Ecureuils : sauver la génération des juniors avec le tournoi de l’Uemoa

Fin novembre, Lomé accueillera la 7e édition du tournoi de l’Uemoa, une compétition qui pourrait permettre au Bénin de racheter l’équipe nationale juniore disqualifiée à cause de la suspension de la Fifa en mai dernier.

Nous sommes le 23 mai, derniers à Cotonou, tout l’effectif est réuni dans la chambre du sélectionneur Mathias Déguénon après la séance matinale. Le technicien béninois a eu la lourde tâche d’annoncer à son groupe la suspension du Bénin par la Fifa et donc la disqualification de l’équipe. La déception se lisait sur tous les visages de ces gamins qui venaient de voir leur rêver s’envoler. Au lieu de prendre la direction de l’Egypte pour affronter la Lybie, les futurs néo internationaux lèvent le camp sans la moindre prime et sans reconnaissance. Un échec sans avoir même défendu les couleurs du pays.

Pas de Tchomogo, nouvelle chance pour Déguénon ?

Nous venons d’apprendre que la fédération béninoise de football a annoncé que le sélectionneur des A Omar Tchomogo qui vit en France ne conduira pas l’équipe nationale locale au tournoi de l’Uemoa à Lomé à la fin du mois prochain. En juillet dernier, Tchomogo avait tout de même conduit un mini stage pour des joueurs évoluant au pays. La FBF annonce un collège d’entraineur pour conduire l’équipe nationale locale. Mais elle serait bien inspiré de redonner une chance à Mathias Déguénon pour enfin faire briller les juniors qu’il a eu sous son aile pendant plusieurs semaines de préparation. Adjoint d’Ulrich Alohoutadé lors de la Can junior 2013 en Algérie et ayant pris aux deux derniers stages des jeunes béninois au Brésil sans compter ses expériences dans le championnat local notamment à la tête d’Ayéma et l’Uss Kraké, il a bien le profil pour conduire le staff.
Sans compétition depuis la fin de la saison de transition en mai dernier, les joueurs locaux reprendront le championnat national le 29 octobre prochain ainsi ils pourront avoir quelques journées dans les jambes avant le début de la préparation du tournoi. Après deux échecs en finale en 2010 contre le Niger (1-0) puis lors de la dernière édition en 2013 contre le Burkina Faso (0-0 , 9-8 tab) , les Ecureuils sont bien attendus au Togo le mois prochain.

Sauver la génération 1997

Ce tournoi sera donc une occasion unique de faire briller les jeunes juniors béninois qui ont sans doute eu des repères collectifs durant les semaines de préparation. On pourrait effectuer un mélange judicieux en renforçant le groupe avec des joueurs d’expérience comme Junior Salomon de Plateau United afin de guider les jeunes. La génération 1997 aura donc enfin une chance de se faire voir sur le plan international après avoir rater le coche des qualifications de la catégorie. La bande du milieu offensif, Pacifique Gbaguidi (19 ans) du Mogas et du défenseur de l’Aspac Gaston Houngbédji (18 ans) pourra faire valoir ses talents dans une compétions très suivi par les recruteurs internationaux et locaux. Après la génération 1993 de Saturnin Allagbé (Niort) et la génération 1995 d’Abdel Fadel Suanon (Dhmak) , le tournoi de l’Uemoa sera une porte unique de faire mettre la génération 97 enfin sous les feux des projecteurs.

Géraud Viwami

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *