Transfert : Abdel Fadel Suanon signe officiellement 5 ans à l’Etoile du Sahel.

Transfert

 

Alors qu’un accord sur un contrat de cinq ans avait été évoqué depuis décembre dernier. L’attaquant international béninois Abdel Fadel a signé officiellement son bail professionnel le lundi dernier le jour de ses 18 ans.

 

L’information a été officiellement annoncé sur la page facebook du joueur et sur le site du club. Abdel Fadel Suanon a signé son contrat de 5 ans , lundi dernier le jour de ses 18 ans en faveur de l’étoile du sahel en Tunisie. Arrivé à Sousse depuis décembre 2012, Abdel Fadel Suanon avait déjà convaincu le staff du club phare de la ville quelques mois plutôt. Il fais sa première apparition avec les espoirs lors d’un match amical contre un club de ligue 2 algérienne. Suanon réussi les débuts parfaits et marquant et permettant à l’Etoile du Sahel de s’imposer 2-1. Dans la foulée il se blesse au genou et sera opéré.

Suanon devrait être opérationnel pour la saison prochaine puisqu’il évoluera avec l’équipe première de l’Etoile. Rappelons qu’il était suivi par le club norvégien d’Honfoss BK et les français de Sochaux. Grosse révélation de la saison 2010-2011 sous les couleurs du Mogas dans le championnat béninois, Suanon avait inscrit 13 buts en 16 apparitions en Moovligue 1. De quoi déchainer les recruteurs de la planète , l’Etoile du Sahel réalise un gros coup en enrolant l’un des attaquants africains les plus prometteurs.

Transfert : Biaou quitte Cherbourg pour les Herbiers (CFA°

le milieu défensif international béninois David Biaou quitte Cherbourg relégué en CFA pour Les Herbiers un autre club de CFA. La saison écoulée en National (3e divsisio française) le joueur formé à Caen a disputé 17 matches avec les bleus de Cherbourg.

Transfert : Kodjia prété pour un an à Caen

Une nouvelle recrue pour le SM Caen. Après les arrivées de Ngolo Kanté et Dennis Appiah mardi, le Stade Malherbe a confirmé le prêt de Jonathan Kodjia en provenance du Stade de Reims ce mercredi. L’attaquant de 23 ans a été prêté pour un an où il portera le numéro 9. L’attaquant à se fier à son patronyme aurait des origines béninois. A vérifier!
(Footafrica365)

Critère de qualification pour les équipes représentatives :Fabien Farnolle rejouera-t-il encore pour les Ecureuils ?

 

Fabien Farnolle rejouera-t-il encore pour les Ecureuils ?

(Le Bénin échappe aux enquêtes de la Fifa)

Les nouveaux textes de la Fifa sont clairs et visent des pays légers en matière d’attribution de nationalité dans le football comme le Bénin. Fabien Farnolle ou encore Arsène Ménessou sont désormais quasiment disqualifiés…

Aubay

 

Fabien Farnolle absent face à l’Algérie à Porto-Novo, purgeait sa suspension. Il était donc normal qu’il ne soit pas aligné. Mais son cas est plus profond. Dimanche 16 juin à Bamako, face au Mali, Fabien Farnolle en principe titulaire habituel des Ecureuils n’a pas été aligné. La raison ? Les nouveaux textes de la Fifa. L’instance faîtière du football béninois a décidé de lutter contre les naturalisations fantaisistes, les « recrutements » de mercenaires pour les sélections nationales. Les Statuts de la FIFA en leur Règlement d’application des Statuts (Édition : juillet 2012) évoquent des points précis à leur chapitre III, «Qualification en équipe représentative».

« Un joueur que sa nationalité autorise à représenter plus d’une association en vertu de l’art. 5 peut ainsi participer à un match international pour le compte de l’une de ces associations uniquement si, en plus d’avoir la nationalité de cette association, il remplit au moins l’une des conditions à savoir être né sur le territoire de l’association concernée (dans ce cas, le Bénin), sa mère ou son père biologique est né(e) sur le territoire de l’association concernée, sa grand-mère ou son grand-père est né(e) sur le territoire de l’association concernée ou enfin, il a vécu sur le territoire de l’association concernée au moins deux années consécutives. Ce qui n’est ni le cas du martiniquais Fabien Farnolle encore moins celui de l’ivoirien Arsène Ménessou. Les deux mercenaires « recrutés » par le Bénin pour porter ses couleurs depuis fin février 2012 pour le premier, et juin 2011 pour le second. On comprend mieux pourquoi les deux n’ont pu honorer leur sélection face au Mali. Le premier est à regretter, le deuxième ne nous manquera pas, franchement pas au vu de ses approximations sur le terrain. Leurs absences ont profité à deux béninois formés au pays à 100%. Saturnin Allagbé dans les buts et Fousséni Lazadi au poste d’arrière droit. Qui a dit que la formation béninoise ne portait pas de fruits !

Et les autres ?

A ce petit jeu, Mouri Ogunbiyi d’origine nigériane, mais ayant vécu 5 ans au moins au Bénin n’est pas concerné. Pas plus que Razack Omotoyossi (nigérian) ou encore Stéphane Sessègnon, Pascal Angan et Abou Maïga (ivoiriens) qui eux aussi ont vécu deux années consécutives au moins au Bénin. Qui alors est concerné ?

Boco ? Adéoti ? Imorou ? Non ! Ils ont au moins un parent béninois en témoigne leurs noms, et n’ont pas eu besoin de « renaître » dans un village béninois pour évoluer au sein de la sélection nationale. Et Rudy Gestede ? Non plus. On croit savoir qu’il a un parent béninois.

Voilà une affaire qui servira de leçon à la fédération béninoise de football. Et puis, un Etat sérieux ne paye pas des mercenaires pour porter ses couleurs, il ne dribble pas les lois sur la nationalité pour hisser en sélection nationale des joueurs qui n’ont aucune fibre ; aucune racine dans le pays et qui surtout qui n’y ont jamais vécu. La leçon vient de la Fifa, et cette fois, elle sera sue. On n’a pas le choix !

 

Retrouvez l’intégralité de la loi sur la nationalité ici!. (http://fr.fifa.com/mm/document/affederation/generic/01/66/54/21/fifastatutes2012f.pdf

Ecureuils : Tchomogo sélectionneur ? C’est trop tôt!

 

Il n’avait jamais dirigé une équipe de football, sa première c’était le dimanche dernier à Bamako. Omar Tchomogo a débuté sa précoce carrière d’entraineur par l’équipe nationale et un nul à l’extérieur. Mais c’était juste un intérim !

Géraud Viwami

Le résultat nul obtenu à Bamako sous les ordres d’Omar Tchomogo , fait déjà rêver , les fans de l’ancien buteur des Ecureuils qui voit déjà en lui le successeur parfait de Manuel Amoros. N’allons pas vite en besogne.

Un poste de sélectionneur n’est pas une mince affaire. Si la Cote d’Ivoire en recrutant Lamouchi à prouver que le facteur expérience peut être mis de côté. Il est une évidence que celui de la compétence est indéniable. Un bon entraineur quel que soit son niveau a d’abord de bons diplômes. Le vécu de footballeur ne remplace pas les acquis requis pour le métier. Sinon pourquoi Zinédine Zidane passe ses diplômes ?

Omar Tchomogo n’a pas encore les diplômes requis même pas un UEFA B pour oser s’asseoir de façon confirmée sur un banc de touche d’une sélection nationale A.  . A 36 ans, sans aucune expérience d’entraineur  il a encore beaucoup à apprendre, lui qui joue encore en DH en France au Fc Montélimar. S’il veut réellement faire carrière sur le banc, il devra vite retrouver ses calepins et passer ses diplômes à temps. Toutefois il reste très utile dans le staff  où il exerce depuis décembre 2009 notamment pour son rôle d’éclaireur auprès des néo-internationaux lui qui disputé les deux premières CAN du Bénin en 2004 et 2008.

Le nul obtenu à Bamako est certes un bon résultat mais c’est aussi l’arbre qui cache la forêt comme souvent au Bénin. Une sélection nationale se bâtit sur des années sur un projet bien précis avec une génération de joueurs formés au préalable avec les profils adaptés.

En attendant dans les semaines à venir ou plutôt après les remous à la fédération , le Bénin va encore se chercher un sélectionneur national.

 

Une direction technique digne du nom

Au lieu de faire l’inutile comparaison entre Amoros et Tchomogo sur deux matches, il serait plus bénéfique de fonder une direction technique nationale digne du nom. Le Bénin ne manque pas de talent mais de politique détection, de formation et de suivi des joueurs.

Au Bénin, on a souvent tendance à assimiler la direction technique national au seul directeur technique alors que qu’il doit avoir équipe de techniciens qualifiés pour faire un travail de fond. Il est clair qu’o doit repenser notre football , les élections approchent à la fédération , le futur bureau à deja sur pain sur la planche.

Mali – Bénin 2-2 : Les Ecureuils freinent les aigles

Alors que le Bénin n’avait plus rien à gagner dans ces éliminatoires du mondial 2014, les Ecureuils ont tout de même réussi un nul 2-2 hier dimanche à Bamako face au Mali. Pour la première d’Omar Tchomogo sur le banc, le Bénin a eu le privilège de mener deux fois au score grâce à Sèssegnon et Omotoyossi. Les aigles ont égalisé dans un premier temps par Mamadou Samassa sur pénalty. Mené à la pause 2-1, les locaux arracheront le nul 2-2 grâce Cheikh Diabaté le bordelais. A noter la première titularisation du gardien de l’Aspac , Saturnin Allagbé avec les A. Le Mali ne pourra plus rattraper l’Algérie déjà qualifié pour le tour suivant qui compte désormais 12 à une journée de la fin des éliminatoires. Le Bénin totalise 5 points.
Le onze entrant béninois: Allagbé- Salomon (Olou), Adéoti , Imorou , Fousséni- Tchomogo seidath, Koukou , Dossou (Angan) , Sèssegnon- Omotoyossi, Gestede (Aoudou)

Transfert : Poté en Bundesliga la saison prochaine ?

L’attaquant international béninois du Dynamo Dresde, Mickaël Poté, a été approché par plusieurs clubs, dont le Fortuna Düsseldorf.
Mickaël Poté pourrait bien changer d’air cet été, à en croire les informations du journal Bild. L’attaquant béninois serait dans le viseur de plusieurs clubs, tels que Sankt Pauli, Kaiserslautern ou le Fortuna Düsseldorf. Ce dernier aurait même déjà fait une offre pour racheter les deux saisons restantes au contrat de l’ancien Niçois. il a tout de même de fortes chances d’évoluer en première division allemande la saison prochaine.

(Footafrica365)

Maroc: Le club de Mohammed Aoudou relegué en deuxième division

Le COD Meknès de Mohammed Aoudou n’a pas pu sauver sa saison en première division marocaine. Le nul 2-2 enregistré lors de la dernière journée contre KAC Kenitra adversaire direct dans la course au maintien, n’a pas arrangé les choses. Meknès va finir à la 15e place , premier relégué avec 25 points, à deux points de Kenitra. Aoudou et les siens seront suivi de Raja Beni Melal en seconde division.

Transfert: Yannick Aguémon atterit à Vannes

Formé à Toulouse où il n’aura jamais sa chance dans le groupe pro, Yannick Aguémon vient de s’engager pour deux saisons avec Vannes en National. Ce milieu offensif ou attaquant franco-béninois avait signé l’été dernier un contrat professionnel d’un an avec le club de la ville rose. Mais Alain Casanova , le ,coach toulousain n’a jamais cru en lui. Aguémon devra s’aguerrir en National , à 21 ans il a plutôt intérêt pour faire décoller sa jeune carrière.

Transfert : Yoann Djidonou rejoint Olou à Romorantin

Le gardien international béninois Yoann Djidonou auteur de 33 matches sous les couleurs de Mulhouse en CFA quitte le club pour Romorantin un autre club de CFA où évolue déjà un béninois , Oscar Olou. A 27 ans Djidonou va connaitre son troisième club en CFA après l’Entente SSG , Red Star, Libourne et Mulhouse sur les deux dernières saisons.!

Ecureuils: Omar Tchomogo sera sur le banc contre le Mali.

Suite au départ de Manuel Amoros de la tête de la sélection en fin de semaine dernière , ce sera Omar Tchomogo qui conduira l’équipe contre le Mali à Bamako. L’ancien capitaine de la sélectionneur va connaître une première, lui qui était precedemment assistant dans le staff d’Amoros.

Amoros mis à l’écart par Anjorin

Au lendemain de la défaite des écureuils face à l’équipe nationale d’Algérie, nous apprenons la mise à l’écart du sélectionneur Manuel Amoros par le président de la FBF Anjorin Moucharaf. C’est Oumar Tchomogo et Jonas Bidé qui vont conduire les Ecureuils dimanche prochain a Bamako. La décision est intervenue en fin de journee à Porto-Novo, dans le camp de base des Ecureuils.

Manuel Amoros annoncé à la Js Kabylie aurait deposé, selon plusieurs sources, sa démission. Il réclamerait selon certaines sources, trois mois de salaires. Cette mise à l’écart pour un match de qualification à la CM est donc une aubaine pour le technicien francais qui pourra non seulement filer en Algérie, mais par la même intenter un procès contre la fédération béninoise auprès des institutions de la Fifa.

Algérie – Bénin : Les notes , les tops et les flops

 

Dimanche dernier à Porto-Novo, les Ecureuils ont essuyé une défaite cruciale.  Voici les tops et les flops des Ecureuils.

Les notes des joueurs

Seuls les joueurs ayant disputés au moins une demi-heure sont notés.

Bèménou 3 : un joueur sans compétition pas besoin de loupe pour le savoir pour un gardien c’est encore plus simple. Bèmenou est passé à côté de son match, très en retard dans ses sorties notamment sur le premier  et le troisième où il n’anticipe pas assez tôt. Aussi a noté ses prises de balle très hésitantes malgré ses deux parades réalisées par mi-temps.

Fousséni 5.5 : Ce n’était que sa deuxième apparition et il a fait beaucoup mieux que face à la Cote d’ivoire à Accra en mars 2011. Discret et efficace défensivement, le petit lutin de l’Aspac a même apporté la solution offensive en prenant son flanc.

Adéoti 5.5 : Son manque d’autorité sur la défense a laissé trop d’espaces à l’adversaire. Une chose est d’être bon, mais il faudra qu’il soit un vrai patron.

Badarou 5 : Sa puissance physique et son engagement dans les duels lui ont permis de s’imposer face aux attaquants algériens. Son manque d’expérience s’est fait ressenti dans ses relances et aussi sur le rouge écopé à la 67e. Bon match dans l’ensemble

Adjamossi 4.5 : régulièrement mis en difficulté sur son coté par les véloces attaquants algériens. Il n’a pas eu un match tranquille défensivement et n’a rien apporté offensivement à l’équipe.

Koukou 5 : Comme à son habitude le niortais a beaucoup couru dans l’entrejeu pour remplir sa tache défensive. Coupable d’une faute de marquage sur le deuxième but.

Angan 4.5 : replacé dans un rôle de relayeur assez bas, il a touché beaucoup de ballons évitant à l’équipe de jeter comme souvent. Mais il a manqué d’explosivité sur certaines phases et péché par excès de confiance sur d’autres.

Boco 3 : Un corner et un coup franc obtenu, pour un milieu offensif droit en 80 minutes c’est maigre, très maigre. Un match à oublier même s’il a été utile dans le repli défensif qui n’était pas sa tâche première

Dossou 6 : titulaire contre toute attente il était dans son match. Virevoltant, généreux dans l’effort, il a beaucoup entrepris dans le match. Sans aucun doute le joueur le plus actif coté béninois. Pour une première c’était plus qu’acceptable

Sèssegnon 5.5: Une passe décisive et une grosse occasion en première mi-temps. Ainsi se résume le match du capitaine des Ecureuils qui a eu du mal à secouer la défense adverse.

Gestede 5.5 : Un but puis rien.  Il n’était pas à cent pour cent et cela s’est ressenti, il s’est éteint au fil des minutes.

 

Ecureuils: Le miracle n’a pas eu lieu

 

Pour sa quatrième sortie dans les éliminatoires du mondial 2014, le Bénin n’a pas pu créer la surprise face à l’Algérie à Porto-Novo. Comme à l’aller Gestede a marqué pour les Ecureuils et comme à l’aller les fennecs se sont imposés 3-1. L’Algérie prend une bonne option pendant que le Bénin n’a plus de chance.

 

Les buts

31e minute : Coner tiré par Sèssegnon à droite, c’est dégagé par la défense algérienne. Le cuir revient sur le capitaine béninois qui dépose un centre millimétré sur la tête de Gestede qui ouvre le score. L’attaquant de Cardiff inscrivait ainsi son deuxième en autant de sélection. Le stade jubile et explose de joie.

38e minute : Guedioura mets une balle en cloche derrière la défense béninoise, Bèmenou tarde à sortir, Slimani profite pour mettre un lob limpide. 1-1  l’Algérie égalise, le stade est muet.

42e minute : coup franc décalé à droite pour les Algériens. Lacen dépose un centre chirurgical sur la tête de Slimani au second qui signe son doublé de l’après-midi. 2-1, les supporters béninois se fâchent  dans les tribunes.

80e minute : Koukou perd un ballon dans l’entrejeu, le contre algérien sera fatal. Ghilas file seul au but et va battre Bèmenou d’un tir croisé à de terre. Le stade se vide.

 

Autres temps forts

15e minute : Soudani est servi dans les six mètres. Bèmenou sort dans ses pieds le cuir roule vers les buts, heureusement que Fousséni dégage son camp.

34e minute : Sèssegnon s’offre un slalom de grande qualité dans la surface mais son tir du pointu est claqué en coner par Mbholi.

 

L’Algérie était plus forte

Le miracle attendu par le peuple béninois n’aura pas eu lieu. Le beau temps de Porto-Novo n’a sourit qu’aux visiteurs. Le début de match est largement à l’avantage des algériens qui sont pressants. Derrière les béninois vont beaucoup entreprendre. Angan en position de relayeur ose beaucoup dans la construction, pendant que Dossou anime bien son flanc. Malgré l’ouverture du score de Gestede  le  Bénin va couler.  Les algériens ont eu les ressources pour revenir et dominer le match. Derrière le Bénin à manquer de moyens pour riposter, Amoros a été trop hésitant dans son coaching.  Et l’expulsion du jeune Nana Badarou à la 67e minute n’a pas arrangé les choses.

L’animation offensive béninoise a été trop approximative face à une défense algérienne bien regroupée autour du capitaine Bougherra. Et devant les petits gabarits verts ont régulièrement mis la défense en difficulté comme sur l’expulsion de Nana Badarou obligé de faire faute. Les fennecs étaient plus forts et méritent amplement leur succès. Comme à l’aller ils s’imposent et conservent la tête du groupe.

Feuille de match

Eliminatoire mondial 2014

Stade : Charles de Gaulle

Bénin-Algérie 1-3

Gestede 31e pour le Bénin , Slimani 38e et 42e , Ghilas 80e

Expulsion : Nana Badarou 67e

Bénin : Bèmenou – Badarou, Adeoti, Fousséni , Adjamossi- Koukou , Angan (Olou), Boco (Sossa) , Dossou (Omotoyossi)- Sèssegnon , Gestede

Algérie : Mbolhi- Mesbah , Bougherra, Medjani , Belkalem- Mostefa, Taider , Lacen , Feghouli- Soudani , Slimani

Benin-Algérie: Le résumé moyen format

Le Bénin a perdu lors de a 4eme journée des éliminatoires du mondial. Le Benin a ouvert le score par Gestede sur un centre de Sessegnon. Derrière Slimani va s’offrir un doublè 38e puis 42e. Le Benin sera reduit á 10 suite á l’expulsion de Nana Badarou á la 67e. A dix minutes du terme Ghilas va planter le 3e but des fennecs. L’Algérie conserve la tête du groupe, le Benin n’a plus de chance de se qualifier.

Ecureuils: La compo contre l’Algérie.

Bjfoot vous dévoile en exclusivité la compo des ecureuils contre l’Algèrie. Dans les but, Bemenou est titularisé en l’absence de Farnolle suspendu. En défense trois changements notables. A droite Menessou blèssè, Fousseni de l’Aspac va dèmarrrer. Dans l’axe Nana Badarou de l’Aspac va connaitre sa première sous les couleus nationales. A gauche Adjamossi a été préféré á Imorou. Au milieu pas grandes surprise hormis la titularisation de Dossou. Angan ,Boco et Djiman aussi sont alignés. Devant Sessegnon jouera juste derrière Gestede.

Ecureuils: Menessou touché á la cheville.

L’arrière droit des ecureuils Arsène Mensessou est touché á la cheville. Le joueur de la Louviere Centre sera inapte face á l’Algèrie cet après-midi. Fousséni Lazadi de l’Aspac devrait être aligné sur le flanc de la défense.

Ecureuils: Gestede revient et sera disponible.

Après avoir quitté le groupe mercredi dernier , Rudy Gestede est de retour à Porto-Novo et sera bien disponible contre l’Algérie. L’attaquant se serait rendu à Paris juste pour consultation auprès de son médecin. Les nouvelles sont donc rassurantes. L’ex-messin sera bien disponible.