Afrique de l’Ouest : Lagos, carrefour du foot-business, quel part pour le Bénin ?

Le marché du foot n’est pas celui du ministère des sports à travers lequel l’Etat peut injecter des milliards sans retombées probantes. Il s’agit d’institutions, de structures et de transactions financières, de modèles économiques comme dans tout domaine où la rentabilité est calculable et réelle. A Lagos, on a parlé de développement du foot avec la crème du foot africain et même mondial, sans le Bénin…

Aubay

Jeudi 27 et vendredi 28 septembre se tenait la grand-messe des décideurs du football. Ce séminaire international hébergé par l’Etat de Lagos, tout près, n’aura vu la participation d’aucun béninois de la haute sphère du football national. Et pourtant, ils sont nombreux à dépenser (malheureusement, au lieu d’investir) leur argent sans compter dans le football, en espérant qu’un jour, ils pourraient récupérer quoi que ce soit. En général, ils finissent déçus et délaissent les clubs, au mieux, ils finissent dans la fédération de foot, devenant ainsi des otages d’un système qu’entre-temps ils ont combattu. Voilà qui vient nous enseigner que le football béninois n’est pas encore entré dans une ère de planification, de production et de gains. A Lagos, c’est le gratin du foot-business (n’ayons pas peur de cette expression) qui s’est rassemblé deux jours durant. Tous les aspects du football ont été abordés. De la formation au monde professionnel, de la rentabilité des clubs au statut des joueurs professionnels, l’Afrique de l’Ouest  a eu un regard franc de spécialistes locaux et mondiaux sur son football. Une sous-région parmi les plus rayonnantes à travers les performances des sélections nationales et des talents dans le monde, mais aussi un des moins structurés au vu des performances faméliques des clubs de cette région, sur la scène africaine.

Des approches de solutions, des expériences sont partagées, si près du Bénin, mais si loin de nos pratiques. Le football ici reste associatif et l’Etat est une pompe à fric…au moment où à côté de chez nous, cette entreprise qui paye ses impôts à l’Etat tente de devenir une vraie industrie de développement.

 

Développement du football en Afrique de l’Ouest

Ce qu’il s’est passé à Lagos

Selon le site anglophone footballinsider, vendredi dernier, la capitale économique du Nigeria aura abrité un important événement du foot-business. Après deux jours passés à apprendre et comprendre, à établir des relations et à faire du foot-business, « nous sommes fiers d’annoncer que l’événement fut un énorme succès».

Selon les premières estimations 600 délégués étaient attendus au séminaire en comptant les autorités officielles, les membres de fédérations, des légendes du football, et plus de 40 marques parmi les plus prestigieuses au monde. Ces dernières apportant ainsi beaucoup d’opportunités pour développer de nouveaux contacts et relations d’affaires. Il y avait un taux de 75% de nigérians contre 25% de représentants de firmes internationales capables d’aider au développement du football en Afrique de l’Ouest, relève footballinsider.

Parmi les figures du football africain et mondial présentes, on peut citer le vainqueur du mondial 1998 et ex-joueur du Real de Madrid, Christian Karembeu et l’ex-défenseur ghanéen du Bayern de Munich, Sammy Kuffour. Les anciens internationaux nigérians Sunday Oliseh, Taribo West, Mutiu Adepoju, Samson Siasia et l’actuel sélectionneur des Super Eagles Stephen Keshi ont été parmi les invités présents qui ont illuminé l’événement.

Réalisé et traduit de l’anglais par Aubay

 

Encadré1 : Ils parlent de l’événement

Babatundé Raji Fashola, Gouverneur de Lagos

« Accroître l’économie et le développement du football»

Le gouverneur de l’Etat de Lagos, son excellence Babatundé Raji Fashola a souligné que la firme organisatrice de l’événement, « Soccerex ouvrira ainsi Lagos comme une destination du football, et aidera à accroître l’économie et le développement du football local et dans la région.»

 

Seyi Akinwunmi, Lagos State Football Association (Lsfa)

« Deux sponsors majeurs décrochés… »

Seyi Akinwunmi tout en se réjouissant que l’événement crée des emplois au Nigéria, précise que le Séminaire de Lagos sera au moins jusqu’en 2015 un rendez-vous régulier chez notre voisin de l’Est.

« Nous avons permis à des personnes de se mettre en contact dès la première édition. Les légendes et les experts de l’industrie du football ont engagé des discussions franches, ce qui a été très instructif», relève le patron du foot de l’Etat de Lagos.

Il poursuit : « Nous avons déjà eu deux potentiels sponsors majeurs pour différents projets, ce qui pour nous est un début intéressant.»

«Nous sommes certains qu’après les 4 prochaines années, Soccerex placera forcément Lagos comme un pôle important du tourisme footballistique et de l’industrie global du football. Nous sommes sur la bonne voie », assure Seyi Akinwunmi.

 

Duncan Revie, le patron de Soccerex, firme organisatrice

«Bâtir un succès pour le développement du football à travers l’Afrique de l’Ouest »

Duncan Revie, le fondateur de Soccerex confie que le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique, représente un marché à croissance rapide dont le potentiel  énorme pour l’industrie du football.

Il souligne : «il y a une énorme passion pour le football dans la région, mais l’industrie du football reste à développer et a donc besoin qu’on y apporte des formules modernes, tout en respectant les programmes nationaux de développement du football, et c’est là où, nous espérons être capables d’aider.»

«C’est une excellente plate-forme pour Lagos, le Nigéria et l’Afrique de l’Ouest. Un grand départ plein de promesses pour l’avenir.»

Le séminaire de Lagos a été un énorme succès. » Tout en remerciant le gouverneur de l’Etat de Lagos, il dira avoir ainsi « conclu un grand pacte pour le football ouest-africain et des amitiés durables avec des partenaires au Nigéria. En analysant l’affluence et le feedback, le séminaire de l’année prochaine sera plus grand et meilleur. Ce qui nous aidera à bâtir à terme un nouveau succès pour le développement du football à travers l’Afrique de l’Ouest», a-t-il conclu.

 

Sunday Oliseh, capitaine des Super Eagles au mondial 1998

« Je pense que la clé du succès est dans l’organisation et le développement structuré. Nous devons voir grand, poser des standards plus élevés parce que le football a évolué. La différence entre l’Europe et l’Afrique est que le développement du football en Afrique est basé sur le talent individuel. Nous devons trouver le moyen de mettre en place des programmes pour encadrer et faire progresser les footballeurs dès leur plus jeune âge.»

Réalisé et traduit de l’anglais par Aubay

 

Encadré2

Un projet à long terme et un tournant pour le Nigeria

Pour notre confrère Oluwashina Okeleji de Bbc Sport, les espoirs sont grands désormais après le séminaire de Lagos qui relancera l’intérêt pour les amoureux du football au Nigeria.

«Amener les décideurs du football africain et leurs partenaires à travers le monde, à faire plus d’affaires que c’est le cas actuellement.

«Pour les co-organisateurs de la Lagos State Football Association (Lsfa), le séminaire peut aider au développement du football dans la région, au vu l’énorme succès de l’événement.»

«C’est un projet à long terme mais avec cette première édition, nous avons réussi notre essai», a confié à Bbc Sport le président de la Lsfa, Seyi Akinwunmi.

Avec la présence des représentants de clubs de football et les sociétés spécialisées dans le sport à travers le monde, tout comme les agences de management, les consultants, les sponsors et les équipementiers, la firme Soccerex est perçue comme « le lieu » des contacts et des accords de partenariats sur la planète football, relève notre confrère de Bbc Sport.

Réalisé et traduit de l’anglais par Aubay

 

Auteur : Rolland

journaliste sportif...

1 pensée sur “Afrique de l’Ouest : Lagos, carrefour du foot-business, quel part pour le Bénin ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *