tout petit on a joué ensemble.

Sa fiche technique

Geoffroy Serey Die

Date de naissance : 07/11/1984

 Numéro de maillot : 26

Club actuel : Fc Sion

2008 – 2009 FC Sion Suisse ASL 30  

2009 – 2010 FC Sion Suisse ASL 30 / 2 buts ; Coupe d’Europe : 2 matches

Clubs précédents

EO Goulette Kram Tunisie D2

ES Sétif Algérie D1

Bénin /Ligue1 –Mercato : Le Cifas du milliairdaire Ajavon a frappé fort sur le marché

Les dernières minutes de mercato de la Moovligue 1 un peu mouvementées avec des mouvements assez choc. Le grand gagnant de ce marché est le Cifas .

 

Cifas et les jolis coups de dernières minutes

Le feuilleton est à présent terminé, les joueurs ont fini par céder. Le Cifas a en effet enregistré dans les dernières heures du merctao la signature effective de  l’attaquant Natabi Traoré et du défenseur Wagbé Gnonfam. Tous deux en provenance des Buffles du Borgou. Si il y a quelques jours les joueurs semblait décider à ne pas donner leur accord. Le Cifas a quand même réussi à les convaincre juste avant la fermeture du marché. Soulignons qu’ils sont tous deux internationaux A chez les écureuils locaux.

L’autre gros coup du Cifas est la signature de l’ancien international cadet, Jordel Dossou. Le milieu offensif béninois quitte ainsi les Requins après y avoir passé une seule saison.

 

Soleil : Elysée Zangnon

Elysée Zangnon, milieu de terrain offensif béninois a quitté le Mogas 90 pour Soleil FC. L’ancien international local béninois, avait été libéré par le Mogas.

Aspac : Djamal Bissiriou

IL figurait sur la shortlist d’Alain Gaspoz, le jeune latéral gauche béninois, Djamal Bissiriou s’est engagé en faveur  de l’Aspac. Bissiriou évoluait au auparavant au Cifas.

Requins : Lionel Sagbo

Lionel Sagbo  évoluera la saison prochaine  aux Requins. Milieu offensif droit il avait évolué la saison écoulée au Mogas.

Requins : Retour de Fabrice Mensah

Après une saison passée au Dynamo d’Abomey, le milieu défensif Fabrice Mensah est revenu au Requins de l’Atlantique.

L’Aspac tel un champion, s’offre les Lobies Stars

l'équipe d'Aspac affiche de belles ambitions

 

Coupe de l’Ufoa des clubs

L’Aspac tel un champion, s’offre les Lobies Stars

(Duel attendu face aux Sharks septembre prochain)

Un public estimé à plus de 7.000 spectateurs derrière le futur champion du Bénin 2010, au stade René Pleven de Cotonou samedi dernier, une ambiance des grands jours et au finish une victoire largement méritée 2-0 des portuaires.

Aubay

Dès la 2e minute, Wahidi rate complètement son centre du pied gauche. Dassagaté dans les 16m ne cadre pas (6e), tout comme Assane qui centre derrière les buts (7e). La fébrilité générale de l’équipe de Gaspoz en ce début de match est palpable. Les Lobies Stars vont prendre le match à leur compte et tenter de tuer le suspense. Deux corners en 2 minutes (5e et 7e) montrent le bon début des nigérians, mais Mama Karim en état de grâce veille aux grains avec la solidarité collective des bleus de l’Aspac.

L’orage rouge-noir passe et peu à peu l’Aspac émerge et efface les doutes du public. La reprise de la tête de Salomon sur corner (13e), la frappe cadrée de Sakibou déviée par le gardien nigérian Umaru (16e), le tir sur la barre transversale de Lazadi servi par Mohamed Assane (21e) sont des signes intéressants pour l’équipe béninoise. Dassagaté en récupérant un mauvais dégagement nigérian se précipite en rate de faire son lob dans les buts vides (23e). Ce sera le dernier avertissement pour les nigérians. Wahidi parti de son flanc gauche sollicite Dassagaté qui le relance idéalement dans sa course. Cette fois-ci, le N°7 de l’Aspac réussit son centre du pied gauche et trouve au second poteau Hyacinthe Sèwanou. Le contrôle de la poitrine, le crochet et la frappe enchaînée soulève les filets nigérians et le public tout conquis. 1-0 ; 26e. L’Aspac vient de refaire son retard de deux semaines plus tôt.

La réaction nigériane est annihilée par l’excellent Mama Karim dans les buts des portuaires béninois. Il repousse un premier centre (31e), avant de capter le coup franc cadré des 30 mètres frappé en puissance côté nigérian (33e).

Pour les locaux, Sèwanou à nouveau gagne un énième duel aérien. Son coup de tête est d’un cheveu à côté (36e). Sur la même action, le choc entre Wahidi et le gardien nigérian est violent, mais les deux reviendront sur le terrain.

Sèwanou va revenir à la charge, mais tire à côté (40e). La tentative des 40 mètres de Mohamed Assane est au-dessus. Les nigérians avant la pause vont répondre aux hésitations de l’Aspac, par un corner suivi d’un sauvetage de Karim.

Dassagaté tire, Junior marque, l’Aspac passe…

La seconde période est plus hachée du côté nigérian. Les espaces se créent pour les attaquants béninois qui jouent parfois de naïveté. Sèwanou décalé par Sakibou hésite à frapper (46e). Samila répond par une tête au second poteau qui effraie Karim (59e). Sèwanou une fois encore attend l’arbitre, car Wahidi son passeur est séché. L’arbitre ne bronche pas (65e). Combinaison Assane, Wahidi, Sakibou. Ce dernier est contré. (67e). Dassagaté peut s’en vouloir ensuite. Servi par Sakibou il manque sa frappe dans les 16 m (68e). Abaya faillit lui fait regretter cela en expédiant sur la transversale  de Karim Mama une lourde frappe (73e). Ce dernier avertissement est compris par l’Aspac. Sakibou accélère et gagne deux duels avant d’être séché dans les 16 mètres. Dassagaté tire, Junior place une tête plongeante et marque ! (2-0 ; 75e). L’Aspac se qualifie en ce moment précis. Dernier fait du match, l’expulsion de Capitaine Samila auteur d’un coup sur Sèwanou (77e).

Aubay

 

Encadré 1

Impressions

Dassagaté : «…sûr qu’on ira de l’avant »

« Je remercie notre coach qui a beaucoup travaillé pour que ce résultat soit acquis. Je suis sûr qu’on ira de l’avant dans cette compétition »

Gaspoz : «

On a montré beaucoup de solidarité, on a vu qu’ils étaient là sur tous les ballons qu’ils se sont battu jusqu’à la fin tout en faisant preuve de dextérité technique quand on a le ballon essayé de garder  de jouer au sol et en essayant de mener les actions propres .je remercie l’équipe de leur travail espérant qu’ils vont continuer comme ça  dimanche prochain à Parakou.

Sèwanou, buteur « au bout du travail, il y a le résultat »

« Je suis vraiment ravi, depuis un bon moment nous étions en train de préparer cette coupe avec les dirigeants nous nous sommes mis à l’œuvre et c’est au bout du travail que le résultat est là. Je suis vraiment content de ma prestation et celle de mes coéquipiers ce soir. »

Les Stats  du match

Aspac

Passes réussies première mi-temps :74

Passes réussies seconde mi-temps :79 

Total : 153

Passes manquées  1ere mi-temps : 20

Passes manquées seconde mi-temps : 15

Total : 35

Tirs cadrés  1ere mi-temps : 04

Tirs cadrés 2e mi-temps : 03

Total : 7

Tirs non-cadrés 1e mi-temps :05              

Tirs non-cadrés 2e mi-temps :05 

Total : 10

Lobies Stars

Passes réussies première mi-temps : 53

Passes réussies seconde mi-temps :63

Total : 116

Passes manquées première mi-temps : 18

Passes manquées seconde mi-temps :14

Total : 32

Tirs cadrés  1ere mi-temps : 2

Tirs cadrés 2e mi-temps : 2

Total : 4

Tirs non-cadrés 1e mi-temps : 3                

Tirs non-cadrés 2e mi-temps :  5

Total : 8

L’Aspac tient sa première recrue : Mohamed Sanoussy Fofana a signé !

 L’Aspac tient sa première recrue : Mohamed Sanoussy Fofana a signé !

C’est la première recrue pour  la saison prochaine du côté de l’Aspac. A peine le titre remporté, Alain Gaspoz a décidé de recruter d’abord pour l’Ufoa en cours. Mohamed Sanoussy Fofana s’est engagé pour deux ans avec l’Aspac et a débuté à Makodi au Nigeria il y a une semaine  face aux Lobi Stars. Il débute ainsi par l’Ufoa en attendant la saison prohaine.

Selon nos sources, ce milieu de terrain polyvalent est international guinéen et a évolué au Fc Satellite. Il était déjà à l’essai fin janvier avec l’Aspac.

Mama Karim vers Liberty (Ghana) ?

Sur liste de départ la saison écoulée, le gardien de buts de l’Aspac est finalement resté. Mais face à la rude concurrence imposée par Saturnin Allagbé, devenu international A entre-temps, Mama Karim qui a disputé quelques matches importants seulement, commence à penser à la piste ghanéenne qui devrait à nouveau de réchauffer.

Jodel Dossou proche de Vannes (France)

Après deux essais de 5 jours chacun à Lorient en Ligue1 et Vannes (Ligue2), le milieu de terrain des Requins peut envisager boucler ses valises. Selon nos sources, le club breton de Vannes où le président Ajavon des Requins est actionnaire serait très intéressé par le joueur béninois…

Alla Ludovic aux Requins ?

3 gardiens pour un bilan catastrophique. C’est le constat fait par les Requins, parmi les plus mauvaises défenses du championnat. Pour remédier à cela, l’équipe de Michel Sorin pourrait bien s’attacher les services d’un international, Ludovic Alla des Mambas Noirs. Le technicien français qui a vu le joueur évoluer en sélection l’aurait mis sur ses petits papiers…

Moussa Latoundji  entre Dragons et Kraké !

Après 6 journées, il avait quitté son poste d’entraîneur des Dragons. Le club de la capitale perdait ainsi le titre. Le capitaine des Ecureuils de 2004, premier buteur de l’histoire du Bénin à la Can, a rencontré des sages de Porto-Novo la semaine écoulée. Le rapprochement avec le club de son cœur a ainsi commencé.

Mais attention ! Les Dragons pourraient se voir souffler Moussa Latoundji par l’Us Kraké qui s’est renseigné avril dernier, juste après la défaite face à l’Aspac 0-1 à domicile. A suivre…

Aubay

Gaspoz, coach Aspac : « Kraké n’a pas assumé sa supériorité hiérarchique »

C’est un grand jour, c’est une récompense pour les joueurs qui ont travaillé et qui y ont cru sans aucune aide extérieure. Si on en est là, c’est le mérite de l’équipe. Ils peuvent profiter une semaine au classement. Mais attention, le championnat n’est pas fini.

Avant le match, j’avais dit aux joueurs qu’il fallait être patients, que c’est un match qui va se jouer sur des détails et d’être concrets en cas d’occasion. On aurait pu marquer par William qui par la suite s’est bien rattrapé. Maintenant, c’était tactique, on a bien joué le coup. On peut encore améliorer des choses et on va travailler pour ça.

On va dire qu’on est dans la course, même si on n’avait pas gagné on restait dans la course. Kraké le savait. Pour eux, un match nul les maintenait en position de leader. Même avec un match nul, nous on restait en course, car le championnat ne se jouait pas forcément aujourd’hui. C’est plus une position agréable de mérite, qu’une position qui vous donne directement le titre.

Maintenant, Kraké a joué avec beaucoup trop de respect. Ils nous beaucoup trop je ne dirais pas surestimé. Ils sont à la maison et je pensais qu’ils allaient être plus conquérants. Dans ce genre de match, quand on a deux points d’avance au classement, on doit assumer sa supériorité hiérarchique au classement et le montrer dans le jeu. Ils ont été un peu attentistes, ils n’ont pas osé se livrer et ont spéculé sur le match nul.

Recueillis par Aubay

Stage en vue pour les Ecureuils juniors

Alain Gaspoz et Eustache d’Almeida attendent que le ministère des sports et la fédération se décident pour débuter leur premier stage avec les Ecureuils juniors.

Sur une base de 37 joueurs, les deux sélectionneurs pourraient être amenés à choisir moins de la trentaine en fonction du budget disponible.

Ce week-end ou dès lundi, les Ecureuils de moins de 20 ans devraient ainsi retrouver l’ex-international Alain Gaspoz pour une première session, avec en ligne de mire les qualifications prévues en juillet.

Un match de bon niveau pourrait même sanctionner la fin de ce stage des Ecureuils juniors.

(A suivre)

14ième journée: ASPAC – Dragons

L’Association Sportive du Port(PAC), l’ASPAC mené par Alain GASPOZ affrontera en direct sur bjfoot cet après midi au stade René Pleven, les dragons de l’Ouémé de Kabir Nassirou, qui sont à l’affût d’une place sur le podium. Une victoire donnerait aussi un peu de mordant à cette équipe qui depuis peu ne se contente que d’un tour préliminaire aux compétitions internationales.


L’Association Sportive du Port(PAC), l’ASPAC mené par Alain GASPOZ affrontera en direct sur bjfoot cet après midi au stade René Pleven, les dragons de l’Ouémé de Kabir Nassirou, qui sont à l’affût d’une place sur le podium. Une victoire donnerait aussi un peu de mordant à cette équipe qui depuis peu ne se contente que d’un tour préliminaire aux compétitions internationales.
Pour rappel, les supporters des Dragons avaient eu droit à une équipe de rêve en 1987, avec ABEDI Pelé, Gangbo Bashirou, Kingston Ashabi, Peter Ruffai sous la présidence de l’ambitieux homme d’affaire feu GBADAMASSI Moucharafou. Les dragons n’avaient été défaits qu’en demi finale de la coupe des vainqueurs de coupe (aujourd’hui intégrée à la nouvelle version de la coupe de la CAF), face à Gor Mahia du Kenya. Les rumeurs dans le temps évoquaient une trahison du gardien de but Peter Ruffai au match retour, plutôt plus célèbre pour ce genre de malversations que pour sa classe dans le jeu.