Ecureuils : Ces joueurs qui ont une carte à jouer

Si les matches amicaux ont un avantage c’est bien celui de permettre au sélectionneur d’affuter ses plans de jeu mais aussi à certains appelés de saisir leur chance puisqu’il y a forcément des places à prendre. Certains joueurs seront dans cette configuration demain face au Congo.

Aifimi , baptême de feu en vue ?

Il vit ses premières heures au sein du groupe Ecureuils, ce premier regroupement relativement court qui se terminera demain après le match amical. Christophe Aifimi (25 ans), le gardien capitaine de l’As Tanda en cote d’ivoire arrive théoriquement dans la peau d’un numéro 3. Si Omar Tchomogo a semé le doute et a peu convaincu en conservant Saturnin Allagbé, numéro 2 à Niort, comme titulaire face au Mali, pas sûre qu’il reconduise le même choix face aux Diables Rouges. Fabien Farnolle , titulaire régulier au Havre devrait retrouver sa place de numéro un dans les buts. Dans ce contexte, Aifimi devra bien patienter à moins que le sélectionne face un turnover. Possible.

Badarou , une chance à saisir

Ecarté lors des derniers regroupements, le sélectionneur ne le considérait pas dans ses plans. Une position qu’il a été presque obligé de réviser après le match contre le Mali. Après avoir sacrifier Jordan Adéoti dans le couloir droit contre le Mali sans grande réussite, l’équipe a besoin d’un spécialiste du poste, Nana Badarou (24 ans, photo), même s’il était régulier sous Manuel Amoros et Didier Ollé-Nicolle a tout à prouver à Omar Tchomogo. Le défenseur du Wydad Casablanca joue presque son avenir international sous l’ère Tchomogo. Sa polyvalence entre l’axe et le coté droit un avantage certain, mais un bon match demain après-midi serait un argument plus recevable.

Dossou , retour en leader ?

Son absence a suscité beaucoup d’interrogations justifiées tant il est régulier et décisif en club cette saison. Jodel Dossou (23 ans) fait son retour dans le groupe Ecureuils, sa première convocation sous l’ère Tchomogo. La question n’est pas de savoir si l’ailier à sa place dans l’effectif, la réponse sonne déjà comme une évidence. Son absence s’est presque ressentie contre la Guinée Equatoriale et le Mali à Cotonou. Avant d’être écarté, par le sélectionneur il était considéré comme l’une des pierres angulaires de la ligne  offensive des Ecureuils, sa percussion et activité sur son flanc sont attendues demain. Pour lui il s’agira de faire la différence et agir en leader en termes d’état d’esprit.

Aoudou et Bessan , victimes de la concurrence

Ils sont pourtant réguliers en clubs, la preuve ils ont été tous transférés vers des clubs nettement plus ambitieux dans leur championnat respectif. Jacques Bessan (22 ans) et Mohamed Aoudou (25 ans) sont presque contraints d’être des seconds couteaux en sélection. Ils doivent leurs présences aux forfaits de Rudy Gestede et Frédéric Gounongbé , la concurrence est très forte en attaque. Omar Tchomogo a des problèmes de riches. Même si la hiérarchie est connue, ils ont tout de même une carte à jouer, un bon match ne passe jamais inaperçu. Messieurs saisissez votre chance !

Géraud Viwami

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *