7e Journée : Fousséni Lazadi maintient l’Aspac en tête ! (Résultats et Classement)

 

A l’issue de cette septième journée, les portuaires conservent leur fauteuil de leader, grâce à leur cinquième victoire d’affilée. Grace à une réalisation de Fousséni Lazadi à la 35e  ils se sont imposés à l’extérieur à Avrankou.

 

Tous les résultats

Soleil – Adjobi 0-0

Mogas – Uss Kraké 1-2

Buffles – Panthères 1-1

JAP – Tonnerre 0-0

Asos – Dragons 0-0

Avrankou – Aspac 0-1

Buts marqués : 6 buts

 CLASSEMENT

  Equipes J V N D BP BC DIFF POINTS
1 Aspac 7 5 2 0 11 3 + 8 17
2 Tonnerre 7 3 2 2 5 5 0 11
3 Asos 7 2 4 1 9 5 -4 10
4 Panthère 7 2 3 2 8 5 +3 9
5 Avrankou 7 2 3 2 6 7 -1 9
6 Mogas 7 1 5 1 5 5 0 8
7 JAP 7 2 3 2 4 8 -4 8
8 Kraké 7 2 3 3 5 7 -2 8
9 Dragons 7 1 4 2 3 5 -3 7
10 Soleil 7 1 3 3 5 7 -2 6
11 Buffles 7 0 6 1 2 2 0 6
12 Adjobi 7 0 5 2 2 4 -2 5
                   

 

 

Alain Hounsa crucifie le Mogas à Kouhounou

L’Uss Kraké s’est offert hier à Kouhounou, sa première victoire de l’année 2012. Grâce à des buts signés d’Ochi Gospower et Alain Hounsa qui faisait son retour. Les Krakés Boys pourtant réduit avec l’expulsion de Didier Sossa à l’heure jeu ont tenu la baraque. En Face les Pétroliers toujours sans repère  dans le jeu s’en sont remis au génie d’Afissou Tamou, auteur du l’égalisation qui n’aura pas été suffisant.

Homme du match :  Alain Hounsa

Il a été l’auteur du but de la victoire une minute seulement après son entrée en jeu. Entré en jeu à la 65e, Alain Hounsa a réalisé une demi-heure presque pleine, mettant régulièrement en difficulté les pétroliers sur son flanc. L’international Béninois qui effectuait son retour a fait du bien aux siens.

Les buts

24e  Gospower Ochi ouvre le score pour les visiteurs, bien servi à l’entrée de la surface de réparation. L’attaquant étrangement seul plein ajuste facilement Sèssou et marque ainsi son deuxième but de la saison. 1-0

58e Afissou Tamou égalise pour le Mogas. Sur l’angle droit des seize mètres, d’abord il élimine son défenseur d’un crochet. Puis enchaine un tir enroulé du gauche qui trouve le poteau intérieur de Sèmèvo et fini sa course au fond.  Beau but 1-1.

66e Alain Hounsa donne l’avantage à Kraké.Une minute après son entrée en jeu, sur son premier ballon, il réalise un slalom plein axe dans la défense du Mogas éliminant trois défenseurs, avant de conclure d’un tir bien placé du gauche à ras-du-sol.

Géraud Viwami

Feuille de match

Arbitre : Germain Koolé

Mogas

1-Josiasse Sèssou- 2- Dieu Donné Dossou, 15- Bawa Katodatou, 13- Kadé Athurakos, 19- Olivier Guendehou- 5- Giscard Tchato, 6- Degnidé Bébila (8- Sylla Sidiki 72e), 7- Ismael Mohamed, 17- Afissou Tamou- 12- Bruno Akakpo (Carlos Johnson 49e), 10- Rodrigue Tito (Judicael Kokodoko 72e).

Non entrés

30- Jacob Doté, 11- Senyo Agboto, 14- Benoit Akpomey, 18- Mounirou Moukaila.

Coach : Stanislas Akélé

Uss Kraké

30- Cyrille Sèmèvo- 26- Sefyu Youssouf, 6- Hamidou Rafiou, 26- Henri Michael, 11- Didier Sossa- 2- Benin Emiola, 4- Olouché Soulé, 17- Jean Mendoua, 15- Ousmane Omédé (3-Alain Hounsa 65e)- 10- Djamal Fassassi, 18- Gospwer Ochi

Non entrés 

9- Maurice Alladjo, 14- Akim Oladjidé, 7- Paterne Houéssinon, 8- Gadji Céli 16- Olou Kayodé.

Coach : Obiéku Kingsley.

 

Après le match, ils parlent…

Tamou Afissou, du Mogas

«  Je suis heureux d’avoir débloqué mon compteur mais malheureusement on a perdu. Tactiquement l’Uss Kraké nous suffisamment compliqué la tâche.  Aussi il y a toujours les effets secondaires du manque  de compétition.

Djamal Fassassi, Uss Kraké

« On est heureux, on sort la tête de l’eau avec cette victoire on va essayer de confirmer contre Adjobi à domicile et travaillé. Aujourd’hui on a été plus été déterminé et c’est qui a fait la différence. Tout le monde était engagé même le Mogas n’a pas trop déjoué.  Que les gens ne croient pas que c’est le départ de Latoundji qui nous a libéré, c’est un travail qui se fait dans la continuité »

Alain Hounsa, Uss Kraké

«  Je remercie Dieu et je suis heureux qu’on est gagné, j’ai apporte une touche décisive et j’en suis fier. Sur mon j’ai profité de l’appel de mon attaquant pour me faufiler et marquer d’ailleurs je le remercie pour ce geste »

7e journée : Dragons- Asos 0-0, Un chaud derby sans vainqueur

Annoncé comme le grand derby  de l’Ouémé,  Asos-Dragons n’aura pas été un match si terrible en terme de jeu encore moins au niveau du résultat. Un nul vierge décevant et pas très utile pour les Dragons qui avaient besoin de points pour grimper au classement, ni pour  l’Asos qui manque une occasion de se rapprocher du leader.


Feuille de match

Stade : Charles de Gaulle (Porto-Novo)

Arbitre : Prosper Ogoutolou

Asos

16- Carlos Kaloué – 24- Simplice Allowakinou, 27- Sylvain Ahouansè, 17- Fortuné Oré- 11- Antonin Oussou, 19- Amonlé Souléman, 26- Frédéric Hounkponou, 4- Johnson Ampah (13- Mama Issa)- 7- Ikilou Oudei (5- Jorges Hounkarin 73e) 12- Didier Adenguédé, 9- Chanou Amed (2- Ismael Adjibadé 34e)

Non entrés

1-    Seidou Abdel Aziz, 15- Jean-Baptiste Nouatin, 20- Rodolph Ahouanssou, 6- Crekan Rodrigue.

Coach : Yessoufou Rafiou.

Dragons

16- Harriston Hessou- 14- Guy Akpagbé, 27- Maxime Singbo, 26- Roméo Houéssou, 23- Daniel Louté- 6- Luc Cakpo, 10- Chankouin Fèmi, 18- Aimé Santou (26-Ebo Thomas 64e), 24- Emeka Odinakachi (28- Dieu-Donné Ahouanto- 15- Charles Houngbo, 13- Emmanuel Iyindé.

Non entrés

1-    Salomon Vianou, 4- Orou Djalilou.

Coach : Ulrich Alohoutadé

Réactions d’après-match

Ulrich Alohoutadé, coach des Dragons

« Le travail va payer avec le temps, on corrigera les erreurs de ce match. Je suis entrain de faire un état des lieux et je crois qu’après cela on ne fera plus de match sans but »

Frédéric Hounkponou, capitaine – Asos

«  Le nul c’est déjà une satisfaction pour nous. Tenir tête aux Dragons ce n’est  pas rien.

Armel Kassavi

Projet Bénin-Brésil: Les 22 jeunes s’envolent ce mercredi

Dans le cadre du Projet « Inclusion sociale par la pratique sportive du football », vingt-deux (22) jeunes footballeurs béninois ont été sélectionnés pour séjourner dans le pays du « Roi Pelé » pendant neuf mois. Durant leur séjour, ces jeunes devront concilier le sport et les études dans le complexe sportif « Olé Brasil ». Deux encadreurs béninois à savoir : Eustache d’Almeida et Moussa Latoundji seront également du voyage.
Compte tenu du départ imminent de la délégation (prévu pour le 1er février prochain), l’Ambassadeur du Brésil, Arnaldo Caiche D’Oliveira a bien voulu honorer ses jeunes afin de les galvaniser, de leur souhaiter un bon voyage et surtout un excellent séjour au Brésil. Un cocktail a donc été offert à sa résidence le jeudi 26 janvier dernier. Au cours de la soirée, le ministre des Sports, Didier Aplogan avec l’accord de l’Ambassadeur a procédé à la remise de l’assurance, du billet d’avion et du passeport avec le visa brésilien à chaque joueur et aux deux entraineurs. On y a noté la présence remarquable du Président de la Cour Constitutionnelle, Me Robert Dossou venu apporter son soutien à ces ambassadeurs du football béninois et leur prodiguer de sages conseils. A l’issue de la formation, les meilleurs pourront être retenus pour évoluer dans des clubs brésiliens.
Quelques réactions après l’événement…
Ambassadeur du Brésil, Arnaldo Caiche D’Oliveira : initiateur de la soirée
« Cette rencontre a été initiée dans le but de clôturer le travail qui a été abattu depuis la sélection des jeunes jusqu’à l’heure actuelle. Il s’agit surtout de les encourager, leur souhaiter bonne chance pour le voyage et le séjour. Je pense que je pourrai m’y rendre une fois au cours de la formation pour voir comment les choses se déroulent ».
Président de la Cour constitutionnelle, Me Robert Dossou (invité) :
« Le seul conseil que je peux donner à nos jeunes, c’est d’être disciplinés et surtout de montrer une bonne image de notre pays là-bas. J’espère que dans dix ans, nous aurons des Pelé au Bénin et que vous allez remporter la Coupe d’Afrique des Nations et la Coupe du monde. Bonne chance et sachez que vous représentez le Bénin »
Ministre des sports, Didier Aplogan (La tête pensante du Projet) :
« C’est l’aboutissement d’un processus qui n’a pas tardé à prendre. Nous entrerons d’ici peu dans la phase active du projet et c’est heureux de le constater. Il y a un nouveau football béninois qui est en train de renaître. Pour ce qui est du suivi, il faut savoir que déjà ils partent avec deux adultes qui eux-mêmes seront en formation mais seront aussi les responsables de ces jeunes. Je ferai également un tour pour les voir mais avant la fin du séjour, il y aura deux missions qui vont se rendre sur les lieux»
Eustache D’Almeida, l’un des encadreurs, (l’expérimenté) :
« Ce n’est pas toujours facile de faire déplacer une délégation de vingt quatre (24) personnes dont vingt deux (22) mineurs. Donc la tâche ne sera pas facile mais nous espérons que tout ira pour le mieux ».
Jérôme Dékou, Capitaine de la sélection (Le porte parole des joueurs) :
« C’est grandiose ce que vient de faire l’Ambassadeur. Mes coéquipiers et moi sommes conscients de la tâche à nous confier et nous allons tout faire pour hisser haut les couleurs du drapeau béninois. »
Propos recueillis par Armel Kassavi

Retour sans succès à Bohicon pour Tonnerre

« L’As tonnerres, sans domicile fixe ». Ce titre a fait l’objet d’une parution dans nos colonnes il y a quelques semaines. Ce titre n’est désormais plus d’actualité car l’équipe du président Valère Glèlè à fait son grand retour à Bohicon . C’était en la faveur de la 6ème journée du championnat de transition. Ce retour tant attendu par les supporters du club n’a pas été fructueux. Pour cause, l’As Tonnerres a connu son deuxième revers du championnat après celle de la 1ère journée face à l’Aspac (1-0). Cette fois-ci, c’est la modeste équipe promu de l’Asos qui a infligé cette nouvelle défaite (2-0) aux poulains du français Juan Calvet. Cette défaite vient relancer le problème des mauvais résultats obtenus par le club au stade Paulin Tomadaga de Bohicon. Qu’il vous souvienne, cette équipe a toujours des difficultés à évoluer sur ses propres installations. Serait-ce l’une des raisons de la délocalisation récente du club sous d’autres cieux ? Nous ne saurons le dire. Et pourtant, ce club compte parmi les meilleurs dans le championnat béninois. Sérieux prétendant au titre, l’As Tonnerres a toujours fini dans le peloton de tête des précédents championnats. Pourquoi un tel tâtonnement à domicile ? Des solutions idoines doivent être trouvées à ce problème qui pourrait constituer un handicap à cette équipe qui prendra part, cette saison, à la ligue des champions africaine.
Armel Kassavi

Dragons et Kraké : Alohoutadé et obiéku s’installent

(Fofana limogé et Latoundji au Brésil)

 

 

Après cinq journées, de championnat, le jeu de la chaise musicale est lancé dans les rangs des entraineurs. Le premier à être déchu cette saison c’est Sékou Fofana des Dragons, qui établit un record assez inédit. En effet c’est la deuxième qu’il se fait évincer du même club en l’espace de trois ans. Il a été remplacé par Ulrich Alouhatadé.

A l’Est, Moussa Latoundji n’est plus à Kraké. Aucune raison officielle n’a été avancée pour expliquer son départ. Il  a été remplacé par le Nigérian Kingsley Obiéku .

Géraud Viwami

Cedric Coréa blessé pour deux mois !

Le milieu de terrain international Béninois de l’Uss Kraké, Cédric Coréa s’est blessé contre les Buffles au Saint Louis Stadium, lors de la sixième journée. Il est touché au tibia et devrait être indisponible pour deux mois.

Amara Traoré marabouté?

 

amara traoré

 

Pensez-vous que votre équipe a été marabouté?

“Rires…Vous savez, tout le monde est là et a vu cette équipe. Cette équipe-là ne peut pas devenir nulle come ça. J’ai vu mon peuple dans des causes communes s’unir. Il y a des choses que je ne dirai pas ici, une fois à la maison, on en parlera. “

Le sélectionneur sénégalais y croit un peu apparemment!

3 matches en juin 2012 pour les Ecureuils

 

Le 3 juin à Cotonou face au Mali, le 10  juin au Rwanda, pour le compte de la coupe du monde 2014, le 17 juin à Cotonou contre l’Ethiopie pour le tour préliminaire retour de la Can.

Le mos de juin sera très stressant pour les Ecureuils du Bénin!

Can 2013 / Les préliminaires pour les mauvais élèves!

aller : 29 février 2012
retour :  15-17 juin, 2012   
 
Ethiopia v Benin
Benin v Ethiopia
 
Rwanda v Nigeria
Nigeria v Rwanda
 
Congo v Uganda
Uganda v Congo
 
Burundi v Zimbabwe
Zimbabwe v Burundi
 
Gambia v Algeria              
Algeria v Gambia
 
Kenya v Togo
Togo v Kenya
 
Win 3/ 4 v Sierra Leone
Sierra Leone v Win 3/ 4
 
Guinea Bissau v Cameroon
Cameroon v Guinea Bissau
 
Tchad v Malawi
Malawi v Tchad
 
Win 1/ 2 v RD Congo
RD Congo v Win 1/ 2
 
Tanzania v Mozambique
Mozambique v Tanzania
 
Centrafrique v Egypt
Egypt v Centrafrique
 
Madagascar v Cap Vert
Cap Vert v Madagascar
 
Liberia v Namibia
Namibia v Liberia
 

Can 2012 : Quand la pluie impose le timing

Guinée Equatoriale/ 2e journée du groupe A à Bata
(Libye-Zambie retardé d’une heure)
Le match Libye-Zambie est décalé, après le passage du trio arbitral emmené par le juge central malien Koman Coulibaly pour tenter en vain de faire rebondir le ballon jaune officiel sur la pelouse verte très trempée du « Estadio de Bata ». Sous la supervision du commissaire au match, le sud-africain Danny Jordan et du coordonnateur Général, le Ghanéen Anthony Baffoe, une dizaine de stadiers vont tenter de racler l’eau avec des balais et des bouts de bois. Ceci durant plus d’une demi-heure. C’est alors qu’un engin, va être essayé pour finir le travail. Ceci rappelle les patinoires de Hockey à chaque pause, avec les gros engins qui refont la glace ! Mais ici, l’engin va être vite rangé après un tour. Les joueurs pendant ce temps reviennent sur la main-courante pour s’échauffer à nouveau.
Le trio arbitral et les deux officiels vont ensuite revenir sur la pelouse et refaire le tour afin d’inspecter mètre carré par mètre carré. Les deux équipes finissent par monter sur le terrain à 17h55, pour échauffement avec le ballon.
Sur ces 10 dernières années, on a rarement connu un retard de plus de 30 minutes pour un match de la Can. La faute à qui ? A la nature, au climat tropical équatorial où 9 mois sur 12 il pleut. La faut également à une pelouse peut-être pas prévue pour accueillir recevoir un arrosage naturel aussi intensif !
Il y a la coupure de courant de Kano en 2000 au Nigeria lors d’un match du Maroc, l’envahissement du stade de Lagos par les supporters mécontents alors que le Sénégal menait en quarts de finale.
Aubay, à Bata en Guinée Equatoriale

can 2012/ Mamadou Niang « Ceux qui sont réalistes diront que la Guinée a eu de la réussite »

Amara Traoré, coach Sénégal « On a eu plus d’occasions et sur l’ensemble du match, on a été meilleur »

« Je félicite la Guinée Equatoriale de sa qualification. On a préparé le match toute la semaine. Je suis content de mes joueurs car ils ont tout donné.

C’est un sentiment de frustration qui m’anime, car on était venu pour gagner quelque chose. Maintenant ceci nous permettra de bien comprendre que c’est la Can, surtout pour les jeunes joueurs qui découvrent la compétition. On tout donné et tout gagné.

Le groupe se bonifie en vivant ensemble. On va bien analyser ce qui s’est passé ce soir. Cette équipe-là a de la marge. C’est le processus des éliminatoires qui continue avec les gros qui sont éliminés. Cette Can sera très ouverte. Il y a des années comme ça.

C’est une équipe qui a joué la défensive. On a eu plus d’occasions et sur l’ensemble du match, on a été meilleur.

Le terrain a gêné tout le monde, il ne faut pas chercher d’excuse. On a tout essayé et quand ça ne veut pas rentrer, ça ne rentre pas. J’ai toujours parlé de reconstruction. En 2008 on a été éliminés au premier tour, en 2010 on n’a pas été qualifié. C’est donc un processus qu’on entame et il ne faut pas brûler les étapes.

Sur ce match je n’ai pas de regret. C’est ce qu’on a fait contre la Zambie qui nous a plus fait mal. Ces prestations ne remettent pas le groupe en cause. Il y a des joueurs expérimentés, et d’autres plus jeunes, la moyenne d’âge est de 25 ans donc c’est une équipe d’avenir.

 

 

« On savait qu’il fallait mettre un deuxième but, car le nul ne nous arrangeait pas. Il fallait tout donner et c’est comme ça qu’on s’est trop découvert. La chance était du côté de la Guinée. Entre nous, on va se parler pour savoir ce qui n’a pas marché. L’équipe est jeune.

Tout le monde a sa part de responsabilité dans le résultat. Il faut éviter d’avoir des réactions à chaud. On a envie d’aller au bout et de joueur le prochain match pour l’honneur. On va bien le préparer. Les gars ont fait une superbe première mi-temps. Si on avait ouvert le score, le match aurait été différent. Ceux qui sont réalistes diront que la Guinée a eu de la réussite, mais que le Sénégal a fait tout le match. »

Edjogo Owono, capitaine « On savait que le Sénégal avait besoin de gagner

Edjogo Owono, capitaine «  On savait que le Sénégal avait besoin de gagner

«Nous avons fait du bon boulot. Le Sénégal a de grands joueurs et je suis content de ce que nous avons fait.

Le Sénégal avait besoin d’un bon score pour se relancer. Nous avons donc attendu notre heure et l’opportunité s’est présentée. Nous avons eu de la chance. Nous sommes contents du soutien des supporters et nous restons optimistes pour la suite.

La Zambie sera difficile à jouer. Elle a de bons joueurs très rapides. Mais nous avons envie de gagner ce match et finir en tête du groupe. »

 

 

Gilson Pauho, coach Guinée Eq. «  Nous avaons été meilleurs que face à la Libye »

« Nous n’avons pas eu le temps nécessaire pour la préparation, mais au fil des matches, l’équipe s’améliore. La prestation de l’équipe face au Sénégal est meilleure à celui de la Libye. Ce n’est pas seulement en défense qu’on a bien joué, c’est aussi en attaque. »

 

Amara Traoré, coach Sénégal « On a eu plus d’occasions et sur l’ensemble du match, on a été meilleur »

« Je félicite la Guinée Equatoriale de sa qualification. On a préparé le match toute la semaine. Je suis content de mes joueurs car ils ont tout donné.

C’est un sentiment de frustration qui m’anime, car on était venu pour gagner quelque chose. Maintenant ceci nous permettra de bien comprendre que c’est la Can, surtout pour les jeunes joueurs qui découvrent la compétition. On tout donné et tout gagné.

Le groupe se bonifie en vivant ensemble. On va bien analyser ce qui s’est passé ce soir. Cette équipe-là a de la marge. C’est le processus des éliminatoires qui continue avec les gros qui sont éliminés. Cette Can sera très ouverte. Il y a des années comme ça.

C’est une équipe qui a joué la défensive. On a eu plus d’occasions et sur l’ensemble du match, on a été meilleur.

Le terrain a gêné tout le monde, il ne faut pas chercher d’excuse. On a tout essayé et quand ça ne veut pas rentrer, ça ne rentre pas. J’ai toujours parlé de reconstruction. En 2008 on a été éliminés au premier tour, en 2010 on n’a pas été qualifié. C’est donc un processus qu’on entame et il ne faut pas brûler les étapes.

Sur ce match je n’ai pas de regret. C’est ce qu’on a fait contre la Zambie qui nous a plus fait mal. Ces prestations ne remettent pas le groupe en cause. Il y a des joueurs expérimentés, et d’autres plus jeunes, la moyenne d’âge est de 25 ans donc c’est une équipe d’avenir.

 

 

Mamadou Niang « Ceux qui sont réalistes diront que la Guinée a eu de la réussite »

« On savait qu’il fallait mettre un deuxième but, car le nul ne nous arrangeait pas. Il fallait tout donner et c’est comme ça qu’on s’est trop découvert. La chance était du côté de la Guinée. Entre nous, on va se parler pour savoir ce qui n’a pas marché. L’équipe est jeune.

Tout le monde a sa part de responsabilité dans le résultat. Il faut éviter d’avoir des réactions à chaud. On a envie d’aller au bout et de joueur le prochain match pour l’honneur. On va bien le préparer. Les gars ont fait une superbe première mi-temps. Si on avait ouvert le score, le match aurait été différent. Ceux qui sont réalistes diront que la Guinée a eu de la réussite, mais que le Sénégal a fait tout le match. »

Groupe A/ Guinée Equatoriale – Sénégal : Le Nzalang foudroie les Lions de la Téranga

 

En éliminant le Cameroun, il se disait avoir un destin de favori. Mais avec un coaching artisanal et une équipe peu collective, le Sénégal en deux matches est devenu le premier éliminé de la Can 2012 après sa défaite 1-2 contre la Guinée Equatoriale.

Aubay à Bata

Dia centre au second poteau vers Papiss Cissé trop court (2e). Les Lions de la Téranga tentent de jouer long, mais la précision n’est pas encore au rendez-vous (5e).

Après 10 minutes, le Sénégal a montré une nette domination, même si les actions ne s’enchaînent pas. Ndoye va tenter une frappe depuis son côté gauche. Il est contré, ce sera un corner pour les Lions. La défense équato-guinéenne repousse dans les pieds de Dia qui fait une longue chevauchée jusqu’à mettre le ballon en sortie de but.

Tazemeta ! Il glisse le ballon en profondeur vers Balboa et contraint Diawara à tacler en corner pour empêcher la transmission (13e). Dia se fait prendre le ballon par Konaté Mamadou.

Diawara monte aux avant-postes et réussit son renversement vers Ndoye qui centre sur Cissé. Ce dernier contrôle de la poitrine et place un bon lob sur Clementino Silva. La claquette est belle et le ballon est ainsi dévié de justesse par le gardien équato-guinéen (15e).

A la réception d’une longue passe, Ndoye joue en une touche vers Dia qui centre dans les 20 mètres pour Demba Ba. Ce dernier est seul, mais sa frappe est complètement manquée (22e). Les Lions manquent de lucidité dans les 20 derniers mètres.

Tazemeta lancé par Iyanga perd son duel face à Diawara dans la surface de réparation (24e).

Ndaw récupère un ballon repoussé par la défense adverse et arme une belle frappe. Le ballon repoussé par Clementino ne trouve pas preneur (30e).

Corner pour le Sénégal tiré par Ndaw avec une puissante reprise de la tête de Demba Ba, mais qui ne cadre pas (32e).

Clementino Silva perd du temps et concède un coup franc indirect dans sa surface (41e). Le coup franc est décalé pour Demba Ba qui se fait contrer. La contre-attaque est encore enrayée par Diawara très présent aujourd’hui (43e).

Tazemeta ! Il balance la défense sénégalaise et tente un centre vers les buts de Coundoul. Ndaw vient mettre en corner (44e).

 

Iyanga marque, Sow ramène le Sénégal

Demba Ba remise pour Ndoye dont le tir est contré (46e). Une frappe équato-guinéenne vient répondre à l’offensive sénégalaise, mais Coundoul bloque bien (48e).

Alvarez réussit son passement de jambes sur Diawara mais manque complètement son centre au second poteau (56e).

Ekanga sur le côté droit parvient à centrer vers Tazemeta qui est trop court. Le Sénégal a eu des sueurs froides (59e).

La défense sénégalaise hésite sur cette balle aérienne anodine venant d’Alvarez Aguirre. Iyanga place sa tête et bat Coundoul (1-0 ; 63e).

Niang ! Son appel était au premier poteau et le centre Ndiaye Demé est arrivé à temps. Mais la tête est passée de peu à côté (75e).

Niang profite d’une touche rapide et centre devant les buts vers Cissé et Sow qui n’y arrivent pas. Le Sénégal pousse, mais tombe sur une bonne défense (77e). Niang à nouveau frappe du gauche sur Clementino qui bloque bien (78e).

Sow reçoit une belle remise de Cissé et frappe ! C’est contré. Sur le corner, Sow à nouveau de la tête inquiète le Nzalang, mais Clementino veille au grain (83e).

90e Le providentiel Sow égalise pour le Sénégal après une passe de Niang consécutive à un coup franc titré des 30 mètres.

Ndiaye ! Il contrôle et enchaîne sa frappe. Mais ça passe à côté.

 

5 dernières minutes : Alvarez Aguirre envoie le Sénégal à la maison

Le Sénégal pousse et Cissé centre pour Ndiaye qui se rate. La réplique du Nzalang viendra de Balboa qui manque de très peu les buts sénégalais sur cette frappe surpuissante. Niang et Sow continuent de combiner, mais ce dernier est trop court pour placer sa tête. Et revoilà maintenant Alvarez Aguirre ! La frappe des 25 mètres est limpide et ne laisse aucune chance à Coundoul (90e+5).

 

 

Feuille de match

Estadio de Bata

Arbitre : Khaled Abdulrahan (Soudan)

 

Avertissements

Hervé Renard : « C’est inadmissible de jouer sur un terrain comme ça »

 
Après les difficiles conditions de jeu et le nul 2-2 obtenu par son équipe, Hervé renard s’est lâché sur l’organisation.
 
«Ce n’était pas du football. C’était du “kick and rush”. L’équipe qui possédait le moins de qualité technique est avantagée sur ce genre de terrain. Il faut pousser le ballon et repousser encore, faut lutter dans les airs, et cela n’est pas notre football favori donc voilà. Même si j’avais remporté le match, ce serait une déception, parce que ce n’est pas un terrain pour pratiquer du football.
Christopher Katongo, Emmanuel Mayuka et Rainford Kalaba, ce ne sont pas des joueurs qui peuvent jouer sur un terrain comme ça. En face, il y avait de grands gabarits capables de lutter dans les airs et de jouer sur un terrain comme ça. Ceci n’est pas ma philosophie de jeu. Voilà. Maintenant on ne va pas pleurer parce qu’on a fait match nul. C’est notre faute, mais c’est inadmissible de jouer sur un terrain comme ça. Il y a un autre match après nous et ça ne va ressembler à rien.
On est dans le football et il y a le business et le foot. Même si j’avais gagné, je n’ai pris aucun plaisir. Je me suis emmerdé.»
Recueillis par Aubay, à Bata

Groupe C / MAROC –TUNISIE 1-2 : Des Aigles de Carthage opportunistes et réalistes

 

Le Maroc aura beau garder le ballon en début de partie, c’est la Tunisie qui reste campée sur ses appuis et place des contres ravageurs pour se procurer les 2 buts de la victoire. Le Groupe C a deux patrons désormais avec le Gabon.

Aubay, à Libreville

Jemal va faire une faute grossière sur son vis-à-vis marocain. Le coup franc à la lisière droite de la surface de réparation est intéressant pour le Maroc. Mbark Boussoufa tire, au-dessus (3e).

Amrabat tente un raid solitaire, mais Karim Hagui protège bien son ballon (5e). Sur un premier corner tunisien, Hagui va reprendre le ballon, Lamyaghri se détend parfaitement et remet en corner (7e).

Amrabat tente de passer en un coup de rein, mais il est contré. Le corner est tiré par Boussoufa dans les bras d’Aymen Mathlouthi (11e).

Chamakh ! Une-deux avec Boussoufa dans un petit carré et l’attaquant se retrouve face à Mathlouthi. Il frappe en force, le gardien repousse le ballon. Sur coup franc ensuite, le gardien tunisien dégage du poing sous la menace de Chamakh (14e).

Aymen  Abdennour a du mal face à Chamakh qui protège cette balle aérienne et obtient un coup franc dangereux à l’entrée des 16 mètres (27e).

 

Khorbi surprend un Maroc pourtant dominateur

Dhaoudi comme un éclair va mettre en difficulté l’axe central marocain. El Mouttaqui est contraint à la faute occasionne un coup franc. Khorbi place son ballon et enroule une belle frappe que feint de dévier Khalifa esseulé au second poteau. La Tunisie surprend le Maroc (1-0 ; 34e).

C’est chaud ! La Tunisie sans vraiment jouer à plusieurs joueurs en attaque pose de gros problèmes au Maroc. Illustration avec cette passe en profondeur qui contraint Lamyaghri à sortir à 25 mètres de ses buts pour dégager le ballon juste devant Khalifa (37e).

Belhanda enchaîne quelques passements de jambes et frappe plein axe, mais ne cadre pas (43e).

Basser se faufile sur le flanc droit et centre pour une jambe tunisienne. Le Maroc essaye de réagir, en vain (44e)

Chamakh ! Sur ce centre venu de la gauche, l’attaquant marocain y va franchement sur Mathlouthi qui dégage en catastrophe en corner et reste au sol (45e+1).

 

Youssef Msakni ruine les espoirs des Lions de l’Atlas

Servi par Chamakh à 18 mètres sur le flanc gauche, Taarabt le nouvel entrant tente de surprendre Mathlouthi dans un angle fermé. Le gardien met en corner. (47e).

Hadji ! De loin la meilleure occasion marocaine du match pour l’attaquant qui élimine son adversaire direct dans les 16 mètres, mais tire au-dessus du pied gauche (66e). Quel dommage.

Chaude alerte sur les buts de Lamyaghri qui va repousser cette frappe dans le champ. Heureusement pour le Maroc, aucun tunisien tout près pour reprendre dans les filets (68e).

Youssef Msakni réussit à se défaire du marquage de deux défenseurs marocains et bas au second poteau el pauvre Lamyaghri. La Tunisie plie le match. (2-0 ; 75e). Chermiti entré en jeu va suivre une énième longue balle, mais Lamyaghri anticipe bien et se dégage (80e).

 

Houssine Kharja réduit la marque

Sur une action concertée à gauche, Kantari centre de la tête pour Kharja qui reprend dans les filets tunisiens. (1-2 ; 86e) Preuve que le Maroc avait des arguments dans ce match. Le Maroc va remettre la pression et obtenir un corner.

Les 5 dernières minutes

Le Maroc termine comme il a commencé, avec la possession du ballon et des déchets dans les 20 derniers mètres. A l’exception de ce travail de Kharja qui plante la défense tunisienne mais envoie sa frappe légèrement au-dessus des buts de Mathlouthi. La tête de Bénatia aussi passera au-dessus après le centre venu de la drolite.

 

Aubay, à Libreville

 

 

Arbitre : Daniel Benett

Avertissements : Mathlouthi (Tunisie)

Remplacements

 

Maroc

Taarabt entre, Ossama Assaidi entre (46e)

Boussoufa sort, Hadji entre (60e)

Chamakh sort, El Arabi entre (78e)

Tunisie

Sami Allagui sort, Youssef Msakni engtre (57e)

Yasine Chikhaoui sort, Hocine Ragued entre (65e)

Amine Chermiti entre, Dhaoudi Zouhaier sort (80e)

 

 

Sessegnon en patron avec Sunderland : impliqué dans 7 buts en 6 matches

Trois buts et quatre passes décisives en six matchs. C’est l’excellent bilan de Stéphane Sessegnon, de retour en grâce du côté de Sunderland. Samedi, l’ancien Parisien s’est payé le luxe d’inscrire un petit bijou contre Swansea : un plat du pied excentré pleine lulu après un une-deux dans la surface. Le Béninois participe ainsi à la victoire des Black Cats 2-0, qui remontent à la 10e place de Premier League.
(sofoot)

http://www.sofoot.com/la-merveille-de-sessegnon-149369-videos.html
L’ancienne bête noire du Parc devenue Chat noir au Stadium of Light. L’histoire est belle.

ps: Mention spéciale également au second but de la rencontre, made in Gardner. Contrôle de la poitrine et reprise de volée qui laisse le gardien sur les rotules. Suivie d’une petite moue du genre : “Bah ouais”.

Gabon : Rohr et Ovono parlent de la victoire des Panthères

 

Rohr, coach du Gabon « Aujourd’hui on a fait un premier pas et il reste encore deux pas à faire »

Il faut regarder vers l’avant. On a fait des matches de préparation pour permettre aux joueurs de mieux se trouver sur le terrain. On a également inséré de jeunes joueurs. Il y a beaucoup de joueurs locaux et j’espère qu’ils vont se faire remarquer par les observateurs pour passer le cap du professionnalisme.  Aujourd’hui on a fait un premier pas et il reste encore deux pas à faire pour passer au prochain tour. On sait que ça va être difficile.

Nous aurons à nous préparer pour jouer contre le Maroc qui pour moi est une des meilleures équipes du tournoi. Nous n’avons pas eu de blessure et pas de carton non plus aujourd’hui, et l’équipe a bien joué. J’espère que ça va continuer.

J’ai toujours eu confiance en les joueurs qui font partie des 23. Ce fut un choix difficile. Maintenant, on a emmagasiné un maximum de forces pour faire face à la pression de la compétition. Il faut juste qu’on continue sur cette lancée. »

 

 

Didier Ovono, gardien de buts et capitaine du Gabon

Dans le jeu, je demandais à ma défense de se calmer, parce que Maazou je le connais, c’est un joueur très dangereux, j’ai eu à jouer contre lui quand il était à Monaco. Je parlais beaucoup plus que d’habitude d’autant qu’on a perdu un joueur en défense et qu’il fallait communiquer avec le nouveau. On avait deux buts d’avance et il fallait qu’on calme le jeu.

Propos recueillis par Aubay à Libreville

Groupe C / Gabon – Niger 2-0 : Les Panthères bouffent le Mena

 

 

Une ambiance de fête pour l’ouverture cette fois-ci au Gabon de la Can avec le groupe C de Libreville. Face au Niger, le Gabon n’a pas tremblé, s’imposant avec la manière après deux buts d’Aubameyang et Nguéma inscrits en première période.

Aubay, à Libreville

 

Chicoto stoppe net Eric Mouloungui à l’entrée de la surface (2e) Mais le Gabon va revenir à la charge et obtenir un premier corner (4e).

La partie s’enlise quelque peu en milieu de terrain avec un léger avantage pour le Gabon par Moubamba qui va frapper fort sans réussir à cadrer, à l’entrée des  16 mètres (9e).

Le Niger parvient enfin à combiner, mais la frappe d’Issoufou Alhassane à ras de terre n’est pas puissante pour inquiéter Ovono (14e).

Le Gabon revient de plus en plus dans les 16 mètres nigériens, et Eric Mouloungui va avoir l’occasion de frapper, mais il est contré dans la surface (17e).

Aubameyang ! Il récupère un centre au second poteau, contrôle, et frappe ! Daouda avait bien réduit son angle et repoussé le tir du gabonais (18e).

 

 

Pierre Emerick Aubameyang ouvre la marque

Une action encore bien construite du côté gabonais laisse de marbre la défense nigérienne. Longue ouverture pour Nguema qui centre au second poteau sur Aubameyang  qui place son coup de tête dans l’angle fermé. Daouda avait manqué sa sortie. (1-0 ; 31e).

Longue balle nigérienne qui met quelque peu en difficulté la défense gabonaise, mais Ovono quitte ses buts et vient couvrir le ballon (37e).

Moussa Maazou Ouwo parviengt enfin à se mettre en évidence face à Ecuélé Manga. Il centre et obtient un précieux corner repoussé (42e). Un deuxième corner est repoussé à 3 reprises par la défense gabonaise pour une contre-attaque (43e).

Mais le Niger va revenir à la charge et se procurer un deuxième corner, sans danger pour le Gabon (45e).

 

Ondo Nguema assène un 2e but au Niger

Le Niger va pourtant subir  un nouveau revers après ce semblant de réveil.

Cette fois-ci c’est sur le flanc gauche que ça se passe avec Moussono qui centre idéalement devant les buts nigériens. Aubameyang place une première tête repoussée dans les pieds de son partenaire Stéphane Ondo Nguema (2-0 ; 45+1). Les rôles sont inversés entre le passeur du premier but et son buteur.

La réaction nigérienne intervient sur une frappe d’Issoufou Boubacar des 30 mètres. Ovono capte bien et rassure les siens avant la pause.

 

Le Niger finit à 10 après avoir épuisé ses changements

Le Gabon place quelques offensives en début de partie, sans plus.

Le Niger place quelques incursions avec Maazou Ouwo contré par Moussono pour un corner sans suite (61e).

Aubameyang ! Il récupère presque le centre, mais le drapeau s’élève alors que l’attaquant gabonais était à 3 mètres des buts nigériens. (66e).

La blessure de Moutari Amadou laisse le Niger à 10 pour finir le match. C’est un fait de match dû aux changements trop vite opérés par le staff nigérien.

Maazou Ouwo ! Enfin en tête à tête avec Ovono, la tête de l’attaquant nigérien est repoussée par le gardien gabonais (78e). Le Niger avait un bon coup à jouer.

Aubameyang trop perso récupère un ballon raté par la défense et tente sa frappe des 25 mètres sous les yeux de Mouloungui mieux placé.

Mouloungui alerte Cousin taclé par Chicoto, mais l’arbitre laisse couler…(87e). Mbanangoye lance Cousin sur le flanc gauche. Ce dernier centre sur Mouloungui qui manque sa reprise dans les 6 mètres sous la menace d’un adversaire (90e).

 

Encadré

Feuille de match

 

Stade de l’Amitié de Libreville

Gabon-Niger 2-0

Arbitre : Eddy Maillet (Seychelles)

Les buts : 31e Pierre Emerick Aubameyang ; 45e +1Stéphane Nguéma

 

Avertissements : Niger, Issoufou Alhassane ; Gabon : Stéphane Nguema

Les équipes

Gabon

1 Didier Ovono ; 3 Edmond Mouélé, 4 Ekwa Ebanega ; 5 Manga Ecuele, 7 Stéphane Ondo Nguema, 9 Pierre Emerick Aubameyang, 11 Eric Mouloungui, 14 Levy Clément Madinda, 15André Poko Biyogo, 18 Cédric Moubamba, 22 Charly Moussono Moussono

 

Niger

16 Kassaly Daouda, 2 Moussa Maazou Ouwo, 3 Karim Lancina, 4 Kader Amadou, 6 Idrissa Laouali, 10talatou Djibo Boubacar, 11 Issoufou Alhassane, 13 Mohamed Chicoto, 14 Issoufou Boubacar, 15 Johan Sulliman Mazadou

 

Remplacements

 

Niger

Alhassane sort, Seydou Yacouba entre (44e)

Issoufou Boubacar sort, Jimmy Bulus entre (57e)

Talatou Djibo Boubacar sort, Moutari Amadou entre (64e)

 

Gabon

Stéphane Nguéma sort, Bruno Mbanangoye entre (75e)

Pierre Emerick Aubameyang sort, Daniel Cousin entre (84e)

André Biyogo sort, Lloyd Palun entre (90e+1)