Peut-on avoir de vrais Ecureuils sans un vrai championnat ?

 

Les meilleurs Ecureuils du moment sont ceux qui évoluent en Europe. A y voir de près, ils sont dans des clubs de seconde zone, à chaque niveau. Sessègnon, le plus brillant, n’est pas à Arsenal ou Chelsea pour le moment. C’est un indicateur. Au plan local, les vrais Ecureuils, les plus réguliers en sélection quel que soit la tête du sélectionneur restent Salomon Junior, Mohamed Aoudou, Isaac Louté et Saturnin Allagbé. Aucun d’entre eux ne s’est exporté en Europe lors du mercato estival : le niveau est bas ; pourquoi ? Pas de rythme, car pas de championnat !

Alors, avant de changer de sélectionneur, de faire des stages et de dépenser des primes de matches et des frais de mission, posons-nous la question essentielle : dans un pays normal, peut-on avoir une sélection nationale sans championnat alors qu’il n’y a pas de guerre ? Répondons : Non ! Sans perdre de temps. Alors, que nous manque-t-il pour faire un championnat, un tournoi, une compétition, n’importe laquelle, pour que nos joueurs soient en condition et en compétition ? Rien, sauf de la clairvoyance pour les dirigeants des sports d’élite. Il est facile d’attendre la veille d’un match et de lancer un stage pour dire que la sélection nationale se prépare et qu’on espère de bons résultats. Ça ne fonctionne nulle part comme ça. Investir sur des chevaux non partants, des billets d’avion et des primes, c’est une perte. Et si on commençait par le plus simple, le plus fondamental : un championnat. On perdrait moins de temps dans les émissions et dans la presse écrite à diaboliser, chacun, l’autre camp. Ce n’est plus aujourd’hui une question de camp, mais de réalisme sportif.

Aubay

 

Auteur : Rolland

journaliste sportif...

2 pensées sur “Peut-on avoir de vrais Ecureuils sans un vrai championnat ?”

  1. Bonsoir mes chers frères, j’avoue en ce moment où je vous écris, je suis bien déçu de comment les choses se passent dans mon pays! Je croyais que le changement allait apporter quelque chose ou encore la refondation depuis 4 mois, mais rien et rien. je me pose mille questions cet après-midi, le bénin sera quoi demain si nous évoluons comme cela? Nous avons des ambitions disons même les meilleures mais nous ne savons pas ce qui est prioritaire ou par où commencer? On fait du saupoudrage à chaque fois et on ne va jamais à l’essentiel. Et après un moment on est toujours au point mort.
    La situation actuelle de notre football doit édifier plus d’un, à compter par Chef de l’état. Puisque aujourd’hui aucun pays africain ne se fait connaitre en bien sur le plan mondial par sa soit disant démocratie, stabilité et paix. Soit c’est par le SPORT ou par son ECONOMIE. Alors sur ces deux plans nous sommes à la queue, derrière les Pays Pauvres Très Endettés (PPTE). Quand es ce que nous allons au moins sortir la tête de l’eau et planer sur le plan mondial???????

    Les moyens ne nous manquent pas c’est l’organisation qui fait défaut. Même si nous ne pouvons pas sortir de ce groupe on pouvait tout au moins jouer notre chance jusqu’au bout afin d’espérer une des trois places de meilleurs deuxièmes. Et voilà comment les choses se sont passées avec une crise montée de toute pièce par le ministère!!!!
    Les raisons de notre défaite ou non qualification partent dès la première journée. D’abord avec une crise après la CAN, puis on se lance dans une autre compétition avec pour objectif une qualification et pour joueurs: les locaux. Première décision, premier échec!!!
    Par la suite une victoire surprise contre le Rwanda nous faisait croire que tout est relancé sans compter sur la fameuse crise de la fédé. Deux équipes nationales, deux sélectionneurs (pour les deux matchs Côte d’Ivoire-Bénin, Bénin-CI), ceci aux yeux et aux barbes de qui? De l’état, du Ministre et de ses cadres (C’est l’état qui gère les équipes nationales à ce que je sache).Ces dirigeants n’ont jamais su prendre les choses en main pour éviter le pire à notre nation. la débâcle contre la Côte d’ivoire s’en est suivie et on ose aller dissoudre un encadrement sans aller au fond même du problème. L’arrivée du nouveau ministre nourrissait les béninois d’espoir mais voilà déjà il est resté spectateur de la crise sans prendre de grandes décisions un peu comme qu’il est coupé dans son élan après un beau discours de prise de service au palais des sports du stade de l’amitié. Et voilà nous tous on croyait à cette refondation et enfin les choses allaient reprendre de plus belles. Nous sommes restés sur notre soif jusqu’à ce week-end où c’est le TAS qui devrait rendre public sa sentence ou encore une victoire en Burundi pour se relancer. Mais rien n’y fit, et pourquoi? Oui pourquoi?
    Premièrement: Croyez-vous que nous devons notre avenir au TAS, à la FIFA ou en encore à la CAF? Voilà un peu ce que nos autorités qui ont pris les rênes de notre sport pensent depuis leur installation. On dirait que c’est par elles que le Bénin a eu son indépendance depuis 51ans!!!! On se trompe dans ce pays, on nous trompe et on tourne en rond depuis des décennies.
    Deuxièmement: Comment voulez-vous nous relancer quand on met de côté les ténors de l’équipes pour ce match? Ce qui s’est passé lors du match contre la Côte d’Ivoire n’est pas de la faute des joueurs c’est l’encadrement et la fédé. On nous a toujours dit qu’on a besoin de tous les fils de ce pays pour construire la nation! Alors ou est l’acte qu’il faut joindre à la parole ou aux beaux discours politiques???? Le symbole laissé par le roi ghézo nous sert à quoi? Mouri est-il si fatigué qu’il ne peut jouer ce match aux côtés de Sessegnon? Djiman KOUKOU serait-il aussi fané pour jouer à la place d’un joueur local sans compétition? Même si KOUKOU ne joue pas en plein temps, il apprend beaucoup déjà en championnat portugais et sa place est bien là! Pourquoi une défection de Adénon et Poté? Si la volonté était qu’on peut se relancer après cette journée il fallait mettre tout de son côté (Joueurs, encadrement, organisation du voyage et autres. Encore une fois on trompe le peuple, de faux espoirs alors que notre sort était connu depuis le match aller contre le Burundi à Cotonou. Je suis vraiment déçu après tout ceci que notre autorité qui gère le sport dire, je cite: Notre équipe à faire match nul alors que j’espérais plus, fin de citation. Comment peut-on espérer plus quand on sait comment on est parti de Cotonou? Regardez comment nos voisins nous donnent de leçons? A part le Togo qui sort d’une crise tous les autres pays limitrophes du bénin sont sur la bonne voie de se qualifier, même le Niger pour la première fois.
    On fait quoi au bénin????? On a scellé le sort des jeunes depuis des mois en empêchant le championnat et on veut des résultats meilleurs. Aucun Joueur béninois ne peut aller en Europe pour un test ou tenter signer un contrat alors qu’on reçoit dans la grande coure de notre Danhomey ou introniser des ambassadeurs « Prince Non vi vivè ». Qu’es ce qui nous reste encore à espérer de notre sport? Même ailleurs rien ne va. Le Volley-ball aussi est à terre depuis que les gens ont pris la tête de la fédé! Quels résultats aurons-nous sans championnat
    Le Bénin a eu un statut depuis la CAN 2008 que nous devons faire valoir à tout prix en nous qualifiant à chaque édition.
    Mes chers frères, je suis très déçu au point où j’en pleure. J’ai voulu me vider en vous faisant lire ces quelques mots. Si j’ai mal fait dites le moi. je n’ai aucune intention d’aller contre une autorité, je n’ai dit ce que je pense de ma passion qu’est le Foot!!!!!
    Merci

  2. Je n’ai dit ce que je resents en moi. J’ai eu encore très mal hier quand sur la télé nationale des journalistes tentaient d’accuser des joueurs absents. A ce stade de la compétition et vue tout ce qui s’est passé des joueurs peuvent faire défection et il revient aux dirigeants de les manager pour qu’ils soient présents. On ne peut comparer les sénégalais au béninois, je suis désolé que Jacques OKOMASSOU réagisse de la sorte. mais à quoi sert le troisième coatch? TCHOMOGO sert à quoi? il est venu pratiquement au mème moment que les joueurs pros! Si on veut mettre la défaite ou l’élimination sur le dos des joueurs, je dis non. je l’avais dit hier matin qu’il faut remercier nos joueurs locaux comme pros, ils ont tous joué leur partition. Qu’on cesse d’accuser les pauvres joueurs alors que le mal est là au sein de la fédé, du ministère, du comité paritaire et autres vautours qui gravitent autour de l’équipe à ne rien faire!!!!
    Mes remerciements vont aussi à l’endroit du coatch et je souhaite qu’on lui donne les moyens pour mieux préparer les locaux pour le tournoi de l’UEMOA!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *