Sénégal – Bénin : Comme une leçon de formation

Idrissa Gana Gueye a inscrit l’unique but des Lions de la Téranga face aux Ecureuils du Bénin en quarts de finale de la Can 2019. Le brillant parcours du Bénin est ainsi terminé, sur une défaite très courte, qui fait mal. Mais pendant 15 jours, les Ecureuils ont su tenir tête à de grands adversaires par leur solidité, leur abnégation, leur solidarité. Un exemple pour tout un pays. Ce parcours n’est pas le fruit d’un système de formation. Le Bénin après 9 ans et demi d’absence à la Coupe d’Afrique des Nations s’est bien rattrapé, mais va devoir retourner à la base.

Idrissa Gana Gueye, formé à Diambar’s, buteur heureux face aux Ecureuils du Bénin sur une passe de Sadio Mané, formé à Génération Foot. Ces deux joueurs viennent rappeler à quel point la formation est importante quand on veut viser haut dans le football. Il y a presque 20 ans, un ancien capitaine des Ecureuils du Bénin, jeune retraité du football, Jean-Marc « Jimmy » Adjovi-Bocco, avait entrepris d’installer dans son pays un projet exceptionnel : centre de formation sport-études. Pendant de longs mois, il n’a pas eu l’accompagnement nécessaire et a donc décidé de prospecter ailleurs. Son projet a obtenu au Sénégal un écho très favorable. L’académie Diambar’s est née. Celle-ci après des débuts complexes et une lutte sans merci contre les fraudes d’âge, a fini par émerger et devenir une référence au Sénégal en matière de formation. Un joueur issu de ce centre va devenir professionnel au Losc en France. Plus tard, il va s’exporter en Premier League anglaise…crucifiera les Ecureuils du Bénin, un soir de juillet 2019.

Quelques timides représentants de la formation béninoise en 2019

Michel Dussuyer avec ses remplacements durant chacun des 5 matches de la Can 2019, a lancé des joueurs comme Jodel Dossou, David Djigla, Mama Seïbou ou encore Anane Tidjani pour s’ajouter à Seidou Barazé (4 titularisations sur 5) et Saturnin Allagbé (3 titularisations sur 5). Ces joueurs sont les seuls à être nés et formés au Bénin. D’autres y sont nés, mais pas formés au Bénin.

De nombreux jeunes Bénin n’ont pas eu la chance d’évoluer dans une structure comme Diambar’s au Sénégal fondée par un béninois. Et ce manque ne peut que se révéler dans des matches très importants comme un quart de finale de Coupe d’Afrique. Et Idrissa Gana Gueye est donc la sanction-symbole de nos 20 ans d’égarement sans stratégie de formation. Plus le niveau monte plus le sélectionneur a besoin de joueurs-jokers. Dussuyer n’a pas pu s’appuyer sur un vivier large.

A présent, l’Etat béninois et la Fédération, tout en célébrant nos Héros de 2019, devront penser aux prochaines Coupes d’Afrique des nations et éviter les lendemains qui déchantent. Monter si haut, la chute n’en est que plus douloureuse. Maintenant que les fans ont goûté aux joies d’une épopée de deux semaines, ils n’accepteront plus que l’équipe rentre tôt à la maison. Le temps de la construction à long terme est venu !

Aubay

 

Clap de fin !

Tristes, mais fiers. Les Béninois ont enfin vibré pendant deux semaines dans une compétition continentale majeure. Oui, depuis 1960, il y a eu quelques coups d’éclats çà et là, mais rien d’aussi long. Les précédentes participations ont été des aventures de 10 jours maximum. Du 25 juin au 10 juillet 2019, tout s’est arrêté au pays des Ecureuils. Le sujet le plus débattu a été le football. Eh oui ! Au pays de la politique, c’est rare. Deux longues semaines à évoquer le parcours des solidaires et courageux Ecureuils du Bénin. Personne ne vendait chère leur peau. Ils y ont cru. Sans aucun souci logistique majeur, aucune revendication de primes de  matches ou de prime de participation etc, ils ont su dans la sérénité préparer la meilleure aventure sportive collective de l’histoire du Bénin.

Sans gagner, et sans perdre durant quatre matches, nos Ecureuils ont montré l’exemple. Malgré la suspension du capitaine Sessègnon au premier match, celle de Mounié au 4e match, de Khaled Adénon au 5e match, les Jaunes ont bravé des adversaires plus forts sur le papier. Cette aventure nous montre qu’il n’y a aucune fatalité. Oser lutter, oser vaincre dit-on. Y croire et travailler pour. Cette participation des Ecureuils est l’équivalent de la Conférence nationale des forces vives de la Nation tenue en 1990. Elle vient donner aux « petits » pays du foot africain, le courage de s’affirmer face à des adversaires historiques habitués à des coupes du monde. Eh oui ! Le Bénin a affronté 4 pays sur 5 ayant connu chacun au moins 2 participations à la Coupe du monde Fifa.

Et pourtant, le Bénin n’a perdu qu’une seule fois. Et pourtant, cette année 2019 avait débuté dans la peur et la crainte en raison du climat politique. Les gars armés de crampons et de coiffures, vêtus d’un maillot jaune ont changé l’ambiance. Les manifestations de joie ont pris le pas sur les manifestations politiques. Il n’y a que le sport pour réussir cela. Merci aux Ecureuils, à la prochaine !

Bénin : Et dire que le nom « Ecureuils » ne faisait pas peur !

Les Béninois pendant longtemps ont essayé de changer le nom « Les Ecureuils », tellement peu fiers du surnom et des performances, y voyant forcément une corrélation.

Panthères, Python, Adjinakou (Éléphant en Fongbé, langue parlée au sud du Bénin) ont été évoqués. Il y a un an, la nouvelle fédération à sa prise de fonction a lancé un « appel au surnom ». Oui, être Ecureuil dans un monde de fauves, ça ne vous donne pas forcément de la confiance. Mais dans cette savane africaine où les fauves se battent, seuls les petits rongeurs les plus habiles peuvent se hisser très vite au sommet des arbres les plus hauts pour avoir la vie sauve. Petits gabarits, habiles avec le ballon, sans réellement un plan, mais toujours en train de déstabiliser leurs adversaires, voilà l’esquisse des Ecureuils jusque-là. Oui, jusqu’à cette Coupe d’Afrique passée de 16 à 24 où chaque « petit pays » a commencé à espérer sa chance. Le Bénin avait sa feuille de route : Passer le premier tour en ayant battu la Guinée-Bissau. La suite ? On verra. Et pourtant, nous y voilà déjà ! Quart de finale de la Can à 24 !

Au fil des mois et d’une victoire à domicile face aux Fennecs d’Algérie sur le chemin de l’Egypte, le Bénin a commencé à y croire et construire son histoire. Le genre qu’on raconte aux enfants avant qu’ils aillent dormir. Un conte de fée avec des rebondissements, des cartons rouges, des Eperviers, des Lions aussi redoutables les uns que les autres, et au final, des Ecureuils toujours épargnés. Quel que soit la prochaine ligne écrite mercredi prochain face au Sénégal, les Ecureuils ont déjà gravé cette histoire pour toujours.

 

Quarts de finale Egypte 2019 : Place aux Lions de la Téranga !

 

Le Bénin a résisté aux Lions Indomptables du Cameroun, aux Lions de l’Atlas du Maroc et s’apprête à défier les Lions de la Téranga. Cette équipe n’est certainement pas une génération issue de centres de formation réputés ou de clubs européens huppés. Cette équipe est un assemblage, une sorte d’alchimie, de bricolage, de bric-à-brac qui a su se donner une âme sous l’égide de son guide, Michel Dussuyer. Une somme d’expériences cumulées par différents acteurs importants. Du Sélectionneur à son adjoint, Moussa Latoundji, premier buteur de l’histoire des Ecureuils dans une Can (en 2004), passé par la Bundesliga 2 à Energie Cottbus. Du capitaine Sessègnon, passé par le Psg en France, Sunderland en Premier League, à son adjoint Khaled Adénon formé à l’Asec d’Abidjan. Une combinaison de joueurs nés et formés au Bénin (au maximum 5 sont présents en même temps sur le terrain dans les matches), et qui ont pris le pouvoir face au Maroc, tant après leur entrée en jeu que lors de la séance des tirs aux buts. Anane Tidjani (Cifas, Alodo Sport), Mama Seïbou (Cifas), David Djigla (Onze Créateurs), Saturnin Allagbé (Tanéka, Aspac) ont accompagné Olivier Verdon dans une séance historique de tirs aux buts dominé 4-1. Sans trembler. Oui, on peut s’appeler Ecureuils ou fourmis, il ne faut pas en rougir. Seul le travail acharné, l’organisation et l’abnégation permettront d’aller au bout du combat. Les prochains Lions sont annoncés, ils viennent de la Téranga !

 

Groupe F : Bénin – Cameroun 0-0, terminé. Les Écureuils en huitièmes de finale


Match lancé avec un corner pour les Écureuils et quelques incursions des Lions indomptables. (4e).

Collins Fai trouve Ekambi au cœur de la défense beninoise. La tête de l’attaquant camerounais est au-dessus (6e). Le Bénin respire.

Double raté de Ekambi et Bahoken suite à un centre venu de la gauche (8e)

Dossou se fait faucher dans le camp camerounais. Le Bénin ne dure pas dans cette zone. (12e)

Le Cameroun contrôle le jeu sans réussir à tirer pour inquiéter Allagbé ( 13e)

Le Cameroun obtient un bon coup franc sur le flanc gauche de la défense béninoise à quelques mètres de la surface (17e).

La frappe d’Oyongo, gêné par Sessegnon est hors cadre. Le Bénin subit en ce début de partie.

Faute sur Adenon, carton jaune pour Djoum (20e)

Le Bénin pour le moment est qualifié.

Allagbé! La belle parade sur cette frappe cadrée fuyante de Choupo Moting. Corner (23e).

3 corners de suite pour les Lions Indomptables.

Le Bénin s’en sort bien, mais Les Écureuils manquent d’enchaîner les passes pour atteindre le camp adverse. Beaucoup de précipitations.

63% de possession, 13 attaques contre 3 en faveur du Cameroun. (28e)

Sessegnon obtient un coup franc intéressant dans le camp camerounais.

Frappe! Et deux béninois se gênent au premier poteau! Quel dommage. (29e)

Le  Cameroun obtient un corner dans la foulée (30e)

Un match ouvert pour le Cameroun qui n’est pas précis dans ses choix.

Le Bénin peut y croire.

Excellente couverture de Verdon qui intercepte la passe de Choupo Moting à destination de Bahoken. Les Écureuils contre-attaquent, mais butent sur Onana (35e).

Corner pour le Bénin (2 corners contre 5 pour le Cameroun). Deux frappes béninoises. Celle ratée de Mounié et celle de Sessegnon dans les nuages (36e).

Beaucoup de ballons perdus, jetés côté béninois (40e).

Le Cameroun contrôle le match sans trop subir de pressing. Les Écureuils jouent très bas, défendent à 11. Mounié souvent dans son propre camp pour aider ses coéquipiers. (41e).

Sessegnon tente de garder le ballon dans le camp adverse, combine avec Djigla qui alerte Kiki. Ce dernier tente et reussit son petit pont. Coup franc pour le  Bénin aux abords de la surface. Carton jaune Fai.

Sessegnon frappe en force devant les buts, mais le ballon finit en sortie de but. (44e)

Carton jaune Mounié pour une action peu évidente. C’est dur.

Mi-temps, 0-0

Le  Bénin est à 45 minutes d’une qualification historique, s’il maintenait le match nul.

La première période a été largement dominée par le Cameroun. Le  Bénin à travers Sessegnon s’est procuré des coups francs plutôt mal négociés.

Clinton Njie se prépare côté camerounais à rentrer.

Les deux équipes reviennent sur le terrain.

Le Ghana vient d’ouvrir le score par Jordan Ayew. La donne change pour les places.  Cameroun 5 points, Ghana 5points, Bénin 3 points

Njie entre, Fai sort.

C’est réparti!

Le Cameroun reprend le contrôle, centre de Bahoken, sans preneur. Sessegnon récupère et relance mais subit la faute. Le Bénin remonte la balle avec Djigla. (47e)

Faute de Barazé sur Choupo Moting à l’entrée de la surface  côté droit de lala défense béninoise (49e).

Koundé tire en force. Au-dessus. (50e)

Mounié tente de passer face à Banana. Il obtient un coup franc (53e).

Le Cameroun accélère avec Choupo Moting. Seydou Barazé concède la faute (carton jaune 53e)

Corner pour le Bénin (58e). Tête de Barazé.

Le match perd en intensité. Sessegnon va à nouveau subir une énième faute suite à une accélération dans le rond central (62e).

La frappe de loin de Toko Ekambi! Allagbé capte sereinement (64e)

25 minutes à jouer…

Changement : Djoum sort Boumal rentre (66e).

Transversale de Koundé pour Njie qui manque sa frappe (67e).

Boumal frappe également. Encore à côté.

Bénin remplacement: Soukou entre, Dossou sort (68e).

Le Cameroun domine sans plus. Le Bénin défend très groupé. En espérant un éclair (70e). Ne pas oublier que le Cameroun n’a marqué qu’après une heure de jeu contre la Guinée-Bissau et rien face au Ghana.

18 minutes à jouer

Le Bénin a du mal à ressortir. Mama Seibou concède un coup franc sur Anguissa dans les 30 mètres. Coup franc tiré, hors jeu.

34 attaques à 10 pour le Cameroun.

15 minutes à jouer

Poté entre, Djigla sort (76e)

Poté aussitôt entré obtient un coup franc dans les 16m. Anguissa carton jaune.

Sessegnon tire dans le mur (78e)

Le Ghana passe premier grâce à son 2e but face à la Guinée-Bissau. Le Cameroun devra réagir.

Coup franc à nouveau pour Sessegnon. Mais Onana capte (80e).

10 minutes à jouer

Les jambes tremblent côté béninois.Beaucoup de passes ratées.

Corner pour le Cameroun (82e).

Tête de Banana sur la transversale! Le ballon sort. L’arbitre siffle une faute.

Ekambi sort, Bassogog entre (84e).

5 minutes à jouer

Le Cameroun persiste. Le Bénin résiste. Les Lions indomptables tentent de longues balles dans le dos des Écureuils. (87e)

Adenon blessé a rejoint ses coéquipiers.

Mama Seibou évite le corner devant Anguissa (88e).

Allagbé dégage son camp, mais le ballon revient rapidement dans le camp des Écureuils.qui vont obtenir un coup franc (89e)

Le Bénin respire

Le Cameroun devient imprécis à l’instar de cette passe ratée captée par Allagbé.

Soukou dans les 16 mètres ne va pas au bout. (90e)

Faute sur Poté, carton jaune Oyongo.

2 minutes d’arrêt de jeu.

Le Cameroun repart à l’attaque  mais Sessegnon récupère et c’est fini!

Les Écureuils sont en huitièmes de finale face au Maroc!

 

Groupe F : Benin- Guinée Bissau 0-0, Les Écureuils ne gagnent pas

Un premier quart d’heure dans lequel le Bénin domine son sujet.  Quelques coups de pieds arrêtés, frappes de Mounié et Tête de Poté, Sessegnon obtient quelques coups francs.

La Guinée-Bissau tente de faire déjouer le Bénin et profiter des quelques ballons dans la défense des Écureuils. Et peut même frapper (18e minute) ou obtenir un premier corner (22e).

26e Double corner pour le Bénin frappé par Soukou. Les Jaunes se signalent bien, mais manquent de précision (Mounié).

Dans la foulée, Sessi d’Almeida alerté sur le flanc gauche redresse bien son ballon. Mais son centre contré est capté par le gardien Bissau-guinéen qui se fait mal sur sa prise. (28e)

Trop confiants, les Écureuils perdent des ballons faciles (Barazé, Adeoti) ou la sortie ratée de Fabien Farnolle, qui offrent aux Bissau Guinéens des petites situations (33e).

Imorou, Adeoti, Mounié à la conclusion d’un contre rapide avec une frappe angle fermée captée par le gardien adverse (37e).

Adeoti, carton jaune. Coup franc pour la Guinée-Bissau qui donne une situation compliquée devant Farnolle. Imorou couvre parfaitement et met en corner (39e)

Tête de Mounié juste au-dessus. Le Benin pousse (43e).

Mi-temps, 0_0

Seconde période

La Guinée-Bissau démarre et obtient suite à un long ballon un corner (46e)

Poté tente la frappe, à côté (48e)

Sessegnon place un centre depuis le flanc droit,mais c’est sur le gardien adverse. (50e)

La Guinée-Bissau réagit avec un contre. Adenon coupe parfaitement la trajectoire, tout seul dans l’axe. Un bissau guinéen rôdait derrière (51e).

Le match s’ouvre. La Guinée-Bissau commence à sortir de sa base et se livre

Quelques imprécisions côté béninois, les bissau Guinéens semblent fatigués

Sessegnon peut frapper, à côté (61e).

Dossou entre, Soukou sort (63e).

Dossou frappe le corner dans la foulée, qui ne donne rien.

Sessi d’Almeida sort, Mama Seibou entre (64e)

Mounié! Il centre vers Poté, au lieu de frapper! Dommage. Le ballon n’arrive pas. (65e).

Quelques incursions bissau guinéennes qui inquiètent les Écureuils.

Jaquite entre, Gomes «Pelé» sort, 70e

10 tirs de chaque côté. 1 tir cadré partout.

Le Bénin tente de trouver la faille. Le sélectionneur Dussuyer pousse de la voix.

Dossou sur son côté gauche pousse.

Barazé tente un crochet et se fait faucher. Coup franc pour le Bénin dans les 25 mètres, à droite de l’attaque.( 75e)

Sessegnon frappe le coup franc sur la tête de Mounié ! Oh dommage, il avait gagné son duel (76e).

La Guinée-Bissau n’abdique pas. les Écureuils sont sans solutions, sans grande créativité.

Faute sur Mama Seibou (79e)  coup franc pour le Bénin. Sessegnon et Imorou à la baguette  (80e). Sessegnon tire, corner pour le Benin.

Corner au second poteau, Verdon et Mounié se gênent(81e).

Sessegnon pour Seibou deux fois en une minute. Le centre de Seibou ne passe pas. Corner. (82e).

Frappe de Seibou , centre de Barazé, tête plongeante de Steve Mounié (84e).

Le Bénin pousse, pousse,mais n’y arrive pas encore. Il faudrait un sauveur aux Écureuils.

Farnolle plutôt tranquille aujourd’hui relance.

Dossou aaccélère, centre, mais rien. Le ballon file au 2e poteau.

La Guinée-Bissau fait un changement. Jorginho entre Mama Baldé sort 87e.

Le nouvel entrant frappe, à côté. Il récidive à la 88e. Farnolle capte.

Le Bénin cherche la clé, Imorou centre, Mounié dans la surface est accroché, mais rien. Dossou centre, ça donne une touche.

Djigla remplace Poté, 90e

La frappe de Dossou donne ine touche.

3minutes d’arrêt de jeu.

Le gardien bissau guinéen au sol.  Une crampe.

Romario entre, Piqueti sort, côté bissau guinéen.

Le Bénin n’aura pas sa première victoire de son histoire à la Can, mais se contente de 2 points après 2 journées. C’est tout aussi historique.

La journée de la  Can est une journée de zéro zéro. 3 matches, aucun but.

 

 

 

 

 

Mickaël Poté, 11 ans de quête

Le Bénin, le 25 juin face au Ghana a pris un point, mais dans l’histoire du football béninois, c’est bien plus qu’un point. C’est une naissance. Symbole d’une très bonne prestation en inscrivant un doublé, le seul de la première journée tous groupes confondus de la Can 2019, le numéro 10 béninois a longtemps essuyé les doutes de ses compatriotes. Arrivé dans les valises de Michel Dussuyer en 2008, il a pourtant débloqué de nombreux matches avec les Ecureuils. Un des meilleurs matches de Mickaël Poté était face au Ghana, par une nuit humide à Kumasi, le Bénin avait encaissé dès la 1ere minute de jeu un but de Prince Tagoe. 29 mars 2009, Eliminatoires Mondial 2010, première journée. Ce soir-là, Mickaël Poté a mis au supplice la défense ghanéenne par des accélérations des dribbles, mais pas de but. Le nul aurait été mérité. Il n’en fut rien. L’histoire est toujours racontée par les vainqueurs dit-on.

Le Bénin prendra sa revanche lors de la dernière journée grâce au but tardif de Mohamed Aoudou à la 89e minute. Bénin 1, Ghana 0. 11 octobre 2009. La seule défaite infligée au Ghana version 2009-2010 qui échouera face à l’Uruguay en quarts de finale de coupe du monde.

Ces confrontations face au Ghana datent de 10 ans, et pourtant, elles sonnent comme un chemin, un voyage vers la prestation décomplexée du 25 juin 2019. Les hommes ont changé dans un camp comme l’autre. Sauf Gyan Asamoah, sur le banc côté ghanéen, Michel Dussuyer et Mickaël Poté, côté béninois.

Ce doublé inscrit par Mickaël Poté fort de ses 11 ans d’expérience au sein des Ecureuils du Bénin, est le résultat d’une longue quête qui vient montrer que dans le football, il faut du temps pour réussir. Tout le contraire de nos pratiques au Bénin. Ce nul 2-2 face au Ghana, un des pays les mieux référencés dans le football africain et mondial, doté de centaines d’académies de football nous montre la voie du travail assidue et de la vision à long terme. « Gagner est un voyage » dit souvent Unai Emery actuel Manager d’Arsenal, 4 finales, 3 victoires en Europa League.

Aubay

 

TCI2F: FINALE CE DIMANCHE 24 AVRIL À 15H : 36LION FC (NIGERIA) – ABI SPORT (BÉNIN)

Deux demi-finales, deux vainqueurs aux tirs aux buts. Dans le premier duel, ce sont les nigérians du 36Lion Fc qui ont imposé le rythme au jeu avant de s’offrir en seconde partie l’ouverture du score sur un auto-goal. La réponse des burkinabè ne mettra  que quelques minutes avec Zaon Tidiane. 1-1. Aux tirs aux buts, les nigérians seront les plus adroits : 4-2, score final.

Dans la deuxième demi-finale Abi Sport dans les 15 premières minutes a raté le coche avec deux occasions nettes. La suite sera ghanéenne, mais en vain. Après un nul vierge 0-0 face aux ghanéens du Sporting Club Accra (Ghana), Abi Sport s’impose 3-1 aux tirs aux buts.

La finale se jouera entre 36Lion Nigeria et Abi Sport du Bénin à 15h (14h GMT).

Le match de la 3e place se jouera à 12h30 entre Kozaf Burkina Faso et Sporting Club Accra du Ghana.

La finale sera diffusée en direct sur Ortb, canal 270 sur canalsat

plus d’infos sur www.tic2f.org

Burkina Faso – Bénin : les notes des Ecureuils

F

????????????????????????????????????
????????????????????????????????????

arnolle 4

Impuissant le pénalty et le tir enroulé  de Bertrand Traoré où il ne pouvait pas grand-chose, le géant havrais a eu peu de boulot et a été moins décisif qu’à l’aller.  Un gros arrêt à mettre à son actif en fin de première période.

Barazé 5

Fautif sur le pénalty, il a encore réalisé un match correct défensivement  avec plusieurs interventions décisives in extrémis. Trop timide offensivement, il a été moins sollicité en seconde période.

Salomom 5.5

Comme souvent, il n’a rien laissé passé dans les duels, une très grosse présence athlétique. Il a neutralisé Bancé sans pitié. Seul bémol, sa tergiversation en première période aurait pu coûter un but. Sinon bon match.

Adeoti 5

Match sobre, très impliqué dans la relance, sa volonté d’aller vers l’avant a failli couter cher aussi sur quelques pertes de balle. Un match tranquille sans grande difficulté.  Remplacé par Bessan en fin de match.

Kiki  5.5

Il a beaucoup osé offensivement sur son côté sur ses centres ou même sa frappe repoussée en première période auraient pu être décisifs. Défensivement, il a été beaucoup mis à contribution sans flancher.

Koukou 6

Il a gagné beaucoup de ballons dans l’entrejeu, infatigable bagarreur, il a affiche un calme et une constance dans l’effort digne d’un leader.  Même lorsqu’il a été replacé en défense centrale en fin de match.  Avec moins de déchets techniques, il a montré un bon niveau.

Bello 4.5

Présent par intermittence, il s’est aussi beaucoup battu notamment pour la fluidité du jeu béninois sans grande influence. Un match somme toute acceptable

Sèssegnon 6

Le capitaine a une fois encore affiché toute sa volonté en prenant le jeu à son compte. Il a manqué de lucidité collective sur certaines actions. Il aurait pu égaliser si son coup franc n’avait pas été dévié en première période.

Dossou 5.5

En percussions comme en drible, il a sonné la révolte tout seul à plusieurs reprises par ses accélérations. Il a constamment mis la défense burkinabè en difficulté mais trop soliste parfois. Il aurait pu marquer sur belle occasion en fin de partie.

Poté 4.5

Sur le coté ou en pointe il a fait quelques déplacements intéressants avec de l’envie sans être vraiment tranchant. Sèssegnon lui offre un caviar en seconde période qu’il exploite mal. Il y a avait moyen de mieux faire. Il va céder sa place à Mounié.

Gounongbé 6

Intelligent dans ses déplacements, Bakary Koné ne l’a pas lâché de tout le match.  En appui dans le jeu au sol où en pivot, il a été plutôt efficace. Il  décroise trop sa tête en première période et en seconde il est trop court sur le centre à ras de terre de Dossou. Il faisait bonne impression avant d’être remplacé.

Suanon 4

Il a fait une entrée très difficile, les Ecureuils étaient déjà menées et il n’a pas montré grand-chose. Une dernière demi-heure très compliqué pour lui.

 

Burkina- Bénin / Gernot Rhor, sélectionneur du Burkina, «On a marqué sans encaisser»

gernot rohr

« Ce qui fait la différence quand vous regardez les deux matches, nous avions eu une emprise technico-tactique sur les deux matches. A l’aller, le score n’as pas du tout reflète ce qui s’était passée sur le terrain. On même plus domine le match aller que celui d’aujourd’hui. Sur ce match on a eu ce réalisme qui nous a manqué. On a marqué sans encaisser. Le plus important c’est la qualification. Quand il y a un match aller retour ce qui compte c’est la qualification.»

 

Gounongbé « ça fait mal »
« On encaissé trop tôt. Si on avait tenu le 1-0 un peu plus longtemps ils auraient douté. Ça fait mal, il y a avait la place pour faire quelque chose. Mais bon, c’est étape par étape. On va travailler. Ça fait mal quand même. »

Propos recueillis à Ouagadougou, par notre envoyé spécial Géraud VIWAMI

Ecureuils : Burkina Faso – Bénin 2-0, les Etalons renversent les Ecureuils

A Ouagadougou, De notre envoyé spécial Géraud VIWAMI

Burkina - Benin LiveBattus 1-2 à Cotonou jeudi dernier , les Etalons ont renversé la tendance en s’imposant 2-0, ce mardi soir face aux Ecureuils pour le compte du match retour du dernier tour préliminaire du Mondial Russie 2018 dans un match plutôt équilibré. Pitroipa sur pénalty et Bertrand Traoré ont marqué pour le Burkina.

 

Buts

20e minute : Coner tiré par Nakoulma au premier poteau, Barazé déséquilibre Pitroipa. Pénalty. Il se fait justice lui-même en prenant farnolle a contre-pied. 1-0

71e minute Servi dans la surface à droite , Bertrand Traoré fixe, Kiki et place un tir enroulé impeccable. Farnolle ne pouvait rien. 2-0

 

Pitroipa marque, le Bénin se réveille

Comme à Cotonou, jeudi dernier, le bénin met du temps à rentrer dans son match , burkinabés sont plus entreprenants , ils insistent à gauche avec Nakoulma. Ils ouvrent logiquement le score sur pénalty. Derrière le Bénin va libérer et dominer la fin de première période. Dossou, Sèssegnon et Gounongbé tentent beaucoup de choses.  Le Bénin passe prêt d’égaliser si Gounonbé n’avait pas trop décroisé sa tête à la 32e minute suite à un coner de Dossou.

Les étalons souffrent dans le dernier quart heure, Sèssegnon pensait égaliser sur coup Franc mais son tir est contré et file en coner.

Retranchés dans leur camp, les étalons vont jouer en contre attaque et obtenir le dernier coner de la première période. La tête de Kaboré est sauvée sur sa ligne par Farnolle. Le Bénin a mieux fini sa première période malheureusement le Burkina a su marqué dans son temps. Le duel est animé, nous n’avions même pas vu le temps passé.

 

Traoré assomme le Bénin

Le Bénin débute la première période comme il avait fini la première dès la 47e minute Gounongbé est lancé en profondeur par Dossou mais Diakité sort bien dans les pieds de l’attaquant. Les étalons jouent bas et souffrent mais passent près de corsé l’addition à la 48e. Seul au point de pénalty Dayo voit sa tête fuir le cadre suite à un coner de Pitroipa. Enorme occase.

Le Bénin prend le jeu et domine ce deuxième acte jusque là. Sessègnon trouve Poté en profondeur, mais la frappe de l’attaquant à ras de terre au premier poteau passe à coté. Après l’heure de jeu le Bénin a du mal à s’approcher du but adverse.  Le visage offensif des Ecueuils a changé après la sortie de Gounongbé. A la 71e minute, Bertrand Traoré va porter le coup de grâce et offrir le succès aux étalons. Dossou croyait égaliser pour le Bénin mais son tir est trop puissant et  passe de près à coté (80e minute)

Derrière le Bénin n’y arrivera pas, le jeu est trop décousu pour avoir des occasions !  les Etalons s’imposent au réalisme et  accèdent aux phases de poule.

Géraud Viwami à Ouagadougou.

Feuille de match

Stade du 04 aout

Burkina Faso – Bénin 2-0 , (2-1)

Buts : Pitroipa 20e (sp) et Bertrand Traoré 71e minute

Arbitre :  Abid Charef Mhedi (Algérie)

Bénin :

Farnolle- Barazé , Salomon , Adéoti  (Bessan) , Kiki- Koukou , Bello , Sessegnon – Poté (Mounié) , Dossou , Gounongbé  ( Suanon)

Coach : omar tchomogo

Burkina faso

Daikité – Koné , Dayo, Koffi, Yago- Guira , Kaboré ,Bertrand Traoré (Ouedraogo) , Nakoulma – Pitroipa , Bancé (Diawara)

Coach :  gernot rhor

Burkina – Bénin : La compo Probable des Ecureuils

coupe-du-monde-russie-2018-749x400Gardien de buts : Fabien FARNOLLE

Défenseurs : Seidou BARAZE – Jordan ADEOTI – Junior SALOMON – David KIKI

 

Milieux de terrain : Djiman KOUKOU – Babatoundé BELLO – Stéphane SESSEGNON

 

Attaquants : Jodel DOSSOU – Mickaël POTE – Frédéric GOUNONGBE

Tour préliminaire retour Mondial Russie 2018 / Burkina – Bénin (1-2) : Oumar Tchomogo devra hausser son niveau

(Coup d’envoi à 19h de Cotonou)

Hésiter entre un 4-4-2 et un 4-3-3, hésiter entre Jodel Dossou ou Fadel Suanon ou Djigla comme titulaires, mieux utiliser Mickaël Poté etc. Les équations pour Tchomogo ne sont pas simples, mais c’est ça le rôle d’un sélectionneur : trouver une formule qui gagne.

Jeudi dernier à Cotonou, l’équipe nationale a montré plus d’esprit d’entreprise en seconde période ou plutôt en fin de première période avec l’audace de Gounongbé et plus tard, la percussion de Jodel Dossou. L’attachement du sélectionneur à certains joueurs peut lui jouer des tours s’il ne modifiait pas ses compositions d’équipe. Ce genre de matches décisifs, couperets, existent pour faire grandir les débutants, comme c’est le cas d’Oumar Tchomogo à ce poste de sélectionneur. Se surprendre pour mieux surprendre ses adversaires, voilà qui pourrait être le fil conducteur des Ecureuils dans un match aux allures de finale. L’équipe burkinabè n’est pas à son meilleur niveau, et peut compter plus sur son passé que sur ses jambes. Les Ecureuils quant à eux, ont la fougue de la jeunesse et devront jouer sur leurs qualités de vitesse.

Avec ce groupe on peut faire beaucoup mieux, et ce soir, à Ouagadougou, il va falloir hausser le niveau d’exigence à chaque poste. Tchomogo qui n’aura plus l’excuse du débutant devra trancher, faire des choix importants et pertinents pour avoir enfin la crédibilité qu’il espère tant.

Aubay

 

 

Sita Sangaré, Président de la Fédération Burkinabè : «Les Etalons traversent une période difficile»

Etalons veille de match

Sita Sangaré, Président de la Fédération Burkinabè : «Les Etalons traversent une période difficile»

 

Les supporters des étalons sont loin d’être désespérés en témoigne l’état d’esprit affiché lors de la conférence de presse donnée hier lundi par le président de la fédération burkinabè de Football, Sita Sangaré et Ablassé Yaméogo, président de l’Union Nationale des Supporters des Etalons à l’hôtel Spenlid de Ouagadougou.

En présence des supporters ayant pris d’assaut la salle de presse, les deux présidents ont lancé l’appel au soutien pour les Etalons ce soir pour que le stade soit inondé de burkinabè. Le Président Sita Sangaré a conclu avec des paroles fortes « Les Etalons ont besoin des filles et fils de la nation, les Etalons traversent une période difficile et c’est maintenant qu’ils ont le plus besoin de vous » conclu-t-il.

A noter également qu’une forte délégation de 200 supporters venus de la diaspora de la Côte d’ivoire pour soutenir les Etalons ce soir.

Les Etalons  pour sauver le pays

Depuis la finale de la Can 2013, le football est devenu plus que jamais une cause nationale. Ouagadougou respire le football et les supporters croisés hier matin après la conférence de presse ne cachent pas leur envie « on veut voir les Etalons. Quand ils gagnent on est contents et ça va faire du bien au pays inch allah » lâche Yaya.

«On a perdu à l’aller mais quand je vois comment on a joué surtout en première temps, nous pouvons battre le Bénin», rassure  Abdoul.

La motivation des supporters ne fait aucun doute, la vérité du terrain fera le reste demain.

A Ouagadougou, Géraud Viwami

 

Sessegnon et Bertrand Traoré : Deux hommes-clés parlent du match (Exclu)

bertrand traoré sessegnon au stade du 4 aout

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La clé du match selon Sèssegnon

« A nous d’avoir beaucoup de maitrise surtout en début de rencontre »

« A Cotonou on a eu du mal a rentré dans le match, on a su travailler là-dessus. Maintenant on joue à l’extérieur contre une équipe du Burkina Faso qui va jouer chez elle. On s’attend à un début de match avec beaucoup de folies donc à nous d’avoir beaucoup de maitrise surtout en début de rencontre. Après je pense qu’on a les moyens pour produire du jeu, mettre cette équipe burkinabè en difficulté. On a travaillé au mieux lors des deux, trois jours qu’on a eus après le match aller. On espère que demain (Ndlr : ce soir) on aura la qualification »

 

Interview exclusive de Bertrand Traoré, attaquant des Etalons

«Il faut concrétiser nos occasions »

Titulaire et auteur d’une grosse occasion manquée face aux Ecureuils mardi dernier, le milieu offensif de Chelsea, Bertrand Traoré s’est confié à nous  juste avant la dernière séance d’entrainement des Etalons.

 

Vous pensez avoir les armes pour passer le Bénin ?

On peut le faire, on est confiant.

Qu’est-ce qui vous a manqué sur le match de Cotonou?

On a manqué de réussite,  c’est tout !

Vous aviez baissé le pied en seconde période. Vous jouiez le nul ?

Non pas du tout, on a joué pour gagner.  On a manqué de réussite. Je pense qu’on était meilleurs que le Bénin dans le jeu mais à la fin ils ont gagné et c’est tout.

Qu’est ce qui pourrait faire la différence sur ce match retour?

On doit rester concentrés, concrétiser nos occasions, ce qu’on n’a pas pu faire à l’extérieur.

Quelle impression, l’équipe béninoise vous a laissé après ce match aller…

Je pense que (hésitation)… c’est  nous même qui a avions fait gagner le Bénin. Je ne vois pas ce match par rapport à l’équipe béninoise. Tout va se jouer de notre côté, si nous jouons bien  comme on l’a fait au Bénin et surtout que nous concrétisons nos occasions, nous passerons.

Entretien réalisé par Géraud Viwami à Ouagadougou

 

Match Retour- Burkina – Bénin (1-2)  : Adénon ne s’est pas entraîné lundi soir

Khaled Adenon

Après une escale à Abidjan, les Ecureuils ont rejoint la capitale burkinabè hier en début d’après-midi. Après avoir pris leur base à l’hôtel, ils se sont dirigés vers le stade du 04 aout qui accueille le duel de ce soir.

 

 

 

A Ouagadougou, Géraud VIWAMI

L’habituel séance de reconnaissance du terrain a débuté à 18 heures local et a duré une heure.  Sur la très bonne pelouse du stade, nous avions vu Oumar Tchomogo débarqué avec un groupe de 20 joueurs

Si tout le groupe s’est entrainé normalement deux joueurs sont restés sur la touche.  Le doute s’agrandit quant à leur participation au match de demain. Le défenseur Khaled Adénon souffre toujours de son tendon gauche, le capitaine d’Amiens n’a pas fait toute la séance. Le milieu de l’Aspac Mama Seibou s’est fait mal au genou gauche dès le début de la séance et a écourté la sienne.

Le groupe présent

Gardien : Fabien Farnolle, Saturnin Allagbé

Défenseurs :  Khaled Adénon , Junior , Salomon Lazadi Fousséni, Jordan Adéoti , Seidou Barazé , David Kiki

Milieux : Djiman Koukou, Seibou  Mama , Sessi d’Almeida , Babatoundé Bello ,Stéphane Sèssegnon,Jodel Dossou , David Djigla

Attaquants : Steve Mounié  , Frédéric Gounongbé , Jacques Bessan, Michael Poté, Abdel Fadel Suanon

Eliminatoires coupe du monde Russie 2018 : La Fifa débloque 174 millions de francs Cfa pour les Ecureuils

(L’Etat béninois a-t-il encore débloqué les millions du contribuable ?)

La Fifa est riche, très riche et dans certains moments stratégiques, elle ne manque pas d’arroser ses associations membres. Le Bénin, comme les 208 autres fédérations nationales membres de la Fifa a reçu la circulaire de janvier 2015 (lire encadré1) qui annonce l’octroi de quelques 300.000 dollars à chaque fédération.

Seulement voilà, 2 mois après cette circulaire, l’Etat béninois a dissout la Fédération provoquant une nouvelle crise. Un comité de normalisation a été mis en place 7 mois après la décision du gouvernement. Mais on se demande désormais où se trouve ces fonds. Est-ce l’une des raisons de l’implosion de la Fbf ? L’Etat est-il au courant de l’existence de ces fonds ? La Fifa qui a autorisé le gouvernement à engager la sélection nationale a-t-elle permis à ce dernier d’accéder à cette ressource inespérée ?

L’argent du contribuable, selon nos sources est le seul moyen qui sert à financer les Ecureuils. La Fifa précise pourtant que les 300.000 dollars doivent servir aux frais de transports des équipes, aux hôtels, aux repas et plus pour ne pas inclure les primes etc.

Voilà qui vient jeter une fois encore le trouble sur le financement du football béninois par l’Etat malgré les subventions reçues par la Fbf.

Aubay

 

(La circulaire de la Fifa à lire ici  FIFA)

La note circulaire signée par le secrétaire général de la Fifa que nous publions a été extraite du livre FIFAGATE de PHILIPPE AUCLAIR ET ERIC CHAMPEL – éditions Michel Lafon.

 

 1 Dollar américain = 581,37 Francs CFA BCEAO le 30/01/2015

300.000 dollars = 174.411.000 FCFA

Cours de conversion selon : http://fr.exchange-rates.org/Rate/USD/XOF/30-01-2015