Can Egypte 2019 : Tunisie – Nigéria 0-1 , Ighalo assure la  huitième médaille de bronze aux Super Eagles

Dans un stade Al Salam du Caire quasi vide , le Nigéria grâce à  un but matinal d’Odion Ighalo assure le service minimum face à une Tunisie trop timorée pour s’offrir la huitième médaille de bronze de son histoire à la Can dans le match pour la troisième place. Résumé.

Ighalo « goleador »  frappe d’entrée.

Les Supers Eagles ne tardent pas à entrer dans le match. Odion Ighalo va marquer dès la 3e minute. A la suite d’un jeu à trois sur le côté gauche entre Ndidi-Musa-Collins, ce dernier va prendre le couloir balle au pied. Il centre dans la surface sans danger mais le contre favorable entre Meriah et Ben Cherifa profite à l’attaquant des Super Eagles qui n’a plus qu’à pousser le ballon au fond. Un vrai but de renard des surfaces. Son cinquième la compétition, l’ancien de Watford prend seul la tête du classement des buteurs en attendant la finale.
Assommés, les tunisiens ne se réveilleront jamais dans un premier acte maîtrisé par les verts. Le duo Etebo – Ndidi gagne tous les duels au milieu et asphyxie chaque offensive des aigles de Carthage.
Khazri puis Khenissi sont trop juste dans leur tentative.
Chukuzwézé , Musa et Iwobi combinent bien mais n’arrivent pas à être tranchants dans la surface adverse.
Khenissi puis Ighalo sortiront sur blessure, la malédiction des neuf du soir. Le Nigéria tient sa médaille de bronze à la pause et ne va pas la lâcher.

Huitième bronze , record

La Tunisie joue plus dès l’entame du second acte et va se signaler sans plus. Chaouat trouve le petit filet extérieur (48e) puis Badri le cadre mais les gants d’Uzoho (57e).
Les rouges vont progressivement prendre le contrôle du jeu à leur tour avec l’entrée en jeu de Sliti mais ils n’arrivent pas à s’approcher des buts d’Uzoho.
Chukwézé manque de peu de faire le break sur une frappe enroulée suite à un corner décomposé par Musa et Iwobi. Ben Cherifa se détend et sort la parade (63e).
Samuel Kalu sur coup franc , Ben Chérifa sort l’ultime parade du match dans les arrêts de jeu.
Dans un match presqu’endormi sur le dernier acte  le Nigéria entre dans l’histoire en décrochant sa huitième médaille de bronze après 1976, 1978, 1992, 2002, 2004, 2006 et 2010 , un record.
Au Stade Al Salam du Caire , Géraud Viwami

Feuille de match
Stade : Al Salam du Caire
Arbitre: Gerad Gerisha (Egypte)
Tunisie – Nigéria 1-0
But : Ighalo 3e
XI – Tunisia : Ben Chérifa – Hadadi , Meriah , Hnid (Bedoui 67e), Drager – Skhiri , Sassi ,Chaaleli – Khenissi (Chaouat 45e), Badri (Sliti 58e) , Khazri.
Coach : Alain Giresse
XI – Nigéria : Uzoho – Aina , Collins, Ekong , Omeruo – Ndidi , Etebo , Iwobi – Ighalo (Osimhen 46e) , Musa (S. Moses 75e) , Chukweze (Kalu 90e)
Coach : Gernot Rhor

Can Cameroun 2021 : Le tirage au sort des qualifications aura lieu demain

La Caf a dévoilé hier les pots en vue du tirage des éliminatoires de la Can Cameroun 2021. Quart de finaliste de l’édition 2019 , le Bénin est placé dans le pot 2 en compagnie du Cap Vert , Congo , Gabon, Guinée , Kenya , Libye , Mauritanie , Afrique du Sud , Ouganda et Zambie. Les Ecureuils n’affronteront donc pas ces pays en qualifications.

Les huit équipes du pot cinq disputeront un tour préliminaires. Les quatre nations qualifiées à l’issue de ce premier tour seront additionnées au  pot quatre pour compléter le nombre de pays à douze.

Ensuite , il sera constitué douze groupes de quatre pays avec une équipe tirée dans chaque pot.  Les deux premiers de chaque poule seront qualifiés pour la phase finale au Cameroun.

Le tirage au sort aura ce 18 juillet au Caire.

 

Pot 1 : Algérie, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Egypte, Ghana, Mali, Maroc, Nigeria, RDC, Sénégal, Tunisie

Pot 2 : Bénin, Cap Vert, Congo, Gabon, Guinée, Kenya, Libye, Mauritanie, Niger, Afrique du Sud, Ouganda, Zambie

Pot 3 : Angola, Centrafrique, Guinée Bissau, Madagascar, Malawi, Mozambique, Namibie, Sierra Leone, Soudan, Tanzanie, Togo, Zimbabwe

Pot 4 : Burundi, Botswana, Comores, Ethiopie, Swaziland, Guinée Équatoriale, Lesotho, Rwanda

Pot 5 : Tchad, Djibouti, Gambie, Liberia, Île Maurice, Sao Tome et Principe, Seychelles, Soudan du Sud

G.V.

Ecureuils A ‘: Mali – Bénin 1-1 en amical

Les Ecureuils A’ en match amical de préparation du premier tour des qualifications du Chan Cameroun 2020 ont concédé un nul 1-1 cet après-midi à Bamako contre le Mali. Le milieu des Buffles , Patrick Sèdjamè avait ouvert le score pour les Ecureuils à l’heure de jeu qui se feront rejoindre en fin de partie .

XI-Bénin : Damilola – Yarou , Ogouchi , Dossa , Aklogan – Sedjamè , Adangnandé , Bonou , Agognon – Idrissou , Allabani

Can Egypte 2019 : Mahrez envoie l’Algérie en finale pour un remake face au Sénégal.

Au terme d’une demie-finale de haut niveau , c’est le génie de Ryad Mahrez, presque tout seul, qui permet à l’Algérie de battre le Nigéria sur le fil 2-1 ce soir au stade international du Caire et se qualifier pour la finale de la Can 2019, dans un match où chaque équipe a eu sa mi-temps. Résumé.

Mahrez envoient l’Algérie au Paradis

Nous étions au bout des quatre minutes , d’arrêts de jeu , la tête presque dans les prolongations. Mahrez tire un dernier coup franc dans les vingt mètres. L’ailier de Manchester City nettoie la lucarne d’Akpeyi pour son troisième but du tournoi. Le gaucher offre une place en finale aux Fennecs ,  dix-neuf ans après la dernière. Impliqué sur les deux buts marqués par les siens ce soir , il ne fait aucun doute que  c’est l’homme du match , mieux un héros national. Pour célébrer, ça va klaxonner en son nom.

Ekong Malheureux, Mahrez décisif

Dans un stade du Caire acquis à sa cause grâce au dix milles algériens présents , ce sont les DZ qui commencent fort en posant le pied sur le ballon. Face à des nigérians en place , c’est sur corner que la première alerte arrive. Ramy Bensebaini n’arrive pas à ajuster sa tête au point de pénatly( 16e).
Rapides en projection , les Super Eagles vont cadrer leur premier tir par Ahmed Musa (19e).
L’Algérie domine mais la défense nigériane tient. Daniel Akpéyi sort un arrêt de classe devant Bagdad Bounedjah qui avait réussi à chiper un ballon devant Kenneth Omeruo (28e). Sofiane Feghouli à son tour , trouve encore Bounedjah qui filait au but dans le dos de la défense. L’arrière gauche , Jamilu Collins couvre in extremis et sauve son camp (36e).
Après la vague algérienne , le Nigéria va répondre par une frappe croisée d’Odion Ighalo qui rase le poteau (38e).
Les hommes de Gernot Rhor finiront par craquer à cinq minutes du terme. Ryad Mahrez fixe bien Collins puis centre au point de pénalty. William Ekong sur la trajectoire marque son camp. 1-0. Le stade explose !
Mieux dans le jeu offensivement, l’Algérie mène logiquement à la pause face à des nigérians peu inspirés dans la moitié adverse.

Merci la VAR et Ighalo meilleur buteur

Le Nigéria reprend le contrôle du jeu en seconde période, l’Algérie recule. Iwobi est à la baguette mais les Super Eagles n’arrivent pas à se créer des situations dans les trente mètres adverses.
Grâce à la VAR , l’arbitre gambien Papa Gassama accorde un pénalty pour main dans la surface. Il transformé par Odion Ighalo (68e). Quatrième but pour l’attaquant de Shenghai Shenhua qui prend seul la tête du classement des buteurs. Juste récompense.
Après l’égalisation, ça s’enflamme dans les tribunes. Les supporters algériens sont chambrés par les locaux qui chantent à la gloire du Nigéria.
Epuisée, l’Algérie souffre sur ce second acte. Ighalo (80e) puis Henry Onyekuru (87e) vont prendre leur chance sans faire le break.
Avant la libération signée Mahrez.

Un remake

La finale du 19 juin sera un remake contre le Sénégal que l’Algérie a battu 1-0 en phase de groupe. Le Nigéria se consolera avec un match pour la troisième place contre la Tunisie.
Au stade international du Caire , Géraud Viwami

Feuille de match
Can 2019 – demie finale
Stade international du Caire

Arbitre : Papa Gassama (Gambie)
Algérie – Nigéria 2-1
Ekong (csc) 40e , Mahrez 90+5 // Ighalo 72e (sp)

XI – Nigéria : Akpeyi – Omeruo , Ekong , Awaziem , Collins – Etebo , Ndidi- Iwobi – Musa , Chukwuezé (Onyekuru 77e), Ighalo
Coach : Gernot Rhor (Allemagne)
XI – Algérie : Mbolhi – Mandi, Benlamri , Bensebaini, Zeffane – Guedioura, Bennacer , Mahrez , Feghouli – Belaili , Bounedjah
Coach : Djamel Belmadi (Algérie)

Can Egypte 2019 : Trois choses à savoir avant Nigéria – Algérie

Le dernier carré de la Can 2019 entre en lice ce soir ,  place à la seconde demie-finale qui se jouera au stade international du Caire entre le Nigéria et l’Algérie, Bjfoot.com vous révèle trois choses que vous ignoriez sur cette affiche. Présentation.

 

Quête reconnaissance

Absente de la scène continentale depuis son sacre en 2013 , le Nigéria signe un retour réussi en atteignant le dernier carré. Mais , les supporters des Super Eagles rêvent encore du titre. La nouvelle génération guidée par Gernot Rhor veut laisser des traces.
En face , l’Algérie aussi veut redorer son image en Afrique. L’unique et dernier titre des Fennecs date de 1990, une éternité. Grand homme du renouveau DZ , Djamel Belmadi sait que le peuple algérien attend énormément de cette Can , maintenant qu’ils sont en demie. C’est le moment ou jamais.

Avantage Nigéria

Ce sera la 19eme rencontre officielle entre les deux nations. Elles comptent sept victoires chacune. Mais sur les six dernières affiches , le Nigéria en a remporté cinq d’affilée depuis 2002. Une remontée en puissance des Super Eagles qui coïncide avec le renouveau des Super Eagles qui ont privé les Fennecs de Mondial 2018.

Chukwézé, le nouveau visage

A 20 ans , il a renoncé au Mondial avec la sélection U20 pour espérer disputer la Can avec les A. Son pari sera gagné , car le gaucher compte déjà quatre apparitions dont deux d’entrée. Auteur d’une saison pleine en Liga , à Villaréal (26 matches , 5 buts) , il séduit l’Afrique par ses coups de reins et s’est montré décisif avec son but contre l’Afrique du Sud en quarts de finale.

Géraud Viwami 

Can Egypte 2019 : Trois choses à savoir avant , Sénégal – Tunisie

Le dernier carré de la Can 2019 entre en lice ce soir , Sénégal-Tunisie à 17h pour la première demie-finale qui se jouera au stade du 30 juin du Caire , Bjfoot.com vous révèle trois choses que vous ignoriez sur cette affiche. Présentation.

Le « Giressetico »

A la tête de sa quatrième sélection en Afrique depuis 2006, Alain Giresse (66 ans) a connu le Sénégal entre 2013-2015. Ce sera donc des retrouvailles pour l’ancien bordelais qui avait échoué au premier tour de la Can 2015 à la tête des Lions de la Téranga. Sadio Mané , Moussa Konaté et Idrissa Gueye faisaient déjà partie de son effectif à l’époque.

Avantage Aigles de Carthage

Si on doit se fier aux chiffres , la Tunisie part avec un avantage. En 20 confrontations , les Aigles de Carthage compte 9 victoires contre 7 pour les Lions de la Téranga. Plus en forme récemment , le Sénégal s’est imposé lors de leur dernière confrontation au premier tour de la Can Gabon 2017. On se souvient également tous , du quart de finale de la Can 2004 à Rades, devenu mémorable à cause des 15 minutes d’arrêts de jeu et de l’énorme brouillard causé par les fumigènes.

Mané vs Khazri.

Ce match sera également celui des numéros 10. En Tunisie, tout ne repose pas sur lui mais il pèse dans l’animation offensive. Whabi Khazri auteur d’un but en phase de groupe et une passe décisive en quart de finale contre Madagascar, le stéphanois est un leader  chez les rouges et blancs. Quand il va bien , l’équipe suit son rythme.
Meilleur buteur du tournoi avec 3 réalisations , l’attaquant de Liverpool est en lice pour être meilleur joueur du tournoi. Sadio Mané se donne à fond à chaque match et se réaffirme. Quand il n’est pas à la conclusion, il sait donner le ton comme sur le but décisif d’Idrissa Gueye contre le Bénin au tour précédent. Attention danger?
Géraud Viwami

Can Egypte 2019 : En souffrance face à la Côte d’ivoire, grâce Mbolhi , l’Algérie verra les demies

Dans le choc de ses quarts de finale, l’Algérie s’est finalement imposée aux tirs aux buts face à la Côte d’ivoire notamment grâce à un arrêt déterminant de Rais Mbolhi après un score de 1-1 au stade de Suez ce soir.

 

Feghouli en réussite , Gradel touche du bois.

L’Algérie prend vite le contrôle des débats avec les supporters dans les tribunes puis avec la possession sur le terrain. Mais, c’est la Côte d’ivoire qui va se créer les premières situations par les côtés.
A droite,Max Gradel touche le poteau de Rais Mbolhi sur une belle frappe enroulée (6e). Puis à gauche , Wilfried Zaha efface Ramy Bensebaini et remet au centre sur Jonathan Kodjia qui manque sa reprise. (8e).
Après ce temps fort ivoirien, l’Algérie aura le sien avec plus de réussite. D’abord , Ryad Mahrez croise trop sa frappe du gauche après un appui avec Youcef Belaili (15e). Trois minutes plus tard , Bensebaini à la passe pour Sofiane Feghouli qui va faire exploser le stade en ouvrant le score d’un plat du pied au point de penalty (18e). 1-0.
Derrière l’Algérie recule. Le match se tend notamment à cause  du duel entre Bensebaini et Zaha dans leur couloir qui seront d’ailleurs avertis après un accrochage par Mr Tessema.
Djamel Belmadi va perdre Atal sorti sur blessure après un tacle de Wilfried Kanon. Medhi Zefane entre dans le couloir droit de la défense des verts. (30e)
Entreprenant sur le premier acte, Gradel va trouver encore Mbohli sur son chemin, après un joli travail de Zaha. (45e)
Plus efficace , les Fennecs mènent devant des Eléphants pas vernis dans les trente mètres adverses.

Bounedjah échoue, les Eléphants toujours en vie 

L’Algérie démarre fort le second acte. Bounedjah est crocheté par Gbohouo sur un ballon profondeur. Pénalty. Le buteur d’Al Saad s’en charge mais son tir rebondit sur la transversale et s’envole dans le ciel de Suez. Les verts ne font pas le break. (47e)
Utile en pivot , Kodjia va trouver le cadre de Mboli une première fois sur un tire en angle fermé. Le gardien à la main ferme. (50e)
Ibrahim Kamara va aussi perdre un défenseur sur blessure , Kanon cède sa place au joueur du Wydad Casablanca, Cheick Comara.
Après l’heure de jeu , les Eléphants égalisent. Pas très en réussite , c’est Zaha qui va apporter la lumière. L’ailier de Crystal Palace , casse les lignes balle au pied sur trente mètres puis sert Kodjia. Ce dernier fixe Mandi , croise du gauche et fait mouche. Deuxième but dans le tournoi pour le Villans. 1-1 (62e)
Le match s’anime , le jeu est plus ouvert. Mahrez croyait avoir marqué , mais Bagayoko surgit et sauve d’un tacle rageur sur la ligne (69e).
Les ivoiriens baissent du pied physiquement et laissent des contres mal exploités par les algériens.
Adlène Guediora va s’y coller de loin , sans danger pour Gbohouo, auteur d’un bon match (84e). On file en prolongations.

Une affaire montant.. Mbholi décisif

Les joueurs sont épuisés dans les deux camps , les jambes s’alourdissent. Les Eléphants vont se signaler. Entré en jeu , Maxwell Cornet s’illustre doublement. D’abord, il voit Feghouli se jeter pour couper la trajectoire de sa frappe qui partait bien (98e). Puis Zeffane qui manque pour quelques cheveux de marquer contre son camp sur un centre du lyonnais qui venait d’éliminer Benseibani (107e).
Les derniers frissons des verts seront une tête de Slimani à bout portant maîtrisé en deux temps pas Gbohouo (114e). Et un coup d’Andy Delort à peine entrée en jeu qui flirtent à avec le poteau du portier du TP Mazembé (120e). Place aux tirs au buts. Chez les Fennecs , Benseibani , Slimani , Delort et Ounas convertissent leur tentatives. Kessié , Gradel et Cornet font de même chez les Eléphants. Bony verra son tir arrêté par Mbohli. Derrière , Belaili manque d’offrir la victoire aux siens , son tir est repoussé par le poteau. Le même poteau , que va toucher Serey Dié sans  succès sur le dernier tirs des oranges. Triste sort pour le capitaine qui sortait d’une prestation de haut niveau.

L’Algérie s’en sort 4-3. Les hommes de Belmadi joueront le Nigéria en demie-finale.
Au stade de Suez , Géraud Viwami

Feuille de match
Suez Stadium – Quart de finale
Arbitre :
Côte d’ivoire – Algérie 1-1 (4-3 tab)
Buts : Feghouli (18e) // Kodjia 62e

XI – Côte d’ivoire : Gbohouo – Wonlo , Traoré , Kanon (Comara 54e) , Bagayoko – Sangaré (Gbamin 78e) , Serey Dié , Kessié – Gradel , Zaha (Cornet 93e) ,Kodjia (Bony 96e).
Coach : Ibrahim Kamara (Côte d’ivoire)
XI – Algérie : M’Bohli – Benlamri , Mandi, Atal (Abeid 30e), Bensebaini – Guedioura , Bennacer , Mahrez (Ounas 85e) , Feghouli (Delort 120e) – Belaili , Bounedjah (Slimani 78e)
Coach : Djamel Belmadi (Algérie)

Sénégal – Bénin : Comme une leçon de formation

Idrissa Gana Gueye a inscrit l’unique but des Lions de la Téranga face aux Ecureuils du Bénin en quarts de finale de la Can 2019. Le brillant parcours du Bénin est ainsi terminé, sur une défaite très courte, qui fait mal. Mais pendant 15 jours, les Ecureuils ont su tenir tête à de grands adversaires par leur solidité, leur abnégation, leur solidarité. Un exemple pour tout un pays. Ce parcours n’est pas le fruit d’un système de formation. Le Bénin après 9 ans et demi d’absence à la Coupe d’Afrique des Nations s’est bien rattrapé, mais va devoir retourner à la base.

Idrissa Gana Gueye, formé à Diambar’s, buteur heureux face aux Ecureuils du Bénin sur une passe de Sadio Mané, formé à Génération Foot. Ces deux joueurs viennent rappeler à quel point la formation est importante quand on veut viser haut dans le football. Il y a presque 20 ans, un ancien capitaine des Ecureuils du Bénin, jeune retraité du football, Jean-Marc « Jimmy » Adjovi-Bocco, avait entrepris d’installer dans son pays un projet exceptionnel : centre de formation sport-études. Pendant de longs mois, il n’a pas eu l’accompagnement nécessaire et a donc décidé de prospecter ailleurs. Son projet a obtenu au Sénégal un écho très favorable. L’académie Diambar’s est née. Celle-ci après des débuts complexes et une lutte sans merci contre les fraudes d’âge, a fini par émerger et devenir une référence au Sénégal en matière de formation. Un joueur issu de ce centre va devenir professionnel au Losc en France. Plus tard, il va s’exporter en Premier League anglaise…crucifiera les Ecureuils du Bénin, un soir de juillet 2019.

Quelques timides représentants de la formation béninoise en 2019

Michel Dussuyer avec ses remplacements durant chacun des 5 matches de la Can 2019, a lancé des joueurs comme Jodel Dossou, David Djigla, Mama Seïbou ou encore Anane Tidjani pour s’ajouter à Seidou Barazé (4 titularisations sur 5) et Saturnin Allagbé (3 titularisations sur 5). Ces joueurs sont les seuls à être nés et formés au Bénin. D’autres y sont nés, mais pas formés au Bénin.

De nombreux jeunes Bénin n’ont pas eu la chance d’évoluer dans une structure comme Diambar’s au Sénégal fondée par un béninois. Et ce manque ne peut que se révéler dans des matches très importants comme un quart de finale de Coupe d’Afrique. Et Idrissa Gana Gueye est donc la sanction-symbole de nos 20 ans d’égarement sans stratégie de formation. Plus le niveau monte plus le sélectionneur a besoin de joueurs-jokers. Dussuyer n’a pas pu s’appuyer sur un vivier large.

A présent, l’Etat béninois et la Fédération, tout en célébrant nos Héros de 2019, devront penser aux prochaines Coupes d’Afrique des nations et éviter les lendemains qui déchantent. Monter si haut, la chute n’en est que plus douloureuse. Maintenant que les fans ont goûté aux joies d’une épopée de deux semaines, ils n’accepteront plus que l’équipe rentre tôt à la maison. Le temps de la construction à long terme est venu !

Aubay

 

Clap de fin !

Tristes, mais fiers. Les Béninois ont enfin vibré pendant deux semaines dans une compétition continentale majeure. Oui, depuis 1960, il y a eu quelques coups d’éclats çà et là, mais rien d’aussi long. Les précédentes participations ont été des aventures de 10 jours maximum. Du 25 juin au 10 juillet 2019, tout s’est arrêté au pays des Ecureuils. Le sujet le plus débattu a été le football. Eh oui ! Au pays de la politique, c’est rare. Deux longues semaines à évoquer le parcours des solidaires et courageux Ecureuils du Bénin. Personne ne vendait chère leur peau. Ils y ont cru. Sans aucun souci logistique majeur, aucune revendication de primes de  matches ou de prime de participation etc, ils ont su dans la sérénité préparer la meilleure aventure sportive collective de l’histoire du Bénin.

Sans gagner, et sans perdre durant quatre matches, nos Ecureuils ont montré l’exemple. Malgré la suspension du capitaine Sessègnon au premier match, celle de Mounié au 4e match, de Khaled Adénon au 5e match, les Jaunes ont bravé des adversaires plus forts sur le papier. Cette aventure nous montre qu’il n’y a aucune fatalité. Oser lutter, oser vaincre dit-on. Y croire et travailler pour. Cette participation des Ecureuils est l’équivalent de la Conférence nationale des forces vives de la Nation tenue en 1990. Elle vient donner aux « petits » pays du foot africain, le courage de s’affirmer face à des adversaires historiques habitués à des coupes du monde. Eh oui ! Le Bénin a affronté 4 pays sur 5 ayant connu chacun au moins 2 participations à la Coupe du monde Fifa.

Et pourtant, le Bénin n’a perdu qu’une seule fois. Et pourtant, cette année 2019 avait débuté dans la peur et la crainte en raison du climat politique. Les gars armés de crampons et de coiffures, vêtus d’un maillot jaune ont changé l’ambiance. Les manifestations de joie ont pris le pas sur les manifestations politiques. Il n’y a que le sport pour réussir cela. Merci aux Ecureuils, à la prochaine !

Ecureuils : Alors , la vie sans Adénon

Le vice-capitaine des Ecureuils , Abdoul Khaled Adénon (33 ans) manquera le quart de finale, demain, entre le Bénin et le Sénégal suite à son carton rouge récolté contre le Maroc en huitièmes. Un coup dur pour Michel Dussuyer qui devra se passer d’un pion essentiel en défense centrale mais comment faire sans lui? Options.

Verdon , nouveau patron

Titulaire indiscutable depuis le début du tournoi , Olivier Verdon (23ans)  est monté en puissance aux côtés d’Adénon en duo comme en trio. Après l’expulsion de ce dernier contre le Maroc, il a formé la paire centrale avec Moise Adilehou. Si le Bénin doit évoluer avec une défense à quatre , les deux seront reconduits comme centraux. Mais si Michel Dussuyer doit garder sa défense axial à trois, cela change la donne.
Le joueur d’Alavès aligné à gauche dans le trio quand Adénon est opérationnel devrait être repositionné au centre pour diriger la défense.
Le technicien français devrait choisir donc un troisième défenseur capable d’évoluer sur le côté gauche.

Barazé ou Salomon?

Dans la hiérarchie c’est Junior Salomon (33 ans) qui devrait rentrer dans la défense dans ce cas. Mais le capitaine de Plateau United n’a plus été titulaire chez les Ecureuils depuis octobre 2018 et n’a encore disputé la moindre minute depuis le début de la Can. Il a d’ailleurs perdu sa place au profit d’Adilehou qui lui est passé devant dans l’esprit de l’entraîneur. Il a tout même le vécu à son avantage.
Arrière droit sur les trois matches de groupe , Seidou Barazé (28 ans) indisponible contre le Maroc pourrait enfin retrouver son poste de prédilection dans l’axe de la défense. Le défenseur ayant disputé les trois rencontres de groupe à le rythme de son côté.
La dernière option dont dispose Dussuyer serait de faire redescendre Jordan Adéoti (30 ans) en défense centrale. Le joueur d’Auxerre est l’homme de base du milieu de terrain des Ecureuils ayant disputé l’intégralité des matches.

Le technicien français va devoir trancher , un choix déterminant.

Géraud Viwami

BEN 1-1 MAR: Réactions en vidéo après la victoire des écureuils

Les écureuils ont bien célébré leur victoire en communiant avec le public présent au stade, puis dans le vestiaire. Des chansons entonnées en langue locale aux compétences linguistiques insoupçonnées de Dussuyer en Nago, vivez-le en images.

Plus tard à l’heure du dîner, par l’intermédiaire du ministre des sports, le président de la république a pu s’adresser aux joueurs. Il leur a exprimé sa fierté et toute la joie que le Bénin tout entier recevait d’eux.

Côté supporters, les zangbeto étaient de sortis au Caire…

pendant que les rues de Cotonou vibraient

Bénin : Et dire que le nom « Ecureuils » ne faisait pas peur !

Les Béninois pendant longtemps ont essayé de changer le nom « Les Ecureuils », tellement peu fiers du surnom et des performances, y voyant forcément une corrélation.

Panthères, Python, Adjinakou (Éléphant en Fongbé, langue parlée au sud du Bénin) ont été évoqués. Il y a un an, la nouvelle fédération à sa prise de fonction a lancé un « appel au surnom ». Oui, être Ecureuil dans un monde de fauves, ça ne vous donne pas forcément de la confiance. Mais dans cette savane africaine où les fauves se battent, seuls les petits rongeurs les plus habiles peuvent se hisser très vite au sommet des arbres les plus hauts pour avoir la vie sauve. Petits gabarits, habiles avec le ballon, sans réellement un plan, mais toujours en train de déstabiliser leurs adversaires, voilà l’esquisse des Ecureuils jusque-là. Oui, jusqu’à cette Coupe d’Afrique passée de 16 à 24 où chaque « petit pays » a commencé à espérer sa chance. Le Bénin avait sa feuille de route : Passer le premier tour en ayant battu la Guinée-Bissau. La suite ? On verra. Et pourtant, nous y voilà déjà ! Quart de finale de la Can à 24 !

Au fil des mois et d’une victoire à domicile face aux Fennecs d’Algérie sur le chemin de l’Egypte, le Bénin a commencé à y croire et construire son histoire. Le genre qu’on raconte aux enfants avant qu’ils aillent dormir. Un conte de fée avec des rebondissements, des cartons rouges, des Eperviers, des Lions aussi redoutables les uns que les autres, et au final, des Ecureuils toujours épargnés. Quel que soit la prochaine ligne écrite mercredi prochain face au Sénégal, les Ecureuils ont déjà gravé cette histoire pour toujours.

 

Quarts de finale Egypte 2019 : Place aux Lions de la Téranga !

 

Le Bénin a résisté aux Lions Indomptables du Cameroun, aux Lions de l’Atlas du Maroc et s’apprête à défier les Lions de la Téranga. Cette équipe n’est certainement pas une génération issue de centres de formation réputés ou de clubs européens huppés. Cette équipe est un assemblage, une sorte d’alchimie, de bricolage, de bric-à-brac qui a su se donner une âme sous l’égide de son guide, Michel Dussuyer. Une somme d’expériences cumulées par différents acteurs importants. Du Sélectionneur à son adjoint, Moussa Latoundji, premier buteur de l’histoire des Ecureuils dans une Can (en 2004), passé par la Bundesliga 2 à Energie Cottbus. Du capitaine Sessègnon, passé par le Psg en France, Sunderland en Premier League, à son adjoint Khaled Adénon formé à l’Asec d’Abidjan. Une combinaison de joueurs nés et formés au Bénin (au maximum 5 sont présents en même temps sur le terrain dans les matches), et qui ont pris le pouvoir face au Maroc, tant après leur entrée en jeu que lors de la séance des tirs aux buts. Anane Tidjani (Cifas, Alodo Sport), Mama Seïbou (Cifas), David Djigla (Onze Créateurs), Saturnin Allagbé (Tanéka, Aspac) ont accompagné Olivier Verdon dans une séance historique de tirs aux buts dominé 4-1. Sans trembler. Oui, on peut s’appeler Ecureuils ou fourmis, il ne faut pas en rougir. Seul le travail acharné, l’organisation et l’abnégation permettront d’aller au bout du combat. Les prochains Lions sont annoncés, ils viennent de la Téranga !

 

Maroc – Benin* 1-1: Les écureuils prennent leur quart…aux tirs au buts


Plus d’infos à venir…

Les écureuils avaient marqué en premier…

Avant égalisation des lions de l’Atlas

A la 90ième, Ziyach avait placé son penalty sur une faute de Sessegnon sur la barre, envoyant ainsi les écureuils en prolongation

Maroc – Bénin : en 3-4-3, avec le retour Adilehou, Poté en pointe et Mama à droite (compo officielle)

Le sélectionneur des Ecureuils , Michel Dussuyer vient de dévoiler la compo  des Ecureuils qui débuteront à 17h contre le Maroc , le premier huitième de finale de la Can Egypte 2019.

Le Bénin va revenir à son 3-4-3. Quatre  changements ont été effectués dans le onze par le technicien français.

Dans les buts , Saturnin Allagbé est conservé. Moise Adilehou fait son retour dans le trio en défense centrale. Habituel milieu , Mama  Seibou va évoluer sur le côte droit comme piston. Seidou Barazé est absent. Le  joueur de Toulon avait déjà évolué à ce poste chez les jeunes au début de sa carrière au Bénin. A gauche , Emmanuel Imorou aussi fait son retour dans l’équipe. Comme attendu , Mickael Poté est aligné à la pointe de l’attaque pour palier l’absence de Steve Mounié , suspendu. Cèbio Soukou et Jodel Dossou seront sur les couloirs.

G.V.

CAN Egypte 2019: Les gagnants des pronos de la phase de groupe

Gagnants du maillot supporters bjfoot
BEN 2-2 GHA Gédéon’s Ahanmada et Abdoul Wahid Adam. (Bravo à Ferdo’s Wollou et Aimé Césaire qui avaient aussi le bon score, mais n’ont pas eu la chance du tirage).
BEN 0-0 GNB Takpara Worou-méré et Herman Kakito Akakpo
En commentaire votre pronostic du match BEN – MAR. Deux bons pronos seront tirés au score.
Allez les écureuils!!

Groupe F : Bénin – Cameroun 0-0, terminé. Les Écureuils en huitièmes de finale


Match lancé avec un corner pour les Écureuils et quelques incursions des Lions indomptables. (4e).

Collins Fai trouve Ekambi au cœur de la défense beninoise. La tête de l’attaquant camerounais est au-dessus (6e). Le Bénin respire.

Double raté de Ekambi et Bahoken suite à un centre venu de la gauche (8e)

Dossou se fait faucher dans le camp camerounais. Le Bénin ne dure pas dans cette zone. (12e)

Le Cameroun contrôle le jeu sans réussir à tirer pour inquiéter Allagbé ( 13e)

Le Cameroun obtient un bon coup franc sur le flanc gauche de la défense béninoise à quelques mètres de la surface (17e).

La frappe d’Oyongo, gêné par Sessegnon est hors cadre. Le Bénin subit en ce début de partie.

Faute sur Adenon, carton jaune pour Djoum (20e)

Le Bénin pour le moment est qualifié.

Allagbé! La belle parade sur cette frappe cadrée fuyante de Choupo Moting. Corner (23e).

3 corners de suite pour les Lions Indomptables.

Le Bénin s’en sort bien, mais Les Écureuils manquent d’enchaîner les passes pour atteindre le camp adverse. Beaucoup de précipitations.

63% de possession, 13 attaques contre 3 en faveur du Cameroun. (28e)

Sessegnon obtient un coup franc intéressant dans le camp camerounais.

Frappe! Et deux béninois se gênent au premier poteau! Quel dommage. (29e)

Le  Cameroun obtient un corner dans la foulée (30e)

Un match ouvert pour le Cameroun qui n’est pas précis dans ses choix.

Le Bénin peut y croire.

Excellente couverture de Verdon qui intercepte la passe de Choupo Moting à destination de Bahoken. Les Écureuils contre-attaquent, mais butent sur Onana (35e).

Corner pour le Bénin (2 corners contre 5 pour le Cameroun). Deux frappes béninoises. Celle ratée de Mounié et celle de Sessegnon dans les nuages (36e).

Beaucoup de ballons perdus, jetés côté béninois (40e).

Le Cameroun contrôle le match sans trop subir de pressing. Les Écureuils jouent très bas, défendent à 11. Mounié souvent dans son propre camp pour aider ses coéquipiers. (41e).

Sessegnon tente de garder le ballon dans le camp adverse, combine avec Djigla qui alerte Kiki. Ce dernier tente et reussit son petit pont. Coup franc pour le  Bénin aux abords de la surface. Carton jaune Fai.

Sessegnon frappe en force devant les buts, mais le ballon finit en sortie de but. (44e)

Carton jaune Mounié pour une action peu évidente. C’est dur.

Mi-temps, 0-0

Le  Bénin est à 45 minutes d’une qualification historique, s’il maintenait le match nul.

La première période a été largement dominée par le Cameroun. Le  Bénin à travers Sessegnon s’est procuré des coups francs plutôt mal négociés.

Clinton Njie se prépare côté camerounais à rentrer.

Les deux équipes reviennent sur le terrain.

Le Ghana vient d’ouvrir le score par Jordan Ayew. La donne change pour les places.  Cameroun 5 points, Ghana 5points, Bénin 3 points

Njie entre, Fai sort.

C’est réparti!

Le Cameroun reprend le contrôle, centre de Bahoken, sans preneur. Sessegnon récupère et relance mais subit la faute. Le Bénin remonte la balle avec Djigla. (47e)

Faute de Barazé sur Choupo Moting à l’entrée de la surface  côté droit de lala défense béninoise (49e).

Koundé tire en force. Au-dessus. (50e)

Mounié tente de passer face à Banana. Il obtient un coup franc (53e).

Le Cameroun accélère avec Choupo Moting. Seydou Barazé concède la faute (carton jaune 53e)

Corner pour le Bénin (58e). Tête de Barazé.

Le match perd en intensité. Sessegnon va à nouveau subir une énième faute suite à une accélération dans le rond central (62e).

La frappe de loin de Toko Ekambi! Allagbé capte sereinement (64e)

25 minutes à jouer…

Changement : Djoum sort Boumal rentre (66e).

Transversale de Koundé pour Njie qui manque sa frappe (67e).

Boumal frappe également. Encore à côté.

Bénin remplacement: Soukou entre, Dossou sort (68e).

Le Cameroun domine sans plus. Le Bénin défend très groupé. En espérant un éclair (70e). Ne pas oublier que le Cameroun n’a marqué qu’après une heure de jeu contre la Guinée-Bissau et rien face au Ghana.

18 minutes à jouer

Le Bénin a du mal à ressortir. Mama Seibou concède un coup franc sur Anguissa dans les 30 mètres. Coup franc tiré, hors jeu.

34 attaques à 10 pour le Cameroun.

15 minutes à jouer

Poté entre, Djigla sort (76e)

Poté aussitôt entré obtient un coup franc dans les 16m. Anguissa carton jaune.

Sessegnon tire dans le mur (78e)

Le Ghana passe premier grâce à son 2e but face à la Guinée-Bissau. Le Cameroun devra réagir.

Coup franc à nouveau pour Sessegnon. Mais Onana capte (80e).

10 minutes à jouer

Les jambes tremblent côté béninois.Beaucoup de passes ratées.

Corner pour le Cameroun (82e).

Tête de Banana sur la transversale! Le ballon sort. L’arbitre siffle une faute.

Ekambi sort, Bassogog entre (84e).

5 minutes à jouer

Le Cameroun persiste. Le Bénin résiste. Les Lions indomptables tentent de longues balles dans le dos des Écureuils. (87e)

Adenon blessé a rejoint ses coéquipiers.

Mama Seibou évite le corner devant Anguissa (88e).

Allagbé dégage son camp, mais le ballon revient rapidement dans le camp des Écureuils.qui vont obtenir un coup franc (89e)

Le Bénin respire

Le Cameroun devient imprécis à l’instar de cette passe ratée captée par Allagbé.

Soukou dans les 16 mètres ne va pas au bout. (90e)

Faute sur Poté, carton jaune Oyongo.

2 minutes d’arrêt de jeu.

Le Cameroun repart à l’attaque  mais Sessegnon récupère et c’est fini!

Les Écureuils sont en huitièmes de finale face au Maroc!