Transfert: Frédéric Hounkponou quitte Asos pour les Dragons

Le défenseur polyvalent international béninois , Frédéric Hounkponou (20 ans)  s’est engagé cette saison avec les Dragons Ligue 1. Après quelques saisons à Asos , dont il était capitaine , Hounkponou reste à Porto-Novo mais change de club. Il a notamment pris part à la Can junior 2013 en Algérie avec les Ecureuils.

Jeux Vidéos : Sèssegnon en baisse , Djigla et Koukou sur Fifa 14

 

Sorti officiellement depuis septembre dernier , Bjfoot vous  fait découvrir tous sus les joueurs béninois présents sur la simulation cette année. On note tout de même un rabais au niveau des performances de Sèssegnon et la première apparition de David Djigla et Djiman Koukou.

Considéré comme le meilleur de simulation de sport par les amateurs de jeux vidéos, Fifa 14 est disponible depuis plusieurs mois. Nous avons parcouru au complet le répertoire du jeu pour vous révéler les joueurs béninois qui y figurent. Évidement le joueur le mieux noté est Stéphane Sèssegnon (29 ans) à Westbrom  dont les performances générales sont évalués à 77/100. Même s’il joue actuellement à Blackburn, Rudy Gestede (25 ans)  est présent dans l’effectif de Cardiff puisque le jeu est sorti en septembre dernier. L’attaquant est coté à 63. . Dans la Npower Championship (D2 anglaise) on retrouve Réda Johnson (25 ans)  dans l’effectif Sheffield Wednesday, le défenseur gaucher coté à 67. Et sur la dernière échelle la Npower league (D4 anglaise) Romuald Boco (28 ans), milieu offensif de  de Plymouth Argyle 57.

En France,  nous avons deux joueurs en ligue 1. Le jeune David Djigla (17 ans), figure dans l’effectif des Girondins de Bordeaux avec une cote de vrai débutant 58. C’est sa première présence sur la simulation. Le deuxième joueur béninois en ligue 1 est Christopher Glombard 24 ans. L’arrière droit rémois annoncé en sélection, il n’est jamais venu mais il joue avec la nationalité béninoise à Reims

En ligue 2 le championnat où il y a le plus de béninois sur Fifa 14. Ils sont cinq au total. Nous avons le duo Clermontois, le gardien Fabien Farnolle (28 ans) coté à 68 tout comme l’arrière gauche, Emmanuel Imorou (24 ans) évalué à  68 aussi. A Nîmes, l’icône  Mouri Ogounbiyi (30 ans), le milieu offensif des crocodiles est coté à 63. Djiman Koukou (23 ans) aussi apparait pour la première fois sur  Fifa avec Niort, le milieu défensif est évalué à  63. Présent depuis l’éditon 2013. Le défenseur ou milieu de Laval Jordan Adeoti (24 ans) est coté à  62. Enfin . Il est évalué  à 68. En Allemagne, Mickael Poté (28 ans)  est présent en Bundesliga 2 avec le Dynamo Dresden. Il est coté à 68.

Ainsi se présente les performances des douze béninois présents sur Fifa 14. Précisons que le jeu est disponible sur toutes les consoles, Play Station 2, 3 et 4. Play Station Portable , Xbox, Nitendo DS et WII également.

Jodel Dossou, un Ribéry à la béninoise !

 

Sa signature fait la une ses derniers jours, Jodel Dossou, joueur prometteur au caractère pas facile. Retour exclusif sur le parcours du prodige béninois. 

 

 

Sa carrière a commencé en championnat amateur à Cotonou au début des années 2000. Dossou était le fer de lance de Challenge Fc  dans la ligue atlantique-littoral. A l’époque c’était un sérial buteur redoutable. Il a fini meilleur buteur à plusieurs reprises. Son talent est remarqué par les clubs de l’élite. Encore frêle et tête en l’air, Mambas Noirs va lui offrir ses premières apparitions en première division béninoise. Dossou confirme les espoirs placés et permet à l’équipe de se maintenir en 2008.

 

Un but phénoménal contre le Nigéria.

Dossou va se révéler à l’échelle nationale  avec les cadets. Dans les éliminatoires de la Can 2009 en septembre 2008. Le Bénin accueille le Nigéria, champion du monde en titre, et Dossou va illuminer le match. A l’entrée de la surface de réparation à gauche, il repique vers l’axe et expédie une frappe enroulée magistrale dans la lucarne des 25 mètres. C’était le 2e but béninois qui s’imposera finalement 3-0. Dans ces éliminatoires le Bénin échoue au tour suivant devant la Guinée mais un nouveau talent venait d’éclore.

En 2009, saison de lancement de la ligue pro, Michel Sorin l’enrôle dans l’effectif des Requins. Alors que beaucoup le jugeait trop jeune  (18 ans) pour s’imposer dans un club d’envergure, il répond très bien aux attentes. Dossou le buteur redoutable va être replacé sur le coté gauche, bloqué par la concurrence de Yaovi Bézo  et Christian Kotchoni en attaque. Il prend vite ses repères sur le coté et devient l’animateur offensif de choix du technicien français. Il développe aussi son sens du drible et ses percussions et marque 6 buts. Le diamant brut commence à polir…

Dakar –Bamako, l’éclosion sous-régionale

Après un essai non concluant à Lorient et Vannes en 2010  Dossou rentre au Bénin et va s’offrir une reconnaissance sous régionale avec les Ecureuils au tournoi de l’Uemoa à Dakar. Emmené par Edmé Codjo , il emballe le jeu béninois sur son coté gauche avec un match référence contre la Guinée Bissau où il a d’ailleurs ouvert le score pour le Bénin (2-0). Les recruteurs ghanéens se déchaînent sur lui.

Entre temps passé des Requins, au Cifas à l’intersaison 2010, où il n’a pas connu le même succès, il a été recéder à son ancien club avant la suspension de la ligue pro en 2011.

Sa cote est montée en flèche, il signe avec l’As Tonnerre en 2011-2012 juste après l’Uemoa et découvre le haut niveau africain à travers la ligue des champions. Dossou marque de son empreinte le bref parcours de son club. Il séduit notamment le Stade Malien, tombeur de son club au deuxième tour. Les maliens sont intéressés mais Tonnerre ne cèdera pas son bijou. Cette saison il inscrit notamment un doublé historique contre l’Aspac lors de la 12e journée du championnat de transition qui assure un succès 3-0 aux siens. Avant ce match l’Aspac était leader et invaincu durant toute la phase aller. Il a fait chuter le mythe portuaire presque tout seul. Il termine la saison avec 7 buts et l’étranger lui tend les bras.

Club Africain, le tremplin agité !

Alors  que des rumeurs l’envoyaient en Roumanie, Dossou signe en octobre 2012 au Club Africain de Tunis. Il débute bien avec son nouveau club où il monte en puissance en passant  très vite de la réserve à l’équipe première. Ce qui devait être un tremplin vers l’Europe pour lui devient une aventure très agitée.

Dossou est connu comme un joueur au caractère très remuant, à la limite grande gueule pour d’autres, il a ce coté gagneur qui colle bien à son image. Les tunisiens en savent quelque chose.

Après une première saison réussie en Tunisie, Dossou a des envies d’ailleurs. Il part en essai en Allemagne à l’insu de son club. Les allemands sont intéressés, le Club Africain est inflexible. Dossou engage un bras de fer et refuse de retourner en Tunisie. Osé pour un jeune joueur de 20 ans. Six mois plus tard, il obtient gain de cause, début janvier le Club qui entre temps l’a fait prolonger et rehausser sa clause libératoire l’autorise à se rendre en Autriche pour  un essai. La suite vous la connaissez déjà !

La reconnaissance nationale

Lancé par Manuel Amoros contre l’Algérie à Porto-Novo contre l’Algérie, Dossou aura la reconnaissance nationale sur  les trois matches de la phase retour des éliminatoires du Mondial 2014. Il réalise un super match face aux internationaux des fennecs, il rend une copie très propre.  A Bamako, quelques jours plus tard,  contre   le Mali, il récidive et passe près même de marquer. Ses prestations éteignent tous les doutes et emballent toute la presse. Le public est encore plus séduit et lui offre un standing ovation lors de sa sortie contre l’Algérie. Dossou confirme encore en septembre contre le Rwanda à Porto-Novo. Une étoile une vraie béninoise grimpe vers les sommets du foot mondial. Il ne faut pas s’enflammer, Dossou doit bien gérer sa carrière pour combler les attentes d’une nation en quête de modèle de référence de joueur de très haut niveau.

Un Ribéry béninois

Le style de jeu de Dossou a changé au fil de sa carrière. A ses débuts, il était un vrai buteur habitué à jouer dans l’axe de l’attaque. Sous Michel Sorin aux Requins il sera replacé sur un flanc et il s’adapte bien. Il développe les qualités athlétiques et techniques qui vont avec. Intenable en un contre un, capable d’accélérer et de donner le tournis avec ses coups de reins. Il est devenu un ailier difficile à contenir. Dossou n’a pas perdu ses premières aptitudes, son flaire de buteur est resté et il a perfectionné sa dextérité devant les buts ! Tireur de coup franc, il aime faire sa spéciale piqué vers centre-frappe enroulée au second poteau-  quand il est aligné à gauche avec son pied droit. Un Franck Ribéry à la béninoise.

 

Jodel Harold DOSSOU

17/03/1992

1m72

Nationalité : Béninoise

Statut : international A

Club actuel : Redbull Salzburg (Autriche D1)

Clubs précédents : Requins (2009-2010 , Cifas (2010-2011), Tonnerres (2011-2012) , Club Africain de Tunis (2012-2014)

Ligue1-J5: Aspac – Energie , un autre derby cotonois ! (toutes les affiches)

Après le fiasco de la 4e journée , ce  weeekend on joue la 5e manche de la ligue 1. Parmi les affiches les plus attendues , le duel entre les co-leaders portuaires et Energie. Une rencontre à enjeu spécial, ce dimanche, puisque le vainqueur prendra la tête du championnat.

toutes les affiches

Samedi 01 février

As Police – Avrankou à René Pleven 16h

Asos – Uss Kraké à Charles de Gaulle 16h

dimanche 02 février

Aspac – Energie à René Pleven 16h

Panthères – Mogas à Djougou 16h

Buffles – Ayéma à Parakou

Dragons – Ja Plateau à Charles de Gaulle 16h

Adjobi – Tonnerres à Sakété16h

 

Revue des transferts: Dossou lié jusqu’en 2015 au Redbull Salzburg ! Omotoyossi signe en Turquie, Barazé suivi en France, Cédric Coréa rempile aux Dragons, Moise Ekoue a repris du service

C’est les dernières heures du mercato d’hiver et nous vous offrons en exclusivité, les dernières informations sur les joueurs béninois.

Redbull engage Dossou pour un an et demi

Comme nous l’annoncions en début de semaine, l’ailier international béninois Jodel Dossou (21 ans) s’est finalement engagé avec le Redbull de Salzburg. Mis à l’essai par le club  depuis  début janvier. Dossou a signé un contrat d’un an et demi, plus une année en option.  Redbull aurait déboursé 300 000 euros pour convaincre le Club Africain de Tunis qui avait fixé la clause libératoire du joueur à 400 000 euros.  Salzburg actuel leader du championnat après 21 journées reprend la compétition dimanche prochain. Juste après un dernier stage prévu en Turquie. Dossou  portera le numéro 30, il  rejoint deux autres africains, le défenseur ghanéen Isaac Vorsah et l’ailier sénégalais Sadio Mané.

Razak Omotoyossi chute en Turquie

Annoncé en Chine puis en Indonésie, Razak Omotoyossi (28 ans)  a enfin trouvé un club et ce sera en Europe. Le meilleur buteur en activité des Ecureuils a été recruté par Kahramanmarasspor  . Actuel lanterne rouge du championnat turc de deuxième division  avec 11 points au compteur et 9 points de retard sur le premier non relégable. Le club était en quête de renfort offensif cet hiver. Omogoal aurait signé pour six mois. Au moins il retrouvera la compétition après plus de six mois d’inactivité.

Clermont et Lorient sur Seidou Barazé

Auteur d’une bonne première partie de saison avec l’HUS Agadir dans le championnat  marocain,  le défenseur ou milieu défensif international béninois est très suivi en France. Clermont, où évoluent deux autres internationaux béninois, Fabien Farnolle et Emmanuel Imorou  se renseignent sur  Seidou Barazé (23 ans) auprès de ses coéquipiers en sélection. Lorient également garde un œil sur lui. Son style sobre et technique est très apprécié dans l’hexagone. Puisque le mercato d’hiver se clôture ce soir à minuit. Il sera sollicité cet été probablement.

Cédric Corea rempile avec les Dragons

Cédric Coréa (23 ans) a signé un nouveau contrat d’une saison avec les Dragons. Courtisé par plusieurs locaux,  le milieu international béninois était proche d’un essai en Tunisie. Finalement son voyage sera avorté. Coréa débutera le weekend prochain avec les Oranges et Noirs de Porto-Novo.

Moise Ekoué a repris du service !

Disparu des bancs de touche depuis sa démission de son poste de sélectionneur des Espoirs en 2011. Moise Ekoué a retrouvé un banc de touche dans le championnat national de ligue 2. Il a pris les destinées d’Espoir de Savalou avec pour mission première de faire remonter le club en ligue 1.

Tchomogo , Omotoyossi, Poté, Suanon , Aoudou , Tamou: Le Bénin à la recherche du buteur-référence

La quatrième journée de la ligue 1 a été marquée par le triste record de trois buts seulement inscrits sur les sept matches. Le pis total sur une journée de championnat béninois. Des buteurs est-ce qu’on en a au Bénin ? Le Bénin cherche encore son buteur-référence à l’image d’un Eto’o au Cameroun ou Drogba en Cote d’ivoire.  Nous  vous proposons un sujet spécial sur la question.

 

 

On s’est vraiment ennuyé ; le weekend dernier sur les stades béninois avec les cinq nuls vierges enregistrés. Une pauvreté qui n’est pas le fruit du hasard. Le problème de réalisme chez nos attaquants persiste depuis des années. La moyenne du meilleur buteur depuis dix  ans tourne autour de 10 buts, seule Franck David Gnahoui a cassé la baraque en inscrivant 22 buts en 2007. Il est tout de même clair que seule une meilleure détection et une meilleure formation peuvent y remédier.  Un ancien sélectionneur des Ecureuils avait raison de dire  «  qu’il nous fallait créer des écoles spéciales pour les attaquants béninois »  En attendant, parlons des buteurs béninois.

 

Tchomogo , buteur-essentiel

Grand artisan de la qualification du Bénin à la Can 2004 avec six réalisations (dont cinq pénaltys). Omar Tchomogo (36 ans et retraité)  s’est révélé comme un buteur identifié aux yeux du public surtout en sélection. Même s’il a avait un style plus discret en attaque, il aimait beaucoup décrocher et comptait sur sa superbe qualité de frappe.  Il a fait une carrière modeste en passant la ligue 1 française, le Portugal et le Qatar, Tchomogo n’a pas de grandes statistiques sur le vieux continent. 9 buts en 2002-2003 avec l’ASOA Valence en ligue 2, c’est son meilleur total sur une saison. Influent il est à préciser que Tchomogo était habitué à marquer des buts décisifs aussi.

On pourrait également citer Léon Bessan , l’ancien des Requins passé par le Golfe aussi. Faute de parcours européen il n’a pas vraiment été connu.

 

 

Omogoal, le gâchis

Annoncé comme un vrai buteur de type africain avec son style puissant et sa hargne, le taureau de Pobè n’a pas fait la carrière qu’il fallait. Révélé lors de la Can junior 2005  il a séduit le grand public en 2008 avec Helsingborg. Razak Omotoyossi (28 ans) avait fini meilleur buteur championnat suédois avec 14 buts. Il est d’ailleurs le seul joueur béninois à avoir été meilleur buteur d’un championnat européen de première division. La suite vous la connaissez, il a préféré un exil en Arabie Saoudite, plutôt que de rejoindre l’Allemagne ou les pays Bas. C’est sûre il aurait pu faire une meilleur carrière.

En sélection, Omogoal a confirmé en devenant le meilleur buteur actuel de la sélection A avec 20 buts en 44 matches officiels.

Poté , la maturité tardive

Le public béninois ne l’a découvert qu’avec les Ecureuils, Michael Poté (29 ans) connait une sorte de maturité tardive en tant que buteur. Capable de jouer en pointe ou sur le coté, il a un sang-froid face aux buts identique à celui des vieux briscards italiens.  11 buts en 22 matches en 2011-2012 avec Dynamo Dresden c’est son meilleur total sur une saison de championnat. En Allemagne il est reconnu comme un buteur de métier et courtisé. L’année 2012-2013 sera moins bonne avec 6 buts en 19 matches. Avant de traverser la Ruhr il s’était révélé avec Clermont (ligue 2 française)  en 2008-2009 grâce à ses 7 buts marqués. La même année où il a rejoint les Ecureuils. Sous le maillot jaune,  en 24 apparitions il marqué 4 fois seulement.

Cette saison en cours, il n’a marqué que deux buts pour l’instant.

 

A la suite de cette génération il y a la nouvelle révélée à partir de la ligue professionnelle de 2009.

Suanon, le grand espoir !

A 18 ans  l’attaquant de l’Etoile du Sahel est considéré à juste titre comme un crack de standing international. Meilleur buteur de la saison 2010-2011 (inachevé) avec 13 buts en 16 matches alors qu’il avait à peine  16 ans, Abdel Fadel Suanon (photo) a tout pour faire une très grande carrière. Rapide, dribleur avec un sens du but redoutable. Celui qu’on surnomme Monsieur But fait déjà des stats en Tunisie avec la réserve de l’Etoile du Sahel cette saison il a inscrit 3 buts en six matches avant d’être propulser en équipe première 2 buts en 4 apparitions (2 titulaires et 2 remplaçants). Ces deux premiers buts inscrits sur un doublé dès sa première titularisation.

En sélection nationale Suanon est tout aussi performant, il a déjà fais 10 apparitions officielles toutes catégories confondues (junior, espoir et A’) pour  5 buts marqués. Il a été notamment le 2e meilleur buteur du dernier tournoi de l’Ufoa avec 3 buts en autant de matches joués. Il mérite de faire ses débuts prochainement avec les A.

Aoudou , la renaissance du héros

Révélé avec les juniors béninois grâce à son triplé contre le Maroc en 2008. Il va faire encore mieux un an plus tard avec les A. Surnommé le buteur-héros  après ses buts décisifs avec les Ecureuils contre le Mali et le Ghana lors des éliminatoires de la Can 2010 à Cotonou, Mohammed Aoudou (23 ans)  a bien eu du mal à confirmer ses talents de buteurs en clubs. Après une année d’apprentissage à Evian (quand le club était en National), c’est sous les couleurs de l’As Tonnerre au Bénin 2011-2012  qu’il va confirmer.   Aoudou avec 10 buts avait fini meilleur buteur du championnat béninois avant de prendre la direction de Meknès. Souvent utilisé comme un pivot à cause de son  jeu de tête et sa qualité athlétique, il ne marque pas assez. Arrivé cette saison  à la JS Saoura en Algérie, il se signale avec 6 réalisations en 16 journées, il est l’actuel deuxième meilleur buteur du championnat algérien. Il espère passer la barre de la dizaine de buts, lui qui est déjà très suivi sur le Vieux Continent.

Tamou , pépite en attente de confirmation !

Passé par le Cifas, il progresse bien dans le championnat local depuis trois exercices. Afissou Tamou arrivé à l’Aspac cette saison sera l’un des buteurs les plus suivis de la ligue 1. Meilleur buteur de la saison précédente sous les couleurs du Mogas avec 10 réalisations. Très explosif, difficile à tenir en un contre-un-un il a une soif de buts qui grandi au fil des saisons. Il joue cette année pour la confirmation, lui qui est déjà très suivi par les recruteurs. Il compte déjà 2 buts en quatre journées.

 

 

Au delà de ses jeunes pouces, on peut citer d’autres buteurs révélés dans le championnat local qui n’ont pas confirmé. Yaovi Bézo , meilleur artificier de la ligue pro en 2010 avec 14 réalisations, entre blessure et baisse de forme , il n’a plus jamais retrouvé son meilleur niveau. Auteur de 13 buts en 2010 aussi, Christian Kotchoni , ancien des Requins aussi s’offre actuellement un second souffle au FC Cape Town en Afrique du Sud. Franck David Gnahoui malgré ses 22 buts avec Energie en 2007  n’a jamais confirmé avec ses multiples passages en République Tchèque.

 

Les anciennes gloires à retenir

Ils n’ont pas eu la chance de faire de grande carrière à l’international, ni de gagner de grand titres, leur reconnaissance était local mais très mérité. Issus des générations 80-90,  Charles Ahouandjinou , Marouf Adéchokan  et Emmanuel Chèchè peuvent être cités comme les vrais buteurs de leur époque. Précisions tout de même que Chèchè a pu monnayer des talents de buteurs dans le championnat nigérian où il a toujours une forte réputation.

 

Géraud Viwami  

Redbull de Salzburg: Ca chauffe pour Dossou !

Mis à l’essai depuis le début du mois de janvier , le milieu offensif international béninois , Jodel Dossou est en passe de s’engager avec le club autrichien du Redbull de Salzburg. Selon nos informations , l’ancien buteur des Requins a bien convaincu , le staff dirigé par Roger Schimdt. Dossou a même pris part au dernier stage du club à Doha au Qatar. Le mercato fermera ses portes vendredi prochain. Le  Club Africain de Tunis, propriétaire du joueur est enfin disposé à le céder. Salzburg  est déjà entré dans les négociations , la transaction pourrait être officialiser jeudi prochain!

Entretien avec Seidou Barazé, de l’HUS Agadir : « Si on garde notre rythme , on peut se qualifier en coupe Africaine »

 

 

Il a débuté avec l’HUS Agadir en septembre dernier, Seidou Barazé, le défenseur –  milieu, est monté en puissance dans le championnat marocain. A quelques jours de la reprise. Il nous parle ici en exclusivité de sa première moitié de saison, ses ambitions, son rôle au club et des Ecureuils.

 

Vous avez réalisé une  phase aller presque parfaite en terminant 4e ?

Oui en quelque sorte parce que l’objectif du club c’est le maintien. Si on garde notre rythme et qu’on se qualifie pour une coupe africaine ce serait un bonus  pour nous. (Au Maroc les deux premiers sont qualifiés pour la ligue des champions africaine. Le 3e et le 4e jouent la Coupe Caf)

Comment vous appréciez globalement le niveau de la Botola (Championnat marocain) ?

C’est un bon championnat, on ne va pas comparer à ce qui se fait au Bénin. Il n’y a pas photo. Ici c’est plus technique et ca va vite. C’est très tactique aussi. C’est un cran au dessus.

Alors comment vous vous êtes si vite adapté ?

J’ai eu la chance de venir ici très tôt. J’ai fais mon essai en fin de saison dernière et je suis resté pour enchainer avec la préparation de cette saison. Donc j’ai fais l’intégralité de la pré saison, j’ai eu le temps de m’habituer à la culture, l’environnement et tout le reste.  A Agadir les gens sont adorables , une belle ville.

Moustapha Madih , le coach vous a vite fais confiance ?

Je le remercie d’ailleurs pour cela, parce qu’avoir sa chance en tant qu’étranger ce n’est pas évident. Il m’a dit de jouer sur mes qualités et c’est ce que j’essaye de faire quand  que je suis aligné.

Justement, vous avez été carrément repositionné en milieu défensif, un nouveau rôle pour vous puisque votre poste de prédilection c’est la défense centrale ?

Oui j’ai été formé en défense. Mais je suis plutôt polyvalent en sélection nationale comme en club. Même ici je suis arrivé en tant que défenseur j’ai fais quelque matches de préparation en défense et d’autres au milieu de terrain. Le coach a estimé que j’avais les qualités techniques pour rester dans l’entrejeu. Le reste c’est de l’intelligence de jeu et je m’adapte en prenant mes repères devant la défense tout simplement.

Vous avez fait 10 apparitions  (sur 15 possibles) lors de la phase aller dont 9  d’affilé en tant que titulaire au milieu, votre première moitié de saison est réussie ?

Non j’aurais préféré faire tous les matches (rires). Sincèrement c’est déjà pas mal pour des débuts, mais j’en veux encore. J’ai été touché ce qui m’a empêché de disputer la fin de la phase aller en décembre. J’ai déjà récupéré et je m’entraine normalement. Mon objectif c’est de jouer le plus de match possible pour mieux progresser encore.

Progresser pour aller vers d’autres horizons ?

Pourquoi pas ? Je n’ai pas encore la tête à cela, je veux bien finir la saison avec Agadir. Rester concentré sur la phase retour et jouer le plus possible comme je le disais.

Donc vous n’avez pas eu d’offres au  dans ce mercato ?

Rien n’est arrivé sur le bureau du club donc.Non. Mon agent s’occupe de cet aspect la. Je sais qu’il y a quand même des clubs qui renseignent sur ma situation.

Au Maroc ou à l’étranger ?

Les deux.

Vos objectifs pour cette phase retour qui débute dans quelques jours ?

Jouer, jouer et jouer. (Rires) enchainer de bons matches, les gagner pour rester en haut du classement. Aussi j’ai promis à mes potes de marquer un but au moins. On verra.  On devait jouer contre El Jadida, le samedi 08 février , mais notre match a été reporté parce qu’ils joueront en coupe Caf. Notre reprise effective sera un d’une semaine.

En septembre dernier vous étiez titulaire avec Réda Johnson en défense centrale avec le Bénin, la sélection vous l’avez toujours en tête ?

Oui toujours, c’est le rêve de tous les footballeurs du monde de devenir international. Je suis plutôt régulier en sélection donc j’essaye de garder le rythme  pour être toujours présent.

Vous pensez à la Can 2015 ?

J’ai fais plusieurs tournoi avec la sélection mais pas encore de Can j’y pense très souvent. Les éliminatoires débutent en septembre prochain. J’espère qu’on aura le temps de bien se préparer avec le nouveau sélectionneur qui sera là. Jouer la Can 2015 sera spécial pour moi parce que ce sera ici au Maroc.

Propos recueillis par Géraud Viwami

 

 

 

Ligue 1-J4 : Tout le monde tourne au ralenti, sauf Panthères, Avrankou invaincu et roi du nul, Asos n’a toujours pas gagné !

 

Comme chaque semaine, retrouvez les points essentiels du weekend de ligue 1.  Pour cette quatrième journée, le bilan est maigre ! Trois buts seulement marqués et une seule victoire. Suivez le guide pour les repères !

 

Avrankou encaisse mais reste invaincu !

Avrankou a conservé son invincibilité dans les ultimes instants au Saint Louis Stadium grâce à Emmanuel Henri. Kraké menait au score depuis la 7e minute grâce à Stanley Withfield. Un point à l’extérieur important pour les verts qui ont encaissé leur premier but de la saison. Ils  forment le trio de meilleures défenses avec Energie et Buffles, un but encaissé aussi. Mais ils demeurent la seule équipe invaincue  après quatre journées. Les poulains de Bruno Goudjo  sont également les rois du nul avec trois partage des points.

Asos espère un premier succès !

Trois nuls et une défaite, c’est le tableau que présente les jaunes d’Asos. Ils ont le triste mérite d’être la seule équipe qui n’a pas encore gagné après ces quatre premières journées.  Ils souffrent des départs de leur cadres dont la plus part ont rejoint Ayéma. Espérons que les jeunes issus du centre du club qui ont été promu en équipe première se mettent aux pas !

Une seule victoire, six nuls vierge et 3 buts marqués !

Au total il n’y a eu que trois inscrits sur les sept matches joués. Seuls les Panthères se sont imposées devant Adjobi grâce à un but d’Issifou. Et Avrankou et Kraké qui ont fait match nul avec des buts 1-1. Tout le reste est vierge. Même dans le derby tant attendu entre le Mogas et l’Aspac on n’a pas eu de buts même si le match était bien rythmé.  Est-ce les attaquants qui étaient nuls ? Ou les défenses étaient si hermétiques ? Bjfoot vous offrira un sujet spécial sur la question cette semaine.

 Incidence au classement

Seules les Panthères progressent en sortant de la zone rouge dans le classement sinon c’est le statu quo. Energie , Aspac , Dragons et Mogas forment le quatuor de tête avec 7 points chacun. En bas de classement Adjobi, après sa défaite redevient lanterne rouge , la seconde place relégable est occupée  par Asos

Ligue 1-J4: Tous les résulats

Uss Kraké – Avrankou 1-1

Tonnerre – As Police 0-0

Jap – Asos 0-0

Mogas – Aspac 0-0

Dragons – Buffles 0-0

Panthères – Adjobi 1-0

 

Mogas – Aspac: Tamou voulait marquer et gagner

Après ce premier partage des points de la saison , l’attaquant portuaire , Tamou Afissou n’était pas totalement satistfait ” le match a été difficile pour nous. Il y avait pas d’espace, vraiment les défenseurs étaient durs. Je ne sais pas si c’est parce qu’il me connaissait. Au moins on a pris un point on ne vas pas se plaindre. Le championnat est encore long. Mais vraiment j’aurais voulu gagner ce match et surtout marquer parce que j’ai un objectif d’ici la fin de la saison”

Ligue 1 – J4: Mogas – Aspac, le derby accouche d’un nul vierge

Dans un match ou chaque équipe aura eu sa mi-temps de domination , il
n’y a pas eu de vainqueur. Nul vierge tout simplement entre les
pétroliers et les portuaires.

Temps forts
18eme : Tamou est servi à droite dans la surface , seul il prend sa
chance á ras de terre dans l’angle fermée , c’est sorti en coner.
72e: Kabirou Koucthé déborde à gauche et centre au second poteau pour
Tamou qui manque le cadre du bout du pied.

A chacun sa mi-temps.

Même si tout le monde s’accorde á dire que le match était rythmé on
aurait préféré voir des buts. Après un début de match canon, les
portuaires ont baissé du pied laissant le ballon aux pétroliers. Peu
créatifs, ils ont vraiment du mal à se créer des occasions franches.
Hors mis une percèe de Yaya Cissé sur son côté gauche. L’Aspac , était
bien en place sans céder , ils feront une très bonne seconde mi-temps.
Obligeant les pètroliers á rester très bas. Ces derniers ont rarement
franchis la ligne médiane en seconde partie. Malheureusement, entre
prècipitation et imprècisions techniques ils n’ont pas pu concrétiser.

Compo
Aspac –

16Mayuz dada – 15- Marc Blé – 8 Elyse Zounhon- 24 thierry ahovey 5
nabil yarou 18 gaston houngbedji 17 afissou Tamou 3 kabirou koucthe 4
brice gozo 7 guindo aboubakar , 9 ezekiel okotou

Remplacant
2- Tony amoussou,11 johnson onwuka, 6 – mama seibou 12 gerard yolou 14
anounou agbossou, 10 naim djibril 1- allagbe saturnin
Coach: edme codjo

Mogas –
1- imorou youssoufou , 14 benoit akpomey , 18 mounirou moukaila, 3-
quenum hervè 19 gantin olympe , 5 hubert atchego 2 gbetokpanou
rodrigue , 17 yaya cisse 15 sorafina razak 12 akakpo bruno 7 mohamed
ismael

Remplacant
8 conte mohamed 20 orou ismael 9 mama kalilou 10 jean marie guera 22
degaule hountonto 11 gbaguidi pacique 16 vodounou patrice
Coach: d’Almeida Eustache

Ligue1-J4: Toutes les affiches

 

Samedi 25 janvier

René Pleven  16h : Energie – Ayéma

Dimanche 26 janvier

Pobè 16h : Jap – Asos

Charles de Gaulle 16h : Dragons – Buffles

Saint Louis Stadium 16h : Uss Kraké – Avrankou

Bohicon 16h : Tonnerre – As Police

Atchoukouma (Djougou) 16h : Panthères – Adjobi

Stade de l’Amitié 16h: Mogas – Aspac

Ligue 1-J4 : L’Aspac ou la bête noire des pétroliers !

 

Le Mogas  (4e six points + 1) accueille ce dimanche au stade de l’amitié de Kouhounou  l’Aspac (2e avec 6 points + 3)  pour la grosse affiche de cette quatrième journée de première division. Dans un championnat en quête de renaissance, ce match se révèle comme le derby le plus prestigieux.

 

 

Ils sont tous deux basés à Cotonou et parrainés par des sociétés étatiques. Le port pour l’Aspac et les produits pétroliers pour le Mogas. Deux des secteurs les  plus prolifiques pour l’Etat béninois. C’est donc le match des riches. La rivalité entre ces deux clubs est né il y a cinq ans. Faisons un peu d’histoire.

Le Mogas représente l’équipe légendaire à la recherche de sa gloire des années 90 perdu après le début des années 2000 avec les générations montantes. Une génération que symbolise bien l’Aspac qui a été promu en ligue 1  en  2008 seulement. Cette année le championnat se joue en poule et les deux équipes ne se croiseront pas.

En 2009 avec la ligue pro, le Mogas est présenté comme une équipe expérimentée spécialisée en conservation de balle à la barcelonaise. L’Aspac dirigé par Alain Gaspoz présentée comme une équipe efficace alignant présence défensive e, très bonne animation et efficacité offensive. Les deux premiers duels de cette saison tournent à l’avantage des portuaires (4-1 à l’aller et 3-1 au retour).  L’Aspac termine champion en 2010 et remet ça en 2012. Les portuaires ont également glanés une coupe du Bénin et une coupe de l’indépendance. Pendant ce temps le Mogas va s’offrir aussi une coupe nationale en 2012. L’Aspac  se détache et sa suprématie se confirme dans les confrontations directes. De 2009 à nos jours il y a eu sept duels en championnat, cinq gagnés par l’Aspac et deux nuls avec 15 buts marqués contre six seulement encaissés.

Les portuaires n’ont jamais perdu contre le Mogas en championnat. Premier défi à relever par Eustache d’Almeida qui remplacé Stanislas Akélé qui était sur le banc des pétroliers lors de tous les sept duels  précédents.

 

2014 : nouvelle ère !

Cette saison, les deux clubs ont connu de grands changements. D’abord sur les bancs, Edmé Codjo a remplacé Emile Enassouan à l’Aspac et Eustache  D’Almeida  de l’autre côté. Au niveau de l’effectif changement total. Il y a plus de Fadel Suanon pour sauver les pétroliers, ni de Nana Badarou pour sécuriser l’arrière garde des portuaires.  C’est une nouvelle ère !

Cissé vs Tamou et Koutché

Le Mogas renouvelé son effectif à plus 90 pour cent.  Le gardien Josiasse Sèssou , le défenseur polyvalent Benoit Akpomey, Mounirou Moukaila l’arrière gauche  , le milieu Hubert Atchègo et les attaquants Brunon Acakpo et Mohamed Ismael sont les seuls qui sont restés. Parmi les recrues, le joueur à suivre se nomme Yaya Cissé, débarqué cette saison, il est annoncé comme le nouveau buteur providentiel des pétroliers. Il avait déjà été buteur décisif contre les Dragons lors de la 2e journée à Kouhounou.

L’Aspac  aussi a fortement remanié son effectif. Les deux recrues phares de l’Aspac  viennent du Mogas justement.  Afissou Tamou meilleur buteur du dernier championnat avec 10 buts a signé à l’Aspac à l’intersaison où il a déjà marqué deux fois en trois journées. Kabirou Kouché, le gaucher  l’un des meilleurs pétroliers la saison écoulée aussi est passé chez les portuaires. Un match particulier pour ces joueurs qui jouent leur ancien club à Kouhounou. On verra si le Mogas viendra à bout de sa bête noire.

 

 

Historique des sept dernières confrontations

2009-2010

ASPAC – Mogas 4-1

Mogas – Aspac 1-3

2010- 2011 (SAISON INACHEVEE)

Aspac – Mogas 2-0

2011-2012

Aspac – Mogas 1-1

Mogas – Aspac 3-2

2012- 2013 :

Aspac – mogas  2-1

Mogas – aspac 0-0

Revue des transferts : Alohoutadé à la tête des Buffles, Aoudou très surveillé par des français, Ça pourrait se faire pour Dossou, Alla rentre et s’engage avec l’Uss Kraké et les derniers mouvements au Bénin.

Revue des transferts : Alohoutadé à la tête des Buffles, Aoudou très surveillé par des français, Ça pourrait se faire pour Dossou, Fayémi aux Brooklyns Italians et les derniers mouvements au Bénin.

Retrouvez chaque vendredi , la revue des transferts des joueurs béninois à l’étranger comme au Bénin

Ulrich Alohoutadé à la tête des Buffles

Après son départ de l’As Police, Ulrich Alohoutadé a retrouvé un banc de touche. Il a été nommé à la tête des Buffles de Parakou. Il a d’ailleurs dirigé l’équipe pour la première fois lors de la 3e journée contre Avrankou à domicile (0-0). L’ex-sélectionneur aura pour principale mission de faire revivre un club en chute libre depuis son titre de vice-champion en 2010.

Dossou aurait convaincu Salzburg

L’essai de Jodel Dossou tire à sa fin. Le club autrichien a jusqu’au 31 janvier pour boucler le dossier du joueur encore lié au Club Africain jusqu’en 2016. Malgré son entrée timide contre le grand Bayern en amical, son profil a été très apprécié par le staff. Le club songerait à le garder pour en faire la doublure idéale du sénégalais Sadio Mané qu’il a d’ailleurs remplacé pour les dix dernières minutes contre le Bayern.

Des français surveillent Aoudou !

Actuel deuxième meilleur buteur du championnat Algérien avec six réalisations  en 15 journées, Mohammed Aoudou  (en jaune sur la photo) attise déjà les regards des recruteurs européens. Si les clubs français se sont renseignés cet hiver sur sa situation, ils devraient garder un œil sur le buteur providentiel de la JS Saoura pour le mercato d’été. Après sa brève expérience à Evian, l’international béninois devrait retrouver l’Europe en fin de saison. Un vœu qu’il ne cache pas d’ailleurs.

Ludovic Alla rentre et devient Kraké Boys

Exilé aux USA ses deux dernières années, le gardien international béninois , Ludovic Alla est de retour au Bénin. Il s ‘est engagé avec l’USS Kraké de Magloire Oké. Pour rappel avant son exil Alla avait porté les couleurs de Mambas Noirs.

 

En bref

L’ancien défenseur de l’Aspac Hassane Sako s’est engagé avec l’As Tonnerres.

Le milieu Jean-Marie Guéra a quitté l’Asos pour le Mogas 90. L’attaquant Ismael Adjibadé aussi a quitté le même club pour le promu Ayéma.

Le gardien Steeve Glodjinon et le défenseur Dine Koukpéré  (Uss Kraké) ont rejoint Energie, tout comme le milieu offensif Louis Iréké Agonhossou en provenance de l’As Tonnerres.

Ecureuils : Les contrats secrets d’Aplogan bloquent tout !

 

Alors que les éliminatoires des compétitions continentales, séniores, juniore et cadettes débuteront d’ici juin le Bénin n’a toujours pas de sélectionneurs officiels ni de direction technique nationale. La Fédération est contrainte d’attendre l’expiration des contrats signés secrètement par un ancien ministre des sports.

 

Arrivé à la tête du foot béninois depuis septembre 2013, Augustin Ahouanvoebla a bien du mal à tracer des sillons fiables pour notre football. Si le championnat national est organisé avec les moyens de bords, la question de la nomination des sélections et la mise en place de la direction technique est toujours d’actualité.

Récapitulons au niveau des sélections nationales qui sont sans patrons depuis  des mois.  Chez les juniors c’est le cas depuis la fin de la Can en mars  2013 en Algérie. Ulrich Alohoutadé et Mathias Déguénon, le duo qui avait qualifié et conduit l’équipe n’a plus aucun engagement avec le ministère ou la fédé. Officiellement qui occupe cette fonction ? Personne ! Chez les cadets depuis leurs éliminations dans la course à la Can 2013 en décembre 2012 à Porto-Novo, Vizir Touré et Lafiou Yessoufou sont retournées à la tête de leurs clubs respectifs. Conclusion : qui occupe ce poste actuellement ? Personne !

Chez les séniors, Manuel Amoros, parti,  sans avoir réussi aucune des missions qui lui étaient assignées le poste est vacant. Oumar Tchomogo a pris l’intérim avec deux résultats prometteurs. Mais là encore il ne faut pas s’affoler. L’ancien buteur n’a jamais été confirmé depuis septembre.

 

Aplogan  et ses contrats secrets !

La vraie raison de ses retards dans les nominations à ces différents postes nous a été révélée par une source très proche du ministère des sports. En effet  le ministre Didier Aplogan a signé des contrats qui n’ont pas été rendu public avec Oumar Tchomogo et Eustache d’Almeida au poste de sélectionneurs. Donc  sans l’expiration de ces deux engagements les nouveaux sélectionneurs ne peuvent être nommés.  L’Etat béninois ne peut pas engager deux personnes pour le même poste. C’est clair. Tout tournera donc au ralenti pendant encore quelques semaines, au pire, quelques mois.

 

Au Bénin nous sommes des adeptes de l’improvisation et visiblement cette philosophie peine à être enterrer par nos dirigeants. Pour rappel à la veille de la Can 2008 Reinhard Fabish a été nommé  sélectionneur des Ecureuils pour un résultat médiocre au final. Depuis 2004 dix sélectionneurs (Attuqayefio, Gomez, Deveze , Revelli ,Fabish, Dussuyer , Nobilo , Glèlè, Codjo , Amoros) ont déjà défilés sur le banc de la sélection sénior par exemple. Triste.

A l’heure ou le Congo vient de recruter Claude Leroy ou le Mali s’est offert les services d’Henri Kasperzak.  Les béninois devront patienter  avant d’avoir un nouveau sélectionneur officiel

Toujours sans direction technique

La pierre angulaire de l’organisation du football d’un pays c’est sa direction technique nationale qui sert de point d’appui et de repère aux sélectionneurs et aux compétitions locales. Au Bénin ca fait des lustres qu’on en a plus. Et plus grave, la fédération se contente généralement de nommer un seul individu comme directeur technique, sans moyens ni staff. Impossible de travailler objectivement évidemment. L’actuel bureau dans ses beaux discours d’intronisation a promis changer la donne, cinq mois plus tard la direction technique national n’existe toujours pas mais le championnat a été lancé. Contrairement au poste de sélectionneur rien ne bloque la mise en place de cette direction qui devrait être vitale.

 

Ligue 1 et 2 : Les clubs se concertent pour boycotter

 

Une menace de boycott plane sur les prochaines journées de championnat de première et de deuxième division. Les clubs ont quelques exigences que la ligue et la FBF semblent ignorer pour le moment. Et pour se faire entendre, ils envisagent de boycotter.

 

Les nouveaux dirigeants du foot béninois n’ont pas la tête à rigoler. Après le refus des Requins qui ampute la ligue 2 d’un club, la ligue de football a tous les 25 autres clubs restants sur le dos.  La reprise précipitée du championnat n’a pas des conséquences que sur la forme des joueurs sur le terrain mais bien au delà.

Les clubs reprochent pour l’instant deux faits majeurs aux organisateurs,  la non-organisation d’une assemblée générale avant le début de la saison et l’absence du bilan officiel de la saison écoulée. Deux traditions obligatoires qui n’ont pas été respecté par la FBF et la ligue avant le début de la nouvelle saison. Les clubs sont d’ailleurs très remontés.

Il est également reproché à la FBF de ne pas avoir annoncé les objectifs de la saison. Les récompenses prévues pour les futurs vainqueurs et joueurs les plus performants. En d’autres termes quels sont les enjeux réels la compétition ?

Enfin le dernier sujet qui est encore plus délicat est lié aux subventions à allouer au club. Sans véritable sponsor, rien n’a été promis ni annoncé aux clubs. Si la FBF n’a pas pu régler les primes des joueurs à l’UFOA, on se demande comment elle va y arriver pour les subventions ?  Des interrogations qui ne laissent pas les clubs insensibles.

De sources proches de plusieurs clubs, nous apprenons que les clubs se concertent entre eux afin de boycotter les prochaines  journées de championnat. D’ailleurs une pétition circule entre les clubs et les signatures ne tardent pas.  Comme exigences majeures : l’organisation de l’assemblée générale et la présentation du bilan de la saison écoulée.