Préparation d’Algérie – Bénin du 24 mars prochain : Les Ecureuils en Arabie Saoudite puis à Oman : Pourquoi des sélections fictives ?

Ecureuils du Bénin, encore des errements…

 

L’équipe d’Oman encadrée par le français Paul Leguen a dominé les Ecureuils de Manuel Amoros 2-0 hier à Oman. Après l’Arabie Saoudite Espoirs en novembre, la sélection béninoise semble fan de ce genre de rendez-vous à la sauvette sans aucune préparation…

Aubay

« Tu n’es pas en forme ! Et pourtant, tu m’avais dit que c’était le cas quand avant le match je t’avais posé la question ! » Ces propos d’un technicien du staff national rapportés par un attaquant ayant pris part au voyage des Ecureuils bis à Ryad en novembre dernier illustrent bien la supercherie. La sélection béninoise se fait au téléphone désormais ! Une invention béninoise. On bat de nouveaux records avec pourtant deux sélectionneurs français… Manuel Amoros, malgré une carrière exceptionnelle de footballeur s’égare peu à peu dans les dédales de l’impréparation à la béninoise…Comment jouer un match amical à 5.000 kilomètres de sa base, sans aucun entraînement, avec des joueurs sans club et des locaux sans entraînement ? La question mérite d’être posée. A la sauvette, onze joueurs sont embarqués vers le Golfe arabe, via Lagos au Nigeria pour disputer un match tous frais payés. Là-bas, ils sont rejoints par quelques autres résidents en Europe, mais pas forcément en compétition. Après 5 mois sans boulot, c’est donc à ça que se sont confinés Nicolas Philibert et Manuel Amoros. C’est malheureux qu’ils acceptent cela. C’est encore plus inquiétant quand on sait que le prochain adversaire du Bénin est l’Algérie qui compte tellement de joueurs de qualité dans les championnats européens qu’on se demande si les Ecureuils ne sont pas déjà partis perdants. En 10 mois au Bénin, les deux techniciens français se sont bien tropicalisés, épousant des pratiques, qu’ils critiqueraient avec force conviction dans leur propre pays. C’est affligeant. Amoros conduisant une sélection senior face à l’Arabie Saoudite Espoirs ! Pendant que dans le même temps, la vraie sélection saoudienne jouait l’Argentine. Le Bénin n’est pas une sous-sélection parce qu’il accepte cette invitation. Mais le pays de Sessègnon devient une sélection sans zone quand il se présente sans entraînement avec une sélection de joueurs « amis » des coaches et qui finissent par perdre 0-3 contre des Espoirs.

Celui qui s’est battu pour obtenir les deux matches face à l’Arabie Saoudite et à Oman a pensé au match capital contre l’Algérie le 24 mars 2013 comptant pour la coupe du monde 2014. Ceux qui ont coaché l’équipe ont pensé à tout, sauf à ce match. Ils ont pris en compte d’autres paramètres. Des affinités. Sans plus. Et pourtant, ce sont là deux occasions de préparer le match de l’Algérie avec sérieux. Ils laissent passer ces opportunités alors qu’il n’y en aura plus d’autres avant le fatidique 24 mars à Alger. C’est dommage. Et pour un pays pauvre qui débourse 8 millions de francs Cfa par mois pour les deux techniciens, et les loge dans une villa de luxe en bord de mer, c’est cruel…

Aubay

 

 

Auteur : Rolland

journaliste sportif...

3 réflexions sur « Préparation d’Algérie – Bénin du 24 mars prochain : Les Ecureuils en Arabie Saoudite puis à Oman : Pourquoi des sélections fictives ? »

  1. Personnellement, Amoros ne me surprend pas, et je pense qu’il confirme tout le mal qu’on pensait de lui en le recrutant. Coup de chapeau à ceux qui l’avait fait en son temps. Bravo chers messieurs d’avoir dénicher un apprenti au parcours très modeste et qui ne fait que multiplier les frasques depuis son arrivée au Bénin.

    En convoquant pour trois match de suite un groupe de 19 joueurs au moments où des nations de football bien plus huppées comme le Cameroun ou la côte d’ivoire avec des joueurs de qualité en appelle 23.

    En oubliant au passage d’inscrire sur sa liste le meilleur joueur béninois en sélection depuis dix ans (avis personnel) pour cause de fatigue quand on sait qu’il a joué deux fois moins qu’un Messi.

    En titularisant un certain BOCO Romuald au plus bas de sa forme dans l’ultime match donnant accès à la grande messe du foot africain mais aussi et surtout en refusant de le sortir malgré les multiples rappels de son staff et du public. Alors que retenir de ce vendeur de gnanmakou? Rien de spécial à part le fait qu’il soit un intellectuel au cerveau du têtard malgré son parcours respectable de footballeur.

    Pour finir, je pus vous assurer que tous les entraineurs de notre ligue 1 ont plus de niveau que ce monsieur qui broute allègrement l’argent du contribuable béninois.

    Chers décideurs arrêtez le massacre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *