Can 2017 : les leçons des premières 

Toutes les équipes engagées dans cette Can 2017 ont foulé les pelouses gabonaises durant cette première journée, avant l’entame des seconds matches de groupe cet après-midi, on vous propose les premières leçons de compétitions.

Les surprises

Pas grand monde ne misait sur eux mais ils ont été bien à la hauteur par leur prestation. Dans cette fenêtre des surprises, la Guinée Bissau avait déjà donné le ton pendant l’ouverture de la compétition face au Gabon, pays hôte. Les Jurtus qui disputaient leur premier match en phase finale ont joué sans pression et ont réussi à arracher une égalisation dans les ultimes instants du match avec du caractère.  Le groupe A était bien lancé.

Le lendemain dans le Groupe B, le Zimbabwe a failli faire mieux face aux favoris Algériens.  Alors qu’on pensait qu’ils allaient prendre une valise après l’ouverture du score de Mahrez. Mais non, ils ont renversé les verts en menant 2-1. Il a fallu un second exploit personnel du ballon d’or africain pour éviter l’humiliation aux Fennecs. Le Zimbabwe s’est montré aussi à la hauteur en produisant un football de qualité.  Il ne faudra plus les sous-estimer.

Enfin le dernier élève de cette classe c’est le Togo. Face aux champions d’Afrique ivoiriens, les Eperviers ont sorti un match très costaud défensivement. Ils ont anéanti la ligne offensive des Eléphants  qui sont passés à coté de leur première sortie carrément. On n’a pas oublié le mérite des togolais qu’on voyait prendre un carton mais non ils ont pris un point mérité.

Les déceptions

Dans le jeu présenté tout comme dans les résultats, rien n’était bon à retenir dans la prestation des ivoiriens.  Les hommes de Michel Dussuyer sont dans l’obligation de se réveiller s’ils veulent assumer leur statut. Au second match, ils auront un gros client, la RD Congo. Le moment idéal pour se lever.

En ouverture du tournoi, les Panthères Gabonais ont concédé un nul aux allures de défaite face à la Guinée Bissau, le petit nouveau. Un match nul presque inquiétant. Et pour cause les gabonais ont tâtonné dans le jeu, sans vraiment convaincre. La fébrilité en fin de match a coûté chère.  Avec un public qui traîne les  pas il va falloir vite se remettre dans le sens de la marche. Sinon en avant le flop total.

Quand on a le meilleur joueur du dernier champion anglais et ballon d’or africain, Mahrez et des joueurs de classes  mondiales comme Brahimi et Slimani faire nul contre le Zimbabwé sonne une contre-performance pour nos amis algériens. On attendait beaucoup mieux d’El Khedra et ils le savent.

Les maîtres

Eux, ils ont assumé leur statut d’entrée sans vraiment trembler. Le Sénégal de Sadio Mané , buteur a vite plié le match face à la Tunisie. Une nette victoire (2-0) qui placent les Lions de la Téranga dans un certain confort avant le deuxième match dans le Groupe B.

Le Ghana aussi a sorti un match de qualité notamment en première période, le 4-4-2 d’Avram Grant a porté ses fruits en première période. Entre maîtrise du ballon et jeu vers l’avant, les Blacks Stars ont étouffé les Ougandais. Une victoire logique même s’ils ont souffert en seconde période. Savoir supporter les tempêtes c’est aussi la force des grandes équipes. Les vice-champions d’Afrique sont bien entrés dans leur tournoi dans le Groupe D.

On avait presque oublié qu’ils étaient médaillés de bronze en 2015, les congolais nous l’ont bien rappelle dans le groupe C. Un seul but aura suffit pour le bonheur des Léopards, très solides qui ont contenu les  marocains. Les protégés de Florent Ibengué n’ont jamais vraiment tremblé dans leur match. Réduit à 10 en fin de match, ils ont bien tenu la baraque. Ils ont pris la tête du groupe C et pourraient ne pas la lâcher de sitôt.

Les malchanceux

Ils ont concédés des matches nuls mais selon le contenu des matches ces équipes là méritent peut être un plus. On peut citer le Cameroun et le Burkina Faso (1-1) qui se sont neutralisés dans le groupe A. L’opposition d’hier soir entre le Mali et l’Egypte s’inscrit dans un contexte similaire.

Eux, aussi ils n’ont pas eu un résultat à la hauteur de leur prestation parce qu’ils ont carrément rentré bredouilles alors qu’un partage des points aurait été sans doute logique. On pense à la Tunisie, pas du tout verni face au Sénégal. Abdoulaye Diallo le gardien sénégalais en était pour beaucoup. Le Maroc aussi peut avoir de gros regrets, séduisant dans le jeu mais maladroits devant les buts. Hervé Renard et ses hommes peuvent se mordre les doigts de voir leur casier de points vierge.

Le joueur : Ryad Mahrez

Les grands joueurs sont ceux qui portent leur équipe. L’ailier de Leicester a été le sauveur des Fennecs face au Zimbabwé , sans ses deux buts. L’Algérie aurait débuté son tournoi par un gros flop. En plus ses deux buts, il ne les doit  qu’à son talent. Le premier est une spéciale qu’on lui connait, crochet intérieur et un petit enroulé du gauche. Sur le second, il était un peu verni mais la chance n’accompagne que les grands. C’était le joueur de cette première journée tout groupe confondu.

Géraud Viwami

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *