Ecureuils : battu à Blida, tout n’est pas à jeter

Publié le: 13/10/2018 21:08:36 UTC

Les Ecureuils sont toujours installés à la deuxième place qualificative pour la phase finale la Can Cameroun 2019 après la défaite face à l’Algérie hier mais ils doivent rebondir mardi à domicile pour consolider cette place. Mais comment ? 

Ce qu’on a aimé

Michel Dussuyer a conservé son organisation travaillé en 3-4-3 face au Togo déjà. On a pu observer que le trio central derrière a mieux réagir sur les sorties de balle. Olivier Verdon  excelle dans ce dernier domaine. Il  a été rarement pris en défaut sur les duels et dans les interlignes.

On a aimé l’insouciance de Jodel Dossou et David Djigla sur les côtés, ils n’ont pas  hésité à provoquer et essayer de créer des brèches.

On aimé l’apport offensif d’Emmanuel Imorou à gauche. Toutes ses initiatives dans la moitié adverse n’ont pas été fructueuses mais il soutenu régulièrement les bonnes actions. Il a su se rendre disponible pour les milieux centraux sur les sorties de balle.

On a surtout aimé la réaction collective des Ecureuils en début de second période. L’équipe a livré son meilleur visage entre conservation de balle, combinaisons créatives dans la moitié adverses et récupération haute. L’Algérie était bousculée jusqu’à ce qu’elle tue le match avec son second but.

On a aimé aussi la réaction tactique  du sélectionneur avec les sorties des défenseurs Seidou Barazé et Junior Salomon  pour terminer la rencontre avec Michael Poté aux côtés de Steve Mounié. Une idée à prolonger ?

Ce qu’on a moins aimé

On n’a pas aimé l’état d’esprit des béninois à l’entame de la rencontre. Frileux au point de trop respecter l’adversaire, prenable. Heureusement qu’ils ont l’ont compris en seconde période. Un peu tardivement presque.

On  n’a pas aimé une nouvelle fois le positionnement très bas de l’équipe qui empêche le bloc de récupérer des ballons tranchants dans la moitié adverse. Le bloc est peut être solide mais Dussuyer doit le faire défendre en avançant. On n’a pas aimé le manque de concentration sur les moments clés , l’équipe n’a pas concédé tant d’occasions dans le jeu mais s’inclinent deux fois sur des phases arrêtées. Un corner et une remise en touche. Un manque de concentration.

On n’a pas aimé les coups de pieds arrêtes béninois. Sur coner ou coups francs excentrés, les Ecureuils ont tout gâchés. Sur quatre coners obtenus un seul a été repris de la tête par Steve Mounié en seconde période. Jodel Dossou préposé à la tache doit s’améliorer et le staff doit préparer des combinaisons. Avec Khaled Adénon , Olivier Verdon et Steve Mounié , les Ecureuils ont les armes pour inquiéter dans ce domaine.

On a n’a pas aimé l’animation offensive. Le trio d’attaque doit mieux jouer ensemble collectivement. Dossou et Djigla n’ont pas été assez incisifs vers le but adverse dans les offensives. Ils ont rarement cherché Mounié en appui ou en profondeur. Les Ecureuils peuvent avoir une meilleure exploitation dans les couloirs, si à gauche Imorou a beaucoup tenté, à droite il ne s’est rien passé.

Géraud Viwami

Author: Geraud V.

Rédacteur en chef ! Passionné de foot un peu trop attaché aux Écureuils du Benin. @GerovinhoV


Auteur : Geraud V.

Rédacteur en chef ! Passionné de foot un peu trop attaché aux Écureuils du Benin. @GerovinhoV

1 réflexion sur « Ecureuils : battu à Blida, tout n’est pas à jeter »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.