Ecureuils : Ne pas griller nos cartouches

 

Après un exploit réalisé dimanche dernier face au Mali, les Ecureuils regardent déjà du côté du Rwanda. L’équipe a quitté Cotonou mardi pour rallier Kigali via une escale. Dimanche dernier, le match a été très rude, un derby à la hauteur des attentes côté béninois. La victoire historique a été obtenue dans la douleur avec des joueurs touchés physiquement. Amoros a aligné tous ses atouts, en spéculant une bonne première mi-temps. Cela lui a réussi. Bien joué ! Le match au Rwanda reste quand même une autre partie annoncée comme étant très difficile. Battu 0-4 par l’Algérie, le Rwanda qui a affronté deux fois le Bénin depuis 2010 sait à quoi s’attendre. Deux défaites de suite, cela reste une hypothèse dure à avaler côté rwandais. Côté béninois, l’euphorie d’une victoire ne devrait pourtant pas nous emmener à nous emballer et perdre de vue notre priorité : la Can. Deux facteurs sont à prendre en compte. Le match nul obtenu par l’Ethiopie (adversaire du Bénin pour la 2e manche des éliminatoires Can) contre l’Afrique du Sud (1-1) et la rage des rwandais à arracher un bon résultat devant leur public. Le premier facteur nous oblige à reconsidérer notre point de vue sur la réception de l’Ethiopie annoncée comme facile. Le deuxième facteur nous oblige à savoir gérer le groupe, Sessègnon notamment. La Can étant la priorité, exposer Sessègnon dans un match rugueux comme contre le Rwanda serait une façon de sacrifier nos chances pour la Can. On n’a beau se dire que les blessures de Sessègnon et Ménessou ne sont pas graves, il est quand même important de préserver nos meilleurs atouts.

Le match le plus important de ce mois de juin, reste celui face à l’Ethiopie, car la coupe du monde 2014, reste encore une longue aventure.

Aubay

 

Auteur : Rolland

journaliste sportif…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *