Can 2017 : Au bout du suspens, l’Egypte peut remercier El Haddary

Dans une demi-finale de haut niveau, l’Egypte s’est qualifiée pour la finale en sortant le Burkina Faso pourtant dominateur dans le jeu aux tirs aux buts (4-3) après un score d’un but partout à l’issue des prolongations, devant environ vingt mille spectateurs ce soir à Libreville. Que de regrets pour les Burkinabès qui ont sans doute rendu leur meilleure copie du tournoi. 

Homme du match: Essam El Haddary, gardien Egypte.

A 44 ans il a su rester vigilant sur sa ligne ce soir sans craquer. Il a sorti quelques arrêts décisifs pendant la rencontre avant d’être encore plus monstreux avec deux tentatives stoppées lors de la séance des tirs aux buts. Le grand-frère a clairement assuré son rôle ce soir.

Les Etalons maîtrisent mais…

Le Burkina Faso n’a mis du temps à débuter son match, avec une possession acquise d’entrée, les Etalons affichent une fluidité et une volonté de jouer au sol. En face l’Egypte joue déjà bas. Le premier tir du match sera pour les blancs burkinabés. Décalage de Bertrand Traoré sur Abdou Traoré, qui cadre du gauche, facile pour Essam El Haddary. (05e)

L’Egypte est sérieusement bousculé en début de match à l’image de ce ballon difficilement repoussé par El Haddary des poings directement sur Ibrahim Touré qui tente la reprise le gardien égyptien était battu. Mosaad sauve de la tête sur sa ligne en coner. (08e). Enorme opportunité.

Les Pharaons vont enfin réagir après le premier quart d’heure. Bien servi à gauche, Trezeguet fixe  Steve Yago  et enroule du droit juste à cote. Première occasion égyptienne (16e)

Cette première situation va relaxer les Egyptiens qui vont relever la tête quelques minutes avant de tomber sous la domination du trio du milieu burkinabè Traoré-Touré-Kaboré qui privent les rouges de ballon.

Héros des quarts de finale, Aristide Bancé n’était pas loin de marquer un but magnifique. L’attaquant de l’Asec domine Mosaad dans un duel en pivot dans la surface de réparation puis tente un retourné acrobatique qui s’envole mais bien essayé (25e) Le stade applaudit le geste.

Après la demi-heure de jeu , les Etalons ont de plus en plus de mal à se rapprocher des cages d’El Haddary malgré la possession.  Bertrand Traoré puis Préjuce Nakoulma tenteront leur chance des trente mètres sans faire mouche.

Sur l’une ses rares sorties dans le camp adverse, l’Egypte va s’offrir une belle occasion peu avant la pause. Mohamed Salah s’appuie bien sur Bekhit qui feinte la passe et frappe des vingt mètres, Hervé Koffi se couche sans pouvoir maîtriser le cuir. Salah a suivi  mais manque son centre derrière. (38e)

Avec une maîtrise inattendue le Burkina Faso domine copieusement l’Egypte sans marquer. Les Pharaons sont en place comme d’habitude et attendent de planter leur coup fatal. On a quand même vu une première période de haute qualité. Rythmée et plaisante.

Bancé répond à Salah , El Haddary le vrai héros

Le Burkina Faso a repris la seconde période comme il avait entamé la première.

Coup franc décomposé entre  Traoré, Abdou et  Bertrand, ce dernier allume du gauche,  El Haddary détourne en coner. (48e)

Enorme percée de Nakoulma qui perfore la défense avec un grand pont puis réussit à centrer mais El Haddary à la manchette ferme pour écarter le danger. (56e)

Après ce temps fort des Etalons, ils se feront cueillir par le réalisme des Pharaons après l’heure de jeu.

Salah nettoie la lucarne de Koffi ! Après une action construise en passe courte et patiemment, l’ailier de la Roma, place un missile impeccable sur une remise de Kharaba à l’entrée de la surface de réparation 1-0  Le réalisme Egyptien fait mal encore. (66e)

Mais le Burkina Faso continue de pousser jusqu’à l’égalisation d’Aristide Bancé sur une action qui illustre bien l’état d’esprit des burkinabés ce soir.  Il est à la conclusion d’une action exceptionnelle. Yago s’arrache pour talonner vers Kaboré dans la surface qui centre pour Bancé au point de pénalty. L’attaquant de l’Asec contrôle poitrine et bat El Haddary pour la première fois dans ce tour d’une reprise maîtrisée du pied droit. Retour au score mérité.  (72e) Et le stade se réveille pour pousser les Etalons.

L’Egypte recule après l’égalisation et le Burkina Faso a failli en profiter.

D’abord sur une accélération de Nakoulma à droite, son centre contré a failli tromper El Haddary au premier poteau, le gardien égyptien se jette et concède le coner (81e) Puis sur un coup franc décomposé comme face à la Tunisie , Bertrand Traoré décale Bancé mais son tir est maîtrisé par El Haddary en deux temps (90e)

La dernière opportunité du temps réglementaire sera pour Banou Diawara. Kaboré trouve, Diawara entre les lignes dans la surface,  l’attaquant de Smouha , lobe astucieusement El Haddary qui sort la parade qu’il fallait pour mettre en coner (90+2)

C’était tellement chaud ! On n’a même pas vu la fin venir.

En prolongations,  les deux équipes jouent la prudence. Le Burkina Faso n’a pas cessé de jouer et l’Egypte a défendu sérieusement dans son camp. Une fois encore les meilleures occasions seront burkinabés.  Bertrand Traoré glisse en profondeur, pour Bancé dans la surface de réparation qui n’arrive pas à redresser sa  frappe (94e)  il sera ovationné à sortie (101e)  et Nakoulma décidément pas verni ce soir enlève trop sa frappe sur un ballon oublié dans la surface (108e)

Aux tirs aux buts malgré le raté initial de Bekhit sur le poteau, l’Egypte va renverser le cours de la séance et s’imposer 4-3. El Haddary sera le héros du soir puisqu’il  a stoppé les tentatives d’Hervé Koffi et Bertrand Traoré sur l’ultime tir. Une fin presque cruelle pour les Etalons qui ont tout donné ce soir. L’Egypte se rapproche encore plus d’un huitième sacre continental.

A Libreville , Géraud Viwami

 

 

Burkina Faso : Koffi- Bako Koné, Yago , Dayo, Coulibaly- Kaboré, Abdou Touré (Diawara 80e) ,Traoré- Nakoulma, Bertrand Traoré , Bancé (Alain Traoré 101e)

Coach : Paulo Duarte.

Egypte :  El Haddary- El Mohamady (Gaber 106e) , Mosaad, Ahmed Ibrahim, Hegazi- Tarek Hamed, Gad – Bekhit ,Kharaba (Warda) , Salah-  Trézeguet (Ramadan Ahmed 84e)

Coach : Hector Cuper

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *