Les Maliens attendus à Cotonou, ce jeudi nuit

Emmenés par son emblématique joueur du FC Barcelone, Seydou Keita, les Aigles du Mali, devrait rallier la capitale économique Béninoise dans cette nuit par un vol régulier en provenance de la France. Le Mali affrontera le Bénin ce dimanche dans le cadre de la première journée des Éliminatoires du Mondial Brésil 2014. Dans l’autre match du groupe , l’Algérie accueillera le Rwanda à Blida.

Écureuils: Kobéna au repos, Fayémi, Fanou et Yolou à l’entrainement!

 

Manuel Amoros dispose désormais de son groupe au grand complet depuis le retour de Ouaga. Logé à Altantic beach Hotel, les Écureuils s’entraînent au stade de l’Amitié, où aura le lieu la réception du Mali, dimanche prochain.
Hier , le technicien français à pu voir tout son groupe a l’entrainement en présence d’un maigre public. Amoros après la traditionnelle étape d’échauffement a animé un exercice de conservation de balle sur un périmètre réduit avant de finir par une opposition dirigé entre l’équipe ayant été titulaire a Ouga et le reste du groupe.
Comme informations principales, Nouhoum Kobéna , dernier à rejoindre la troupe en provenance de la Finlande a été laissé au repos lors de la séance de ce jeudi après-midi.
Amoros a également , fait appel à trois nouveaux joueurs juste pour compléter le groupe pour la séance d’entrainement de ce jeudi après-midi. Il s’agit , des nouveaux champions du Bénin de l’Aspac, Gérard Yolou, Afissou Fayémi et Vincent Fanou, ces derniers ont donc rejoint leur domicile à la fin de la séance et non l’hôtel où le groupe est logé.

ZONE TECHNIQUE / Ecureuils : Entre équilibre défensif et offensif

 

Le match contre le Burkina Faso peut satisfaire certains, mais restons prudents, car le Mali n’est pas du même acabit et reste un adversaire très costaud, presque un ennemi intime.

Aubay

Dans la plupart des catégories d’âge, le Mali et le Bénin, ça reste une histoire compliquée. Plusieurs matchs nuls, et en général des victoires maliennes ponctuent nos souvenirs. Comment faire pour rompre avec ce cycle qui dure depuis des décennies ? La tactique et la qualité individuelle des joueurs peuvent être une piste. A la veille de ce énième Bénin – Mali, nous revenons sur les aspects du jeu à améliorer pour espérer s’en tirer à bon compte dimanche prochain.

Le jeu pratiqué face au Burkina Faso montre bien que le projet est encore en chantier. Premier aspect, la défense et la tactique défensive.

 

Défendre avec les excentrés…

Un bon gardien certes, mais une défense à retrouver. Adénon-Adéoti. La charnière centrale est inédite et doit être la 6e utilisée en 18 mois. Dans ce secteur de jeu, la sélection se cherche. Les automatismes ne vont pas se créer du jour au lendemain. Pour y pallier, plusieurs pistes sont possibles pour le sélectionneur. Stabiliser le milieu de terrain et l’amener à soutenir la défense. Dans le match face au Burkina Faso, l’équipe béninoise a été très souvent avec une défense basse à laquelle Sessègnon et Koukou s’ajoutaient pour récupérer les ballons dans l’entrejeu. Mais la défense n’est pas l’affaire de 6 personnes. C’est bien plus une démarche collective. Le traumatisme collectif que nous avons subi face à la Côte d’Ivoire le 6 juin 2011 devrait nous édifier. Les deux excentrés doivent être des guerriers prêts à soutenir les latéraux. Doubler, voire tripler les côtés pour s’assurer que les excentrés adverses ne nous submergent pas. Ceci est l’une des clés du match du dimanche face à une équipe malienne plus athlétique que celle du Bénin.

 

Milieu de terrain, les bonnes passes sont rares

L’équipe béninoise n’a pas aligné plus de 6 passes offensives. Ceci est inquiétant, car quand on a Sessègnon et Bello Babatundé, on se doit de faire mieux. Le meneur de jeu de Sunderland a été discret dans le jeu. L’une des deux actions où on le voit donne un but. Ceci dénote de son importance dans le jeu. Mais est-ce forcément dans l’entrejeu ? Le débat habituel n’est jamais tranché. Sessègnon sur un côté, l’équipe gagnerait un récupérateur axial de plus. Mais aura-t-on la même fluidité dans le jeu ? Voilà des questions que les sélectionneurs ont du mal à trancher. Seul problème, dans un schéma en 4-4-2, Sessègnon en position de milieu axial, (pas en deuxième attaquant), c’est quasiment du suicide pour la défense béninoise. Le génial capitaine ne peut défendre durant 90 minutes. Il est appelé à porter l’équipe vers l’avant et à rester parfois aux avant-postes pendant que l’adversaire mène une offensive sur les buts béninois. en 4-3-3, avec 3 milieux axiaux, Sessègnon ferait un bon meneur, à notre avis.

 

Zone offensive : Gagner en talents, et perdre en tâches défensives ?

On a connu les 4 fantastiques version Dussuyer. A Ouaga, on a découvert les 4 fantastiques version Amoros. Avec autant de joueurs offensifs sur le terrain, l’avantage est que le danger peut venir de partout. De Razack Omotoyossi qui semble avoir retrouvé sa puissance et son envie, ou encore du ressuscité Poté qui à Ouaga a donné l’impression de vouloir faire rêver le public. Bello Babatundé (qui remplace Ogunbiyi dans nos esprits), adroit devant les buts et Sessègnon capable de tout.

Seulement voilà, dans le schéma défensif, ces 4 joueurs peuvent être des failles quand ils se mettent à marcher à chaque perte de balle. Autant contre une petite équipe comme l’Ethiopie dans deux semaines on peut se permettre d’aligner toute la puissance offensive, autant contre le Mali, on risquerait après chaque attaque béninoise, une contre-attaque malienne dangereuse. Manuel Amoros dans son projet de jeu devrait certainement dans un coin de sa tête penser à cet aspect important : l’équilibre de l’équipe. Entre schéma offensif et défensif. Au nom de cet équilibre, il serait donc étonnant que les 4 fantastiques jouent en même temps. L’expérience a prouvé que c’est seulement face à des équipes du type Rwanda que les fantastiques marchent. Devant les grandes équipes, on a plus perdu défensivement que gagner offensivement. L’exemple du match face à la Côte d’Ivoire reste vivace, avec Poté et Ogounbiyi qui laissaient tout seuls les latéraux.

Pour éviter ce type de scénario, l’équipe devrait jouer la prudence tactique en économisant un des 4, quitte à le lancer plus tard dans le match. Cela reste un avis…

 

 

 

 

Première édition de la Can de Maracaña Yamoussoukro 2012 : Le Togo s’offre le premier trophée

La place Jean-Paul II était bien calme en la soirée du dimanche 27 mai dernier. Et pour cause, la Côte d’Ivoire venait de fondre face au réalisme togolais. Une autre désillusion d’autres Eléphants qui partaient encore une fois avec la faveur des pronostics. Légitime puisque la Côte d’Ivoire, en senior, avait fait un parcours sans faute. Une série interrompue à l’épreuve du Togo plus solide. Un seul but a réduit à néant les efforts de deux jours de compétition. La joie était elle du côté Lomé qui accueillera le premier trophée de la CAN de Maracaña.

Les Vétérans ivoiriens sauvent l’honneur, le Bénin accueille la prochaine édition
La victoire de la sélection des “vieux“ Eléphants engrangée en finale de la catégorie des Vétérans face encore au Togo a quelque peu soulagé les spectateurs de Yamoussoukro. C’est au prix de deux buts que Soro Jean et ses coéquipiers ont gardé l’honneur de la Côte d’Ivoire. Même si le Bénin a finit 4è au niveau des deux catégories, il n’en demeure pas moins que la prochaine édition aura lieu à Cotonou en 2013. Il faut également noter la décoration de Sébastien Ajavon par le gouvernement ivoirien lors de cette compétition. Il a reçu le prix du meilleur mécène du football dans son pays en Afrique de l’Ouest. Belle récompense donc pour le Bénin au niveau de cette compétition. Vivement que les deux trophées restent à Cotonou en 2013.

Ecureuils : Retour de Ouagadougou par voie aérienne

Arrivé à Ouagadougou par voie terrestre pour y affronter les Etalons du Burkina Faso en amicale samedi dernier, les joueurs de l’équipe nationale ont émis le souhait de ne plus faire le trajet retour dans les mêmes conditions sans quoi ils paieraient de leur poche les billets pour effectuer le déplacement sur Cotonou. Une menace qui a été pris au sérieux car après la rencontre qui s’est soldé par un score nul de (2-2), les Ecureuils sont rentrés à Cotonou par voie aérienne dans l’après-midi du lundi. Une bonne chose car prendre par la route une fois encore serait suicidaire pour les joueurs.

De retour de Ouagadoudou, les Ecureuils reçoivent la visite de Didier Aplogan

Revenu de Ouagadougou dans l’après midi du lundi, les Ecureuils ont reçu à leur hôtel la visite du Ministre des Sports Didier Aplogan venu pour galvaniser la troupe et leur demander de battre le Mali dimanche prochain. Il était en compagnie du Président de la Fbf, Anjorin Moucharaf et l’un des vice-présidents de l’institution, Augustin Ahouanvoèbla. Suivez ici quelques réactions après la rencontre.

Didier Aplogan, Patron des Sports « Nous sommes venu les voir pour leur doper le moral. Nous les avons demandés de gagner la rencontre de dimanche prochain face au Mali pour faire plaisir au peuple béninois. De notre côté, on va essayer de jouer notre partition pour que la victoire soit collective. Je les ai trouvés serein, confiant, tous motivé et prêt à gagner le match de dimanche »

Jordan Adéoti, défenseur « je suis ici pour apporter un plus à l’équipe nationale. C’est toujours un plaisir d’être en sélection pour défendre les couleurs de son pays. Je suis aussi heureux de côtoyer les joueurs comme Stéphane Sessegnon et autres. Je suis sur de vite apprendre à leur côté »

Guillaume Bèmènou, gardien de but « Nous sommes dans les meilleurs conditions pour gagner les trois matches à venir en commençant par celui face au Mali. Certes ce sera difficile mais les plus belles victoires s’obtiennent dans la difficulté »

Stéphane Sessegnon, Capitaine des Ecureuils « C’est toujours un plaisir de revenir défendre les couleurs du pays. Tout le monde est mobilisé et on essaye de préparer le match de dimanche au mieux car on sait que c’est une rencontre capitale. On connait la qualité de cette équipe malienne mais nous également on a pour ambition de refaire une Coupe d’Afrique ou de gouter à un mondial. Donc, ce sera un match qu’il faudra gagner à tout prix »

Burkina Faso # Bénin: 2-2 (score final)

Première période: ouverture du score burkinabé à la 44è minute par Préjus Nakoulma
Seconde Période: égalisation béninoise par Bello Babatundé à la 50è minute. Mickael Poté aggrave le score à l’heure de jeu
le Burkina Faso rétablit la parité à la 65è par l’intermédiaire du même Préjus Nakoulma qui signe le doublé
NB: tous les joueurs béninois présents à Ouagadougou ont foulés le terrain du 4 août de Ouaga à l’exception de Saturnin Allagbé.

Adéoti, Djigla et Bèmenou titulaires, les Ecureuils menés à la pause 1-0

Le match amical international prévu entre le Bénin et le Burkina Faso, se joue actuellement à Ouaga, c’est la pause.
Manuel Amoros, a aligné une équipe, évidement, expérimentale. Dans les buts Guillaume Bèménou, en défense central le duo Jordan Adeoti et Khaled Adénon, à gauche, Anicet Adjamossi et à droite Arsène Mènessou. Au milieu, Djiman Koukou à la récupération, Pascal Angan et le capitaine Stéphane Sèssegnon sont chargés de l’animation offensive. En attaque, Razak Omotoyossi en pointe et sur les cotés, nous avons , le jeune de Onze Créateurs, David Djigla et Abou Maiga.
Sur le banc de touche , on retrouve, Nabil Yarou,Fabien Farnolle, Mickael Poté, Jocelyn Ahoueya, Wisdom Aka, et Bello Babatundé
Comme temps forts on note , le pénalty burkinabè tiré par Abdul Razak Traoré, stoppé par Guillaume Bèmènou. Mais les Etalons finiront par trouver la faille à une minute de la pause grâce à Préjuce Nakoulma.
Les Ecureuils sont donc menés à la pause.

Maracaña Can 2012 : Après Sébastien Ajavon, Christian Lagnide décoré

En regroupement depuis le lundi dernier, l’équipe nationale du Bénin n’est pas encore au complet. Manuel Amoros ne dispose donc pas encore la totalité des ses joueurs sous la main. Quelques professionnels manquent à l’appel. Il s’agit de Romuald Bocco (Sligo Rovers), Nouhoum Kobena (Kooteepee), Jocelyn Ahoueha (Bauvais) et le très attendu Wisdom Salomon Aka (Valencia Maldives). Ces joueurs rejoindront la troupe directement à Ouagadougou pour la rencontre qui opposera l’équipe béninoise à celle du Burkina Faso.

Ecureuils : Bocco, Nouhoum, Ahoueha et Aka rejoindront la troupe à Ouaga

En regroupement depuis le lundi dernier, l’équipe nationale du Bénin n’est pas encore au complet. Manuel Amoros ne dispose donc pas encore la totalité des ses joueurs sous la main. Quelques professionnels manquent à l’appel. Il s’agit de Romuald Bocco (Sligo Rovers), Nouhoum Kobena (Kooteepee), Jocelyn Ahoueha (Bauvais) et le très attendu Wisdom Salomon Aka (Valencia Maldives). Ces joueurs rejoindront la troupe directement à Ouagadougou pour la rencontre qui opposera l’équipe béninoise à celle du Burkina Faso.

Burkina Faso # Bénin : les Ecureuils prennent la route pour Ouaga ce jour

Samedi prochain, le Bénin ira défier en amicale les Etalons du Burkina Faso à Ouagadougou. Cette rencontre compte pour les matches de la journée Fifa. C’est donc dans ce cadre que les Ecureuils prendront le chemin de Ouagadougou cet après-midi par voie terrestre. Manuel Amoros aura la chance de tester ces joueurs et pourra également mettre en place plusieurs des schémas techniques pour essayer de remporter le gain du match face aux Aigles du Mali le 3 juin prochain à Cotonou.

Ecureuils : la légion étrangère rallie déjà Cotonou

 

Depuis dimanche dernier, le bal des professionnels bat son plein. Pas moins de dix joueurs évoluant  à l’étranger ont déjà foulés le sol béninois. Aux nombres de ceux-ci on peut noter l’arrivé du néo-Ecureuils Jordan Adéoti et les grands retours d’Anicet Adjamonsi et d’Abou Maiga. Le capitaine emblématique des Ecureuils, Stéphane Sessègnon est déjà à Cotonou depuis lundi. Mardi soir, Fabien Farnolle, Wisdom Aka, inconnu du public sportif et Bello Babatundé étaientattendus. Le reste de la troupe ralliera Cotonou d’ici samedi. Les joueurs présents ont déjà mis le cap sur Natitingou où se déroulera la préparation proprement dite.

 

Championnat/D2 : Akanké toujours devant

Le championnat de D2 était à sa 18è journée ce week-end. Le leader Akanké a difficilement pris le dessus sur l’équipe de l’Université nationale du Bénin (Unb) par le score de (4-3). Dans le même temps, son dauphin As Police prenait l’avantage sur son homologue de Onze créateurs par le score de (1-0). Ayema de Cotonou s’est incliné devant Eternel Fc par le score de (3-1) pendant que l’As Cotonou disposait d’Espoir de Savalou (2-0). Keri # Jso et Entente # Tanekas n’ont pu avoir lieu. A l’issue de cette journée Akanké reste leader avec 37 points suivie des policiers avec 34 points. L’As Cotonou pointe  à la 3è loge avec 33 point au compteur.

 

Championnnat/D1 : le champiopn Aspac cale à Adjobi

Champion depuis le week-end écoulé, l’Aspac est allé obtenir un nul vierge (0-0) sur le terrain de la lanterne rouge Adjobi. Son dauphin Tonnerre s’est imposé sur l’équipe des buffles du Borgou (1-0). C’est sur ce même score (1-0) que la Jap a courbé l’échine devant Avrankou Omnisports. Les panthères de Djougou sont allés arracher un nul (1-1) dans l’entre des Kraké boys. Dragons et Mogas 90 se sont séparé dos à dos sur la marque de (0-0). La jeune équipe de l’Asos a battu Soleil Fc par la plus petite des marques (1-0).

Le classement
1er Aspac 45 points
2e Tonnerre 37 points
3e Jap 31 points
4e Dragons 27 points
5e AO 26 points
6e Mogas 24 points
7e Asos 24 points
8e Buffles 21 points
9e Panthères 19 points
10e Uss Kraké 19 points
11e Soleil 17 points
12e Adjobi 13 points

Ecureuils : la préparation démarre ce jour

En route pour la Can 2013 et le mondial 2014, le Bénin va se mesurer au mali (3 juin), au Rwanda (10 juin) et à l’Ethiopie (17 juin). Pour mieux préparer ces trois rencontres, les Ecureuils du Bénin conduit par le français Manuel Amoros seront en regroupement dès ce jour. Un stage de préparation qui aura lieu à Natitingou dans le nord du pays. Ce stage sera suivi d’un match amical qui se tiendra à Ouagadougou le 26 mai prochain face aux Etalons du Burkina faso.

 

 

Manuel Amoros au sujet des joueurs sélectionnés : « J’ai fait un choix et j’assumerai après les trois matchs »

Face à la presse au siège de la Fédération béninoise de football (Fbf) jeudi dernier à Porto-Novo, le sélectionneur national Manuel Amoros, sans convaincre, a tant bien que mal tenter de justifier le choix porté sur chacun des 20 joueurs sélectionnés. « J’ai fait un choix et j’assumerai après les trois matchs » a-t-il laissé entendre. Lisez ici les réactions de Manuel Amoros.

Quel a été le mode de sélection des joueurs  convoqués?

Manuel Amoros : « Vous avez internet ? Aujourd’hui, il y a des sites internet où on paye pour voir les joueurs. Sur ces sites, on a la possibilité de voir les joueurs joués en temps réel. J’y ai vu Wisdom Aka, Romuald Bocco, Anicet Adjamonsi, Bello Babatundé et autres. Sans oublier que je me suis déplacer pour voir certains d’entre eux donc ne me dites pas que je n’ai pas vu de joueurs. »

Jordan Adéoti et Christopher Glombart : les nouveaux venus

« La sélection de ces deux joueurs est le fruit d’un travail commun entre la Fbf et nous (Nicolas et moi-même). Ce sont des joueurs d’avenir sur lesquels on peut compter et qui peuvent beaucoup apporter à l’équipe nationale. Surtout qu’on manque cruellement d’arrières latéraux. »

Réda, Djidonou, Mouri et Salomon, tous absents. Quels en sont les raisons ?

« Pour Reda Johnson, j’ai senti que la performance du joueur à Addis-Abeba n’a pas été à la hauteur de ce que je recherche. Aussi, je n’ai pas senti en lui une motivation extraordinaire pour quelqu’un qui veut défendre les couleurs d’un pays puisque j’ai discuté avec lui après le match en Ethiopie.  Yoann Djidonou, pour sa part, est venu s’échauffer sans ses gants. Pour sa, j’estime que c’est un comportement anti-professionnel de sa part. Mouri Ogounbiyi a fait une saison pleine avec Nîmes Olympiques donc j’estime donc que le joueur sera moralement et physiquement fatigué. Il ne serait donc pas efficace pour les trois  rencontres à venir. Alors Salomon Junior a été de tout  le temps pris de vitesse. J’ai contacté son entraîneur qui m’a dit qu’il est n’est plus régulier. Voilà pourquoi je ne l’ai pas pris. Voilà ce qui justifie l’absence de chacun de ces joueurs pour le moment. »

Anicet, Abou et Bocco, les grands retours ?

« J’ai appelé Anicet Adjamonsi parce que j’ai trouvé que c’est le seul latéral gauche du moment qui pourrait apporter son expérience à cette défense surtout avec l’absence d’Emmanuel Imorou. Il serait insensé de ma part de le convoquer parce qu’il se marie le 9 juin. Abou Maïga est un très bon joueur qui répond à mon profil. C’est un bon joueur qui marque beaucoup quand bien même les gens estiment qu’ils ne marquent pas en équipe nationale. Je voulais juste lui donner une nouvelle chance. C’est aussi parce qu’il est technique et comme je pense apporter ma touche technique à cette équipe donc il sera là. Pareille pour Romuald Bocco puisque j’ai trouvé que c’est un joueur très technique et polyvalent. Il peut beaucoup apporter en milieu de terrain aux côtés de Koukou Djiman qui a été régulier ces dix dernières journées dans son club. J’ai fait mes choix et j’assumerai après les trois matchs.»

Liste des joueurs retenus pour les matches contre le Mali-Rwanda-Ethiopie

Gardiens

1-Farnolle Fabien (Clermont Ferrand)

2-Bèmènou Guillaume (So Chambery)

3-Allagbé Saturnin (Aspac)

Défenseurs

4-Adenon Khaled (Le Mans)

5-Adeoti Jordan (Colomiers)

6-Menèssou Arsène (As Eupen)

7-Adjamonsi Anicet (Locmine)

8-Glombart Christopher (Reims) ou Yarou Nabil (Aspac)

9-Bocco Romuald (Sligo Rovers)

Milieux

10-Sessegnon Stéphane (Sunderland)

11-Koukou Djiman (Belenenses)

12-Ahoueya Jocelyn (Beauvais)

13-Kobena Nouhoum (Ry Ktp)

14-Wisdom Salomon Aka (Valencia Maldives)

15-Jean Louis Pascal Angan (Wydad Casablanca)

16-Bello Babatoundé (Fc Zilina)

17-Djigla David (11 Créateurs)

Attaquants

18-Maïga Abou (Colombes Locmine)

19-Poté Michaël (Dynamo Dresden)

20-Razack Omotoyossi (Sc Zamalek)

Manuel Amoros au sujet des joueurs sélectionnés : « J’ai fait un choix et j’assumerai après les trois matchs »


Face à la presse au siège de la Fédération béninoise de football (Fbf) jeudi dernier à Porto-Novo, le sélectionneur national Manuel Amoros, sans convaincre, a tant bien que mal tenter de justifier le choix porté sur chacun des 20 joueurs sélectionnés. « J’ai fait un choix et j’assumerai après les trois matchs » a-t-il laissé entendre. Lisez ici les réactions de Manuel Amoros.

Quel a été le mode de sélection des joueurs  convoqués?

Manuel Amoros : « Vous avez internet ? Aujourd’hui, il y a des sites internet où on paye pour voir les joueurs. Sur ces sites, on a la possibilité de voir les joueurs joués en temps réel. J’y ai vu Wisdom Aka, Romuald Bocco, Anicet Adjamonsi, Bello Babatundé et autres. Sans oublier que je me suis déplacer pour voir certains d’entre eux donc ne me dites pas que je n’ai pas vu de joueurs. »

Jordan Adéoti et Christopher Glombart : les nouveaux venus

« La sélection de ces deux joueurs est le fruit d’un travail commun entre la Fbf et nous (Nicolas et moi-même). Ce sont des joueurs d’avenir sur lesquels on peut compter et qui peuvent beaucoup apporter à l’équipe nationale. Surtout qu’on manque cruellement d’arrières latéraux. »

Réda, Djidonou, Mouri et Salomon, tous absents. Quels en sont les raisons ?

« Pour Reda Johnson, j’ai senti que la performance du joueur à Addis-Abeba n’a pas été à la hauteur de ce que je recherche. Aussi, je n’ai pas senti en lui une motivation extraordinaire pour quelqu’un qui veut défendre les couleurs d’un pays puisque j’ai discuté avec lui après le match en Ethiopie.  Yoann Djidonou, pour sa part, est venu s’échauffer sans ses gants. Pour sa, j’estime que c’est un comportement anti-professionnel de sa part. Mouri Ogounbiyi a fait une saison pleine avec Nîmes Olympiques donc j’estime donc que le joueur sera moralement et physiquement fatigué. Il ne serait donc pas efficace pour les trois  rencontres à venir. Alors Salomon Junior a été de tout  le temps pris de vitesse. J’ai contacté son entraîneur qui m’a dit qu’il est n’est plus régulier. Voilà pourquoi je ne l’ai pas pris. Voilà ce qui justifie l’absence de chacun de ces joueurs pour le moment. »

Anicet, Abou et Bocco, les grands retours ?

« J’ai appelé Anicet Adjamonsi parce que j’ai trouvé que c’est le seul latéral gauche du moment qui pourrait apporter son expérience à cette défense surtout avec l’absence d’Emmanuel Imorou. Il serait insensé de ma part de le convoquer parce qu’il se marie le 9 juin. Abou Maïga est un très bon joueur qui répond à mon profil. C’est un bon joueur qui marque beaucoup quand bien même les gens estiment qu’ils ne marquent pas en équipe nationale. Je voulais juste lui donner une nouvelle chance. C’est aussi parce qu’il est technique et comme je pense apporter ma touche technique à cette équipe donc il sera là. Pareille pour Romuald Bocco puisque j’ai trouvé que c’est un joueur très technique et polyvalent. Il peut beaucoup apporter en milieu de terrain aux côtés de Koukou Djiman qui a été régulier ces dix dernières journées dans son club. J’ai fait mes choix et j’assumerai après les trois matchs.»

 

Championnat/D1 : Aspac Champion du CNT !

A trois journées de la fin du championnat national de transition de D1, l’Association sportive du port autonome de Cotonou (Aspac) peut déjà savourer son titre de champion. Les portuaires doivent leur sacre à la défaite de leur dauphin Tonnerre (1-0) face aux pétroliers du Mogas 90 en match en retard de la 19è journée ce jeudi au stade de l’Amitié de Kouhounou. L’Aspac compte 44 points contre 34 pour Tonnerre et ne peut donc plus être rattrapé à seulement trois journées de la fin du championnat. Un sacre mérité car les poulains d’Emile Enanssouanh ont dominé de bout en bout cette compétition. L’Aspac peut donc abordé les rencontres à venir sans pression.
Le classement général à l’issue de la 19è Journée
1er Aspac 44 points +16
2è Tonnerre 34 points +7
3è Jap 31 points +2
4è Dragons 26 points +3
5è Mogas 23 points +1
6è Avrankou 23 points -1
7è Asos 21 points
8è Buffles 21 points -4
9è Panthères 18 points -6
10è Soleil 17 points -5
11è Uss Kraké 16 points -3
12è Adjobi 12 points -9

Aspac, champion du CNT

Championnat/D1 : Aspac fête son titre chez la lanterne rouge

Champion à trois journées de la fin du championnat, l’Aspac se déplace sur le terrain de la lanterne rouge, Adjobi  ce week-end  pour célébrer son sacre. Un déplacement qui se fera sans pression pour les poulains d’Emile Enassouanh. Cette journée compte pour la 20è journée du championnat national de transition. Le dauphin Tonnerre, après sa défaite qui lui à fait perdre tout espoir de titre, reçoit Avrankou Omnisports (6è). Le 3è du classement, Jap rend visite aux Buffles de Parakou (8è). Auréolé de ses belles performances ces dernières journées, Mogas sera l’hôte des Dragons qui recommencent à cracher du feu. Dans le derby de Porto-Novo, la jeune équipe d’Asos reçoit son homologue de soleil.

Maracana/Can 2012 : Sébastien Ajavon honoré

La première édition de la Coupe d’afrique des Nations de maracana aura lieu en Côte d’Ivoire du 26 au 27 mai prochain. A cette occasion, le Bénin sera représenté non seulement par deux équipes mais aussi et surtout par l’un de ses fils qui sera honoré. Sébastien Ajavon, le richissime homme d’affaire béninois, sera donc récompensé pour tous les efforts qu’il fournit en matière de sport dans son pays. Une reconnaissance qui lui ai accordé par le peuple ivoirien. Il recevra sa distinction des mains de Guillaume Soro, Président de l’assemblée nationale de côte d’Ivoire.