Le retour des Ecureuils au Stade de l’Amitié

La fédération béninoise de football fait déménager (encore) les Ecureuils , habitués à jouer à Porto-Novo , depuis septembre 2011, ils seront de retour dans l’enceinte du stade de l’amitié de Kouhounou, les cadets le 19 et les séniors le 20 juillet prochain s’y produiront pour leurs échéances respectives.

Depuis 2011, les Ecureuils, cadets, juniors et séniors étaient habitués à se produire au Stade Charles de Gaulle de Porto-Novo. Mais la fédération a décidé de ramener les Ecureuils à la « maison » au stade de l’Amitié de Kouhounou.
Les cadets accueilleront, le samedi 19 juillet, le Mali au stade de l’Amitié de Kouhounou pour le compte du 2e tour des éliminatoires de la Can cadette Niger 2015. Le lendemain, dimanche 20 juillet, les séniors accueilleront le Malawi pour le 3e et dernier tour avant d’entrer en groupe les éliminatoires de la Can Maroc 2015. Deux échéances très importantes pour la saison des sélections nationales. Il faut rappeler que les juniors ont échoué récemment contre le Congo, lors du 2e tour des qualifications de la Can Sénégal 2015.
Depuis 2011, sur douze matches internationaux toutes catégories confondues, Charles de Gaulle en a accueilli 83%. La capitale a connu dix rencontres (trois matches juniors – deux matches cadets- quatre matches séniors) contre deux pour le stade de l’Amitié. La victoire 1-0 face au Mali en juin 2012 en qualification du mondial 2014 et le nul (1-1) fatal concédé face à l’Ethiopie deux semaines plus tard lors du dernier tour des qualifications de la Can 2013.

Le défi du public

Sous Anjorin Moucharafou, la fédération avait innové en décidant de délocaliser les matches internationaux à Porto-Novo. La réaction du public n’a pas régulièrement été à la hauteur des attentes sauf sur le match aller des juniors de 2013 contre le Sénégal pendant les qualifications où l’entrée était gratuite et le match des séniors contre l’Algérie ( celle-ci était payante). Ces deux matches avaient eu le record d’affluence. Sinon globalement le public était régulièrement moyen ou parfois inexistant comme face au Sao Tomé. Même s’il faut préciser que l’enjeu des rencontres pèse dans la motivation des supporters à se déplacer.
Les habitués du stade de l’amitié se plaignaient presque de cette délocalisation. L’occasion est idéale maintenant pour prouver leur réputation. Dans tous les cas les Ecureuils auront besoin du soutien du douzième homme tant les échéances sont déjà cruciales.
Géraud Viwami

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *