Les reproches du collectif des clubs au ministre Didier Aplogan

 

« Le ministre aurait pu inviter les parties pour mieux comprendre que 10 clubs de Ligue1 (sur 14) et 10 clubs de Ligue2 (sur 12) étaient d’un côté. » Ismaël Adéothy va demander une rencontre de clarifications avec le ministre des sports, après une demande d’audience laissée sans suite par l’autorité.

Pierre Hinvi va enchaîner, déplorant le « changement de cap depuis l’avènement du ministre Aplogan, l’Etat n’étant plus une continuité dans ce cas.» Il relèvera les concertations faites avec George-Mari d’Almeida, secrétaire général de la Ligue et Bernard Hounnouvi, Directeur exécutif de la fédération pour regretter l’éviction des clubs non associés à cette démarche ministérielle. Au fil des questions, le ton monte d’un cran. Athanase Bocco va sortir de la langue de bois et dire clairement que « le ministre des sports essaye de faire des consultations pour que les deux parties discutent. »

Cette méthode ne reçoit pas l’assentiment du collectif des clubs qui déplore que le ministre des sports reçoive un camp sans l’autre ces derniers jours. « Comment peut-on traiter une majorité de 20 clubs sur 26 comme des brebis galeuses ? » s’est insurgés Ismaël Adéothy. Le ministre des sports ne manquera pas de réagir après cette sortie.

Aubay

 

Auteur : Rolland

journaliste sportif…

3 réflexions sur « Les reproches du collectif des clubs au ministre Didier Aplogan »

  1. Soit on journaliste et on l’assume, soit on l’est pas. Nos commentaires ne sont jamais Publiés quand ça touche notre super ministre.
    Comme nous le disons la vérité dérange toujours dans notre cher pays.
    Pourtant la réalité est là il est le plus nul que le Bénin n’a jamais connu et continuer à lui faire confiance, bon il n’y a que les rêveurs pour croire qu’il peut dénouer la crise.

  2. ce ministre comprend mème quoi de cette crise là? Il est à la tête d’un ministère où on trouve une entreprise qui draine plus de 1.000 emplois avec un budget qui avoisine les milliards, et du cout cette entreprise tombe et ferme ses portes. Et Lui Ministre se met devant l’entrée de cette entreprise et se met à rire!!!!!!!!!! Voilà un peu le comportement du ministre. Depuis 2006, citez moi quelle entreprise qu’à créer le changement et maintenant la refondation qui a embauché plus 1000 jeunes? réponse c’est : NON
    Voilà un peu ce que nous sommes au bénin. La crise n’empêche pas de continuer le championnat et au moins ca permettra de mettre les jeunes en compétition sportive et non en compétition sexuelle dans nos rues. Encore que ce ministère se charge de la jeunesse. Il a montré ses limites il faut que les jeunes se lèvent pour demander sa démission. Nous ne voulons des gens incapables de gérer la chose publique pour le compte du peuple.

  3. je suis entièrement d’accord avec vous. c’est triste pour le pays qu’on cherche à régler des comptes avec Ajavon et priver la jeunesse de leur gagne pain et de s’épanouir c’est vraiment triste.
    Notre pays!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *