Can 2017: Les tops de la première journée

La 31e édition de la Can a été officiellement lancée hier soir à Libreville. Nous revenons sur les tops de cette première journée.

Le deuxième match

Si on s’ennuyé notamment pendant la première période entre Gabon et la Guinée Bisssau, la seconde affiche a été d’un niveau nettement au dessus. Les camerounais et burkinabès ont présenté un spectacle digne de leur statut.  On a vu deux équipes très en place bien organisées et qui n’avaient pas peur de proposer du jeu. Chacune a eu son temps fort même si les meilleures occasions étaient pour les Lions Indomptables , les Etalons n’ont pas baissé les bras et leur volonté a payé. On a découvert de nouvelles têtes prometteuses comme l’ailier camerounais d’Aalborg (Danemark) Bassogog qui a été très remuant sur son coté gauche.

 La cérémonie d’ouverture

Quand on  appris que le célèbre rappeur franco-sénégalais allait se produire pendant la cérémonie d’ouverture forcement on savait que le spectacle serait au rendez-vous. Mais le public de Libreville a d’abord vibré avec les artistes locaux, Tina , Shan’l et NG Bling ont réveillé le stade qui chantaient à tue-tête. Le camerounais, Franco auteur du tube « Coller la petite) , le tanzanien Diamond Platzmunz et le Nigerian Davido ont aussi enflammé le public.

La tête d’affiche Booba a présenté un show digne de son statut et la cerise sur le gâteau c’est la présence d’Akon qui est monté sur la scène pendant que le boss d’OKLM Tv prestait. Le sénégalo-américain ne s’est pas empêché de bouger.

Enfin on a aussi apprécié la belle chorégraphie des anonymes et aussi le maître de cérémonie qui était bien chaud. Bref c’était réussi.

Hervé Koffi Kouakou, gardien burkinabé 

C’était notre homme du match hier face au Cameroun  et c’est la première belle révélation du tournoi. Ce gardien burkinabè  a seulement 20 piges mais on ne dirait pas.  Il dégage une telle assurance qu’on a l’impression qu’il joue à ce niveau depuis une éternité. Entre arrêts de qualité sur sa ligne, sortie au pied irréprochable et des prises de balle remplie d’assurance, il a été l’homme qui a maintenue le Burkina Faso en vie hier soir.

Brasseur de talent, on a vite compris pourquoi les ivoiriens de l’Asec ont misé sur lui. Les dirigeants pourraient très vite se frotter les mains très rapidement.

Géraud Viwami à Libreville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *