Transfert : Imorou prêté en Belgique.

Apparu avec Caen à une seule reprise en Ligue 1 cette saison et barré par Vincent Bessat  , l’arrière gauche Emmanuel Imorou (28 ans) va chercher du temps de jeu en Belgique. L’international béninois lié au club normand jusqu’en juin 2019 a été prêté sans option d’achat au Cercle Bruges 3e de la D2 belge (6 points en 3 points). Ce sera la deuxième expérience d’Imorou à l’étranger après l’échec de Braga en 2011-2012. Formé à Châteauroux il avait réussit à se relancer en deux saisons en Ligue 2 française à Clermont (62 matches pour 1 but) puis à Caen en Ligue 1 (55 matches pour 1 but) avant de galérer la saison dernière à cause de blessures à répétitions. Il n’a participé qu’à 9 pour 8 titularisations sur l’exercice précédent en Ligue 1 française. Espérons qu’il renaisse en Belgique.

Géraud Viwami 

Ecureuils – Amical : sans stage de préparation, les Ecureuils attendus à Malabo à la veille du match

Le dimanche 3 septembre, le Bénin jouera la Guinée Equatoriale à Malabo en match amical dans le cadre de la journée Fifa. Les 18 joueurs convoqués sont connus mais selon nos informations le Bénin devrait débarquer en terre guinéenne à la veille du match et n’a toujours pas débuté son stage à trois jours de l’échéance.

 

Selon le calendrier officiel de la Fifa, les joueurs internationaux convoqués pouvaient rejoindre leur sélection nationale respective à partir du lundi dernier. Au Bénin l’adversaire, la Guinée Equatoriale a été confirmé il y a un peu plus d’une semaine et la liste officielle des joueurs convoqués par Omar Tchomogo est sortie hier seulement. Selon nos informations, tous les joueurs convoqués doivent rallier Cotonou entre ce soir et demain selon les plans de vols. Ensuite le groupe devra obtenir les visas nécessaires pour fouler le sol guinéen. Toujours selon nos informations, les Ecureuils devraient arriver à Malabo dans la journée du samedi matin à moins un 24 heures du match. Bref une organisation de dernières minutes.

Poté s’entraîne …. seul 

Face à cette situation incroyable, ce matin  l’attaquant Michael Poté de l’Apoel Nicosie qui a rallié Cotonou depuis mardi s’est entraîné pour garder la forme avec Soleil Fc , club de première division béninoise. Une situation invraisemblable alors que le sélectionneur et son staff sont disponibles ainsi que les six joueurs locaux convoqués. A trois jours de ce match amical, aussi incroyable que cela puisse paraître les Ecureuils n’ont pas encore une seule séance collective et ne sont pas non plus au regroupement à l’heure nous écrivons cet article.

Organisation bâclée, staff limité

Cette situation rappelle étrangement celle de mars dernier où les Ecureuils s’étaient déplacés en Mauritanie (match perdu 1-0) avec des plans vols inattendues imposés aux joueurs. Ce qui a conduit à une cascade de forfaits, pour rappel le sélectionneur Tchomogo avait eu à disposition un groupe final de 15 joueurs avec deux entraînements seulement. Poté avait rejoint le groupe à la veille du match et a été titulaire le lendemain. L’organisation autour la sélection nationale est loin  d’être professionnelle et laisse vraiment à désirer. Indigne même d’une nation qui rêve de participer à une Can. A l’heure où, le Togo futur adversaire du Bénin en mars 2018 , a débuté son stage à Agadir au Maroc depuis lundi dernier et joue le premier de ses deux matches amicaux face au Niger ce soir.  On se demande aussi quel était le plan de préparation établie par le staff conduit par Tchomogo à qui incombera la responsabilité technique de cette rencontre. Tout le monde est dans le flou et les joueurs en premiers.

Géraud Viwami

Ecureuils – Amical : Adéoti , Farnolle et Mounié forfaits, la liste avec Koukpo et Djigla, première pour Gomez

 A cinq jours du duel amical face à la Guinée Equatoriale, le sélectionneur national Omar Tchomogo a enfin rendu public la liste des joueurs convoqués. Ils seront dix-huit. Douze expatriés et  six locaux dont un petit nouveau , le milieu offensif  Chabel Gomez (16 ans) d’Esae.

Comme en mars dernier face à la Mauritanie le sélectionneur Omar Tchomogo a convoqué un groupe réduit de 18 joueurs pour affronter la Guinée Equatoriale le 3 septembre en match amical à Malabo. Aucune grosse surprise dans le groupe qui est sensiblement le même que celui qui a joué face à la Gambie en juin dernier lors de la première journée des qualifications de la Can Cameroun  2019. Tchomogo a inséré six joueurs  Ecureuils locaux  qui ont pris part aux qualifications du Chan Kenya 2018. Cinq d’entre eux étaient déjà dans le groupe des A en juin dernier.

Performant chez les A’ l’arrière gauche des Buffles Mama Bah-Yéré  qui était sur le banc juin sera la doublure du néo brestois David Kiki dans le couloir gauche. Idem pour Rodrigue Fassinou, l’arrière droit de l’Aspac  qui était aussi dans le groupe en juin.

L’attaquant des Buffles, Marcellin Koukpo qui a eu sa première cape face à la Gambie figure dans le groupe est récompensé de ces bonnes prestations  avec les A’. Tout comme le milieu Mama Seibou et le gardien Steve Glodjinon qui profite du forfait du gardien  de Yeni Malatyaspor Fabien Farnolle.

Blessé au pubis en juin, l’ailier de Niort , David Djigla fait son retour dans le groupe.

Gomez, le précoce

Enfin, la petite surprise est la convocation du milieu offensif d’Esae Chabel Gomez (Photo). Lancé avec les Ecureuils cadets il y a un an en sélection nationale par Edmé Codjo, l’ancien pensionnaire  de l’As Dongat était régulier avec les  Ecureuils locaux pendant les qualifications du Chan Kenya 2018 (4  titularisations en matches officielles). A 16 ans et 8 mois, il signe un record de précocité dans le groupe des A.

Mounié et Farnolle forfaits

Le Bénin devra se passer de deux titulaires potentiels. L’attaquant d’Huddersfield Steve Mounié et le milieu défensif d’Auxerre Jordan Adéoti sont indisponibles. Tout comme Farnolle le  gardien numéro un qui serait retenu par son club turc pour des formalités administratives. Malgré ses deux premières capes avec les Ecureuils, le défenseur Moise Adilehou (Levadiakos/Grece) n’est pas retenu.

Blessés de longue de date,  le milieu Bello Babatoundé (Spartak Trnava/ Slovaquie) n’est toujours pas remis. L’attaquant Frédéric Gounongbé (Cardiff/Angleterre) aussi est toujours aux soins. L’attaquant Abdel Fadel Suanon (Damac / Arabie Saoudite) qui vient de reprendre les entrainements en club n’est pas convoqué.

De retour à la compétition en club, le milieu défensif  Sessi D’Almeida (Blackpool/Angleterre) aussi ne figure pas dans le groupe retenu.

Géraud Viwami 

Les 18 convoqués

Gardiens (2)

Saturnin Allagbé (Niort/France), Steve Glodjinon (JA Cotonou)

Défenseurs (7)

Abdul Khaled Adénon (Amiens/France), Cédric Hountondji (Gazélec Ajaccio/France), Junior Salomon (Plateau United/Nigéria), David Kiki (Brest/ France), Mama Sanni Bah-Yéré (Buffles), Rodrigue Fassinou (Aspac), Olivier Verdon (Bordeaux/ France)

Milieux (6)

Djiman Koukou (Lens/France), Mama Seibou (Aspac), Stéphane Sèssegnon (Montpellier/France), Jodel Dossou (Austria Lustenau/Autriche), Chabel Gomez (Esae), David Djigla (Niort/France)

Attaquants (3)

Jacques Bessan (Stade Tunisien/Tunisie), Michael Poté (Apoel Nicosie/Chypre) Marcellin Koukpo (Buffles).

Sélectionneur : Omar Tchomogo

Transfert : Everton pense à Gestede !

Everton, actuel 12e de PL anglaise et qualifié pour les phases de groupe de la ligue Europa aurait des vues sur Rudy Gestede. Le club de la Mersey serait prêt à débourser une offre d’environ 17 millions d’euros pour signer l’attaquant béninois de M’Boro. Reste à savoir si le Manager des Toffees Ronald Koeman passera à l’action avant la fermeture du marché.
G.V

Entretien – Côte d’ivoire : Loko (Africa Sports) « finir avec la coupe nationale ce n’est que bonheur. »

Au terme d’une seconde partie de saison réussie (14 matches, 4 passes décisives et un but)   ponctuée par la  coupe nationale ivoirienne  remportée avec l’Africa Sports, 4e du championnat , le milieu relayeur international béninois Arsène Loko (22 ans), nous a accordé un entretien exclusif où il fait le point de son exercice, parle de son parcours, sa vie en Côte en d’ivoire et son mercato.

Après une première partie de saison délicate, vous êtes bien revenu sur la phase retour (17 matches disputés) et vous gagnez un trophée, vous ne pouvez pas mieux finir… 

La première partie a été très difficile, j’ai été blessé à la cheville.  Vers la fin de la phase aller j’ai retrouvé la pelouse et petit à petit. J’ai commencé à gagner en temps de jeu. Finir avec un trophée à l’appui c’est bénéfique pour nous les joueurs et le club. Vu que l’Africa Sports jouait le titre en championnat mais on a fini quatrième. Avec la coupe nationale on a su terminer en beauté. La plus grosse satisfaction est d’être Africain la saison prochaine c’était nécessaire, c’était notre priorité. Finir avec ce trophée ce n’est que bonheur.

Personnellement comment jugez-vous votre propre saison comparée aux deux précédentes ?

Je pense que ma saison a été moyenne. Du fait que je n’ai fait qu’une partie de saison où j’ai enchaîné les matches. La phase retour a été bénéfique pour moi. J’ai marqué mon unique but de la saison. Par rapport aux autres saisons, elle a été moyenne. Le plus important aussi c’était de bien finir. C’est une grâce. Dieu m’a fait grâce de retrouver ma forme et mon niveau pour enchaîner les matches. C’était important de bien finir les matches sans se blesser.

Aujourd’hui la Ligue 1 ivoirienne est entrée dans une autre dimension avec la diffusion des matches sur la chaine cryptée Canal + , comment appréciez-vous cet apport médiatique?

C’est ma troisième saison avec l’Africa Sports, avec l’apport de Canal + et la diffusion des matches, ça a donné une autre envergure à la Ligue 1 ivoirienne vu que les matches sont suivis. C’est de bonnes augures pour nous. Ça pousse les joueurs à travailler plus et se donner à chaque match à fond. Il y a plus de concurrence, d’enjeu. Personnellement chaque joueur travaille plus pour être au niveau attendu. C’est que du bonheur parce que tout joueur évoluant en Afrique doit travailler plus pour espérer un lendemain meilleur. L’apport de de Canal + est un plus pour la Ligue 1 ivoirienne.

En parlant d’exposition, nous sommes en plein mercato, vous avez encore un an de contrat, vous envisagez un départ ?

Justement nous y sommes. Tout joueur envisage toujours un départ vers un club mieux que le précédent mais pour l’instant je suis encore sous contrat avec l’Africa Sports. Le championnat est fini. Je me concentre sur les propositions d’ici là je vais prendre une décision. Rester à l’Africa ou quitter pour une autre destination. J’espère. Pour l’instant je me penche sur les propositions avec mes contacts et j’espère avoir quelque chose de bon.

Quand on regarde votre parcours de l’académie de l’Union Sportive de la Plage à Cotonou jusqu’à l’Africa Sports vous avez beaucoup appris ?

J’ai beaucoup appris. J’ai reçu une bonne formation à l’Usp. Je remercie d’ailleurs le coach et tout le staff dirigeant et le président qui ont beaucoup contribué à mon évolution. Aussi bien quand j’étais encore au centre ou à mon arrivée en Côte d’ivoire notamment à Korogho qui était très difficile. Même quand j’ai signé à l’Africa, ils m’ont beaucoup soutenu. J’ai beaucoup progressé mais rien n’est fait encore tant qu’il y a encore à faire. C’est à moi de me donner au travail. Tout mettre en œuvre pour que ça se passe bien pour espérer jouer au haut niveau. Sincèrement j’ai beaucoup appris en Côte d’ivoire notamment dans le jeu et j’aimerais faire plus.

En parlant de haut niveau, vous étiez pensionnaire de l’académie de l’Usp avec un certain David Djigla qui était votre pote…

David Djigla était non seulement mon coéquipier, mon pote mais c’était un frère avec qui j’ai fais les classes. Ça fait plaisir de le voir à Niort. Mon souhait est qu’il aille encore plus haut parce qu’il a les qualités pour ça. Il a la volonté, il aime le travail. J’espère que les saisons à venir on pourra le retrouver à un meilleur niveau. C’est aussi le moment de dire que notre génération à l’USP c’était une belle génération ce n’est pas seulement une équipe mais une famille.

Vous êtes reconnu pour votre qualité technique, vous êtes utilisé en position de milieu relayeur ou meneur de jeu, vous avez une préférence ?

Je n’ai pas de préférence particulière par rapport au poste. Je me sens bien à ces deux postes. Maintenant je me mets à disposition du coach et par rapport à ce qu’il attend de moi de me donner à fond et de répondre favorablement à ses attentes pour le bien de l’équipe et pour ma progression  aussi. Je travaille pour être meilleur à chaque match et chaque match à ces exigences. Chaque domaine une certaine discipline tactique et certains conditions que le coach seul à le secret, c’est à lui de demander à ses joueurs de mettre en application.

La Côte d’ivoire est un pays reconnu pour sa joie de vivre mais le pays a traversé  aussi quelques crises ces dernières années, vous avez débuté au nord du pays à Korhogo  avant d’arriver dans la capitale Abidjan, récemment la ville a été secoué par les protestations des mutins, alors comment traversez-vous genre de moment ?

Cette situation est difficile à vivre. Mais grâce à Dieu avec l’Africa Sports, on a quelques dirigeants qui prennent les dispositions qu’il faut pour qu’on soit en sécurité.

Entretien réalisé par Géraud  Viwami

Transfert: Ligali prêté en National 1

Second couteau à Montpellier le gardien franco-béninois Jonathan Ligali (26 ans) est prêté à Dunkerque en National 1 (D3 française) jusqu’à la fin de la saison. Formé dans le Hérault où il ne s’est jamais imposé (13 matches en Ligue 1) , Ligali champion de France en 2012 va enfin pouvoir relancer sa carrière.
Géraud Viwami

Allemagne – J2: Didavi fait gagner Wolfsburg

Daniel Didavi a ouvert son compteur cet après- midi avec Wolfsburg en première division allemande. Son club a signé un hold up 1-0 la pelouse de Francfort grâce à un but de Didavi (22e). Le gaucher germano-béninois sorti à la 72e minute marquait ainsi son premier but de la saison pour la première victoire des Loups.
G.V.

Journal des transferts : Kiki est Brestois, offre refusée pour Gestede , Koukpo courtisé et Suanon va prolonger.

Chaque vendredi retrouvez les dernières infos sur l’actualité du mercato des joueurs béninois  pendant tout ce mercato estival. Cette semaine à la une : En France, l’arrière gauche David Kiki a été transféré de Niort vers Brest. En Angleterre Leeds a soumis une offre de 10 millions d’euros rejetée pour l’attaquant de M’Boro Rudy Gestede. En Arabie Saoudite l’attaquant Abdel Fadel Suanon devrait prolonger l’aventure avec Damac. Enfin l’attaquant des Buffles Marcellin Koukpo est sur les tablettes de deux clubs marocains.

Kiki est Brestois

Après deux saisons à Niort en Ligue 2 française, David Kiki (22 ans,photo) s’est engagé cette semaine avec Brest dans la même division pour trois ans. L’arrière gauche international béninois titulaire indiscutable chez les Chamois avait déjà signé trois titularisations avec son ancien club cette saison.  Kiki sera notamment en concurrence avec Quentin Bernard dans son couloir pour un poste de titulaire dans un club attendu pour jouer la montée.

Après la Tunisie, le Maroc se penche sur Koukpo

Marcellin Koukpo (21 ans) suscite de plus en plus de convoitises, l’attaquant de Buffles brillant avec les Ecureuils locaux pendant les qualifications du Chan Kenya 2018 (4 matches, 2 buts) figure sur les tablettes de deux clubs marocains qui seraient venus aux renseignements. Après l’intérêt annoncé des tunisiens de Gabès il y a quelques semaines, l’attaquant de Buffles a bien la côte sur le marché.

Leeds recalé pour Gestede?

Auteur d’un bon début de saison Rudy Gestede (28 ans, 1 but, 1 passe décisive en 3 matches) avec M’Boro (D2 Anglaise) l’attaquant est sérieusement ciblé par Leeds (D2 Anglaise). Le club aurait transmis une offre de 10 millions d’euros rejeté par M’Boro. L’ancien messin avait été acheté contre un chèque de 7 millions d’euros en janvier dernier en provenance d’Aston Villa.

Damac va prolonger Suanon

De retour de blessure, Abdel Fadel Suanon (22 ans) va poursuivre l’aventure avec Damac (D2 Saoudienne). L’attaquant international béninois est actuellement en discussion  avancées avec le club pour rempiler pour un troisième exercice. Suanon a déjà repris le chemin de l’entraînement avec le club et prend part au stage préparation de la prochaine saison.

Géraud Viwami

Europe – Ligue des champions : Poté et l’Apoel Nicosie tombent dans le groupe de la mort avec le Real Madrid

Qualifié pour la phase de groupe, l’Apoel Nicosie a hérité d’un groupe H très relevé. En effet, Michael Poté (32 ans) et ses coéquipiers sont tombés avec le champion en titre espagnol, Real Madrid, le vice-champion d’Angleterre, Tottenham et  les allemands du Borussia Dortmund. Ce ne sera pas une partie de plaisir pour l’international béninois qui débutera par un déplacement face au Real Madrid le 13 septembre prochain.

G.V.

Ecureuils : Tchomogo, le vrai bilan

Au lendemain d’un nouvel échec aux portes du Championnat d’Afrique des Nations Kenya 2018, Omar Tchomogo a essuyé sa septième défaite sur le banc des Ecureuils. Faisons le bilan de l’ancien de Guingamp après 26 mois de fonction.

un faible pourcentage de victoires 

Débarqué à la tête des Ecureuils en juin 2015, Omar Tchomogo connaissait bien la maison. Pour avoir été capitaine de la sélection béninoise puis assistant dans le staff sous Manuel Amoros. L’ancien guingampais a dirigé 22 rencontres officielles toutes compétitions confondues (amicales + qualifications) avec les A’ et l’équipe fanion (8 victoires, 7 nuls et 7 défaites). Sous ses ordres le Bénin affiche un pourcentage de victoire de 36%. Bien maigre. A titre de comparaison, même s’il a officié moins de rencontres (7 au total) Didier Ollé-Nicolle son prédécesseur avait un pourcentage de victoire de 42% lors de son limogeage en novembre 2014.

Deux échecs sans identité

Sous son mandat le Bénin a surtout manqué deux  rendez-vous continentaux. D’abord la Can Gabon 2017. Bien placés jusqu’à la dernière journée, les Ecureuils se sont effondrés à Bamako (5-2) en septembre 2016 alors qu’un nul était suffisant pour se qualifier. Premier échec. Puis le samedi dernier, le Bénin a perdu son match retour du second tour face au Nigéria après avoir gagné la manche aller 1-0 à Cotonou. Deux éliminations amères  qui noircissent le tableau des résultats.

Au-delà de ces échecs, le Bénin souffre d’un manque d’identité de jeu qu’on peut incomber qu’au sélectionneur entre ses choix d’hommes et ses options tactiques qu’on a du mal à lire. Tchomogo a pourtant eu la patience et le soutien du système sans pour autant faire progresser son groupe. Sur les 22 rencontres dirigées, le Bénin n’a réussi que trois matches sans encaisser (Bénin – Gambie 1-0, Niger A’ – Benin A’  0-1 et Bénin A’ – Nigéria A’ 1-0). Les 28 buts encaissés illustrent clairement un problème défensivement à solutionner. L’attaque n’est pas la plus flamboyante avec une moyenne 1,22/ match (27 buts au total).

Des  chiffres peu convaincants qui reflètent bien le niveau de la sélection béninoise qui s’est contentée d’une petite victoire sans vraiment briller face à la Gambie en juin dernier pour la première journée des qualifications de la Can Cameroun 2019. Quelques jours plutôt pendant le stage , le public mettait déjà la pression en criant  à la démission du sélectionneur qui n’est plus en position de force après 26 mois de fonction.

Sept baptisés

Le sélectionneur béninois a quand même lancé plusieurs nouvelles têtes sous le maillot jaune. Il a fait débuter David Kiki, Steve Mounié, Moise Adilehou, Cédric Hountondji, Marcellin Koukpo, et Olivier Verdon en sélection nationale. Le gardien de Black Leopards (Afrique du Sud), Christophe Aifimi  et le défenseur d’Akwa United (Nigéria) Paterne Counou ont été convoqués à plusieurs reprises sans entrer en jeu tout comme Joris  Ahlinvi,  Chamsdine Chaona (Espérance de Tunis/Tunisie), Arsène Loko (Africa Sports/Côte d’ivoire) Apollinaire Danvidé (As Douanes/Niger).

Géraud Viwami

France-Coupe de la Ligue : Koukou capitaine et buteur !

En délicatesse en championnat en ce début de saison , Lens s’est incliné 3-2 ce soir au second tour de la Coupe de la Ligue française contre Lorient pour la première d’Eric Sikora sur le banc. Une première que Djiman Koukou (26 ans) n’oubliera pas de sitôt. Le milieu défensif international béninois titulaire portait le brassard et en a profité pour marquer son premier but sous les couleurs lensoises (36e) sur une offrande de Kevin Fortune. C’était le but du 3-1. Auteur d’un bon match jusqu’à sa sortie à la 87e , il  n’était pas loin du doublé si sa tentative n’avait pas terminé sur le poteau (58e).

Géraud Viwami

Ecureuils : un repos forcé pour le Bénin

 Alors qu’une journée Fifa se profile à l’horizon en septembre prochain, les Ecureuils n’ont toujours pas de rencontre amicale au programme. Un triste constat.

Vainqueur de la Gambie pour ses débuts en qualifications de la Can Cameroun 2019 , le Bénin disputera la prochaine journée face au Togo en mars 2018. Hors course dans les qualifications du Mondial 2018 qui animeront le continent dans les trois mois à venir, les Ecureuils auront donc trois dates internationales en septembre, octobre et novembre pour se préparer en disputant des matches amicaux. La prochaine fenêtre internationale début  septembre, dans quelques jours donc. Le Bénin a la possibilité de programmer deux rencontres amicales. Mais rien n’est fait. Aucune annonce ni du ministère ni de la fédération béninoise de football n’a été faite. Plusieurs joueurs internationaux contactés par nos soins ont confirmé ne pas avoir reçu de convocation. Zapper les journées Fifa , c’est une mauvaise habitude pour le Bénin. Pour exemple après l’élimination lors des qualifications de la Can Gabon 2017 face au Mali en septembre 2016. Le Bénin n’a disputé aucune rencontre amicale sur les journées Fifa d’octobre et novembre qui ont suivi. C’est seulement en mars dernier que l’équipe s’est produite face à la Mauritanie. Le Bénin a disputé un seul match amical en six mois alors qu’il pouvait en jouer six au maximum ou trois au minimum. Une habitude à corriger.

Des adversaires affûtés

Le Togo, prochain adversaire en mars 2018 dans les  qualifications pour la Can 2019 aura un stage du 28 août au 5 septembre à Agadir au Maroc ponctué par deux matches amicaux contre le Niger (31 août) et Malawi (4 septembre).  L’Algérie quant à elle sera en lice pour les qualifications du Mondial Russie 2018. Les Fennecs auront une double confrontation décisive face à la Zambie. Les adversaires ne dorment pas sur leurs lauriers.

 

Un staff en question

Alors on se pose des questions sur le staff de l’équipe du Bénin. Tous les regards étaient portés sur la sélection locale qui disputait les deux tours des qualifications du Chan Kenya 2018. Omar Tchomogo, himself a conduit cette sélection éliminée, samedi dernier aux portes de la phase finale par le Nigéria à Kano. Un nouvel échec qui met le sélectionneur plus que jamais sur la sellette à quatre mois de la  fin de son contrat. En plus des résultats décevants,  depuis sa prise de fonction en juin 2015, l’équipe béninoise n’a pas vraiment franchi de cap dans le jeu.

La sélection locale a eu droit sept  matches amicaux internationaux face à ses homologues avant d’entrer en lice pour ces qualifications. Paradoxale qu’on n’ait pas pensé à programmer une seule rencontre pour Steve Mounié et ses coéquipiers qui pourraient passer la prochaine trêve international en club. Un triste constat.

Géraud Viwami

Entretien : Mounié « ça me rend fier parce qu’on parle aussi du Bénin grâce à moi »

Steve Mounié (22 ans) qui réussit ses débuts en Première division anglaise a accordé un entretien à nos confrères de Sofoot.com. L’attaquant international béninois d’ Huddersfield parle de vie en  Angleterre, des Ecureuils et de son doublé inaugural.

Pourquoi rêve-t-on de rejoindre la Premier League ?

En fait, c’est un objectif que je m’étais fixé depuis le départ. Parfois, il y a des objectifs que l’on se fixe et qu’on ne pense pas pouvoir atteindre, mais au fil de ma carrière, j’ai vu que j’en étais capable. Finalement, ça s’est donc concrétisé cet été et me voilà en Premier League. J’en suis le plus heureux.

Qu’est-ce qui t’attirait particulièrement dans ce championnat ?

À l’heure actuelle, c’est le meilleur championnat du monde : il est diffusé dans plus de cent pays, des milliards de personnes regardent la Premier League donc en matière de diffusion, c’est le top. Qualitativement, c’est pareil, il n’y a que des bons footballeurs et quand tu es compétiteur, tu as envie de te confronter aux meilleurs, c’est normal. Venir ici, pour moi, revenait à devenir un meilleur joueur.

Comment t’es-tu retrouvé à Huddersfield ?

J’ai appris l’intérêt d’Huddersfield quand j’étais en sélection nationale, avec le Bénin. Tout a ensuite été très vite, j’ai été touché par leur discours, le système de jeu que m’a présenté le coach, la philosophie de l’équipe et j’avais aussi envie de retrouver un club similaire, dans la mentalité, à ce que j’avais à Montpellier. Rapidement, je me suis dit que, pour faire ses débuts en Angleterre, il n’y avait pas mieux que ce club là. Je sais que je vais bosser, qu’on va me faire progresser, mais c’est aussi un pari personnel parce que je pense qu’à l’heure actuelle, tout le monde nous voit descendre en fin de saison. J’aime bien relever les challenges, comme j’ai pu le faire avec Nîmes (il a été prêté à Nîmes lors de la saison 2015-2016 alors que le club avait une pénalité de huit points en début de saison, ndlr). Changer de pays en était un aussi, pour découvrir de nouvelles choses.

Avant cet appel, qu’est-ce que tu connaissais d’Huddersfield ?

Honnêtement, rien du tout. Je n’en avais jamais entendu parler. Après, j’ai commencé à m’intéresser à l’histoire du club et j’ai découvert qu’il avait remporté le championnat d’Angleterre trois fois de suite (en 1924, 1925, 1926, ndlr). Une fois sur place, j’ai rapidement compris qu’Huddersfield était un club historique, que tout le monde avait du respect pour son histoire. Si en France la majorité des gens n’arrive certainement pas à prononcer le nom, en Angleterre, c’est autre chose (rires).

Quels souvenirs gardes-tu de tes premiers jours sur place ?

Je ne vais pas te cacher qu’au début, je n’ai pas eu la chance d’avoir du beau temps. Mais là, on discute et il y a un grand ciel bleu, je suis en T-shirt, c’est magnifique. La température est raisonnable, ce n’est pas encore choquant, mais on verra en hiver. Sinon, mon adaptation a été assez rapide parce que j’avais déjà des petites bases en anglais, pas de souci pour rouler à gauche non plus…

Justement, David Wagner, ton entraîneur à Huddersfield, a souligné la qualité de ton anglais à ton arrivée et a même expliqué que ça avait été décisif pour te recruter. C’est un coach reconnu partout en Angleterre aujourd’hui pour ce qu’il a fait avec le club. Qu’est-ce que tu retiens de cette rencontre ?

Son discours m’a tout de suite parlé, surtout que c’est quelqu’un qui accorde une grande confiance aux jeunes joueurs. Quand il m’a expliqué la façon de jouer de l’équipe, la façon dont il souhaitait m’intégrer dans son système, je me suis dit que ça allait marcher et que j’allais me battre pour ce coach. C’est quelqu’un qui donne envie qu’on s’arrache pour lui.

L’an passé, Wagner avait décidé d’emmener le groupe sur une île en Suède, pour muscler sa préparation. Tu n’as pas eu cette chance toi ?

Je n’étais même pas au courant, mais cette année, c’est resté plus classique. Ce qui m’a changé surtout, c’est qu’on a énormément travaillé avec ballon, même en préparation, ce qui est rare. Bon, après, on n’a pas eu beaucoup de jours de repos, mais c’est normal, c’est la prépa donc on avait deux entraînements par jour, ça rigolait pas. On est footballeurs, on est payés pour ça.

Il y a des joueurs qui t’ont impressionné déjà ?

Oui, bien sûr, surtout Philip Billing, un grand milieu danois qui est très impressionnant. Déjà, il fait deux têtes de plus que tout le monde donc il est balèze et techniquement, il est très fort. Pour être franc, je suis arrivé là et je n’ai vu que des bons joueurs. Tu en as quelques-uns qui sont un peu au-dessus, mais tu n’as surtout pas un gars à propos de qui tu vas te dire : « ah ouais, celui-là il est un peu en dessous » .

Tu te souviens de l’avant-match à Selhurst Park samedi dernier ?

Déjà, il n’y avait pas besoin de nous motiver. C’est le premier match de la saison, le premier match de Premier League pour certains, on attendait ça depuis le début de la préparation. D’autres attendaient même ça depuis la fin de la saison dernière. Finalement, on est arrivés sur le terrain, on s’est battus comme des chiens et on a réussi à ramener la victoire (3-0). Moi, j’ai préparé ce match comme les autres, c’est un match de football, qu’on soit en Angleterre ou ailleurs : le terrain, c’est le même, le ballon aussi et les mecs en face ont deux bras, deux jambes… Je ne vais pas faire des choses différentes parce que je suis en Angleterre, en Chine ou je ne sais où.

Marquer un doublé dès son premier match, c’est déjà différent.

Oui, surtout que c’est la première fois de ma carrière que je marque un doublé dès mon premier match. Forcément, j’étais plutôt content de ma performance, mais, au-delà de ça, la performance collective du groupe a été très belle, c’est le plus important. Les supporters attendaient ça depuis 45 ans donc gagner 3-0 d’entrée à Crystal Palace, c’est assez exceptionnel.

Après la rencontre, tu as parlé de ton idole Didier Drogba à la presse. Tu t’en inspires ?

Pour moi, c’est un exemple à suivre, notamment sa carrière. Tous les Africains le prennent en référence. C’est important d’avoir des exemples comme ça, pour s’en inspirer ou pouvoir même faire mieux si possible. Je pense que tous les joueurs regardent des vidéos de Ronaldinho ou d’autres pour travailler. Moi, c’est Didier Drogba, comme je peux regarder des vidéos d’autres attaquants. Il faut toujours s’inspirer des meilleurs attaquants si on a la volonté d’en faire partie. Il n’y a pas de secret.

 

Plusieurs joueurs français se sont perdus en allant à Londres, c’est aussi pour ça que tu as choisi Huddersfield ?

Tu sais, je suis quelqu’un d’assez discret et calme donc je ne suis pas le genre à sortir tout le temps. Je suis plutôt casanier, je vais à l’entraînement, je me repose… Pour se relâcher, il y a les vacances. Pendant la saison, que je sois à Paris ou à Londres, je ne vais pas faire de trucs bizarres. Mon choix n’a été que sportif.

Quitter Montpellier a été compliqué ?

Au début, j’ai eu un peu de mal oui, surtout que ma copine est restée à Montpellier. Je ne peux pas cacher que ça a été difficile de laisser tout ça derrière moi surtout que j’ai grandi dans le sud. J’y ai passé dix-huit ans de ma vie donc décider de partir au fin fond de l’Angleterre alors que tu as toujours vécu dans le sud de la France, ça peut faire peur. J’ai eu cette crainte, mais aujourd’hui, même quand j’ai quelques jours de repos, je n’ai pas forcément envie de rentrer.

 

Petit, tu blaguais avec tes potes sur le fait de représenter un jour le Bénin. Aujourd’hui, tu comptes sept sélections, tu as même déjà marqué. Comment ça se passe ?

Si tu veux, l’équipe nationale a commencé à m’appeler quand j’étais en 19 ans nationaux. Pour moi, c’était un peu tôt, mais quand je me suis senti prêt, j’y suis allé. Il n’y a rien de plus beau que jouer pour son pays, que rendre fière sa famille. Mes parents sont rentrés au pays aujourd’hui donc c’est encore plus fort. Tu vois, quand on dit qu’un joueur béninois a signé en Premier League pour tant d’argent, ça me rend fier parce qu’on parle aussi du Bénin grâce à moi. On reste un petit pays qui essaye de se développer donc chaque détail comme un transfert en Angleterre est positif.

 

PROPOS RECUEILLIS PAR MAXIME BRIGAND POUR SOFOOT.COM

Transfert: Leeds veut miser sur Gestede

Arrivé à  M’Boro  en janvier dernier , Rudy Gestede (28 ans) pourrait quitter le club avant la fin de ce mercato. Auteur d’un bon de début de saison en deuxième division anglaise (1 but et 1 passe décisive en 4 matches) l’attaquant béninois est courtisé par Leeds. L’actuel 5e de la deuxième division anglaise serait prêt à débourser un montant avoisinant les 10 millions d’euros pour  débaucher l’ancien messin très côté en Championship. Pour rappel M’Boro avait misé 7 millions d’euros l’hiver dernier pour le recruter à Aston Villa. A suivre.

Géraud Viwami 

Transfert : Brest officialise l’arrivée de Kiki !

Comme nous l’annoncions il y a une heure , David Kiki  (23 ans) s’est engagé pour trois saisons avec Brest en provenance de Niort cet après-midi. Son arrivée a été officialisé par son nouvelle via ce tweet. L’international béninois quitte Niort qui l’a lancé en professionnel en Ligue 2 française après deux bons exercices.

Transfert : Kiki va quitter Niort !

L’arrière gauche de Niort David Kiki (23 ans) devrait quitter le club dans les jours à venir. L’international béninois serait tout proche de s’engager avec Brest , un autre club de Ligue 2 française. Brest avait manqué les barrages pour la montée pour un point , 4e au pied du podium la saison dernière ,le club dirigé par Jean-Marc Furlan est actuellement 11e après 4 journées en ce début de saison. Titularisé  à trois reprises en championnat avec Niort, l’ancien de Belfort devrait rejoindre un candidat déclaré dans la course à la promotion en Ligue 1 en fin de saison. En reconstruction, Sochaux (Ligue 2)  aussi s’est aligné sur le profil du gaucher béninois qui aurait préféré Brest.

Arrivé à Niort à l’été 2015, l’ancien pensionnaire de France-Bénin-Football est apparu à 54 reprises pour 3 buts en championnat avec les Chamois.

Géraud Viwami 

Belgique-D2-J3: Aguémon s’offre un triplé dans une victoire incroyable

OH Louvain n’oubliera pas de sitôt sa première victoire de cette saison face au Cercle Bruges 7-1. Vous avez bien lu , ce score invraisemblable enregistré à l’occasion de la troisième journée de la deuxième division belge hier. L’ailier franco-béninois , Yannick Aguémon (25 ans) a signé un triplé (29e,49e et 90e). Le premier  de sa carrière. Déjà buteur à l’occasion de la première journée l’ancien toulousain prend la tette du classement des buteurs avec 4 réalisations.

Louvain est 4e avec autant d’unités au compteur.

Géraud Viwami 

Chan Kenya 2018 : la marche était trop haute pour les Ecureuils

Le Nigéria a dominé et logiquement battu le Bénin cet après-midi au stade Sanni Abatcha de Kano pour la manche retour du second tour des qualifications du championnat d’Afrique Kenya 2018. Rabiu Ali et Kingsley Eduwo ont permis au Nigéria de remonter la défaite 1-0 du match aller. Le Bénin peut regretter le pénalty manqué par Mama Seibou.

 

Les buts :

22e   : Sur un ballon perdu au milieu, Stephen Odey, Alhassan Ibrahim et Rabiu Ali lance le contre. Ce dernier, légèrement hors-jeu va battre Steve Glodjinon pour l’ouverture du score. 1-0

47: Sur un  centre de Akas Chima centre au point de pénalty, Kingsley Eduwo passe devant Rodrigue Fassinou et cadre sa tête. 2-0

 

Seibou aurait pu tout changer

Déjà mené 2-0  sans avoir existé pendant une heure de jeu,  le Bénin a cru à un signe du destin à la 63e minute. Chabel Gomez décalé à droite fixe son défenseur et coulisse pour Marcellin Koukpo dans la surface. L’attaquant des Buffles remet au centre. Waris Aboky jaillit et reprend de volée mais sa tentative ricoche sur le bras de Stephen Eze. Penalty. Le capitaine Mama Seibou voit sa tentative admirablement stoppé par Ikechukwu Enzema l’autre capitaine qui garde ses buts inviolés. C’était l’unique tir cadré béninois du match. Une petite revanche pour le gardien Ifeanyi Ubah qui  avait été battu dans le même exercice à l’aller à Cotonou. Ce but à l’extérieur aurait pu tout changer. Hélas.

Dominés et assommés

Le Nigéria devant son public a pris le match d’entrée avec une possession en sa faveur et des assauts répétés sur les buts de Glodjinon. La défense béninoise va craquer à la 22e sur une incursion rapide conclue par Ali  pourtant en position de hors-jeu non signalé. 1-0. Campés dans leur moitié de terrain les Ecureuils touchent peu de ballons et souffrent. Osas Okoro a failli doubler la mise juste avant la pause. Sur un coup franc des 20 mètres, l’arrière gauche a vu son tir rebondir sur le poteau alors que Glodjinon était battu. Les nigérians ont copieusement régnés sur le premier acte.

A la reprise, Omar Tchomogo tente de sonner la révolte avec un changement tactique. Le milieu défensif, Gaston Houngbédji cède sa place à l’attaquant d’Energie Jules Elègbèdè. Mais le Nigéria portera le coup de grâce quelques minutes plus tard. Kingsley Eduwo est récompensé de son activité sur le front de l’attaque. L’attaquant de Lobi Star croise parfaitement sa tête sur un centre de Chima et ouvre la voie de la qualification aux Supers Eagles (47e). 2-0

Derrière le jeu sera plus ouvert. Le Bénin va mieux mais pas assez pour rivaliser jusqu’à ce penalty qui aurait pu tout changer.

Le Nigéria passe avec un succès mérité et sera au Kenya en janvier prochain.

Géraud Viwami

Chan Kenya 2018: Nigéria – Bénin 2-0 , les Supers Eagles qualifiés

Le Bénin n’ira pas au Kenya en janvier prochain. Après la victoire 1-0 à Cotonou lors du match aller du deuxième tour face au Nigeria, les béninois se sont inclinés cet après – midi au stade Sanni Abatcha de Kano 2-0 sur des buts de Rabiu Ali (22e) et Kingsley Eduwo (47e). Mama Seibou aurait pu réduire le score et qualifier le Bénin grâce au but marqué à l’extérieur s’il n’avait pas manqué le penalty obtenu par Waris Aboky à la 65e minute. Enzewa, le gardien – capitaine du Nigeria était à la parade. Et le Nigeria valide son billet pour le Chan.
Géraud Viwami