Algérie: Nouvelle titularisation pour Nana Badarou contre la JS Kabily

Le défenseur central international béninois , Nana Badarou a connu sa deuxième titularisation avec l’Aso Chlef ce samedi contre la Js Kabily. Chlef a obtenu le point du nul 1-1 dans les derniers instants de la partie grace à Farhi à la 90e. Badarou régulièrement présent dans le groupe de la première journée, totalise 3 apparitions dont deux titularisations en sept journées. ASO Chlef est classé 8e avec 9 points.
gerovinho

Algérie: Aoudou homme du match !

Malgré la défaite 2-1 face au CR Belouiziad Mohamed Aoudou a été élu homme du match. Titularisé à la pointe de l’attaque de la JS Saoura, l’attaquant international béninois a bien secoué la défense adverse. Présent dans les bons coups , il a été impliqué dans l’unique but inscrit par les siens dans le match. Il a a été à l’origine de l’action qui a occasionné le pénalty sur une déviation. Saoura concède sa deuxième défaite de la saison. Ils sont classés 10e avec 9 points après 7 journées.
Gerovinho

Competition: Le retour du tournoi de l’Uemoa

 

Le tournoi de l’Uemoa revient à Abidjan le 26 octobre au 02 novembre prochain après une édition manquée en 2012. Le Bénin prendra part à cette sixième édition du tournoi.

Après une édition manquée en 2012 le tournoi de l’UEMOA va reprendre ses droits cette année à Abidjan du 26 octobre au 02 Novembre. La dernière édition a eu lieu à Dakar au Sénégal  en 2011 et c’était le pays hôte qui s’était imposé.

Le Bénin dans le groupe B

Le Bénin jouera dans le groupe B contre du Niger, la Guinée Bissau et le Sénégal. Dans la poule A, nous aurons la Côte d’Ivoire, pays hôte, Togo, le Mali et le Burkina Faso. Le tournoi se jouera sur deux principaux stades à savoir: le stade Félix Houphouët-Boigny et le stade Robert Champroux.  Pour rappel du principe de la compétition est réservé uniquement aux joueurs évoluant en Afrique. Les premiers de chaque groupe seront directement qualifiés pour la finale. Le tournoi se jouera pendant sept jours.  Les deux premières éditions 2007  à Ougadougou et 2008 à Bamako ont été remporté par la Cote d’ivoire. Puis en 2009 à Cotonou le Sénégal a pris le relais. En 2010 à Niamey le pays hôte avait remporté son tournoi devant les Ecureuils. Ce qui demeure la meilleure performance de la sélection béninoise dans le tournoi.  En 2012 à domicile, le Sénégal s’est offert son deuxième après une finale agitée face au Mali.

Un duo Latoundji-  d’Almeida à la tête des Ecureuils

A une vingtaine de jour du coup d’envoi de la compétition le Bénin n’a toujours pas débuté sa préparation. Toutes les attentions étaient focalisées sur les élections. Cet épisode est passé. Un duo d’entraineur conduira l’équipe à Abidjan. Moussa Latoundji ex-caniste et premier buteur de l’histoire du Bénin à la Can. Il a été en 2010 adjoint d’Edmé Codjo à la tête de la sélection cadette et entraineur des Dragons et de l’Uss Kraké en ligue 1 béninoise. Eustache d’Almeida aussi connait la sélection nationale pour avoir conduit les juniors en 2010. Il a aussi officié sur les bancs de plusieurs clubs en ligue 1 béninoise notamment le Mogas , Mambas Noirs et Tonnerres la saison écoulée. Ce duo qui en sera à sa première collaboration a environ trois semaines pour monter une équipe.

n 2010 à Niamey le pays hôte avait remporté son tournoi devant les Ecureuils. Ce qui demeure la meilleure performance de la sélection béninoise dans le tournoi.  En 2012 à domicile, le Sénégal s’est offert son deuxième après une finale agitée face au Mali.

gerovinho

Hountondji va mieux et sera avec les Espoirs français!

Cédric Hountondji, K.O suite à un contact avec Mustapha Yatabaré (69e) quelques minutes après son arrivée sur le terrain, contre Guingamp, il a pu rentrer avec le bus rennais et a rejoint ce lundi ses coéquipiers en équipe de France Espoirs. Possédant la double nationalité Franco-béninoise Hountondji se produira pour la première fois avec le groupe de Willy , même s’il assure ne pas encore fais son choix définitif. Pas étonannt Le chemin qui pourrait le mener vers les A français est encore très long et il en est conscient. Depuis la tentative d’Alain Gaspoz alors qu’il était sélectionneur junior il y a trois ans, le Bénin tarde encore à manifester son intérêt pour le jeune défenseur.

Tunisie: Bessan marque un doublé de la tête!

Jacques Bessan fait parler de lui en ce début de saison en deuxième division tunisienne avec ES Zarzis. Les sang et or ont battu Ksar Helal à l’extérieur 3-1. Bessan utilise déjà son redoutable jeu de tête en signant un doublé. L’international béninois a marqué à la 19e puis à la 40e minute. Il porte ainsi son capital à 3 réalisations en autant de journées. L’ancien attaquant de Soleil a cédé sa place à la 87e minutes. ES Zarzis pointe donc à la première place avec 9 points en 3 journées
Gerovinho

Carnet Noir: Le supporter béninois Bernard Tapie est décédé !

Après Boyayé le Bénin vient de perdre un autre de ses supporters légendaires. Véritable accompagnateur des sélections nationales et des clubs locaux , celui que l’on surnomme « Bernard Tapie » est décédé ce matin au centre national hospitalier et universitaire Hubert Maga à Cotonou. Il était hospitalisé depuis quelques jours suite à un accident de la circulation. Gravement atteint il aurait succombé à une crise cardiaque ce matin. Tapie a notamment supporters les Ecureuils aux CAN et en mars dernier il avait accompagné les juniors en Algérie.

Gerovinho

FBF: Bruno Dossou ou Rafiou Gazaliou ?

Augustin Ahouanvoebla a déjà pris service officiellement et comme premier acte décisif du nouveau bureau,la nomination d’un nouveau directeur éxécutif en remplacemenr de Quentin Didavi. C’est un homme qui connaît bien la FBF pour avoir été coordonnateur de la sélection nationale ainsi que chargé de nombreuses tâche administratives pendant les deux mandats d’Anjorin Moucharafou qui sera nommé , il s’agit de Bruno Dossou. Présenté comme homme d’expérience et intègre. Autre prétendant au poste, Gazaliou Rafiou. Ancien joueur, ancien dirigeant de club et surtout ancien membre du comité exécutif de la fédération au poste d’organisateur, il est connu pour être agréable et courtois dans les relations humaines. I pourrait être nommé directeur Exécutif de la fédération dirigée par Augustin Ahouanvoébla.

 

Fédération béninoise de football : Anjorin passe la main à Ahouanvoébla

Un mercredi 2 octobre tranquille, une foule d’une cinquantaine de personnes postées en dehors du siège de la fédération à Porto-Novo, et à l’intérieur, une petite centaine de privilégiés qui ont assisté à la prise de pouvoir du nouveau comité exécutif de la Fbf présidé par Augustin Ahouanvoébla.

Aubay

50 minutes de cérémonie conclues par l’Aube Nouvelle ont mis fin à l’ère Moucharafou Anjorin. Le décor est planté par le secrétaire général Quentin Didavi qui annonce un protocole allégé. Mais le discours très éparpillé de Moucharafou Anjorin sera long. 25 minutes de ballade à travers ses 12 années passées à la Fédération. Il cite pêle-mêle les affaires qui ont éclaboussé son règne et valu une parenthèse de 5 mois à la prison civile de Cotonou. Son bilan est celui des équipes nationales ayant pris part aux coupes d’Afrique des nations. Son entrée dans l’histoire du football, il le revendiquera pour avoir passé service à son successeur, une première dans les annales de l’institution.

Augustin, mon complice

Quand quelqu’un qui a fait la prison pour des malversations supposées vous lance que vous avez été « son complice de tous les temps », cela fait tâche. Moucharafou Anjorin n’a pas trouvé un meilleur terme pour évoquer sa complicité avec le nouveau président, son ex-trésorier de tous les temps. Il dira du nouveau président qu’il est « courageux et a les moyens de ses ambitions ». Pour un des hommes les plus impopulaires de son temps, un conseil ou deux à son successeur : la patience et la tolérance.

Les 25 minutes passent, et enfin place au discours d’annonces du nouveau président. Il promet tout. Du football féminin au professionnalisme, rien n’échappe aux projets d’Augustin Ahouanvoébla et même le Comité Olympique y passe ! La fougue y est. Dieu aura été au centre de son intervention avec une prière pour commencer et de nombreuses références au « seigneur » dans son discours. L’union pour lui est plus qu’une nécessité et il tend la main aux camps. Ses challengers d’ hier, soutenus par « moins d’un électeur sur deux », tout comme les fidèles du président Victorien Attolou.

Les grandes annonces

« Plus jamais de culte de la personne ! » Le désir de rompre avec le président tout-puissant est un signal envoyé au monde du football. Ahouanvoébla annonce une gestion axée sur les résultats. Le football professionnel figure en bonne place dans ses projets avec un accent particulier sur la mobilisation des ressources. Il va ensuite poser de grandes questions essentielles pour un rayonnement du football national. L’organisation à mettre en place tout comme la viabilité des clubs, les approches vis-à-vis des communes, la détection et la formation des jeunes, le partenariat avec le patronat sont des grandes orientations annoncées par Augustin Ahouanvoébla.

La restructuration de la fédération béninoise de football au plan administratif est aussi d’actualité. Des directions et départements sont envisagés. De la communication aux droits tv en passant par la stratégie, l’arbitrage et autres, tous les chantiers sont lancés. Concernant la ligue du football professionnel, deux pôles seront créés. Les finances et les droits tv. L’argent est bien un enjeu important, car il servira à financer à 100% à subventionner les participations des équipes béninoises aux compétitions continentales, dira en substance le président de la Fbf. Beaucoup d’annonces et donc beaucoup d’attentes pour un mandat déjà entamé. Le 30 septembre 2017, le bilan sera attendu.

Rappelons que le président Augustin Ahouanvoébla a tenu à remercier le Chef de l’Etat pour sa patience face à la crise qui a secoué le football béninois.

Aubay

Le Discours

CEREMONIE DE PASSATION DE SERVICE A LA FEDERATION BENINOISE  DE FOOTBALL

 

DISCOURS DE PRISE DE SERVICE L’HONORABLE AUGUSTIN

AHOUANVOEBLA, PRESIDENT DU COMITE EXECUTIF

 

Honorables Députés à l’Assemblée Nationale,

Monsieur le Président sortant du Comité Exécutif de la Fédération Béninoise de Football,

Mesdames et Messieurs le Membres du Comité Exécutif,

Distingués invités et sympathisants,

Chers Amis de la grande famille du football,

Mesdames et Messieurs les représentants des médias nationaux et internationaux,

Amis sportifs,

Mesdames et Messieurs.

 

Comme tout un chacun ici présent ce jour mercredi 2 octobre 2013 au siège de la Fédération Béninoise de Football,  nous ne  sommes qu’un produit de Dieu,  le Père Céleste  le Grand Architecte de l’univers. Dans ce monde ici-bas, rien ne peut se faire sans sa bénédiction et son onction. Nous, membres de la liste renouveau du football, désormais appelée Comité Exécutif, n’avons aucun mérite. Seul le Grand Géomètre nous a choisis comme passerelle pour donner une autre dimension au football du Bénin.

 

Permettez-nous alors de lui rendre hommage pour avoir répandu l’onction de la paix sur le Bénin en général et la famille du football en particulier à un moment critique où des risques énormes d’explosion pesaient sur le football béninois.

 

Seigneur, au nom de toute la famille du football  du Bénin, nous venons respectueusement implorer ton pardon et ta bénédiction pour la réussite de notre mandat qui commence aujourd’hui.

 

Nous sommes des bâtisseurs de la belle planète bleue, et tant que tels, nous demandons et exigeons de tous ceux qui se reconnaissent comme tels de se mettre dans la grande chaine d’union que nous formons pour reconstruire notre football.

Nous prenons  l’engagement solennel, devant cette auguste assemblée, que plus jamais ça dans notre cher et beau pays le Bénin.

 

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais remercier la patience du chef de l’état, le président Yayi Boni pour sa patience à tolérer pendant tout ce temps cette crise qui a longtemps secouer le sport roi. Que le tout puissant l’éclaire davantage pour conduire avec sagesse les autres chantiers combien nobles et délicats pour le progrès du Bénin. Merci, merci monsieur le président de la république pour ce grand souci de voir le football du bénin devenir le pionnier pour l’émergence de toutes les disciplines sportives du bénin

 

Je voudrais également saluer avec respect, votre présence à cette cérémonie de passation de service en dépit de vos multiples occupations. C’est la preuve de votre attachement au développement du football qui ne s’analyse plus de nos jours comme une  simple activité de loisir. Le football est devenu un secteur dont les enjeux sont à la fois sportif,  économique et diplomatique.

 

En effet,  dans un pays comme le nôtre où les jeunes représentent plus de 70% de la population, les dirigeants sportifs ont l’obligation de remplir les stades par la qualité du spectacle et d’inscrire le sport au rang des secteurs créateurs de plus-value à l’économie et d’épanouissement des jeunes. Cette dimension du management sportif participe de la promotion de l’emploi des jeunes et de la paix.

 

Monsieur le Président sortant du Comité Exécutif,

Mesdames et Messieurs les candidats élus de  la liste «Renouveau»,

 

Soyez fiers et n’ayez aucune crainte. Personne n’a gagné, personne n’a perdu à l’issu de la double confrontation électorale du 24 Août et du 30 Septembre 2013.

Le suffrage exprimé par nos mandants est porteur d’un message clair comme l’eau de roche. Moins d’un électeur sur deux souhaite que vous soyez associés à tous les niveaux des chantiers de reconstruction de notre football. J’en prends l’engagement. Nul ne sera de trop dans la noble mission de restauration de notre football qui commence maintenant.

 

Je sais pouvoir compter sur vos expériences, vos qualités et valeurs respectives  pour qu’ensemble nous restaurions également la notoriété du Comité Exécutif de la Fédération Béninoise de Football et de ce fait, renforcer celle de toutes les autres fédérations sportives membres du CNOSB

 

A vous particulièrement, El Hadj Anjorin Moucharaf, Président sortant de la Fédération Béninoise de Football, je vous adresse mes sincères remerciements pour tout ce que vous aviez fait pour hisser le football béninois au niveau continental et international. Comme un bâtisseur de l’avenir, vous l’avez fait avec les moyens dont vous disposiez. La perfection n’est pas de ce monde. En plus, vous aviez agi en bâtisseur et le bâtisseur sert souvent de cobaye. Je vous prie d’accepter l’expression de ma reconnaissance pour votre action  désormais gravée dans les annales du Comité Exécutif.  Mais que voulez-vous, l’alternance est à l’ère du temps. C’est la tradition dans les régimes de démocratie moderne qui veut qu’on procède régulièrement au renouvellement des mandats électifs pour créer une nouvelle dynamique de gouvernance politique, économique et sociale au sein des associations.  Je sais que votre soutien ne me fera jamais défaut et je peux encore  compter sur vous.

 

Peuple du Bénin,

Amis sportifs,

 

Au moment où NOUS PRENONS  les rênes du Comité Exécutif, nous attendons de tous ceux qui le souhaitent, des propositions et orientations diverses en vue de faire de la Fédération Béninoise de Football, une institution rayonnante, forte et capable.

 

A ce titre nous devons ensemble répondre aux questions  ci-après:

• Quelle organisation au sens large du terme devons-nous  mettre en place pour cesser de perdre du terrain sur nos concurrents de  plus en plus nombreux et  plus  performants?

 

• Comment  rendre les clubs viables  et compétitifs afin  que le football  béninois puisse «lutter à armes égales» au plan régional et international avec celui des autres pays  et produire de la valeur ajoutée à l’économie nationale?

 

• Comment amener les acteurs du football à s’approprier les  règles contraignantes et vertueuses de la reddition des comptes?

 

• Quelles réformes urgentes engagées pour garantir une administration performante, dynamique et pérenne de la Fbf ?

 

• Comment  associer  la commune à la réforme du football en vue de bâtir une identité sportive locale, régionale et nationale susceptible de contribuer à remplir les stades et à   générer une valeur marchande des championnats  pour à terme créer une économie  sportive béninoise ?

 

• Quels mécanismes, instruments et outils mettre en place pour détecter très vite les jeunes  talents nationaux à la base et dans les écoles en vue de les capter, les former  et les valoriser ?

 

• Quels mécanismes législatifs et réglementaires prendre pour  garantir une survie sereine du point de vue financier du football en particulier et des autres sports en général au Bénin ?

 

• Quels partenariats gagnant-gagnant définir entre la Fédération et le Patronat pour renforcer les capacités techniques et opérationnelles, notamment en vue de doter nos localités de stades de standing réaliste à la portée de nos moyens et  aux normes  internationalement admises ?

 

• Quel mécanisme de coordination et de suivi évaluation avec une définition précise des rôles et responsabilités de chaque acteur faut-il  instituer pour une gestion efficace et efficiente des équipes nationales de football ?

 

Ce sont là autant de questions cruciales auxquelles nous devons apporter des réponses immédiates sans perdre du temps. A cet égard nous devons être à l’écoute de tous et notamment des médias pour mettre en place une communication interactive avec le peuple et le mouvement sportif.

 

Il n’y aura pas d’honneur individuel encore moins une quelconque satisfaction personnelle à être un acteur ou un sympathisant du football béninois si on n’inscrit pas dans une démarche participative  la recherche de solution durable et efficace à ces préoccupations.

 

Dans cette optique, la réorganisation de la Direction Technique Nationale de football et son opérationnalisation est l’une de nos priorités. Aussi, la mise en place d’une Direction de la Communication de la fédération béninoise de Football, d’un Département de l’Arbitrage, d’un Département de Développement et de la Formation, d’un Département Stratégique du Sponsoring et des Droits Tv, d’un Département des Equipes Nationales……, deviennent un impératif.

 

Il en est de même de la promotion des corps de métiers tels que les Arbitres et les Entraîneurs professionnels, les Médecins de Sport et autres Agents de joueurs.

 

Nous emploierons à élever  le niveau de performance des structures centrales et décentralisées de la Fédération Béninoise de Football et à renforcer  la gouvernance interne des clubs.

 

Notre Comité Exécutif va également s’atteler à améliorer le  partenariat entre l’Etat et la Fédération Béninoise de Football.

 

Nous mettrons un point d’honneur à développer toute sorte d’actions innovantes pour rendre effective l’autonomie financière du Comité Exécutif  qui doit apprendre à se passer progressivement de l’assistanat dans lequel il  végète  depuis longtemps.

 

Bien évidemment, la promotion du genre dans le milieu du football nous préoccupe. Il sera question dans les meilleurs délais de faire du football féminin chantier stratégique.  Un accent particulier sera également mis sur la promotion des centres de formation sans oublier  les championnats scolaires et universitaires qui constituent incontestablement des viviers des clubs de l’élite.

 

OUI, tout en œuvrant pour la réconciliation de la famille du football (nous voulons nommer les sympathisants et acteurs de la liste « le renouveau » mais surtout ceux qui sont autour du président ATTOLOU), le football professionnel sera désormais une réalité.  Une équipe de professionnels que vous connaîtrez dans les tout prochains jours, s’est déjà résolument mise au travail sur ce chantier et la Ligue du Bénin sera gérée par deux vice-présidents respectivement l’un en charge des finances et l’autre du sponsoring et des droits TV de la FBF.

 

Des cahiers de charges pour la participation au championnat dans les différentes catégories ou divisions seront désormais à la disposition des dirigeants pour un nouveau contrat qui relance les compétitions au niveau national qu’africain.

En collaboration avec les structures compétentes de l’Etat, nous envisageons l’élaboration d’un plan de carrière du footballeur béninois afin d’éviter à nos talents de tomber dans la déchéance sociale dès qu’ils raccrochent les crampons.

 

Enfin, qu’il me soit permis de dire un grand merci aux  Honorables Députés à l’Assemblée Nationale pour qui aucun effort n’est trop grand quand il s’agit des questions touchant les jeunes et le sport.

 

Mesdames et Messieurs,

Le football reste le seul élément déclencheur capable de faire promouvoir tous les autres sponsors. Ainsi, notre Comité Exécutif mettra tout en œuvre pour permettre aux autres Fédérations sportives d’avoir accès aux ressources financières suffisantes pour l’atteinte de leurs objectifs.

 

En tant que membre du CNOSB, ensemble avec ses dirigeants, nous mettrons tout en œuvre pour le doter d’un siège digne et de moyen conséquent pour son fonctionnement.

 

Merci à tous ceux qui de près ou de loin ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour rendre possible le processus ayant abouti à la passation pacifique de charge à la tête de la Fédération Béninoise de Football.

 

Chers amis, la gloire est à portée de main; mettons nous au travail.

 

Vive le football béninois,

Vive la jeunesse fer de lance d’un Bénin qui gagne ;

Vive le Bénin,

Je vous remercie.

Fédération béninoise de football: Augustin Ahouanvoébla : Honorable Président !

 

23-21. Ce n´est pas un score de Handball, mais le résultat du match Ahouanvoébla – Didavi hier au Palais des Congrès de Cotonou. La Fédération béninoise de football a un nouveau président, le député Augustin Ahouanvoébla, un homme du sérail et un redoutable stratège qui au bout de 12 ans a su se hisser à la tête du foot béninois.

Aubay

Il a longtemps hésité selon ses proches, laissant planer d´autres noms et le doute sur ses intentions. Au fil des mois et des jours, Augustin Ahouanvoébla a fini par jeter le masque. En sa compagnie, une sorte d´organisation secrète ou plutôt discrète qui se révèlera au grand jour comme fédératrice des forces anti-Anjorin. Mi-août, le doute n´est plus de mise, et Ahouanvoébla va remporter une victoire psychologique très importante le 24 voix contre 23. Le round du 24 août tourne court. Les élections seront reprises à Cotonou le 30 septembre 2013 et feront de lui le nouveau président de la Fbf.

Avec Augustin Ahouanvoébla, on retrouve quelques hommes neufs, et des vieux routiers (par rapport à leur implication et non leurs âges). Cet amalgame qu´il réussit a fait sa force. En face, ses alliés de toujours (Didavi et Anjorin) ont manqué d´afficher cette nouveauté, un peu trop marqués par les affaires du passé. On peut lui reprocher beaucoup de choses, mais Augustin Ahouanvoébla n´a pas souvent été cité dans la gestion des championnats ou encore des Ecureuils. Cette image, vraie ou supposée a souvent collé à la peau de ses challengers, comme celui de mauvais gestionnaire a collé à Moucharafou Anjorin.

 

Déjà un long parcours à la Fbf

12 ans qu´il est dans le système ! Eh oui ! Depuis juin 2001, il resté au plus près du football, sinon même au cœur. Trésorier général depuis lors, ce député fidèle au Parti du Renouveau démocratique connaît les rouages des relations Etat-Fbf, Ecureuils-Fbf ou encore Etat-Ecureuils. Souvent entre les deux grands courants qui s´opposent dans chaque bureau exécutif depuis 12 ans, il s´est tracé son chemin pour s´imposer enfin comme une lueur d´espoir dans un océan de gâchis. Augustin Ahouanvoébla, entre nous, n´est pas un saint, mais aura réussi à récupérer le « capital sympathie » populaire qui a toujours manqué à Moucharafou Anjorin. En s´opposant au dauphin désigné et soutenu par le président sortant, le député a reçu le soutien du peuple et des électeurs. Car depuis trois mois, cette élection a été suivie avec inquiétude et attention par tous les béninois, même s´ils n´en espéraient pas une révolution à 100%. Le départ annoncé de Moucharafou Anjorin a rendu intéressante cette élection placée sous le signe du Renouveau. Ahouanvoébla a frappé un grand coup, mais devra fédérer la famille du football encore divisée en trois clans voire quatre.

 

Comment pacifier l´environnement ?

Anjorin, Attolou, Didavi. Voilà trois courants différents qui se retrouvent théoriquement dans une forme d´opposition depuis hier vis-à-vis du Président Augustin Ahouanvoébla. Il va donc falloir se trouver de nouveaux alliés, car cette élection n´a pas attiré les foules en terme de candidatures, la famille du football étant divisée. La composition de son bureau avec la présence de personnalités proches de Sábastien Ajavon pourrait l´aider à réussir le rapprochement avec celui qui a rêvé et concrétisé 18 mois durant, le football professionnel au Bénin.

Pour ce qui sera de son mandat à la Fédération où pour la première fois depuis 12 ans il sera sans Anjorin et Didavi, il lui faudra donc de nouveaux repères et de nouvelles pratiques pour passer du choix par défaut au choix incontournable pour un football béninois plus attractif.

Aubay