L’intégralité de la déclaration d’Anjorin

Cotonou le lundi, 29 juillet 2013
Béninoises, Béninois
Mes chers compatriotes,
Je vous remercie de bien vouloir m’accorder un peu de votre attention pour partager avec moi une décision d’une importance capitale.
Vous n’êtes pas sans savoir qu’à la Fédération Béninoise de Football, nous sommes en pleine campagne électorale dans la perspective du renouvellement du Comité Exécutif que je préside depuis deux mandats. Deux mandats marqués, comme vous le savez bien, par des hauts et des bas, par des turbulences de tous genres.
Mon propos ce jour ne sera pas d’aborder ni de parler de toutes les crises qui ont secoué ces dernières années notre football et à cause desquelles nos certitudes de progrès connaissent des coups d’arrêt particulièrement décevants et attristants.
La tristesse ici vient de la foi placée en nous par le peuple et surtout par le Chef de l’Etat, le Docteur Thomas Boni Yayi dont je saisis l’occasion pour remercier pour tout son soutien qu’il ne nous a jamais marchandé pour faire avancer le football national. La tristesse ici, vient de la déception du peuple, du Ministre des Sports, M. Didier Aplogan Djibodé et surtout du Chef de l’Etat et de son gouvernement qui ont toujours souhaité sans jamais la voir se réaliser, l’union sacrée des acteurs du football pour des performances dignes de leurs espoirs et espérances.
La période électorale que nous traversons en ce moment relance encore une fois, la guéguerre entre les acteurs. Une situation qui fait s’amonceler dans les cieux, des nuages des contradictions et des empoignades les plus redoutables.
L’une des illustrations de cette situation, c’est l’assemblée générale de mise en place de la Commission électorale qui s’est achevée dans des conditions qu’il ne me plait pas d’aborder ici. Ce qui est constant, c’est le fait que la Fifa nous ait rappelé à l’ordre. Une situation suffisamment préoccupante qui a amené le Ministre de la Jeunesse, des Sports et Loisirs à nous envoyer le 8 juillet 2013, une correspondance portant en objet, « les dispositions pour le renouvellement du Comité exécutif de la Fédération Béninoise de Football ».
Dans sa lettre, le Ministre a exprimé à juste titre, ses inquiétudes. Se référant à une lettre datée du 3 avril 2013 à nous envoyée par la Direction du Sport d’élite, il nous a reprécisé que « les services compétents de son département ont rappelé à notre intention que le mandat du Comité exécutif que je préside arrivera à échéance le 23 août 2013 et qu’ils nous invitaient par la même occasion à prendre les mesures nécessaires pour organiser l’assemblée générale élective dans le strict respect des délais prescrits par les statuts de la Fédération Béninoise de Football ».
Le ministre a poursuivi en disant ceci « A moins de deux mois du mandat où aucune information précise sur le niveau des préparatifs de l’assemblée générale élective n’est disponible, je voudrais également m’appesantir sur ce rappel qui vise à éviter à la fédération un vide juridique du fait du non renouvellement du mandat des instances dirigeantes à bonne date ».
Le ministre des Sports a terminé sa lettre en nous disant avec force que son « département ministériel se trouvera dans l’obligation de prendre ses responsabilités vis-à-vis de la Fédération Béninoise de Football si au lendemain du 23 août 2013, un nouveau Comité exécutif n’est pas mis en place conformément aux dispositions statutaires ».
Loin de considérer ce qui précède comme des menaces, je fais miennes les préoccupations du ministre Didier Aplogan Djibodé et je voudrais aujourd’hui devant vous, réaffirmer notre volonté d’organiser les élections à bonne date pour le renouvellement des instances dirigeantes de la Febefoot. Lesdites élections auront lieu à bonne date et je suis prêt à consentir tous les sacrifices nécessaires afin qu’elles se déroulent dans une atmosphère d’apaisement et de paix véritable.
Et si le retour d’une atmosphère apaisée doit passer par ma renonciation à rentrer dans la course à ma propre succession, au nom de l’intérêt supérieur de la Nation, je vous déclare aujourd’hui, la main sur le cœur, que je ne serai pas candidat aux prochaines élections.
Je laisse ouverte ma succession sans y participer en tant que candidat. Et pour donner la preuve de mon engagement dans ce sens, j’ai laissé la direction de la réunion du Comité Exécutif de la Fédération Béninoise de Football qui a eu lieu ce jour à Cotonou, à mon 1er vice Président. Je ne récupérerai la plénitude de mes fonctions qu’après la présente déclaration pour conduire à terme mon mandat, pas en qualité de président candidat, mais en tant que président sortant tout court.
Mon objectif ayant toujours été la promotion et le développement du football béninois je ne pense pas qu’il nous soit utile de continuer de nous affronter pour rien.
Je ne sais pas par quel alchimie cela a été possible, beaucoup de personnes qui déclarent aimer le football béninois, sont prêts à monter des coups fumants contre ce football parce qu’ils veulent abattre Moucharafou Anjorin. Il faut que ça cesse. Et pour que ça cesse, si cela va passer par ma renonciation à être candidat, je le répète encore une fois, je fais le sacrifice. Je ne serai pas candidat à ma succession.
Ne pas être le président de la Febefoot ne m’empêche pas de demeurer un officier de réserve sur qui le sport roi peut compter dans notre pays compte tenu de mon expérience accumulée depuis des décennies mais aussi et surtout de ma position dans les structures faîtières au plan continental et mondial.
Au moment où je suis en train de prendre une si importante décision, j’ai une pensée pour mes illustres prédécesseurs que je tiens à remercier pour tout ce qu’ils ont pu faire pour le sport national en général et le football béninois en particulier. De Norbert Imbs à Martin Adjagodo, c’est avec respect et déférence que je les remercie. Ils m’ont frayé le passage. En mettant les pieds dans les leurs, j’ai modestement apporté ma prière à l’édifice comme le fera la jeune génération qui prendra ma succession.
Vive la communauté sportive du Bénin !
Vive la famille du football béninois !
Vive le peuple béninois
Que Dieu bénisse le Bénin !
Inch’Allah !
Je vous remercie !
(source http://www.journauxdubenin.com/article/declaration-d-anjorin-moucharafou#sthash.XdHuTW2T.dpuf )

FBF: Anjorin se retire de la course!

édération béninoise de football

Anjorin jette l’éponge

(Fin d’une époque et d’une gouvernance ?)

Coup de tonnerre en cette période électorale à la fédération béninoise de
football, hier sur une chaine de télévision privée, Golfe TV, les Béninois
ont suivi en direct un message inattendu de Moucharafou Anjorin, actuel
président de la fédération béninoise de football. Il a officiellement
annoncé qu’il ne sera pas candidat pour les prochaines joutes électorales,
s’il le faut, pour préserver la paix dans la famille du foot béninois.
Beaucoup ont du dire : enfin !

Démission ou retrait stratégique  de la course aux élections ? Difficile de se situer après la déclaration officielle de Moucharafou Anjorin de ne pas se présenter aux prochaines élections à la tête de la fédération prévue pour le 24 août prochain. «  Je ne serai pas candidat » a t-il confié la main sur le cœur. Tout en entretenant un léger doute autour de la question, en s’exprimant en ces termes : «  s’il le faut pour que le climat soit
apaisé dans le football béninois ». La condition est bien claire. Un foot
qui est plongé dans une crise sans précédent depuis décembre 2010 avait besoin que les acteurs de la crise fasse un geste patriotique et digne pour sortir de l’engrenage de cette crise systémique et ces querelles de personnes.

Après 12 ans dans le comité exécutif de la fédération, dont les deux derniers mandats en tant que président de la fédération, Anjorin serait prêt à déposer le tablier. Il poursuit en précisant : « je laisse mon premier vice-président Mathurin de Chacus s’occuper des élections et je me résenterai  25 août à la passation de service en tant que président
sortant ». La promesse est faite, le peuple est encore pris à témoin.

Décrié par l’opinion publique  sportive et en disgrâce auprès des membres de la fédération, Anjorin a pour la première fois renoncé officiellement à être candidat. Cela ressemble bien à un retrait stratégique vu que ces
chances de réélections étaient infirmes. Tout porte à croire qu’au soir du 25 août prochain, le foot béninois aura un nouveau visage pour le diriger.

La course à la succession ouverte

Après le retrait d’Anjorin, la course à la tête de la fédération prend une
nouvelle tournure. Les tendances claniques qui se dessinent depuis
plusieurs semaines devraient se renforcer. Trois prétendants seraient déjà sur les rangs, il s’agit de Firmin Akplogan, Augustin Ahouenvoebla, et Malick Gomina selon les dernières rumeurs.

Le prochain président aura tout de même la lourde mission de rompre avec l’ancien système et rénover l’image du foot béninois. Un foot plongé dans ses joutes les plus sombres depuis décembre 2011. Même si Anjorin dit se
retirer pour l’apaisement, le prochain bureau de la fédération n’aura pas la tache facile. L’ère du renouveau avec des hommes et des mentalité nouvelles ? On l’espère

La déclaration

La déclaration de retrait de Moucharafou Anjorin

Cotonou le lundi, 29 juillet 2013
Béninoises, Béninois
Mes chers compatriotes,
Je vous remercie de bien vouloir m’accorder un peu de votre attention pour partager avec moi une décision d’une importance capitale.
Vous n’êtes pas sans savoir qu’à la Fédération Béninoise de Football, nous sommes en pleine campagne électorale dans la perspective du renouvellement du Comité Exécutif que je préside depuis deux mandats. Deux mandats marqués, comme vous le savez bien, par des hauts et des bas, par des turbulences de tous genres.
Mon propos ce jour ne sera pas d’aborder ni de parler de toutes les crises qui ont secoué ces dernières années notre football et à cause desquelles nos certitudes de progrès connaissent des coups d’arrêt particulièrement décevants et attristants.
La tristesse ici vient de la foi placée en nous par le peuple et surtout par le Chef de l’Etat, le Docteur Thomas Boni Yayi dont je saisis l’occasion pour remercier pour tout son soutien qu’il ne nous a jamais marchandé pour faire avancer le football national. La tristesse ici, vient de la déception du peuple, du Ministre des Sports, M. Didier Aplogan Djibodé et surtout du Chef de l’Etat et de son gouvernement qui ont toujours souhaité sans jamais la voir se réaliser, l’union sacrée des acteurs du football pour des performances dignes de leurs espoirs et espérances.
La période électorale que nous traversons en ce moment relance encore une fois, la guéguerre entre les acteurs. Une situation qui fait s’amonceler dans les cieux, des nuages des contradictions et des empoignades les plus redoutables.
L’une des illustrations de cette situation, c’est l’assemblée générale de mise en place de la Commission électorale qui s’est achevée dans des conditions qu’il ne me plait pas d’aborder ici. Ce qui est constant, c’est le fait que la Fifa nous ait rappelé à l’ordre. Une situation suffisamment préoccupante qui a amené le Ministre de la Jeunesse, des Sports et Loisirs à nous envoyer le 8 juillet 2013, une correspondance portant en objet, « les dispositions pour le renouvellement du Comité exécutif de la Fédération Béninoise de Football ».
Dans sa lettre, le Ministre a exprimé à juste titre, ses inquiétudes. Se référant à une lettre datée du 3 avril 2013 à nous envoyée par la Direction du Sport d’élite, il nous a reprécisé que « les services compétents de son département ont rappelé à notre intention que le mandat du Comité exécutif que je préside arrivera à échéance le 23 août 2013 et qu’ils nous invitaient par la même occasion à prendre les mesures nécessaires pour organiser l’assemblée générale élective dans le strict respect des délais prescrits par les statuts de la Fédération Béninoise de Football ».
Le ministre a poursuivi en disant ceci « A moins de deux mois du mandat où aucune information précise sur le niveau des préparatifs de l’assemblée générale élective n’est disponible, je voudrais également m’appesantir sur ce rappel qui vise à éviter à la fédération un vide juridique du fait du non renouvellement du mandat des instances dirigeantes à bonne date ».
Le ministre des Sports a terminé sa lettre en nous disant avec force que son « département ministériel se trouvera dans l’obligation de prendre ses responsabilités vis-à-vis de la Fédération Béninoise de Football si au lendemain du 23 août 2013, un nouveau Comité exécutif n’est pas mis en place conformément aux dispositions statutaires ».
Loin de considérer ce qui précède comme des menaces, je fais miennes les préoccupations du ministre Didier Aplogan Djibodé et je voudrais aujourd’hui devant vous, réaffirmer notre volonté d’organiser les élections à bonne date pour le renouvellement des instances dirigeantes de la Febefoot. Lesdites élections auront lieu à bonne date et je suis prêt à consentir tous les sacrifices nécessaires afin qu’elles se déroulent dans une atmosphère d’apaisement et de paix véritable.
Et si le retour d’une atmosphère apaisée doit passer par ma renonciation à rentrer dans la course à ma propre succession, au nom de l’intérêt supérieur de la Nation, je vous déclare aujourd’hui, la main sur le cœur, que je ne serai pas candidat aux prochaines élections.
Je laisse ouverte ma succession sans y participer en tant que candidat. Et pour donner la preuve de mon engagement dans ce sens, j’ai laissé la direction de la réunion du Comité Exécutif de la Fédération Béninoise de Football qui a eu lieu ce jour à Cotonou, à mon 1er vice Président. Je ne récupérerai la plénitude de mes fonctions qu’après la présente déclaration pour conduire à terme mon mandat, pas en qualité de président candidat, mais en tant que président sortant tout court.
Mon objectif ayant toujours été la promotion et le développement du football béninois je ne pense pas qu’il nous soit utile de continuer de nous affronter pour rien.
Je ne sais pas par quel alchimie cela a été possible, beaucoup de personnes qui déclarent aimer le football béninois, sont prêts à monter des coups fumants contre ce football parce qu’ils veulent abattre Moucharafou Anjorin. Il faut que ça cesse. Et pour que ça cesse, si cela va passer par ma renonciation à être candidat, je le répète encore une fois, je fais le sacrifice. Je ne serai pas candidat à ma succession.
Ne pas être le président de la Febefoot ne m’empêche pas de demeurer un officier de réserve sur qui le sport roi peut compter dans notre pays compte tenu de mon expérience accumulée depuis des décennies mais aussi et surtout de ma position dans les structures faîtières au plan continental et mondial.
Au moment où je suis en train de prendre une si importante décision, j’ai une pensée pour mes illustres prédécesseurs que je tiens à remercier pour tout ce qu’ils ont pu faire pour le sport national en général et le football béninois en particulier. De Norbert Imbs à Martin Adjagodo, c’est avec respect et déférence que je les remercie. Ils m’ont frayé le passage. En mettant les pieds dans les leurs, j’ai modestement apporté ma prière à l’édifice comme le fera la jeune génération qui prendra ma succession.
Vive la communauté sportive du Bénin !
Vive la famille du football béninois !
Vive le peuple béninois
Que Dieu bénisse le Bénin !
Inch’Allah !
Je vous remercie !
(source http://www.journauxdubenin.com/article/declaration-d-anjorin-moucharafou#sthash.XdHuTW2T.dpuf )

Anjorin s´en va…

Une intervention surprise sur Golfe Tv, un discours quasi-fleuve, jonché de remerciements et de conseil pour ses prédecesseurs et ses successeurs. Moucharafou Anjorin a décidé de baisser les armes et quitter la Fédération béninoise de football…Présent au comité exécutif de la Caf, le président de la fédération béninoise de football a donc décliné un 3e mandat à la tête de la Fbf.

détails à suivre…

Découverte : Cédric Hountondji , le « petit poids lourd »

Défenseur franco-béninois formé au Stade Rennais, où il se prépare actuellement avec l’équipe première, Cédric Hountondji sera l’une des révélations bretonnes de cette saison. Revenons sur les traces des joueurs.

Philippe Montanier, nouveau coach,  l’a surclassé  dans le groupe  « pro » pour la préparation en cours  de la prochaine saison et Hountondji répond jusqu’ici aux attentes. Régulièrement titularisé, en amica,l notamment contre Niort, ce jeune défenseur central (19 ans) au gabarit impressionnant 1.94m est déjà annoncé comme le renouveau attendu dans les rangs du Stade Rennais pour la saison à venir. Privé de coupe d’Europe, les rouges et noirs ont décidé d’accorder la  priorité aux joueurs formés au club à l’image de Foulquier, le néo champion du monde junior français.

Arsenal et Juventus sur ses traces

Avec 18  apparitions en CFA 2, avec la réserve rennaise la saison écoulée, Hountondji a clairement affiché sa progression. Capable d’évoluer aussi bien en milieu défensif qu’en défense centrale. Arrivée à Rennes en 2009 après Orléans (2006-2009) le club pourrait ne pas le garder trop longtemps.

Hountondji dont le patronyme évoque bien ses origines béninoises a déjà été contacté pour porter les couleurs nationales. Alain Gaspoz l’avait déjà convaincu de rejoindre les juniors à l’époque avant de voir ses projets court-circuités par la fédération et le ministère. La cote de Hountondji va grimper avec ses futures apparitions en ligue 1, sous le maillot rennais dans les mois à venir avec l’intérêt affiché d’Arsène Wenger, le manger d’Arsenal pour la pépite et la Juve aussi le lorgne. Le Bénin tiendra donc sa deuxième chance de lui offrir une place de choix en sélection au risque de vivre un nouveau cas à la Rod Fanni.

Géraud Viwami

Fiche du joueur

Cédric Hountondji

 

Nationalité : Franco-béninoise

Date de naissance : 19/01/1994

Lieu de naissance : Toulouse (Haute-Garonne)

Taille : 1,94 m

Poids : 87 kg

Poste : Défenseur central/milieu défensif

International : Équipe de France (U18 : 1 sélection ; U17 : 1 sélection ; U16 : 2 sélections)

Carrière :

Joueur :

FCM Ingré (2000-2006)

US Orléans (2006-2009)

Centre de préformation de Châteauroux (2007-2009)

Stade rennais FC (depuis juin 2009)

 

Palmarès : néant

Transfert- Angleterre/D4 : Bocco rejoint Plymouth

Romuald Boco quitte Accrinton Stanley un an seulement après son retour chez les rouges. L’international béninois de 28 ans rejoint Plymouth un autre club de la league two (4e division anglaise) pour une saison. Pour rappel Boco avait débuté sa carrière à Niort en France où il a été formé ensuite, il est passé par Accrinton Stanley et Burton Albion en 4e division anglaise et Sligo Rovers en division d’élite irlandaise. Il portera désormais les couleurs des verts de Plymouth ancien club de Réda Johnson.

Mondial 2014 : Le Bénin pourrait perdre trois points au profit du Mali

Anjorin Moucharafou , la taupe ?

Le bénin pourrait être rattrapé par la patrouille de la Fifa dans le cadre des nouveaux critères de qualifications de joueurs naturalisés. Le Mali a porté plainte contre Arsène Menessou et Fabien Farnolle et la mèche aurait été vendu aux maliens par Anjorin Moucharafou. Situation.

L’affaire des réserves formulées par la Fédération malienne de football alimente actuellement la scène sportive. En effet, celle-ci a saisi la Fédération internationale de football sur la participation du gardien Fabien Farnolle et du joueur Menessou au match Bénin-Mali du 2 juin 2012, ainsi que celle de l’attaquant Medie Kagere à la rencontre Rwanda-Bénin, du 9 juin 2013. Tous les Algériens en parlent. D’ailleurs, beaucoup sont même préoccupés par cette affaire, car on craint que les Aigles du Mali bénéficient des trois points du match face au Bénin. Si tel est le cas, les Verts n’auront qu’un point d’avance sur les Maliens, et le match du 6 septembre constituera la finale du groupe. Concernant cette affaire, un nouveau détail nous est parvenu, et quel détail ! Il s’agit de la manière avec laquelle l’information est parvenue chez les responsables de la Fédération malienne. En effet, un journaliste malien proche de la fédération, que nous avons eu hier au bout du fil, s’est lâché en nous racontant les détails troublants de cette affaire qui vire carrément au scandale : «Il faut savoir que les réserves formulées contre les deux joueurs du Bénin, le gardien Farnolle et le joueur Menessou, sont bel et bien fondées, contrairement à ce que disent les journalistes algériens. On est confiants d’avoir les trois points du match contre le Bénin, c’est sûr.» Et d’ajouter le détail troublant : «On est vraiment sûrs de nous. On a eu l’information de Moucharafou en personne.» Ce détail bouleversant nous a conduits à essayer d’avoir plus d’informations. Notre source révèle par la suite : «Oui, c’est Moucharafou. Il a balancé l’information à l’un de nos joueurs professionnels évoluant à l’étranger.»

«Le président de la fédération béninoise aurait encaissé une grosse somme d’argent en contrepartie»

Moucharafou a vendu l’information, cela paraît quand même bizarre, lui qui avait donné sa parole d’homme à Raouraoua le 9 juin dernier, à Cotonou, pour jouer le jeu à fond à Bamako face aux Maliens. Finalement, il avait tenu parole, tout en jouant le double jeu. Dans ce même registre, notre source proche de la Fédération malienne nous révèle comment Moucharafou a balancé l’information : «Oui, je suis sûr de ce que je vous dis. Moucharafou a balancé l’information à un joueur professionnel malien. Ce dernier, bien fortuné, a payé une somme colossale à Moucharafou en contrepartie, ce qui relancera carrément le Mali dans la course pour la qualification aux barrages du Mondial.» Interrogé sur l’identité du joueur et le coût de cette information précieuse, notre source s’est excusée : «Je suis désolé, je vous ai donné suffisamment d’informations. Je ne peux rien vous dire de plus.»

Le joueur pourrait être Seydou Keïta

A travers cette enquête que nous avons menée hier, il se pourrait que ce soit le joueur Seydou Keïta qui a versé cette somme colossale à Anjorin Moucharafou, le président de la Fédération béninoise de football. D’après les informations que nous avons eues auprès de certains journalistes maliens sur les relations des joueurs avec la fédération, notamment leur attachement aux Aigles, on nous a fait savoir que ça ne pourrait être que Seydou Keïta très attaché à l’Equipe malienne, et plus nationaliste par rapport aux autres joueurs. Donc, il y a de très fortes chances que ce soit lui.

Moucharafou joue double jeu pour gagner l’estime de toutes les parties
Récemment, nous avons cité Manuel Amoros qui aurait vendu la mèche aux Maliens. En effet, Amoros a bel et bien communiqué l’information à ses amis de la Fédération malienne, mais sans pour autant savoir que son ancien président, puisqu’il n’est plus sélectionneur des Ecureuils, ait déjà communiqué l’information moyennant une somme colossale. Quant à Moucharafou, il veut gagner les deux parties. A travers les déclarations faites au Buteur, il veut gagner l’estime des Algériens, particulièrement de Mohamed Raouraoua, après avoir surtout réussi à accrocher le Mali chez lui. Entre-temps, il a eu celle des Maliens, en leur vendant une information de taille qui va les relancer dans la course pour la qualification aux barrages.

La FIFA rendra son verdict d’ici au 1er août

Selon les informations en notre possession, le dossier du Mali se trouve sur le bureau du secrétariat de la FIFA. Cette affaire sera traitée dans les tous prochains jours. Selon les mêmes informations, la plus haute instance footballistique rendra son verdict au plus tard le 1er août. Une chose est sûre, c’est qu’on le saura bien avant le match Algérie-Mali, du 6 septembre prochain.
(Lebuteur.com)