Ecureuils : Le pouvoir à la jeunesse !

 

En juin prochain, nous allons découvrir le premier visage des Ecureuils version Ollé-Nicolle, le technicien français devra construire son équipe et  il s’appuiera évidement sur les joueurs habitués susceptibles d’apporter une plus-value certaine comme socle. Il ne s’agit pas de convoquer des joueurs sans club, ni aucune référence crédible et pas au niveau. Dans quel répertoire peut-il piocher ? Décortiquons.

 

Gardiens

En pole position Fabien Farnolle de Clermont malheureusement bloqué par les nouvelles lois de la Fifa. Du coup il ne reste plus que trois  gardiens sélectionnables, Emmanuel Fabiyi (29 ans) , d’Abia Warriors au Nigéria. Sa dernière apparition avec la sélection remonte au tournoi de l’Uemoa 2008 à Bamako. Et le second encore plus connu, Yoan Djidonou (28 ans) de Romorantin enCFA (France) ,  ex-numéro un des Ecureuils sa dernière apparition remonte à février 2012 au début de l’ère Amoros.

Défenseurs

Khaled Adénon sans club, la défense a entamé de rajeunissement depuis 2012. En défense centrale, le sobre Seidou Baraze (1.90m, 23 ans) de l’Hus Agadir (Maroc) et le gaucher dur Réda Johnson  (1.92m, 25 ans) de Sheffield Wednesday, la paire centrale alignée contre le Rwanda en septembre 2013 seront prioritaires. Jordan Adeoti  (24ans) auteur d’une très belle saison avec Laval est aussi comme une pierre angulaire. Ces trois joueurs ayant la capacité d’évoluer avec la même aisance en milieu défensif. Un plus.

Junior Salomon (28 ans) capitaine de Bayelsa United au Nigéria, habitué aux sélections (4 tournois de l’Uemoa , une Coupe Ufoa et une Can en 2010) et plusieurs éliminatoires. Le roc est un ancien de la maison. Enfin le néo-international qui a fait ses débuts en juin dernier contre l’Algérie, le rugueux Nana Nafihou Badarou en pleine progression à l’Aso Chlef dans le championnat algérien où il réalise une saison presque parfaite. Badarou peut bien aussi jouer sur le flanc droit. Un avantage.

Comme spécialiste sur les côtés à gauche, en pôle positon nous avons Emmanuel Imorou (25 ans), déjà une Can avec le Bénin même s’il peine encore à afficher son meilleur niveau en sélection. Nous avons également le jeune prometteur Afissou Fayémi (22 ans), fraichement signé aux New Jersey Express aux USA. Son coup de pied et sa technique de centre peuvent faire de lui un concurrent sérieux à ce poste.

A droite, le seul profil  expatrié exploitable est Lunel Dossou-Gbété (22 ans)  , l’ancien capitaine du Mogas ex international Junior , exilé en Thaïlande depuis 3 ans où il évolue au FC Pattaya.  Souvent oublié en sélection, peut-être qu’il aura sa chance ?

 Milieux

Djiman Koukou (23 ans) une expérience hors-norme pour son âge, deux Can, une régularité avec les A depuis 2008 et une progression affichée en club. Actuel 3e de Ligue 2 française avec Niort , c’est le moment ou jamais pour l’infatigable milieu défensif de faire valoir les leçons retenues de ses débuts compliqués avec le maillot jaune.

Outre l’ancien joueur de Soleil, dans l’entrejeu mais dans un autre registre, le capitaine Stéphane Sèssegnon (29 ans) sera bien sûre incontournable. Mouri Ogounbiyi (30 ans), peut aussi être toujours utile pour expérience dans l’accompagnement de la nouvelle génération. Après trois Can ,le Nîmois n’a plus beaucoup de défis à relever en sélection

Les ailiers

Nos sélections ont souvent manqué de joueurs de couloirs Ollé-Nicolle aura tout de même le choix.

Jodel Dossou (21 ans), le jeune ailier du Redbull de Salzburg en  Autriche, impeccable lors des trois dernières sorties de la sélection en éliminatoires de du Mondial 2014 a déjà mis tout le monde d’accord sur ses  qualités de percussions et d’accélérations.  Abdel Fadel Suanon (18 ans, photo) de l’Etoile du Sahel en Tunisie, aussi est une valeur sûre dans ce secteur, en plus de posséder un sens du but impitoyable, il va vite et difficile à contenir sur son flanc. Le prodige polyvalent il peut aussi jouer à la pointe de l’attaque avec son mètre 80.

Djamal Fassassi (25 ans), l’ailier droit ou gauche du AS C Mbéri sportif , international A depuis 2010, est lui aussi oublié de la sélection depuis qu’il s’est exilé au Gabon il y a deux saisons.

David Djigla (18ans), le néo-bordelais en juin par Manuel Amoros en juin en 2012 chez les A, il fait ses classes actuellement avec la réserve girondine. Il serait plus considéré comme un pari pour l’avenir.

Les attaquants

Les places seront chères aux avant-postes. Michael Poté  (28 ans), Dynamo Dresden (Allemagne) malgré sa saison en demi-teinte est un cadre maintenant. Rudy Gestede (1.94m, 26 ans), arrivé en sélection il y a un peu plus d’un an, il a gagné sa place à la pointe de l’attaque. Avec son second souffle retrouvé depuis qu’il a quitté Cardiff pour Blackburn on peut compter sur lui. Auteur d’une remarquable saison en Algérie avec ses 10 buts inscrit toutes compétitions confondues, il est l’attaquant béninois le plus prolifique à l’étranger, Mohamed Aoudou (1.90m, 24 ans)  de la Js Saoura en Algérie, régulier en sélection depuis la Can 2010, le buteur-héros veut être plus qu’un joker de luxe. Jacques Bessan (20 ans) , meilleur buts avec 9 réalisations de l’Es Zarzis qualifiés pour les plays off en vue de la montée en ligue 1 tunisienne est à suivre également.

Géraud Viwami

4 réflexions sur « Ecureuils : Le pouvoir à la jeunesse ! »

  1. Hooooo il y a déjà celui du Bordeaux qui ni joue même par en CFA et mouri n’a plus de temps de jeux avec Nime et jodel dossou non plus donc laisser ollee Nicole bosser

  2. Géraud, depuis quand LUNEL DOSSOU GBETE est devenu latéral, c’est un défenseur central pure et actuellement il n’a pas sa place à ce poste car trop de concurrents plus forts que lui.

    AFFISSOU FAYEMI ne peut au grand jamais être un concurrent au poste de latéral gauche déjà qu’il n’a pas pu s’imposer à ce poste à l’ASPAC où le titulaire indiscutable était bien un certain ANTONIN KASSA aujourd’hui à ENERGIE F.C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *