France-Ligue 2 : Le top 3 des béninois !

Au coup d’envoi de la saison ils étaient huit joueurs béninois officiellement enregistré dans les effectifs des clubs de Ligue 2 française. On comptait le quatuor  de Niort (Djiman Koukou, David Kiki, Saturnin Allagbé et David Djigla), Cédric Hountondji d’Auxerre, Steve Mounié de Nîmes,  Fabien Farnolle du Havre et Mouri Ogounbiyi de Paris FC. Ce dernier a quitté le club en décembre sans disputer une seule minute.  Nous avons établi notre top 3 de la saison qui s’est achevée vendredi dernier.

 

  • 1  – Steve Mounié , retour en Hérault

Il a inscrit plus de buts que les autres béninois réunis en Ligue 2 cette saison, l’attaquant prêté par Montpellier s’est fait une solide réputation avec ses 11 buts marqués et 5 passes décisives en 32  apparitions  dont 29 titularisations. Associé à Anthony Koura dans un rôle de pivot sur le front de l’attaque de Nîmes, n’a pas regretté avoir débarqué dans les ultimes instants du mercato estival.  Les crocodiles qui ont réussi à se maintenir malgré un retard de huit unités au coup d’envoi de la saison doivent une fière chandelle à leur meilleur buteur. Entre puissance et agilité, le longiligne attaquant des Ecureuils a clairement convaincu pour sa première saison complète en pro. On retiendra  son fabuleux mois de janvier où il a été nominé pour le titre du joueur UNFP du mois,  notamment grâce à son triplet contre Clermont. Débarqué sur la pointe des pieds il repart presque en Hérault la tète haute en attendant de savoir ce que Frédéric Hantz en fera la saison prochaine. A 21 ans il mérite d’avoir sa chance dans l’élite la saison prochaine.

  • 2- Fabien Farnolle , le vieux briscard

Après une saison galère entre l’équipe réserve girondine et une aventure en Roumanie, il  a prouvé dans les cages du Havre qu’il n’a rien perdu. Aussitôt remis d’une blessure au doigt contracté à son arrivée, le gardien des Ecureuils a pris place dans le onze normand et endossé rapidement un costume de leader. Avec 14 matches sans encaisser sur 34 disputés, il avait tout pour être le maillon fort de son club qui a longtemps lutté  pour une promotion en Ligue 1. Le Havre termine 4e  a égalité de points avec Metz 3e , malgré son ange gardien, qui aurait pu être nominé pour les trophées UNFP sans qu’on ait crié à l’injustice. A 31 ans, il n’a pas fini de surprendre avec la régularité qu’on lui connait.

  • 3- David Kiki, l’étoile montante

C’était le novice que tout le monde attendait au carrefour après une très bonne saison avec Belfort en CFA. Il a débarqué chez les chamois dans la peau d’un apprenti professionnel mais il a surpassé les attentes en s’installant progressivement sur le coté gauche. En position d’arrière gauche dans une défense à quatre ou en piston gauche dans un milieu à cinq, l’international béninois a grappillé plus de temps de jeu que prévu, 25 sur 38 possibles. Il a même ouvert son compteur pro contre Lens en novembre.  Peu utilisé en fin de saison, il  doit encore progresser  sur les phases de finition et être plus constant dans ses efforts défensifs. Sa saison a tout d’une première réussie.  Niort a bien réussi son pari en misant sur ce garçon de 22 ans.

 

Géraud Viwami

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *