FBF: Boycotte du championnat, l’ombre d’une nouvelle crise

Les subventions : voilà les nouveaux arguments avancés par quatre clubs : Asos, Dragons, Adjobi et Jap pour ne pas disputer les rencontres du week-end dernier. Mais dans le fond, la politique a repris le dessus à la Fbf et une nouvelle crise se profile…

 

Augustin Ahouanvoébla, vainqueur des élections d’août-septembre 2013 est désormais la cible à abattre par ses adversaires d’hier et certains de ses alliés. Aujourd’hui, le football béninois compte quatre camps…

Dans le premier camp on retrouve ceux qui gèrent actuellement la fédération béninoise de football. Augustin Ahouanvoébla en tête avec en sa compagnie, Valère Glèlè, dont le rêve de diriger le football professionnel est devenu réalité, Pedro Ayéma et Magloire Oké.

Le deuxième est un noyau dur, déçu de n’avoir pas récolté les fruits des longs mois de préparation stratégique des dernières élections. On y retrouve Firmin Akplogan et le colonel Koutonin. Leurs alliés se font discrets, mais sont au cœur du nouveau système.

Le troisième camp est en toute logique celui des vaincus de septembre 2013. Les frères Didavi et Moucharafou Anjorin en sont les têtes de fil (avec leur club Ja Plateau). Avec, eux, comme d’habitude, leurs frères de l’Ouémé et du Plateau. Mathurin De Chacus des Dragons, Oussou Saka d’Asos, Clément Adéchian d’Adjobi.

Le quatrième camp existe bel et bien, mais reste le plus discret et forcément le plus courtisé par tous. Son porte-flambeau qui a clamé avoir quitté le football est Victorien Attolou. On y compte Athanase Bocco, président des Requins, Bernard Hounnouvi entre autres. Ce dernier avait cru devenir le secrétaire général de la nouvelle Fbf, en vain.

Derrière ce camp plane l’ombre de Sébastien Ajavon, même si le puissant homme d’affaires s’est retiré de tout activisme politique concernant le football béninois.

 

Les vrais enjeux

D’un côté comme de l’autre, la présidence de la Fbf est l’enjeu majeur. Moucharafou Anjorin, selon plusieurs sources, a réussi à mettre dos à dos, Augustin Ahouanvoébla et Issa Hayatou, « l’éternel » président de la Confédération africaine de football. Ce dernier qui a eu écho de certains propos malveillants qu’aurait tenus Augustin Ahouanvoébla à son encontre, serait très remonté contre l’actuel président de la Fbf. laCaf serait donc prête à soutenir une éventuelle fronde anti-Ahouanvoébla,, annoncent même certaines sources. Bluff, intox ou stratégie…

Le deuxième enjeu est de faire revenir Sébastien Ajavon dans le football. Ceci n’est pas gagné…avant 2016. En délicatesse avec le pouvoir politique, l’homme d’affaires n’entend plus, selon certaines sources, investir un franc dans le football tant que certaines personnes seraient aux affaires dans le football. Parmi celles-ci, Augustin Ahouanvébla. Le député était, avec Bertin Agonkan, l’un des deux fidèles ayant sauvé Moucharafou Anjorin d’un naufrage certain après la démission collective de la majorité des membres en 2010. Il est, selon plusieurs sources, jugé comme celui ayant le plus profité de la crise.

Enfin, la réalité du football béninois est telle que sans des mécènes capables de financer tout le championnat, et pas seulement deux clubs, (comme la plupart des hommes d’affaires membres de la fédération le font) la professionnalisation aura toujours du plomb dans l’aile. Sacrifier des moyens importants sans espérer de retour avant 10 ans, voilà la clé de la relance totale du football béninois. Il faut un riche passionné, un peu fou pour le faire. L’Etat et ses fonctionnaires n’ayant d’yeux et de poches que pour les sélections nationales.

Avant tout cela, une nouvelle crise se profile et le championnat pourrait connaître le même sort qu’en 2011 avec la suspension par les clubs sympathisants de Victorien Attolou, de leurs participations.

(A suivre)

 

Revue des transferts: Dossou lié jusqu’en 2015 au Redbull Salzburg ! Omotoyossi signe en Turquie, Barazé suivi en France, Cédric Coréa rempile aux Dragons, Moise Ekoue a repris du service

C’est les dernières heures du mercato d’hiver et nous vous offrons en exclusivité, les dernières informations sur les joueurs béninois.

Redbull engage Dossou pour un an et demi

Comme nous l’annoncions en début de semaine, l’ailier international béninois Jodel Dossou (21 ans) s’est finalement engagé avec le Redbull de Salzburg. Mis à l’essai par le club  depuis  début janvier. Dossou a signé un contrat d’un an et demi, plus une année en option.  Redbull aurait déboursé 300 000 euros pour convaincre le Club Africain de Tunis qui avait fixé la clause libératoire du joueur à 400 000 euros.  Salzburg actuel leader du championnat après 21 journées reprend la compétition dimanche prochain. Juste après un dernier stage prévu en Turquie. Dossou  portera le numéro 30, il  rejoint deux autres africains, le défenseur ghanéen Isaac Vorsah et l’ailier sénégalais Sadio Mané.

Razak Omotoyossi chute en Turquie

Annoncé en Chine puis en Indonésie, Razak Omotoyossi (28 ans)  a enfin trouvé un club et ce sera en Europe. Le meilleur buteur en activité des Ecureuils a été recruté par Kahramanmarasspor  . Actuel lanterne rouge du championnat turc de deuxième division  avec 11 points au compteur et 9 points de retard sur le premier non relégable. Le club était en quête de renfort offensif cet hiver. Omogoal aurait signé pour six mois. Au moins il retrouvera la compétition après plus de six mois d’inactivité.

Clermont et Lorient sur Seidou Barazé

Auteur d’une bonne première partie de saison avec l’HUS Agadir dans le championnat  marocain,  le défenseur ou milieu défensif international béninois est très suivi en France. Clermont, où évoluent deux autres internationaux béninois, Fabien Farnolle et Emmanuel Imorou  se renseignent sur  Seidou Barazé (23 ans) auprès de ses coéquipiers en sélection. Lorient également garde un œil sur lui. Son style sobre et technique est très apprécié dans l’hexagone. Puisque le mercato d’hiver se clôture ce soir à minuit. Il sera sollicité cet été probablement.

Cédric Corea rempile avec les Dragons

Cédric Coréa (23 ans) a signé un nouveau contrat d’une saison avec les Dragons. Courtisé par plusieurs locaux,  le milieu international béninois était proche d’un essai en Tunisie. Finalement son voyage sera avorté. Coréa débutera le weekend prochain avec les Oranges et Noirs de Porto-Novo.

Moise Ekoué a repris du service !

Disparu des bancs de touche depuis sa démission de son poste de sélectionneur des Espoirs en 2011. Moise Ekoué a retrouvé un banc de touche dans le championnat national de ligue 2. Il a pris les destinées d’Espoir de Savalou avec pour mission première de faire remonter le club en ligue 1.

Tchomogo , Omotoyossi, Poté, Suanon , Aoudou , Tamou: Le Bénin à la recherche du buteur-référence

La quatrième journée de la ligue 1 a été marquée par le triste record de trois buts seulement inscrits sur les sept matches. Le pis total sur une journée de championnat béninois. Des buteurs est-ce qu’on en a au Bénin ? Le Bénin cherche encore son buteur-référence à l’image d’un Eto’o au Cameroun ou Drogba en Cote d’ivoire.  Nous  vous proposons un sujet spécial sur la question.

 

 

On s’est vraiment ennuyé ; le weekend dernier sur les stades béninois avec les cinq nuls vierges enregistrés. Une pauvreté qui n’est pas le fruit du hasard. Le problème de réalisme chez nos attaquants persiste depuis des années. La moyenne du meilleur buteur depuis dix  ans tourne autour de 10 buts, seule Franck David Gnahoui a cassé la baraque en inscrivant 22 buts en 2007. Il est tout de même clair que seule une meilleure détection et une meilleure formation peuvent y remédier.  Un ancien sélectionneur des Ecureuils avait raison de dire  «  qu’il nous fallait créer des écoles spéciales pour les attaquants béninois »  En attendant, parlons des buteurs béninois.

 

Tchomogo , buteur-essentiel

Grand artisan de la qualification du Bénin à la Can 2004 avec six réalisations (dont cinq pénaltys). Omar Tchomogo (36 ans et retraité)  s’est révélé comme un buteur identifié aux yeux du public surtout en sélection. Même s’il a avait un style plus discret en attaque, il aimait beaucoup décrocher et comptait sur sa superbe qualité de frappe.  Il a fait une carrière modeste en passant la ligue 1 française, le Portugal et le Qatar, Tchomogo n’a pas de grandes statistiques sur le vieux continent. 9 buts en 2002-2003 avec l’ASOA Valence en ligue 2, c’est son meilleur total sur une saison. Influent il est à préciser que Tchomogo était habitué à marquer des buts décisifs aussi.

On pourrait également citer Léon Bessan , l’ancien des Requins passé par le Golfe aussi. Faute de parcours européen il n’a pas vraiment été connu.

 

 

Omogoal, le gâchis

Annoncé comme un vrai buteur de type africain avec son style puissant et sa hargne, le taureau de Pobè n’a pas fait la carrière qu’il fallait. Révélé lors de la Can junior 2005  il a séduit le grand public en 2008 avec Helsingborg. Razak Omotoyossi (28 ans) avait fini meilleur buteur championnat suédois avec 14 buts. Il est d’ailleurs le seul joueur béninois à avoir été meilleur buteur d’un championnat européen de première division. La suite vous la connaissez, il a préféré un exil en Arabie Saoudite, plutôt que de rejoindre l’Allemagne ou les pays Bas. C’est sûre il aurait pu faire une meilleur carrière.

En sélection, Omogoal a confirmé en devenant le meilleur buteur actuel de la sélection A avec 20 buts en 44 matches officiels.

Poté , la maturité tardive

Le public béninois ne l’a découvert qu’avec les Ecureuils, Michael Poté (29 ans) connait une sorte de maturité tardive en tant que buteur. Capable de jouer en pointe ou sur le coté, il a un sang-froid face aux buts identique à celui des vieux briscards italiens.  11 buts en 22 matches en 2011-2012 avec Dynamo Dresden c’est son meilleur total sur une saison de championnat. En Allemagne il est reconnu comme un buteur de métier et courtisé. L’année 2012-2013 sera moins bonne avec 6 buts en 19 matches. Avant de traverser la Ruhr il s’était révélé avec Clermont (ligue 2 française)  en 2008-2009 grâce à ses 7 buts marqués. La même année où il a rejoint les Ecureuils. Sous le maillot jaune,  en 24 apparitions il marqué 4 fois seulement.

Cette saison en cours, il n’a marqué que deux buts pour l’instant.

 

A la suite de cette génération il y a la nouvelle révélée à partir de la ligue professionnelle de 2009.

Suanon, le grand espoir !

A 18 ans  l’attaquant de l’Etoile du Sahel est considéré à juste titre comme un crack de standing international. Meilleur buteur de la saison 2010-2011 (inachevé) avec 13 buts en 16 matches alors qu’il avait à peine  16 ans, Abdel Fadel Suanon (photo) a tout pour faire une très grande carrière. Rapide, dribleur avec un sens du but redoutable. Celui qu’on surnomme Monsieur But fait déjà des stats en Tunisie avec la réserve de l’Etoile du Sahel cette saison il a inscrit 3 buts en six matches avant d’être propulser en équipe première 2 buts en 4 apparitions (2 titulaires et 2 remplaçants). Ces deux premiers buts inscrits sur un doublé dès sa première titularisation.

En sélection nationale Suanon est tout aussi performant, il a déjà fais 10 apparitions officielles toutes catégories confondues (junior, espoir et A’) pour  5 buts marqués. Il a été notamment le 2e meilleur buteur du dernier tournoi de l’Ufoa avec 3 buts en autant de matches joués. Il mérite de faire ses débuts prochainement avec les A.

Aoudou , la renaissance du héros

Révélé avec les juniors béninois grâce à son triplé contre le Maroc en 2008. Il va faire encore mieux un an plus tard avec les A. Surnommé le buteur-héros  après ses buts décisifs avec les Ecureuils contre le Mali et le Ghana lors des éliminatoires de la Can 2010 à Cotonou, Mohammed Aoudou (23 ans)  a bien eu du mal à confirmer ses talents de buteurs en clubs. Après une année d’apprentissage à Evian (quand le club était en National), c’est sous les couleurs de l’As Tonnerre au Bénin 2011-2012  qu’il va confirmer.   Aoudou avec 10 buts avait fini meilleur buteur du championnat béninois avant de prendre la direction de Meknès. Souvent utilisé comme un pivot à cause de son  jeu de tête et sa qualité athlétique, il ne marque pas assez. Arrivé cette saison  à la JS Saoura en Algérie, il se signale avec 6 réalisations en 16 journées, il est l’actuel deuxième meilleur buteur du championnat algérien. Il espère passer la barre de la dizaine de buts, lui qui est déjà très suivi sur le Vieux Continent.

Tamou , pépite en attente de confirmation !

Passé par le Cifas, il progresse bien dans le championnat local depuis trois exercices. Afissou Tamou arrivé à l’Aspac cette saison sera l’un des buteurs les plus suivis de la ligue 1. Meilleur buteur de la saison précédente sous les couleurs du Mogas avec 10 réalisations. Très explosif, difficile à tenir en un contre-un-un il a une soif de buts qui grandi au fil des saisons. Il joue cette année pour la confirmation, lui qui est déjà très suivi par les recruteurs. Il compte déjà 2 buts en quatre journées.

 

 

Au delà de ses jeunes pouces, on peut citer d’autres buteurs révélés dans le championnat local qui n’ont pas confirmé. Yaovi Bézo , meilleur artificier de la ligue pro en 2010 avec 14 réalisations, entre blessure et baisse de forme , il n’a plus jamais retrouvé son meilleur niveau. Auteur de 13 buts en 2010 aussi, Christian Kotchoni , ancien des Requins aussi s’offre actuellement un second souffle au FC Cape Town en Afrique du Sud. Franck David Gnahoui malgré ses 22 buts avec Energie en 2007  n’a jamais confirmé avec ses multiples passages en République Tchèque.

 

Les anciennes gloires à retenir

Ils n’ont pas eu la chance de faire de grande carrière à l’international, ni de gagner de grand titres, leur reconnaissance était local mais très mérité. Issus des générations 80-90,  Charles Ahouandjinou , Marouf Adéchokan  et Emmanuel Chèchè peuvent être cités comme les vrais buteurs de leur époque. Précisions tout de même que Chèchè a pu monnayer des talents de buteurs dans le championnat nigérian où il a toujours une forte réputation.

 

Géraud Viwami  

Revue des transferts : Alohoutadé à la tête des Buffles, Aoudou très surveillé par des français, Ça pourrait se faire pour Dossou, Alla rentre et s’engage avec l’Uss Kraké et les derniers mouvements au Bénin.

Revue des transferts : Alohoutadé à la tête des Buffles, Aoudou très surveillé par des français, Ça pourrait se faire pour Dossou, Fayémi aux Brooklyns Italians et les derniers mouvements au Bénin.

Retrouvez chaque vendredi , la revue des transferts des joueurs béninois à l’étranger comme au Bénin

Ulrich Alohoutadé à la tête des Buffles

Après son départ de l’As Police, Ulrich Alohoutadé a retrouvé un banc de touche. Il a été nommé à la tête des Buffles de Parakou. Il a d’ailleurs dirigé l’équipe pour la première fois lors de la 3e journée contre Avrankou à domicile (0-0). L’ex-sélectionneur aura pour principale mission de faire revivre un club en chute libre depuis son titre de vice-champion en 2010.

Dossou aurait convaincu Salzburg

L’essai de Jodel Dossou tire à sa fin. Le club autrichien a jusqu’au 31 janvier pour boucler le dossier du joueur encore lié au Club Africain jusqu’en 2016. Malgré son entrée timide contre le grand Bayern en amical, son profil a été très apprécié par le staff. Le club songerait à le garder pour en faire la doublure idéale du sénégalais Sadio Mané qu’il a d’ailleurs remplacé pour les dix dernières minutes contre le Bayern.

Des français surveillent Aoudou !

Actuel deuxième meilleur buteur du championnat Algérien avec six réalisations  en 15 journées, Mohammed Aoudou  (en jaune sur la photo) attise déjà les regards des recruteurs européens. Si les clubs français se sont renseignés cet hiver sur sa situation, ils devraient garder un œil sur le buteur providentiel de la JS Saoura pour le mercato d’été. Après sa brève expérience à Evian, l’international béninois devrait retrouver l’Europe en fin de saison. Un vœu qu’il ne cache pas d’ailleurs.

Ludovic Alla rentre et devient Kraké Boys

Exilé aux USA ses deux dernières années, le gardien international béninois , Ludovic Alla est de retour au Bénin. Il s ‘est engagé avec l’USS Kraké de Magloire Oké. Pour rappel avant son exil Alla avait porté les couleurs de Mambas Noirs.

 

En bref

L’ancien défenseur de l’Aspac Hassane Sako s’est engagé avec l’As Tonnerres.

Le milieu Jean-Marie Guéra a quitté l’Asos pour le Mogas 90. L’attaquant Ismael Adjibadé aussi a quitté le même club pour le promu Ayéma.

Le gardien Steeve Glodjinon et le défenseur Dine Koukpéré  (Uss Kraké) ont rejoint Energie, tout comme le milieu offensif Louis Iréké Agonhossou en provenance de l’As Tonnerres.

Ligue 1 et 2 : Les clubs se concertent pour boycotter

 

Une menace de boycott plane sur les prochaines journées de championnat de première et de deuxième division. Les clubs ont quelques exigences que la ligue et la FBF semblent ignorer pour le moment. Et pour se faire entendre, ils envisagent de boycotter.

 

Les nouveaux dirigeants du foot béninois n’ont pas la tête à rigoler. Après le refus des Requins qui ampute la ligue 2 d’un club, la ligue de football a tous les 25 autres clubs restants sur le dos.  La reprise précipitée du championnat n’a pas des conséquences que sur la forme des joueurs sur le terrain mais bien au delà.

Les clubs reprochent pour l’instant deux faits majeurs aux organisateurs,  la non-organisation d’une assemblée générale avant le début de la saison et l’absence du bilan officiel de la saison écoulée. Deux traditions obligatoires qui n’ont pas été respecté par la FBF et la ligue avant le début de la nouvelle saison. Les clubs sont d’ailleurs très remontés.

Il est également reproché à la FBF de ne pas avoir annoncé les objectifs de la saison. Les récompenses prévues pour les futurs vainqueurs et joueurs les plus performants. En d’autres termes quels sont les enjeux réels la compétition ?

Enfin le dernier sujet qui est encore plus délicat est lié aux subventions à allouer au club. Sans véritable sponsor, rien n’a été promis ni annoncé aux clubs. Si la FBF n’a pas pu régler les primes des joueurs à l’UFOA, on se demande comment elle va y arriver pour les subventions ?  Des interrogations qui ne laissent pas les clubs insensibles.

De sources proches de plusieurs clubs, nous apprenons que les clubs se concertent entre eux afin de boycotter les prochaines  journées de championnat. D’ailleurs une pétition circule entre les clubs et les signatures ne tardent pas.  Comme exigences majeures : l’organisation de l’assemblée générale et la présentation du bilan de la saison écoulée.

Ligue 2 : Les Requins ne veulent pas jouer !

La joie des supporters des Requins a été de courte durée après l’annonce de liste des clubs participants à la ligue 2 cette saison par la FBF. Nous avons tous constaté que la première journée s’est déroulé le weekend écoulé sans les Requins. La vérité de l’histoire.

 

On se demandait bien comment les clubs ayant boycotté le championnat ses deux dernières saisons allaient être réintégrer ? Les Requins ont été annoncé comme club participant à la ligue 2 cette saison. Etonnant pour les sceptiques. Bonne nouvelle pour les supporters. Sauf que les premières incompréhensions vont vite faire surface.

Le coordinateur du club, Athanase Bocco (photo) révèle sur une chaîne de radio privé que le club n’a pas donné son accord pour participer à ce championnat. Première mise au point. Il a toutefois précisé qu’il y a eu des discussions avec la Fédération et que le club a bien posé les conditions de son retour à la compétition. Ses conditions n’ont pas respecté selon le coordonateur. Conclusion le club ne participera pas à ce championnat encore moins en ligue 2.

 

Une première journée sans les Requins !

 

Beaucoup de rumeurs ont circulé avant le début du championnat le weekend écoulé et nous avons tous constaté que les Rouges et Blancs de Cotonou n’ont pas affronté Espoirs de Savalou pour la première journée comme annoncé dans le calendrier. Selon nos informations, l’équipe n’a ni d’entraineur, ni d’effectif à l’heure actuelle pour s’aligner dans le championnat. Ceci justifie pleinement  la volonté des dirigeants du club qui a été confirmée par cette absence.

 

La Fédération au forcing

 

Dans un championnat professionnel ce forfait constaté dès la première journée devrait logiquement amené à la rétrogradation automatique du club. Mais rien n’a été fait ou du moins annoncé officiellement. Et mieux on apprend de certaines sources proches de la fédération que la première journée manquée est considérée comme un match reporté. La fédération tiendrait particulièrement à ce que les Awissi reprennent la compétition. Il y a même eu des tractations entre la fédération et les dirigeants rouge et blancs qui n’ont pas cédé.  Pourquoi ce forcing ?

Ce weekend, pour la 2e journée les Requins sont sensés affronter Entente à Kouhounou. Pas sûre que le club qui appartient toujours à Sébastien Ajavon revienne sur sa décision.

La Revue des transferts : Adénon recalé à Fréjus-Saint-Raphaël, Dassagaté à Tonnerres , Omotoyossi observé en Indonésie ; Les nouvelles têtes du Mogas, Akélé débarque à l’As Police avec Tchato et Katodatou,

Retrouvez chaque vendredi , la revue des transferts des joueurs béninois à l’étranger comme au Bénin.

 

Essai manqué pour Khaled Adénon en National

 

 

Alors que la plus part de ses coéquipiers ont rallié des clubs huppés en ligue 1 et ligue 2, Khaled Adénon (photo) peine à se relancer. Libre de s’engager avec le club de son choix dans ce mercato, l’ancien mimo était mis à l’essai il y a quelques jours par Fréjus-Saint-Raphaël actuel 4e du National (3e division française). L’international béninois n’a pas été retenu par le staff. L’international béninois tentera de se relancer ailleurs donc.

 

 

William Dassagaté se relance à Tonnerres

 

Rentré à Cotonou après sa signature manquée au Stade Gabésien en Tunisie. Le milieu offensif international béninois a choisi de se relancer dans le championnat local. Il signé six mois avec l’As Tonnerre.

 

 

 

Alors qu’on évoquait des offres tunisiennes et même marocaines la semaine dernière, le milieu offensif international béninois a séduit au delà du Maghreb.

 

 

Razak Omotoyossi observé par un club indonésien

On l’annonçait en Chine, les pistes se précisent pour  Razak Omotoyossi. Il est actuellement observé par un club indonésien à la recherche d’un attaquant de renommée international. Un club chinois aussi, interressé, attend l’international béninois pour essai. Il devrait donc découvrir l’Asie après l’Europe et le Moyen orient.

 

 

Aly, Gbètokpanou, Gbaguidi, Cissé,  Guéra, les nouvelles têtes du  Mogas

 

 

 

Une nouvelle s’annonce au Mogas avec un effectif renouvelé à plus de 90 pour cent. Eustache d’Almeida s’est attaché les services de l’arrière de droit Mohammed Aly en provenance de Kraké tout comme le défenseur Rodrigue Gbétokpanou , lui aussi ancien Kraké boys. Le milieu d’Asos Jean-Marie Guéra aussi a rallié les pétroliers. Le Mogas a également convaincu deux pépites prometteuses  il s’agit de Pacifique Gbaguidi, milieu offensif gaucher révélé sous les couleurs de la sélection cadette en fin 2012. Il avait joué en division amateur avec l’As Donga. Un autre joueur venu du championnat amateur annoncé comme un buteur providentiel Yaya Cissé a signé. Il a d’ailleurs marqué dès sa première apparition le dimanche dernier contre Dragons.

 

 

Akélé arrive à l’As Police avec  Tchato et Katodatou dans ses valises

 

 

 

Stanislas Akélé a quitté le Mogas après trois saisons, il a rejoint l’As Police. Arrivé sur le banc des policiers, il a rapidement convaincu deux de ses anciens poulains pétroliers de le rejoindre. Le milieu défensif international béninois, Giscard Tchato et le défenseur  Bawa Katodatou.

 

 

 

 

 

 

Championnat nationaux (D1 et D2) : On prend presque les mêmes et on recommence, le retour des Requins

Ce dimanche lors du lancement de la nouvelle saison, la liste des clubs autorisés à participer a été rendu public. La configuration est identique à celle des deux dernières saisons seul surprise, le retour des Requins de l’Atlantique.

 

 

La ligue professionnelle est de retour, présidé par Valère Glèlè, elles ont rendu public hier la liste des clubs devant prendre part au championnat de première et deuxième division.

En ligue 1, on notera le retour d’Energie, promu. Habitué à la D1 le club avait été rétrogradé en 2010 lors de la première ligue pro parce qu’il ne s’était inscrit qu’en troisième division. Elle a assuré sa montée en terminant deuxième de la ligue 2 la saison dernière. Ayéma,   champion surprise de la ligue 2 aussi fera ses débuts en première division. Les douze autres clubs sont les mêmes qui ont réussi à se maintenir la saison dernière. Ils ont donc 26 journées pour succéder à la JAP, le champion en titre.

 

  Un nouveau départ pour les Awissi-Wassa

 

La fédération avait lancé le mois dernier l’appel pour l’acquisition des cahiers de charge pour les clubs en vue de leur participation aux championnats de ligue 1 et 2. On pensait que la configuration serait chamboulée comme ce fut le cas en 2009 avec la première ligue professionnelle. On attendait surtout le retour des clubs ayant boycottés les deux dernières saisons. Dynamo d’Abomey, Mambas Noirs, Cifas, Dynamo de Parakou, Caimans du Zou, Zazira, Espoirs de Savalou et Requins Fc. Seul ces derniers se sont alignés pour le championnat et ils ont été admis en ligue 2.

Athanase Boco , le coordonnateur du club affirmait il y quelques mois qu’il avait une vision africaine pour le club c’est le moment de s’offrir une base de renom. Evidement les légendaires rouges et blancs de Cotonou repartent presque de rien après deux saisons mortes. Ils repasseront par la ligue 2 objectif urgent : remonter en ligue 1.

Espoirs de Savalou aussi retrouvera la compétition après deux ans d’absence.

Autre petite surprise à noter la présence d’un nouveau JS Agonlin. Une région très populaire dans le centre du Bénin qui n’avait jamais eu de club dans un championnat national. Les dix autres clubs n’ ont pas changé comparé à la saison dernière.

 

Les défis de la nouvelle ligue pro

La FBF a annoncé une nouvelle ligue professionnelle. Après l’épisode des primes non-payées à l’Ufoa. On se demande tous si la fédération ou la ligue aura les moyens de tenir un championnat fiable. Le comité exécutif s’est rendu en France récemment, cette nouvelle expédition de prospection aurait abouti sur des accords de sponsoring pour le foot pro béninois. Le président Valère Glèlè et son équipe ont bien la lourde tâche de redonner vie au foot local. Sans moyen ce sera bien compliqué.

Revue des transferts : Tamou , Koutché , Seibou, Houngbédji , Naim , les nouveaux visages de l’Aspac

 

A 24 heures du lancement de la saison 2013-2014, dans notre revue des transferts nous faisons un zoom spécial sur l’Aspac et ses nouveaux visages.

Exit Emile Enassouan, après sept ans de service sur le banc portuaire, Edmé Codjo , contre tout en attente s’engage. Avec un projet bâtit sur la jeunesse, on bien vu les prémices lors du match amical contre les nigérians de Dodan Warriors. On également découvert les nouveaux visages de l’effectif. Qui sont-ils ?

 

Edmé Codjo : Le refondateur

Alors qu’il était directeur technique d’une académie cotonoise où il formait des jeunes minimes et cadets, Edmé Codjo est sollicité par  l’Aspac pour remplacer Emile Enassouan dont le contrat venait d’expirer. Codjo expose son projet et pose ses conditions et accepte le contrat. L’Aspac va entrer dans une nouvelle ère.

Les six rescapés…

Edmé Codjo a bien notifié à l’effectif laissé par son prédécesseur que seuls les méritants resteront. L’ex-sélectionneur décide de dégraisser, certains vont craquer dès les premières semaines de travail. Au finish, de la trentaine de joueurs sous contrat six seront retenus. Le gardien international, Saturnin Allagbé, l’arrière droit Lazadi Fousséni et l’ailier-buteur, Johnson Onwuka. Les trois autres viennent de reprendre, il s’agit du prometteur défenseur Nabil Yarou et de l’intenable Adam Wahidi tous deux opérés du genou il y a quelques lois et de l’arrière gauche Antonin Kassa , qui était touché à une cuisse. Tout le reste de l’effectif n’a pas été jugé à la hauteur.

Tamou – Kouché , premiers arrivées

Les premières recrues de l’ère Edmé Codjo sont deux ex-pétroliers: L’attaquant Afissou Tamou Nanti et le milieu offensif polyvalent Kabirou Koutché. Le premier a fini meilleur buteur de la saison écoulée avec 10 buts. Le second a inscrit un seul but mais a réalisé une très bonne saison également. D’ailleurs ils tous deux marqués lors du premier match amical officiel contre les nigérians de Dodan Warriors.

Seibou , Naim , Houngbédji , le pari de la jeunesse

Edmé Codjo n’a pas cherché loin pour reconstituer son milieu de terrain. Il a recruté deux jeunes joueurs qu’il connait très bien pour les avoir eu au Cifas puis en équipe nationale cadette. Mama Seibou , l’international junior et A, le milieu relayeur aguerri de ses deux années de championnats  (Buffles et Uss Kraké). Meme profil  pour Djibril Naim, le meneur de jeu, passé par Onze Créateurs et l’As Police. Quant au jeune prometteur défenseur ou milieu défensif Gaston Houngbédji issue de la génération des cadets 2012, il découvrira la ligue 1. Lui aussi avait été lancé en sélection nationale par Codjo. Les anciens élèves retrouvent donc leur maître

Comme autre perle habitué aux pelouses du championnat, Edmond Anoumou Agbossou aussi s’est engagé après quelques semaines d’essai, l’ailier gaucher passé par Dadjè Fc puis Tonnerres découvrira un des clubs les plus huppés du pays. Même chose pour le défenseur international Brice Gozo, après une saison moyenne à l’Uss Kraké. Thierry Ahovè, arrière gauche ou milieu, transfuge d’Onze Créateurs est aussi présenté comme l’une des valeurs sûres du dispositif d’Edmé Codjo.

Géraud Viwami

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’intégralité de la déclaration d’Anjorin

Cotonou le lundi, 29 juillet 2013
Béninoises, Béninois
Mes chers compatriotes,
Je vous remercie de bien vouloir m’accorder un peu de votre attention pour partager avec moi une décision d’une importance capitale.
Vous n’êtes pas sans savoir qu’à la Fédération Béninoise de Football, nous sommes en pleine campagne électorale dans la perspective du renouvellement du Comité Exécutif que je préside depuis deux mandats. Deux mandats marqués, comme vous le savez bien, par des hauts et des bas, par des turbulences de tous genres.
Mon propos ce jour ne sera pas d’aborder ni de parler de toutes les crises qui ont secoué ces dernières années notre football et à cause desquelles nos certitudes de progrès connaissent des coups d’arrêt particulièrement décevants et attristants.
La tristesse ici vient de la foi placée en nous par le peuple et surtout par le Chef de l’Etat, le Docteur Thomas Boni Yayi dont je saisis l’occasion pour remercier pour tout son soutien qu’il ne nous a jamais marchandé pour faire avancer le football national. La tristesse ici, vient de la déception du peuple, du Ministre des Sports, M. Didier Aplogan Djibodé et surtout du Chef de l’Etat et de son gouvernement qui ont toujours souhaité sans jamais la voir se réaliser, l’union sacrée des acteurs du football pour des performances dignes de leurs espoirs et espérances.
La période électorale que nous traversons en ce moment relance encore une fois, la guéguerre entre les acteurs. Une situation qui fait s’amonceler dans les cieux, des nuages des contradictions et des empoignades les plus redoutables.
L’une des illustrations de cette situation, c’est l’assemblée générale de mise en place de la Commission électorale qui s’est achevée dans des conditions qu’il ne me plait pas d’aborder ici. Ce qui est constant, c’est le fait que la Fifa nous ait rappelé à l’ordre. Une situation suffisamment préoccupante qui a amené le Ministre de la Jeunesse, des Sports et Loisirs à nous envoyer le 8 juillet 2013, une correspondance portant en objet, « les dispositions pour le renouvellement du Comité exécutif de la Fédération Béninoise de Football ».
Dans sa lettre, le Ministre a exprimé à juste titre, ses inquiétudes. Se référant à une lettre datée du 3 avril 2013 à nous envoyée par la Direction du Sport d’élite, il nous a reprécisé que « les services compétents de son département ont rappelé à notre intention que le mandat du Comité exécutif que je préside arrivera à échéance le 23 août 2013 et qu’ils nous invitaient par la même occasion à prendre les mesures nécessaires pour organiser l’assemblée générale élective dans le strict respect des délais prescrits par les statuts de la Fédération Béninoise de Football ».
Le ministre a poursuivi en disant ceci « A moins de deux mois du mandat où aucune information précise sur le niveau des préparatifs de l’assemblée générale élective n’est disponible, je voudrais également m’appesantir sur ce rappel qui vise à éviter à la fédération un vide juridique du fait du non renouvellement du mandat des instances dirigeantes à bonne date ».
Le ministre des Sports a terminé sa lettre en nous disant avec force que son « département ministériel se trouvera dans l’obligation de prendre ses responsabilités vis-à-vis de la Fédération Béninoise de Football si au lendemain du 23 août 2013, un nouveau Comité exécutif n’est pas mis en place conformément aux dispositions statutaires ».
Loin de considérer ce qui précède comme des menaces, je fais miennes les préoccupations du ministre Didier Aplogan Djibodé et je voudrais aujourd’hui devant vous, réaffirmer notre volonté d’organiser les élections à bonne date pour le renouvellement des instances dirigeantes de la Febefoot. Lesdites élections auront lieu à bonne date et je suis prêt à consentir tous les sacrifices nécessaires afin qu’elles se déroulent dans une atmosphère d’apaisement et de paix véritable.
Et si le retour d’une atmosphère apaisée doit passer par ma renonciation à rentrer dans la course à ma propre succession, au nom de l’intérêt supérieur de la Nation, je vous déclare aujourd’hui, la main sur le cœur, que je ne serai pas candidat aux prochaines élections.
Je laisse ouverte ma succession sans y participer en tant que candidat. Et pour donner la preuve de mon engagement dans ce sens, j’ai laissé la direction de la réunion du Comité Exécutif de la Fédération Béninoise de Football qui a eu lieu ce jour à Cotonou, à mon 1er vice Président. Je ne récupérerai la plénitude de mes fonctions qu’après la présente déclaration pour conduire à terme mon mandat, pas en qualité de président candidat, mais en tant que président sortant tout court.
Mon objectif ayant toujours été la promotion et le développement du football béninois je ne pense pas qu’il nous soit utile de continuer de nous affronter pour rien.
Je ne sais pas par quel alchimie cela a été possible, beaucoup de personnes qui déclarent aimer le football béninois, sont prêts à monter des coups fumants contre ce football parce qu’ils veulent abattre Moucharafou Anjorin. Il faut que ça cesse. Et pour que ça cesse, si cela va passer par ma renonciation à être candidat, je le répète encore une fois, je fais le sacrifice. Je ne serai pas candidat à ma succession.
Ne pas être le président de la Febefoot ne m’empêche pas de demeurer un officier de réserve sur qui le sport roi peut compter dans notre pays compte tenu de mon expérience accumulée depuis des décennies mais aussi et surtout de ma position dans les structures faîtières au plan continental et mondial.
Au moment où je suis en train de prendre une si importante décision, j’ai une pensée pour mes illustres prédécesseurs que je tiens à remercier pour tout ce qu’ils ont pu faire pour le sport national en général et le football béninois en particulier. De Norbert Imbs à Martin Adjagodo, c’est avec respect et déférence que je les remercie. Ils m’ont frayé le passage. En mettant les pieds dans les leurs, j’ai modestement apporté ma prière à l’édifice comme le fera la jeune génération qui prendra ma succession.
Vive la communauté sportive du Bénin !
Vive la famille du football béninois !
Vive le peuple béninois
Que Dieu bénisse le Bénin !
Inch’Allah !
Je vous remercie !
(source http://www.journauxdubenin.com/article/declaration-d-anjorin-moucharafou#sthash.XdHuTW2T.dpuf )

Affaire Fbf : La décision qui dit stop au gouvernement et à Anjorin

 

-Le juge de l’exécution  ordonne  à l’Etat béninois d’avoir à cesser tous troubles sous astreintes comminatoires de 1.OOO.OOO FCFA par jour de résistance

 

-Enjoigne  à ANJORIN Moucharafou de remettre les clés des bureaux de la FBF sous astreintes comminatoires  de 200.000 FCFA par jour de résistance

 

 

 

Dossier ATTOLOU Victorien et  autres

 

C/

 

ANJORIN Moucharafou et autres

 

 

 

Statuant publiquement  et contradictoirement  à l’égard de ANJORIN Moucharafou  et par défaut réputé contradictoire  à l’égard de l’AJT

 

Nous déclarons compétent

 

Rejetons les moyens de ANJORIN Moucharafou à voir déclarer irrecevable les moyens des demandeurs

 

Disons  que la non exécution de l’arrêt  N° 25/ 2012 du 12 juillet 2012  n’est imputable ni à ANJORIN Moucharafou, ni à Didier Aplogan mais à l’Etat béninois

 

Ordonnons  à l’Etat béninois d’avoir à cesser tous troubles sous astreintes comminatoires de 1.OOO.OOO FCFA par jour de résistance à compter de la notification de la décision et enjoignons  à ANJORIN Moucharafou de remettre les clés des bureaux de la Fédération sous astreintes comminatoires  de 200.000 FCFA par jour de résistance

 

 Condamnons l’Etat béninois  à payer 5.OOO.OOO FCFA à titre de dommages et intérêts

 

Dit n’y  avoir lieu à exécution à provisoire

 

 

 

 

 

Ligue2/ Energie FC affiche clairement ses ambitions: « Nous jouons pour la montée en 1è division » dixit Comi Kadato

Le samedi 08 décembre prochain démarre l’édition 2012-2013 du championnat national de 2ème division de football. En prélude à ce démarrage,  Energie FC,  l’un des clubs promus met les bouchés double pour atteindre son objectif. La montée en 1ère division est la principale obsession du club cette saison selon les dire du Sg/Energie Comi Kadato.

« Nous jouons pour la montée en 1ère division. C’est vrai que la tâche ne sera pas facile, mais nous y parviendrons » dixit le Secrétaire Général, Comi Kadato de l’équipe de football de la Société Béninoise d’Energie Electrique, Energie Fc. Selon ce dernier, tous les moyens ont été mis en œuvre pour que cet objectif soit atteint. Pour preuve, l’encadrement technique conduit par Urbain Honfo est maintenu en place. Les responsables ont préféré renouveler leur confiance en cette équipe qui a permis la monté du club en 2ème division. Pour atteindre cet objectif qu’ils se sont assignés, les dirigeants de la Sbee n’ont pas lésinés sur les moyens. Ils se sont attachés les services de certains joueurs internationaux tels que le révoltant attaquant Franck Gnanhoui, de retour de la République Tchèque, Louis Iréké et autres. D’autres joueurs seraient dans le viseur des responsables de la Sbee. « Nous sommes en négociation avec un club pour avoir la libération définitive d’un joueur pas des moindres du championnat Béninois » a poursuivi Comi Kadato. Pour lui, les derniers détails seront réglés dans les jours à venir et Energie Fc aura son effectif au grand complet. Rodrigue Tito et son capitaine Joël Tognon ne pensent pas baisser les bras. Faut il le rappeler, Energie Fc a décroché son  billet pour la 2ème division avec la Jeunesse Sportive de Pobè (Jsp). Energie FC a finit 2ème du championnat de 3ème division avec 45 points (13 victoires, 06 nuls et 03).

Comi Kadato, Sg Energie Fc

 

Energie FC veut retrouver l’élite du football béninois….