Jodel Dossou, un Ribéry à la béninoise !

 

Sa signature fait la une ses derniers jours, Jodel Dossou, joueur prometteur au caractère pas facile. Retour exclusif sur le parcours du prodige béninois. 

 

 

Sa carrière a commencé en championnat amateur à Cotonou au début des années 2000. Dossou était le fer de lance de Challenge Fc  dans la ligue atlantique-littoral. A l’époque c’était un sérial buteur redoutable. Il a fini meilleur buteur à plusieurs reprises. Son talent est remarqué par les clubs de l’élite. Encore frêle et tête en l’air, Mambas Noirs va lui offrir ses premières apparitions en première division béninoise. Dossou confirme les espoirs placés et permet à l’équipe de se maintenir en 2008.

 

Un but phénoménal contre le Nigéria.

Dossou va se révéler à l’échelle nationale  avec les cadets. Dans les éliminatoires de la Can 2009 en septembre 2008. Le Bénin accueille le Nigéria, champion du monde en titre, et Dossou va illuminer le match. A l’entrée de la surface de réparation à gauche, il repique vers l’axe et expédie une frappe enroulée magistrale dans la lucarne des 25 mètres. C’était le 2e but béninois qui s’imposera finalement 3-0. Dans ces éliminatoires le Bénin échoue au tour suivant devant la Guinée mais un nouveau talent venait d’éclore.

En 2009, saison de lancement de la ligue pro, Michel Sorin l’enrôle dans l’effectif des Requins. Alors que beaucoup le jugeait trop jeune  (18 ans) pour s’imposer dans un club d’envergure, il répond très bien aux attentes. Dossou le buteur redoutable va être replacé sur le coté gauche, bloqué par la concurrence de Yaovi Bézo  et Christian Kotchoni en attaque. Il prend vite ses repères sur le coté et devient l’animateur offensif de choix du technicien français. Il développe aussi son sens du drible et ses percussions et marque 6 buts. Le diamant brut commence à polir…

Dakar –Bamako, l’éclosion sous-régionale

Après un essai non concluant à Lorient et Vannes en 2010  Dossou rentre au Bénin et va s’offrir une reconnaissance sous régionale avec les Ecureuils au tournoi de l’Uemoa à Dakar. Emmené par Edmé Codjo , il emballe le jeu béninois sur son coté gauche avec un match référence contre la Guinée Bissau où il a d’ailleurs ouvert le score pour le Bénin (2-0). Les recruteurs ghanéens se déchaînent sur lui.

Entre temps passé des Requins, au Cifas à l’intersaison 2010, où il n’a pas connu le même succès, il a été recéder à son ancien club avant la suspension de la ligue pro en 2011.

Sa cote est montée en flèche, il signe avec l’As Tonnerre en 2011-2012 juste après l’Uemoa et découvre le haut niveau africain à travers la ligue des champions. Dossou marque de son empreinte le bref parcours de son club. Il séduit notamment le Stade Malien, tombeur de son club au deuxième tour. Les maliens sont intéressés mais Tonnerre ne cèdera pas son bijou. Cette saison il inscrit notamment un doublé historique contre l’Aspac lors de la 12e journée du championnat de transition qui assure un succès 3-0 aux siens. Avant ce match l’Aspac était leader et invaincu durant toute la phase aller. Il a fait chuter le mythe portuaire presque tout seul. Il termine la saison avec 7 buts et l’étranger lui tend les bras.

Club Africain, le tremplin agité !

Alors  que des rumeurs l’envoyaient en Roumanie, Dossou signe en octobre 2012 au Club Africain de Tunis. Il débute bien avec son nouveau club où il monte en puissance en passant  très vite de la réserve à l’équipe première. Ce qui devait être un tremplin vers l’Europe pour lui devient une aventure très agitée.

Dossou est connu comme un joueur au caractère très remuant, à la limite grande gueule pour d’autres, il a ce coté gagneur qui colle bien à son image. Les tunisiens en savent quelque chose.

Après une première saison réussie en Tunisie, Dossou a des envies d’ailleurs. Il part en essai en Allemagne à l’insu de son club. Les allemands sont intéressés, le Club Africain est inflexible. Dossou engage un bras de fer et refuse de retourner en Tunisie. Osé pour un jeune joueur de 20 ans. Six mois plus tard, il obtient gain de cause, début janvier le Club qui entre temps l’a fait prolonger et rehausser sa clause libératoire l’autorise à se rendre en Autriche pour  un essai. La suite vous la connaissez déjà !

La reconnaissance nationale

Lancé par Manuel Amoros contre l’Algérie à Porto-Novo contre l’Algérie, Dossou aura la reconnaissance nationale sur  les trois matches de la phase retour des éliminatoires du Mondial 2014. Il réalise un super match face aux internationaux des fennecs, il rend une copie très propre.  A Bamako, quelques jours plus tard,  contre   le Mali, il récidive et passe près même de marquer. Ses prestations éteignent tous les doutes et emballent toute la presse. Le public est encore plus séduit et lui offre un standing ovation lors de sa sortie contre l’Algérie. Dossou confirme encore en septembre contre le Rwanda à Porto-Novo. Une étoile une vraie béninoise grimpe vers les sommets du foot mondial. Il ne faut pas s’enflammer, Dossou doit bien gérer sa carrière pour combler les attentes d’une nation en quête de modèle de référence de joueur de très haut niveau.

Un Ribéry béninois

Le style de jeu de Dossou a changé au fil de sa carrière. A ses débuts, il était un vrai buteur habitué à jouer dans l’axe de l’attaque. Sous Michel Sorin aux Requins il sera replacé sur un flanc et il s’adapte bien. Il développe les qualités athlétiques et techniques qui vont avec. Intenable en un contre un, capable d’accélérer et de donner le tournis avec ses coups de reins. Il est devenu un ailier difficile à contenir. Dossou n’a pas perdu ses premières aptitudes, son flaire de buteur est resté et il a perfectionné sa dextérité devant les buts ! Tireur de coup franc, il aime faire sa spéciale piqué vers centre-frappe enroulée au second poteau-  quand il est aligné à gauche avec son pied droit. Un Franck Ribéry à la béninoise.

 

Jodel Harold DOSSOU

17/03/1992

1m72

Nationalité : Béninoise

Statut : international A

Club actuel : Redbull Salzburg (Autriche D1)

Clubs précédents : Requins (2009-2010 , Cifas (2010-2011), Tonnerres (2011-2012) , Club Africain de Tunis (2012-2014)

1 réflexion sur « Jodel Dossou, un Ribéry à la béninoise ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *