TCI2F: FINALE CE DIMANCHE 24 AVRIL À 15H : 36LION FC (NIGERIA) – ABI SPORT (BÉNIN)

Deux demi-finales, deux vainqueurs aux tirs aux buts. Dans le premier duel, ce sont les nigérians du 36Lion Fc qui ont imposé le rythme au jeu avant de s’offrir en seconde partie l’ouverture du score sur un auto-goal. La réponse des burkinabè ne mettra  que quelques minutes avec Zaon Tidiane. 1-1. Aux tirs aux buts, les nigérians seront les plus adroits : 4-2, score final.

Dans la deuxième demi-finale Abi Sport dans les 15 premières minutes a raté le coche avec deux occasions nettes. La suite sera ghanéenne, mais en vain. Après un nul vierge 0-0 face aux ghanéens du Sporting Club Accra (Ghana), Abi Sport s’impose 3-1 aux tirs aux buts.

La finale se jouera entre 36Lion Nigeria et Abi Sport du Bénin à 15h (14h GMT).

Le match de la 3e place se jouera à 12h30 entre Kozaf Burkina Faso et Sporting Club Accra du Ghana.

La finale sera diffusée en direct sur Ortb, canal 270 sur canalsat

plus d’infos sur www.tic2f.org

Burkina Faso – Bénin : les notes des Ecureuils

F

????????????????????????????????????
????????????????????????????????????

arnolle 4

Impuissant le pénalty et le tir enroulé  de Bertrand Traoré où il ne pouvait pas grand-chose, le géant havrais a eu peu de boulot et a été moins décisif qu’à l’aller.  Un gros arrêt à mettre à son actif en fin de première période.

Barazé 5

Fautif sur le pénalty, il a encore réalisé un match correct défensivement  avec plusieurs interventions décisives in extrémis. Trop timide offensivement, il a été moins sollicité en seconde période.

Salomom 5.5

Comme souvent, il n’a rien laissé passé dans les duels, une très grosse présence athlétique. Il a neutralisé Bancé sans pitié. Seul bémol, sa tergiversation en première période aurait pu coûter un but. Sinon bon match.

Adeoti 5

Match sobre, très impliqué dans la relance, sa volonté d’aller vers l’avant a failli couter cher aussi sur quelques pertes de balle. Un match tranquille sans grande difficulté.  Remplacé par Bessan en fin de match.

Kiki  5.5

Il a beaucoup osé offensivement sur son côté sur ses centres ou même sa frappe repoussée en première période auraient pu être décisifs. Défensivement, il a été beaucoup mis à contribution sans flancher.

Koukou 6

Il a gagné beaucoup de ballons dans l’entrejeu, infatigable bagarreur, il a affiche un calme et une constance dans l’effort digne d’un leader.  Même lorsqu’il a été replacé en défense centrale en fin de match.  Avec moins de déchets techniques, il a montré un bon niveau.

Bello 4.5

Présent par intermittence, il s’est aussi beaucoup battu notamment pour la fluidité du jeu béninois sans grande influence. Un match somme toute acceptable

Sèssegnon 6

Le capitaine a une fois encore affiché toute sa volonté en prenant le jeu à son compte. Il a manqué de lucidité collective sur certaines actions. Il aurait pu égaliser si son coup franc n’avait pas été dévié en première période.

Dossou 5.5

En percussions comme en drible, il a sonné la révolte tout seul à plusieurs reprises par ses accélérations. Il a constamment mis la défense burkinabè en difficulté mais trop soliste parfois. Il aurait pu marquer sur belle occasion en fin de partie.

Poté 4.5

Sur le coté ou en pointe il a fait quelques déplacements intéressants avec de l’envie sans être vraiment tranchant. Sèssegnon lui offre un caviar en seconde période qu’il exploite mal. Il y a avait moyen de mieux faire. Il va céder sa place à Mounié.

Gounongbé 6

Intelligent dans ses déplacements, Bakary Koné ne l’a pas lâché de tout le match.  En appui dans le jeu au sol où en pivot, il a été plutôt efficace. Il  décroise trop sa tête en première période et en seconde il est trop court sur le centre à ras de terre de Dossou. Il faisait bonne impression avant d’être remplacé.

Suanon 4

Il a fait une entrée très difficile, les Ecureuils étaient déjà menées et il n’a pas montré grand-chose. Une dernière demi-heure très compliqué pour lui.

 

Burkina- Bénin / Gernot Rhor, sélectionneur du Burkina, «On a marqué sans encaisser»

gernot rohr

« Ce qui fait la différence quand vous regardez les deux matches, nous avions eu une emprise technico-tactique sur les deux matches. A l’aller, le score n’as pas du tout reflète ce qui s’était passée sur le terrain. On même plus domine le match aller que celui d’aujourd’hui. Sur ce match on a eu ce réalisme qui nous a manqué. On a marqué sans encaisser. Le plus important c’est la qualification. Quand il y a un match aller retour ce qui compte c’est la qualification.»

 

Gounongbé “ça fait mal”
“On encaissé trop tôt. Si on avait tenu le 1-0 un peu plus longtemps ils auraient douté. Ça fait mal, il y a avait la place pour faire quelque chose. Mais bon, c’est étape par étape. On va travailler. Ça fait mal quand même.”

Propos recueillis à Ouagadougou, par notre envoyé spécial Géraud VIWAMI

Ecureuils : Burkina Faso – Bénin 2-0, les Etalons renversent les Ecureuils

A Ouagadougou, De notre envoyé spécial Géraud VIWAMI

Burkina - Benin LiveBattus 1-2 à Cotonou jeudi dernier , les Etalons ont renversé la tendance en s’imposant 2-0, ce mardi soir face aux Ecureuils pour le compte du match retour du dernier tour préliminaire du Mondial Russie 2018 dans un match plutôt équilibré. Pitroipa sur pénalty et Bertrand Traoré ont marqué pour le Burkina.

 

Buts

20e minute : Coner tiré par Nakoulma au premier poteau, Barazé déséquilibre Pitroipa. Pénalty. Il se fait justice lui-même en prenant farnolle a contre-pied. 1-0

71e minute Servi dans la surface à droite , Bertrand Traoré fixe, Kiki et place un tir enroulé impeccable. Farnolle ne pouvait rien. 2-0

 

Pitroipa marque, le Bénin se réveille

Comme à Cotonou, jeudi dernier, le bénin met du temps à rentrer dans son match , burkinabés sont plus entreprenants , ils insistent à gauche avec Nakoulma. Ils ouvrent logiquement le score sur pénalty. Derrière le Bénin va libérer et dominer la fin de première période. Dossou, Sèssegnon et Gounongbé tentent beaucoup de choses.  Le Bénin passe prêt d’égaliser si Gounonbé n’avait pas trop décroisé sa tête à la 32e minute suite à un coner de Dossou.

Les étalons souffrent dans le dernier quart heure, Sèssegnon pensait égaliser sur coup Franc mais son tir est contré et file en coner.

Retranchés dans leur camp, les étalons vont jouer en contre attaque et obtenir le dernier coner de la première période. La tête de Kaboré est sauvée sur sa ligne par Farnolle. Le Bénin a mieux fini sa première période malheureusement le Burkina a su marqué dans son temps. Le duel est animé, nous n’avions même pas vu le temps passé.

 

Traoré assomme le Bénin

Le Bénin débute la première période comme il avait fini la première dès la 47e minute Gounongbé est lancé en profondeur par Dossou mais Diakité sort bien dans les pieds de l’attaquant. Les étalons jouent bas et souffrent mais passent près de corsé l’addition à la 48e. Seul au point de pénalty Dayo voit sa tête fuir le cadre suite à un coner de Pitroipa. Enorme occase.

Le Bénin prend le jeu et domine ce deuxième acte jusque là. Sessègnon trouve Poté en profondeur, mais la frappe de l’attaquant à ras de terre au premier poteau passe à coté. Après l’heure de jeu le Bénin a du mal à s’approcher du but adverse.  Le visage offensif des Ecueuils a changé après la sortie de Gounongbé. A la 71e minute, Bertrand Traoré va porter le coup de grâce et offrir le succès aux étalons. Dossou croyait égaliser pour le Bénin mais son tir est trop puissant et  passe de près à coté (80e minute)

Derrière le Bénin n’y arrivera pas, le jeu est trop décousu pour avoir des occasions !  les Etalons s’imposent au réalisme et  accèdent aux phases de poule.

Géraud Viwami à Ouagadougou.

Feuille de match

Stade du 04 aout

Burkina Faso – Bénin 2-0 , (2-1)

Buts : Pitroipa 20e (sp) et Bertrand Traoré 71e minute

Arbitre :  Abid Charef Mhedi (Algérie)

Bénin :

Farnolle- Barazé , Salomon , Adéoti  (Bessan) , Kiki- Koukou , Bello , Sessegnon – Poté (Mounié) , Dossou , Gounongbé  ( Suanon)

Coach : omar tchomogo

Burkina faso

Daikité – Koné , Dayo, Koffi, Yago- Guira , Kaboré ,Bertrand Traoré (Ouedraogo) , Nakoulma – Pitroipa , Bancé (Diawara)

Coach :  gernot rhor

Burkina – Bénin : La compo Probable des Ecureuils

coupe-du-monde-russie-2018-749x400Gardien de buts : Fabien FARNOLLE

Défenseurs : Seidou BARAZE – Jordan ADEOTI – Junior SALOMON – David KIKI

 

Milieux de terrain : Djiman KOUKOU – Babatoundé BELLO – Stéphane SESSEGNON

 

Attaquants : Jodel DOSSOU – Mickaël POTE – Frédéric GOUNONGBE

Tour préliminaire retour Mondial Russie 2018 / Burkina – Bénin (1-2) : Oumar Tchomogo devra hausser son niveau

(Coup d’envoi à 19h de Cotonou)

Hésiter entre un 4-4-2 et un 4-3-3, hésiter entre Jodel Dossou ou Fadel Suanon ou Djigla comme titulaires, mieux utiliser Mickaël Poté etc. Les équations pour Tchomogo ne sont pas simples, mais c’est ça le rôle d’un sélectionneur : trouver une formule qui gagne.

Jeudi dernier à Cotonou, l’équipe nationale a montré plus d’esprit d’entreprise en seconde période ou plutôt en fin de première période avec l’audace de Gounongbé et plus tard, la percussion de Jodel Dossou. L’attachement du sélectionneur à certains joueurs peut lui jouer des tours s’il ne modifiait pas ses compositions d’équipe. Ce genre de matches décisifs, couperets, existent pour faire grandir les débutants, comme c’est le cas d’Oumar Tchomogo à ce poste de sélectionneur. Se surprendre pour mieux surprendre ses adversaires, voilà qui pourrait être le fil conducteur des Ecureuils dans un match aux allures de finale. L’équipe burkinabè n’est pas à son meilleur niveau, et peut compter plus sur son passé que sur ses jambes. Les Ecureuils quant à eux, ont la fougue de la jeunesse et devront jouer sur leurs qualités de vitesse.

Avec ce groupe on peut faire beaucoup mieux, et ce soir, à Ouagadougou, il va falloir hausser le niveau d’exigence à chaque poste. Tchomogo qui n’aura plus l’excuse du débutant devra trancher, faire des choix importants et pertinents pour avoir enfin la crédibilité qu’il espère tant.

Aubay

 

 

Sita Sangaré, Président de la Fédération Burkinabè : «Les Etalons traversent une période difficile»

Etalons veille de match

Sita Sangaré, Président de la Fédération Burkinabè : «Les Etalons traversent une période difficile»

 

Les supporters des étalons sont loin d’être désespérés en témoigne l’état d’esprit affiché lors de la conférence de presse donnée hier lundi par le président de la fédération burkinabè de Football, Sita Sangaré et Ablassé Yaméogo, président de l’Union Nationale des Supporters des Etalons à l’hôtel Spenlid de Ouagadougou.

En présence des supporters ayant pris d’assaut la salle de presse, les deux présidents ont lancé l’appel au soutien pour les Etalons ce soir pour que le stade soit inondé de burkinabè. Le Président Sita Sangaré a conclu avec des paroles fortes « Les Etalons ont besoin des filles et fils de la nation, les Etalons traversent une période difficile et c’est maintenant qu’ils ont le plus besoin de vous » conclu-t-il.

A noter également qu’une forte délégation de 200 supporters venus de la diaspora de la Côte d’ivoire pour soutenir les Etalons ce soir.

Les Etalons  pour sauver le pays

Depuis la finale de la Can 2013, le football est devenu plus que jamais une cause nationale. Ouagadougou respire le football et les supporters croisés hier matin après la conférence de presse ne cachent pas leur envie « on veut voir les Etalons. Quand ils gagnent on est contents et ça va faire du bien au pays inch allah » lâche Yaya.

«On a perdu à l’aller mais quand je vois comment on a joué surtout en première temps, nous pouvons battre le Bénin», rassure  Abdoul.

La motivation des supporters ne fait aucun doute, la vérité du terrain fera le reste demain.

A Ouagadougou, Géraud Viwami

 

Sessegnon et Bertrand Traoré : Deux hommes-clés parlent du match (Exclu)

bertrand traoré sessegnon au stade du 4 aout

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La clé du match selon Sèssegnon

« A nous d’avoir beaucoup de maitrise surtout en début de rencontre »

« A Cotonou on a eu du mal a rentré dans le match, on a su travailler là-dessus. Maintenant on joue à l’extérieur contre une équipe du Burkina Faso qui va jouer chez elle. On s’attend à un début de match avec beaucoup de folies donc à nous d’avoir beaucoup de maitrise surtout en début de rencontre. Après je pense qu’on a les moyens pour produire du jeu, mettre cette équipe burkinabè en difficulté. On a travaillé au mieux lors des deux, trois jours qu’on a eus après le match aller. On espère que demain (Ndlr : ce soir) on aura la qualification »

 

Interview exclusive de Bertrand Traoré, attaquant des Etalons

«Il faut concrétiser nos occasions »

Titulaire et auteur d’une grosse occasion manquée face aux Ecureuils mardi dernier, le milieu offensif de Chelsea, Bertrand Traoré s’est confié à nous  juste avant la dernière séance d’entrainement des Etalons.

 

Vous pensez avoir les armes pour passer le Bénin ?

On peut le faire, on est confiant.

Qu’est-ce qui vous a manqué sur le match de Cotonou?

On a manqué de réussite,  c’est tout !

Vous aviez baissé le pied en seconde période. Vous jouiez le nul ?

Non pas du tout, on a joué pour gagner.  On a manqué de réussite. Je pense qu’on était meilleurs que le Bénin dans le jeu mais à la fin ils ont gagné et c’est tout.

Qu’est ce qui pourrait faire la différence sur ce match retour?

On doit rester concentrés, concrétiser nos occasions, ce qu’on n’a pas pu faire à l’extérieur.

Quelle impression, l’équipe béninoise vous a laissé après ce match aller…

Je pense que (hésitation)… c’est  nous même qui a avions fait gagner le Bénin. Je ne vois pas ce match par rapport à l’équipe béninoise. Tout va se jouer de notre côté, si nous jouons bien  comme on l’a fait au Bénin et surtout que nous concrétisons nos occasions, nous passerons.

Entretien réalisé par Géraud Viwami à Ouagadougou

 

Match Retour- Burkina – Bénin (1-2)  : Adénon ne s’est pas entraîné lundi soir

Khaled Adenon

Après une escale à Abidjan, les Ecureuils ont rejoint la capitale burkinabè hier en début d’après-midi. Après avoir pris leur base à l’hôtel, ils se sont dirigés vers le stade du 04 aout qui accueille le duel de ce soir.

 

 

 

A Ouagadougou, Géraud VIWAMI

L’habituel séance de reconnaissance du terrain a débuté à 18 heures local et a duré une heure.  Sur la très bonne pelouse du stade, nous avions vu Oumar Tchomogo débarqué avec un groupe de 20 joueurs

Si tout le groupe s’est entrainé normalement deux joueurs sont restés sur la touche.  Le doute s’agrandit quant à leur participation au match de demain. Le défenseur Khaled Adénon souffre toujours de son tendon gauche, le capitaine d’Amiens n’a pas fait toute la séance. Le milieu de l’Aspac Mama Seibou s’est fait mal au genou gauche dès le début de la séance et a écourté la sienne.

Le groupe présent

Gardien : Fabien Farnolle, Saturnin Allagbé

Défenseurs :  Khaled Adénon , Junior , Salomon Lazadi Fousséni, Jordan Adéoti , Seidou Barazé , David Kiki

Milieux : Djiman Koukou, Seibou  Mama , Sessi d’Almeida , Babatoundé Bello ,Stéphane Sèssegnon,Jodel Dossou , David Djigla

Attaquants : Steve Mounié  , Frédéric Gounongbé , Jacques Bessan, Michael Poté, Abdel Fadel Suanon

Eliminatoires coupe du monde Russie 2018 : La Fifa débloque 174 millions de francs Cfa pour les Ecureuils

(L’Etat béninois a-t-il encore débloqué les millions du contribuable ?)

La Fifa est riche, très riche et dans certains moments stratégiques, elle ne manque pas d’arroser ses associations membres. Le Bénin, comme les 208 autres fédérations nationales membres de la Fifa a reçu la circulaire de janvier 2015 (lire encadré1) qui annonce l’octroi de quelques 300.000 dollars à chaque fédération.

Seulement voilà, 2 mois après cette circulaire, l’Etat béninois a dissout la Fédération provoquant une nouvelle crise. Un comité de normalisation a été mis en place 7 mois après la décision du gouvernement. Mais on se demande désormais où se trouve ces fonds. Est-ce l’une des raisons de l’implosion de la Fbf ? L’Etat est-il au courant de l’existence de ces fonds ? La Fifa qui a autorisé le gouvernement à engager la sélection nationale a-t-elle permis à ce dernier d’accéder à cette ressource inespérée ?

L’argent du contribuable, selon nos sources est le seul moyen qui sert à financer les Ecureuils. La Fifa précise pourtant que les 300.000 dollars doivent servir aux frais de transports des équipes, aux hôtels, aux repas et plus pour ne pas inclure les primes etc.

Voilà qui vient jeter une fois encore le trouble sur le financement du football béninois par l’Etat malgré les subventions reçues par la Fbf.

Aubay

 

(La circulaire de la Fifa à lire ici  FIFA)

La note circulaire signée par le secrétaire général de la Fifa que nous publions a été extraite du livre FIFAGATE de PHILIPPE AUCLAIR ET ERIC CHAMPEL – éditions Michel Lafon.

 

 1 Dollar américain = 581,37 Francs CFA BCEAO le 30/01/2015

300.000 dollars = 174.411.000 FCFA

Cours de conversion selon : http://fr.exchange-rates.org/Rate/USD/XOF/30-01-2015

Bjfoot Challenge2 : Simon Adingra décisif pour Abi Sport

abi sport joiebut séquence 1 but séquence 2 but séquence 3 but séquence 4Le tournoi des jeunes de moins de 17 ans doté du trophée Bjfoot.com a connu sa finale le dimanche 12 juillet sur le terrain annexe 2 du stade de l’Amitié. Abi Sport l’a emporté 1-0 face à m’Académie Sessègnon.

Dans un match fermé, parfois brouillon, mais tout aussi indécis, Académie Sessègnon et Abi Sport ont livré une belle bataille. Avec de nombreuses occasions sur de bonnes phases de jeu pour Abi Sport, le score reste nul et vierge à la pause. Les deux équipes reviennent de la pause avec plus d’envie. Des deux côtés on note plusieurs occasions de but sur coups de pieds arrêtés notamment.

Alors que les deux équipes semblaient se résigner à aller aux tirs aux buts, le but tant espéré de chaque côté va intervenir à 5 minutes de la fin. Sur un énième raid depuis son côté gauche jusque dans la surface de réparation, Simon Adingra parvient enfin à mettre le petit ballon piquet au second poteau. 1-0 pour Abi Sport. La messe est dite.

Après son succès fin mais face à Word Stars du Nigeria, Abi Sport domine l’Académie Sessègnon et remporte son deuxième trophée Bj Foot.com.

Rappelons que dans cette compétition, la première demi-finale a vu la victoire 1-0 le samedi 20 juin dernier de l’Académie Sessègnon face à Alodo Sports. Dans la deuxième demi-finale, Abi Sport et l’Académie Cefes se sont neutralisés 1-1, dans un match interrompu par la pluie. Pour des raisons de calendrier, Cefes n’a pu honorer la reprise de la demi-finale. Cet abandon a donc ouvert la porte de la finale à Abi Sport.

Aubay

le but en vidéo

 

 

 

Le Gala des centres de formations 2015 rend hommage à François Mensah

(La compétition débute jeudi matin au stade de l’Amitié)

8 centres de formations dont une venue du Nigéria seront aux prises du jeudi 25 au samedi 27 juin 2015 pour tenter de remporter le premier trophée François Mensah en hommage à notre brillant confrère décédé l’année dernière.

Aubay

Soulé Djissa, ancien joueur des Requins de l’Atlantique et fondateur de l’académie Sessègnon a eu en 2014 quelques bonnes discussions avec François Mensah qui a partagé avec lui la vision d’un tournoi réservé aux départements. Le décès du brillant journaliste a fait germer son idée. Le gala des centres de formation habituellement organisé change donc d’orientation dès cette année et visera progressivement les centres venus des départements du pays, explique Soulé Djissa.

Afrique Plus françois  mensahd’Abomey et les Nigérians de Word Stars feront le grand déplacement pendant qu’Eveil foot de Porto-Novo et Bes Académie de Tori feront la trentaine de kilomètres pour rallier Cotonou. Abi-Sport et Abi tout comme Académie Sessègnon et Onze défendront les couleurs de la capitale économique.

Cette compétition qui s’ouvre demain matin connaîtra sa finale le samedi 27 juin 2015. Elle est la première en hommage à notre confrère François Mensah.

 

 

 

académie sessegnon participera à la compétition
académie sessegnon participera à la compétition

 

Groupe A

Académie Bénin Investissement Sport

Abi

Word Stars – Nigéria

Bes Académie

 

Groupe B

Afrique Humanité Plus d’Abomey

Académie Sessègnon

Académie Onze

Eveil Foot Académie – Porto-Novo

 

Programme complet

Jeudi 25 juin 2015

8h Abi – Abi Sport

9h Afrique Humanité Plus – Académie Sessègnon

10h Word Stars – Bes Académie

11h Académie Onze – Eveil foot

12h Abi Sport –Word Stars

13h Afrique Humanité Plus – Académie Onze

14h Abi – Bes Académie

15h Académie Sessègnon- Eveil foot

 

Vendredi 26 juin 2015

8h  Abi Sport – Bes Académie

9h Afrique Humanité Plus – Eveil foot

10h Abi- Word Stars

11h Académie Sessègnon – Académie Onze

 

Demi-finales

15h 1er A – 2e B

16h 1er B – 2e A

 

Samedi 27 juin

14h30 – 3e place

16h – Finale

FBF: 7 personnalités pour réconcilier les acteurs

(Jérôme Carlos présidera le comité de réconciliation)

Après le retrait d’agrément du 27 mars dernier et les réactions qui ont suivi, le ministère des sports va passer à une étape suivante : la mise en place ce matin du comité de réconciliation du football béninois.

Aubay

Pour réconcilier les acteurs du football béninois, ce sera finalement un comité de 7 membres dirigé par Jérôme Carlos (photo) qui sera mis en place ce matin. Une semaine avant l’arrivée de la mission de la Fifa, l’installation de ce comité est une nouvelle étape. Avec un mélange de personnalités indépendantes et de proches de différents camps, ce Comité semble sur le papier, très crédible pour convaincre les différents acteurs de s’écouter, d’échanger et de changer les choses en profondeur.

 

Réconciliation, réunification, orientation nouvelle et non Normalisation

En ce début de cycle de crise, les termes sortent de partout. Normalisation. Voilà un terme utilisé au Togo et au Cameroun. Seule la Fifa est habilité à mettre en place ce type de comité. Elle prend cette décision dans les cas où existe un vide juridique. Quand un mandat expire et que les acteurs ont du mal à s’entendre par exemple.  Dans le cas béninois, on en est très loin par exemple. La fédération n’a pas connu de vide juridique suite à une crise interne, et n’est pas sans comité exécutif. La situation provoquée est selon la Fifa une ingérence extérieure et non une implosion interne.

A la lueur de ces observations, le Comité mis en place ce matin est un organe de Réconciliation et non un Comité de Normalisation. Son rôle est d’une grande importance. Mais il aura besoin de l’onction de la Fifa pour être légitime aux yeux de cette dernière. Que pourra-il changer par rapport à la Fbf ? La question aujourd’hui reste posée. Sa réussite dépendra des personnalités qui la composent. Elles sont de grande qualité pour la plupart. Jérôme Carlos, ancien athlète de haut niveau, journaliste, écrivain, a les arguments nécessaires pour mener à bien la mission.

 

Les membres

Président : Jérôme Carlos (Personnalité indépendante)

Vice-Président : Soumanou El Farouk (Passionné de foot, ancien président de Club et responsable de la ligue de l’Atlantique, Directeur du FNDAJSL)

Rapporteur : Bernard Hounnouvi (ancien footballeur, proche de Sébastien Ajavon)

Appolinaire Dassi (Président Elite pour le Sport, Procureur de la République au Tribunal de Calavi, personnalité très intègre)

Adonis Leila-Deiis

Maxime Adanhodé

Cnosb (1 membre)

 

 

Lettre de la Fifa : Le gouvernement contraint d’aller plus loin ou de reculer…

La réaction attendue de la Fifa est intervenue jeudi dernier pour donner une autre envergure à la crise qui secoue à nouveau le football béninois. Le gouvernement béninois est désormais face à des choix clairs devant les menaces de la fédération internationale.Une mission de la Fifa attendue la semaine prochaine

Aubay

« Sans préjuger des raisons ayant motivé le ministère des sports à agir ainsi des conséquences concrètes de la mise en œuvre de ses décisions, la fédération internationale insiste sur le fait que l’Etat béninois en agissant ainsi viole les statuts de l’instance reine du football mondial en ses articles 13 et 17. » Voilà qui nous installe dans le fond du débat. Le gouvernement devra à présent se montrer soit ferme, soit flexible. Qu’a-t-il à perdre ? Voir le Bénin isolé sur la scène internationale. Ceci passera par de longues années de « football domestique » avant une réintégration. Le gouvernement béninois dans ce cas de figure aura à faire un choix clair. Se retirer pour une période qui va au-delà du mandat actuel en cours. Augustin Ahouanvoébla et son bureau étant élus pour quatre ans (septembre 2013 à 2017), la période de retrait du Bénin si c’était réellement le cas devra être plus longue. Ceci afin de créer un nouvel ordre ou un nouveau système footballistique. Mais si le retrait d’agrément était juste une astuce, une façon de se séparer d’un président devenu indésirable pour des raisons obscures, le gouvernement voudra se précipiter pour hisser un nouveau groupe à la tête de la Fbf. Là sera le piège.

Pour tous ceux qui rêvent de changement dans le football béninois, la crise enclenchée, ou plutôt la transition voulue sera plus longue que prévue, d’une manière ou d’une autre. Une chose est sure, il serait difficile de convaincre la Fifa de reconnaître un autre bureau tant que le mandat de celui d’Augustin Ahouanvoébla n’aura pas expiré. C’est la logique qui a toujours guidé la Fédération internationale.

Combien de temps durera cette situation ?

Reculer ou changer de stratégie ? Il faudra vraiment empêcher Augustin Ahouanvoébla de convoquer son assemblée générale en 2017 (ou avant) ou trouver le moyen de le réduire en minorité. Ses options sont les seules viables. La guerre de l’intérieure seule peut convaincre la Fifa de réintégrer le Bénin.

Toute main réelle ou supposée du gouvernement rendra la méfiance de la Fifa plus accrue. Le Bénin peut choisir aussi de reculer, de négocier avec la Fifa dont les représentants sont annoncés pour les jours à venir. Le Bénin dans ce cas devra revenir sur sa décision. Chose peu probable pour l’instant. Le temps reste donc le facteur le plus important avec ce qu’il contient au Bénin comme paramètres politiques et électoraux. La question qui vaut chère à notre avis, est celle-ci : Ceux qui au cœur des administrations publiques ont profité de l’argent de l’équipe nationale de football depuis 10 ans voudront-ils de 3 à 5 ans de retrait du Bénin ?

La capacité de l’Etat à aller au bout de sa logique est déterminée par la capacité des profiteurs du système à résister à la tentation de l’argent facile et construire un modèle solide pour notre football. La Fédération en elle-même est donc loin d’être le problème !

Malgré le retrait d’agrément à la Fbf : L’Etat toujours prêt à dépenser ?

De façon formelle et officielle, le Bénin ne s’est pas retiré de la coupe d’Afrique des nations 2017. Est-ce une volte-face du ministère des sports, prêt à investir les milliards de l’Etat dans le foot une fois encore ou bien une légèreté administrative qui coûtera chère en amende ?

Aubay

Le 27 mars 2015, le gouvernement béninois a retiré à la fédération béninoise de football l’agrément. Ceci se traduit directement par une suspension des subventions de l’Etat à la Fbf et devrait aussi être un signe d’arrêt momentané du financement des équipes nationales. La sélection nationale A est souvent engagée dans les compétitions par la Fbf après avis du gouvernement. On se demande alors ce qu’il se passe.

Au dernier congrès de la Confédération africaine (Caf) tenue en début avril, le tirage au sort des groupes a révélé que le Bénin est bel et bien en lice. Pourquoi ?

Deux pistes sont possibles. La première est que le gouvernement serait toujours prêt à investir comme d’habitude dans la sélection nationale A, comme si de rien n’était.

La deuxième serait que dans la précipitation du retrait d’agrément, le ministère des sports n’a pas, avant le congrès de la Caf, su trouver la formule pour informer la Caf du retrait du Bénin.

Si le Bénin après le tirage au sort décide de se retirer, ceci ne serait pas sans frais. Une amende importante sera infligée par la Caf. Evidemment cette somme n’égalerait pas le budget d’un match des Ecureuils. Mais elle serait la preuve d’incohérences autour de la gestion du football par le ministère des sports et de la fédération béninoise de football.
PHOTO: Idrissou Safiou Affo, ministre des sports
 

 

 

Après le retrait d’agrément, La lettre de la Fifa…

fifa

 

 

Comme on pouvait s’y attendre, la Fifa a réagi clairement en invoquant les menaces de sanctions pour cause d’ingérence. Le ministère des sports devra désormais montrer sa détermination ou non à demander directement à la Fifa un retrait de toutes les compétitions pour une durée précise ou non.

Une chose est sure, le mandat (2013-2017) en cours du comité de la Fbf sera respecté par la Fifa selon toute vraisemblance. Autrement dit, pas de nouvelle fédération reconnue par la Fifa avant…septembre 2017.

L’affaire va se compliquer…

Urgent : Le Bénin n’a plus de fédération de football (Le gouvernement retire l’agrément à la Fbf)

Retrait d’agrément, création d’une commission pour connaître des dessous de la suspension des équipes de jeunes du Bénin aux compétitions africaines, et réconciliation de la famille du football. Trois points évoqués par le gouvernement dans sa décision du 27 mars 2015. Les interprétations peuvent commencer, le football replonge dans la crise.

Beaucoup de personnalités avaient déjà évoqué cette éventualité au plus fort de la crise à la Fbf entre 2010 et 2012. Mais rien n’y fit. Cette fois-ci, c’est fait. Retrait d’agrément.

Ce terme fait penser à une rupture de confiance. La Fédération béninoise de football, comme toutes les autres fédérations, exerce une activité qui lui est cédée par l’Etat à travers le ministère des sports. Cet agrément accordé à chaque fédération peut être retiré. Mais à quel prix ?

Le Bénin n’a plus, de fait, de fédération de football

Dans la logique de cette décision, la fédération béninoise de football devient une coquille vide. C’est une dissolution de fait, en clair. La première conséquence serait l’arrêt des championnats en cours. La suite s’annonce forcément houleuse. La Fédération internationale (Fifa) devrait rapidement donner sa position sur cette décision.

Le même Etat béninois il y a quelques années, avait déjà soutenu la thèse selon laquelle la fédération de football serait une ambassade de la Fifa au Bénin (selon les termes de l’ancien président Moucharafou Anjorin). Cette fois-ci, le gouvernement a compris l’enjeu, après avoir investi quelques 30 millions d’euros (environ 20 milliards) depuis 2006..

(Affaire forcément à suivre)