Entretien : Gounongbé « Il faut gagner sans prendre de buts »

A la veille du duel tant attendu contre le Burkina Faso pour le compte du match aller des préliminaires de la Coupe du Monde Russie 2018, l’attaquant Frédéric Gounongbé de Westerlo s’est confié à nous. Il parle en exclusivité, du niveau des Ecureuils, son rôle dans l’équipe, et surtout du match de demain. Entretien.

Deux matches capitaux dans la course au Mondial 2018 vont se jouer en l’espace de sept jours, le premier test aura lieu demain contre Burkina Faso, vous avez déjà cette pression…

Non, nous n’avons pas de pression, nous avons confiance en nos qualités, en l’équipe et je pense qu’on aura aussi le soutien du public avec nous. Il y a une pression positive pour bien représenter le pays et gagner ce match.

Alors quel serait le résultat idéal pour vous ?

Une victoire. A domicile je ne pense qu’on puisse espérer autre chose devant notre public, c’est pour cela que nous allons jouer. Il est très important aussi de ne pas encaisser de tenir notre casier vierge. Et on verra ce qui va se passer au retour.

Personnellement, en sélection nationale on vous voit peu souvent ce qui n’est pas forcément de votre faute, vous avez un arrière gout d’inachevé …

Il ne faut pas oublier que je suis international que depuis peu de temps. C’est vrai que j’ai été absent pour cause de blessure et cela fait partie du métier. Ensuite, il y a eu un problème administratif qui m’as empêché d’être présent au Congo le mois dernier en amical. Mais j’ai toujours voulu être disponible pour la sélection nationale et je n’ai jamais hésité à répondre présent. Même si c’est pour jouer des bouts de matches l’expérience est toujours bonne. C’est toujours un honneur pour moi d’être ici et de donner ce que je peux donner à l’équipe peu importe mon temps de jeu.

La concurrence est réelle avec Rudy Gestede et Mickael Poté , contre le Mali vous êtes entré en jeu sur le coté , est-ce une solution d’avenir pour jouer plus ?

Honnêtement ça ne me dérange pas. Je pense qu’on n’est pas dans une conception de club où chacun à envie de jouer et autre. Je pense qu’on se doit mettre à disposition du sélectionneur, peu importe la position dans laquelle on m’aligne je répondrai présent. Je suis un attaquant de pointe et c’est comme ça que j’aime évoluer, là ou je suis efficace mais on me lance ailleurs je jouerai.

Contre le Mali, le Bénin a rendu une copie presque propre, à votre avis il manque quoi aux Ecureuils pour faire la différence dans les grands matches…

Je pense que c’est un vivre ensemble qu’il nous manque. Quand vous regardez nos qualités individuelles, je pense qu’on n’a rien à envier à certaines équipes africaines. On a pu le voir contre le Mali que nous avons répondu présent. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de discuter avec Abdoulay Diaby du Fc Bruges, qui a marqué contre nous à Cotonou, on s’est croisé en championnat. Il me disait qu’il était assez impressionné qu’ils ont eu beaucoup de chance d’être reparti avec un point. Donc je pense qu’on a les qualités pour faire mieux. Il nous manque les automatismes et c’est toujours compliqué à trouver pour une équipe nationale. Aussi je demande un soutien total du public pour faire un bon résultat ça compte également.

Pour finir en club, vous en êtes déjà six buts, mais Westerlo est en difficulté en bas de classement, alors si vous devriez faire le point personnel…

Personnellement j’ai eu un début de saison compliqué avec quelques pépins physiques encore une fois qui m’ont ralenti dans ma préparation ce qui m’a un peu pénalisé. J’ai récupéré, ça va beaucoup mieux, j’ai retrouvé le chemin des filets et c’est bien pour la confiance. Une remontée de Westerlo passe aussi par un regain de forme de ma part. J’espère que ce sera le cas jusqu’à la fin de la saison.

Réalisé par Géraud Viwami

2 réflexions au sujet de « Entretien : Gounongbé « Il faut gagner sans prendre de buts » »

  1. Moi je pense que pour régler le problème de nos trois (3) attaquants de pointe, l’entraîneur doit pouvoir leur permuter de place toutes les 20 ou 15 mn. Par exemple, si GOUNONGBE joue à la pointe pendant 15 ou 20 mn, l’entraîneur peut le décaler à droite et faire monter POTE à la pointe et vice versa.

    Que la chance soit du coté des Ecureils cette fois ci pour qu’ils puissent aller très loin dans la compétition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *