Ecureuils : maintenant , la reconstruction ?

Publié le: 5/09/2018 1:26:39 UTC

Après deux jours de stage, les Ecureuils entreront dans la phase décisive de la préparation du match contre le Togo  avec les séances à huis clos au programme prévus ce mercredi et demain jeudi. Michel Dussuyer sera au charbon pour monter son équipe dans un délai court. Voici trois choses qu’on aimerait voir ou entrevoir.

Une meilleure animation défensive

Personne n’a oublié que si le Bénin n’a pas été capable de se qualifier pour la Can Gabon 2017 c’est parce que les Ecureuils ont pris une valise contre le Mali déjà qualifié alors qu’un nul aurait suffi pour valider son billet à Bamako. Une honteuse défaite 5 buts à 2 qui illustre parfaitement les démons défensifs qui hantent les Ecureuils depuis un peu plus de ans. Evidemment que bien défendre ce n’est pas seulement l’affaire des 4 défenseurs souvent alignés en plus du gardien de but,  c’est un travail collectif qui commence plus haut sur le terrain. On a souvent vu une équipe béninoise friable après l’heure de jeu et peu sûre d’elle quand l’adversaire se montre plus incisif. C’est l’un des premiers chantiers sur lesquels Michel Dussuyer va se pencher, redonner un équilibre défensif aux Ecureuils qui ont en besoin. Car dans moins d’une semaine ils jouent le Togo et dans un mois une double confrontation contre l’Algérie. Les deux concurrents de taille du groupe D.

Le rôle de Stéphane  Sèssegnon

A 34 ans, il demeure le capitaine et le leader technique de l’équipe. Auteur 5 buts lors de ses 9 dernières apparitions sous le maillot national, le nouveau 10 de Genclerbirligi porte les Ecureuils et ce n’est pas un choix par défaut. Meneur de jeu créatif, capable de faire la différence par une dernière passe ou la finition lui-même, Michel Dussuyer n’a pas caché son envie de faire de lui son homme de base. D’accord mais dans quel rôle sur le terrain?

Une idée de jeu

Il faut être honnête et reconnaitre les Ecureuils souffrent de l’absence d’une réelle identité de jeu depuis plusieurs années maintenant. On constate avec regret et espoir que la dernière génération béninoise qui avait un style de jeu élaboré était conduite par Michel Dussuyer entre 2008 – 2010 ce qui a abouti à la dernière Can des Ecureuils. L’eau a coulé sous les points depuis cette époque, même le technicien français revient en terrain connu  mais il n’a pas les mêmes ressources. L’effectif a considérablement changé. Le Bénin a peut-être un cru de joueurs qui évoluent à un bon niveau globalement. Un avantage ? La mise en place sera importante, l’utilisation des profils, les choix de jeu seront importants. En conférence de presse Dussuyer a résumé son projet de jeu en ces termes « Vous savez j’ai toujours eu en tête de pratiquer un bon football. Créer des problèmes par le jeu, imposer notre style.  On se doit aussi d’être réaliste. On a trois déplacements. Autre facteur important  j’aurai à peine cinq jours pour faire mon équipe ça va prendre du temps. Ça ne va pas se faire du jour au lendemain » on ne demande qu’à voir.

Géraud Viwami

Author: Geraud V.

Rédacteur en chef ! Passionné de foot un peu trop attaché aux Écureuils du Benin. @GerovinhoV


Auteur : Geraud V.

Rédacteur en chef ! Passionné de foot un peu trop attaché aux Écureuils du Benin. @GerovinhoV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.