Après Imorou à Braga, Koukou va signer à Beira-Mar

Djiman Koukou va passer une étape décisive dans sa carrière. Il est en passe de s’engager avec Beira-Mar en première division Portugaise. Son recrutement serait presque conclu.


Le milieu défensif international Béninois Djiman Koukou (20 ans, 29 matches pour 4 buts avec Créteil). En fin de contrat à Créteil où il vient d’enchaîner une seconde saison en 3e division Française après être passé par Evian TG un an plus tôt. L’ancien joueur de Soleil Fc et de Tonnerres au Bénin, a séduit, Beira-Mar, club de première division Portugaise. Koukou répond parfaitement au désir du club de trouver un remplaçant au Libyen Djamal qui a rejoint Braga au début du mercato. En plus, le milieu Béninois est libre puisqu’en fin de contrat chez les Cristoliens. Les négociations entre Beira –Mar et l’agent de Koukou  sont effectivement en cours et les deux parties sont tout proches d’un accord. Selon la presse Lusitanienne, le club propose un bail de 2 ans à l’International Béninois. Ce dernier sauf cataclysme va s’engager après le règlement de quelques derniers détails.

Le défi de la progression !

Si cette transaction est officialisée, Djiman Koukou rentrera dans l’histoire puisqu’il sera le premier joueur Béninois à réussir un si grand saut : Quitter une 3e division pour une première division de premier plan en Europe. Après deux saisons de découverte du monde professionnel et d’apprentissage en France. Koukou va découvrir un championnat très relevé surtout sur le plan technique. Quand on connaît les qualités du joueur dans ce domaine et sa dernière prestation sous les couleurs nationales contre la Côte d’Ivoire à Cotonou, on peut douter. Sur le plan psychologique, Koukou doit également faire ses preuves. Mais la forte densité physique du milieu défensif va militer en sa faveur en attendant qu’il ne se polisse sur les autres plans. Donc à Beira-Mar le plus grand défi qui attend Koukou c’est celui de progresser et combler les attentes du club. A noter qu’il sera la second joueur Béninois de la Liga Do Portuguesa après Emmanuel Imorou qui a récemment signé à Braga.

Rappelons qu’en 2007 et 2008, Oumar Tchomogo alors capitaine des Ecureuils avait évolué tour à tour à Setubal, Guimares et Portimao.

Géraud Viwami

Tournoi de football « Abou Maïga » : Bénin-Foot académie et Dimension Foot

 

Mis sur pied par Mounirou Daouda, le tournoi de football organisé par l’international béninois Abou Maïga à l’intention des centres de formation livre son vainqueur aujourd’hui. Hier en demi-finale, Bénin-Foot académie et Dimension Foot ont obtenu leurs billets qualificatifs devant Académie S. Sessègnon et B.E.S académie au stade de l’Amitié.

Sonagnon ADAM (coll)

La première rencontre est celle qui a opposé Bénin-Foot de Gbégamey à  l’Académie Sessègnon du stade de l’Amitié. Le match amorçait la trentaine de minutes quand les Oranges de Gbégamey ont ouvert la marque. Abraham Omotoyi profitant d’un corner tiré par son capitaine Carlos Sessou, trouve le chemin des filets. Trois minutes plus tard, Cosme Oniankitan et ses coéquipiers rétablissent la parité. Du retour des vestiaires, les académiciens de Bénin-Foot mettent la pression sur leurs adversaires et aggravent la marque à la 55ème minute sur une frappe du capitaine Carlos Sessou qui profite d’une légèreté de la défense adverse. Les poulains de Souley Kissa y croyaient encore quand Pascal Akotègnon récupère une balle dans l’axe central et crucifie le gardien des bleus à la dernière minute du jeu. Score final 3-1 en faveur des protégés de Christian Nsan Baom.

 

Dimension Foot l’emporte 1-0

La seconde rencontre a opposé Dimension Foot de Sèdégbé coachée par Sylvestre Obiné et B.E.S académie de Gbégamey conduit par Antoine Lohento. Les vert et jaune de Sèdégbé ont donné le top de la confrontation en violant les buts gardés par Ismaël Traoré à la 8ème minutes de jeu. But du capitaine des jaunes et vert, Evra Dégon sur une balle soigneusement servie de la droite par Tundé Babalao. Qu’importe, Albert Dossa et ses coéquipiers restent sereins et se signalent à la 19ème mais sans trouver le chemin des filets. Malgré cette pression, le comptoir reste inchangé jusqu’ à la fin des 35 premières minutes. En deuxième période, Valère Sossoukpè (de Dimension Foot) et les siens multiplient les assauts dans le camp adverse mais l’issue de la rencontre ne changera pas. B.E.S académie concèdent l’unique but de la partie.

Le match de la troisième place oppose aujourd’hui Académie S. Sessègnon et B.E.S académie et le champion du tournoi sera connu l’issue de la finale qui opposera Bénin-Foot académie à Dimension Foot.

GAIS Goteborg: Omotoyossi conservé ?

Omotoyossi conservé ?

Le 30 mars dernier, il a signé un « petit » contrat de quatre mois avec le GAIS Göteborg en division d’élite Suédoise. Razak Omotoyossi, a joué 9 matches de championnat et deux en coupe de Suède. Le taureau de Pobè comme on le surnomme a déçu puisqu’il n’a jamais trouvé le chemin des filets. Souvent remplaçant va t-il pouvoir rester ? Alors que les autres attaquants, notamment Wanderson do Camao compte déjà 5 buts en en 12 matches. Aussi, si les dirigeants de GAIS ne parlent pas encore de prolongation alors que le contrat d’Omotoyossi expire en Juillet, Omotoyossi est plus que jamais dans l’attente.

 

Arsène Ménessou direction Turquie ?

Arsène Mènessou, l’arrière droit néo-international Béninois a annoncé récemment qu’il quitte Saragosse et l’Espagne. Il avait également évoqué son envie d’évoluer ailleurs qu’en France. Son appel a-t-il été entendu ? Selon nos informations, Ménessou serait sur la shortlist de plusieurs clubs de l’élite Turque qui apprécie le profil de l’ancien Havrais. Laissé libre par Saragosse, Ménessou ne devrait donc pas tarder à se caser.

 

Adénon ne prolongera pas au Mans !

Le défenseur central international Béninois, Khaled Adénon ne prolongera pas son aventure avec Lemans. La nouvelle n’est pas encore officielle mais tout porte à croire cela. L’ancien « Mimo» n’a pas participé à la reprise lundi dernier. Son dossard 6 a été attribué au jeune milieu Français de 20 ans, Massiré Kanté. Mieux le club vient d’enregistrer l’arrivée du défenseur Ivoirien, Mamadou Doumbia laissé libre par Istres. Des indices qui confirment que le club est prêt à tourner la page.

Le Béninois va donc trouver un nouveau point de chute. Mais où ?  Plusieurs clubs de ligue 1, parmi lesquelles Nice, et Sochaux sont intéressés. Selon les dernières rumeurs, Toulouse, Saint-Etienne et même Lens (ligue 2) semblent en pole position sur la liste. C’est le moment de passer à l’action !

Entretien exclusif Guillaume Bèmènou :«Je ne quitterai pas Chambéry pour un autre club de CFA »

2011, sera une année inoubliable pour lui. Guillaume Bèmènou, gardien de but, qui a connu une belle aventure en club avec Chambéry en coupe de France. Puis deux titularisations dans les buts des  Ecureuils. L’international Béninois s’est confié à nous. Entretien.

Propos recueillis par Géraud Viwami

Le grand public ne te connait pas assez, si tu devrais te présenter ?

Je suis Guillaume Bèmènou, gardien de but de 26 ans, 1m92 pour 96 kilos. J’ai été formé à Grenoble. J’ai joué à Bruxelles (Belgique) puis à Royes et  Aurillac en CFA, et Chambéry où j’évolue depuis une saison.

Après l’épisode raté avec les juniors en 2005, finalement c’est en 2011 que vous avez eu l’honneur de connaitre la sélection nationale, qu’est-ce qui a été le motif ?

Surement que si cela c’était fait avant ça n’aurait peut-être pas marché donc pour moi tout vient à point nommé. Et il n’y a pas de souci.

Pour un baptême de feu vous jouez la Cote d’ivoire, c’était chaud ?

C’était un match difficile pour moi et mes coéquipiers qui on su m’intégrer sans grande difficulté. Je connaissais Michael Poté, puisqu’on a fait le centre de formation de Grenoble ensemble. J’ai partagé ma chambre avec Emmanuel Imorou, l’accueil était bien avec Stéphane (Sèssegnon), Damien (Chrysostome)  et Khaled (Adénon). Le groupe est facile à vivre.

Vous avez vécu une expérience extraordinaire avec Chambéry en atteignant les quarts de finale de la coupe France. Vos prestations ont fait grimper votre cote sur le marché des transferts, vous avez des pistes pour un éventuel départ ?

Oui j’ai beaucoup de contacts mais rien de concret pour l’instant. Ça pourrait se faire mais si ce n’est pas le cas je reste à Chambéry où on vient de me proposer une prolongation. On a clôturé la saison avec une promotion de CFA 2 en CFA je crois que c’est une bonne chose.

Vos pistes sont-elles à un échelon supérieur ou est-ce juste des rumeurs ?

Je ne pourrai dire quelle importance j’ai réellement à leurs yeux.  Mais je ne quitterai pas Chambéry pour un autre club de CFA. Si je reste en CFA, c’est Chambéry et si je pars c’est pour division supérieure.

Entretien exclusif avec Arsène Ménessou : « Ça fait trois ans que je pensais venir en sélection»

Bénino-ivoirien, Arsène Mènnessou a finalement opté pour les Ecureuils le 05 juin dernier. Ce défenseur latéral droit évoque ici cette expérience. Il parle également de sa carrière tout ceci en exclusivité. Entretien.

Propos recueillis par Géraud Viwami

Si on devait vous présenter ?

Je suis Arsène Mènnessou Gbougnon, défenseur arrière droit international Béninois de 23 ans. J’ai été forme au Havre en France. J’ai fait mes armes là-bas puis j’ai signé à Beauvais en 2007 où j’ai joué en National jusqu’en 2009.  Ensuite j’ai signé pour Saragosse, où mon contrat s’est expiré cette année.

Après plusieurs annonces, finalement c’est en 2011 que vous découvrez l’équipe nationale Béninoise,  le déclic c’était quoi ?

Au début je pense que le problème était administratif. J’ai aussi eu des soucis avec mon club Saragosse qui m’avait bloqué quand Dussuyer était venu en Espagne. J’étais beaucoup déçu par rapport à cela. Maintenant j’ai réussi à me libérer et j’ai pris ma décision de jouer pour la sélection Béninoise. Aujourd’hui je suis là et je suis très content parce que cela fait à peu près trois ans que je pensais venir ici.

Que dites-vous par rapport aux doutes qui planaient sur votre nationalité Béninoise ?

Moi j’ai des origines béninoises. Du coté de mon père il y a des origines Béninoises et c’est vrai. D’un autre coté il y a aussi beaucoup de rumeurs. Je confirme que j’ai des origines Béninoises et ivoiriennes à la fois. Maintenant j’ai choisi le coté Béninois et j’en suis fier.

Votre première expérience à Cotonou, comment vous avez vécu avec le groupe ?

Avec la chaleur Africaine cela a été un peu difficile au début. J’ai su prendre le rythme. Au niveau du groupe j’ai été très bien accueilli. Je me suis intégré facilement et c’est important.

En 2009 vous avez quitté Beauvais pour Saragosse en Espagne, où vous avez eu plus de temps de jeu en équipe B qu’en équipe première, parlez-nous de cette expérience Ibérique ?

En Espagne les équipes réserves peuvent évoluer jusqu’en seconde division. Le niveau est très bon, Saragosse avait une réserve qui évoluait en troisième division. En équipe première, il y avait des joueurs de grandes qualités comme Florent Sinama-Pongole et autres donc c’était un peu difficile. Maintenant j’ai essayé de faire mon trou et j’ai eu mal pas mal d’expérience là-bas. On m’a fait jouer avec la réserve, bon je m’étais donné à fond pour et je suis content de cela.

Après cette saison avec la réserve, pensez-vous être promu en équipe première pour le compte de cette saison?

Non, parce que c’est sûr que je ne vais pas prolonger avec Saragosse. Mon bail arrive à terme. J’ai décidé de partir d’abord à cause de la sélection nationale ensuite j’ai d’autres raisons que je n’aimerais pas évoquer pour l’instant. S’il y a des offres qui arrivent on verra ce que ça va donner.

Quels sont les pistes que vous avez ?

Personnellement je ne pense pas revenir en France. Mais on verra bien ce qu’il y aura de concret. Jusqu’ici il n’y a encore rien.

Un mot à l’endroit de ce public Béninois qui te connait très peu

Je dirais que j’ai découvert un public très chaleureux. J’ai vu des gens qui sont à fond dans le foot. Je leur dis que je suis fier de jouer pour les couleurs nationales.

Entretien exclusif avec Arsène Mènnèssou « Ça fait trois ans que je pensais venir en sélection»

Bénino-ivoirien, Arsène Mènnessou a finalement opté pour les Ecureuils le 05 juin dernier. Ce défenseur latéral droit évoque ici cette expérience. Il parle également de sa carrière tout ceci en exclusivité. Entretien.


Si on devait vous présenter ?

Je suis Arsène Mènnessou Gbougnon, défenseur arrière droit international Béninois de 23 ans. J’ai été forme au Havre en France. J’ai fait mes armes là-bas puis j’ai signé à Beauvais en 2007 où j’ai joué en National jusqu’en 2009.  Ensuite j’ai signé pour Saragosse, où mon contrat s’est expiré cette année.

Après plusieurs annonces, finalement c’est en 2011 que vous découvrez l’équipe nationale Béninoise,  le déclic c’était quoi ?

Au début je pense que le problème était administratif. J’ai aussi eu des soucis avec mon club Saragosse qui m’avait bloqué quand Dussuyer était venu en Espagne. J’étais beaucoup déçu par rapport à cela. Maintenant j’ai réussi à me libérer et j’ai pris ma décision de jouer pour la sélection Béninoise. Aujourd’hui je suis là et je suis très content parce que cela fait à peu près trois ans que je pensais venir ici.

Que dites-vous par rapport aux doutes qui planaient sur votre nationalité Béninoise ?

Moi j’ai des origines béninoises. Du coté de mon père il y a des origines Béninoises et c’est vrai. D’un autre coté il y a aussi beaucoup de rumeurs. Je confirme que j’ai des origines Béninoises et ivoiriennes à la fois. Maintenant j’ai choisi le coté Béninois et j’en suis fier.

Votre première expérience à Cotonou, comment vous avez vécu avec le groupe ?

Avec la chaleur Africaine cela a été un peu difficile au début. J’ai su prendre le rythme. Au niveau du groupe j’ai été très bien accueilli. Je me suis intégré facilement et c’est important.

 

En 2009 vous avez quitté Beauvais pour Saragosse en Espagne, où vous avez eu plus de temps de jeu en équipe B qu’en équipe première, parlez-nous de cette expérience Ibérique ?

En Espagne les équipes réserves peuvent évoluer jusqu’en seconde division. Le niveau est très bon, Saragosse avait une réserve qui évoluait en troisième division. En équipe première, il y avait des joueurs de grandes qualités comme Florent Sinama-Pongole et autres donc c’était un peu difficile. Maintenant j’ai essayé de faire mon trou et j’ai eu mal pas mal d’expérience là-bas. On m’a fait jouer avec la réserve, bon je m’étais donné à fond pour et je suis content de cela.

Après cette saison avec la réserve, pensez-vous être promu en équipe première pour le compte de cette saison?

Non, parce que c’est sûr que je ne vais pas prolonger avec Saragosse. Mon bail arrive à terme. J’ai décidé de partir d’abord à cause de la sélection nationale ensuite j’ai d’autres raisons que je n’aimerais pas évoquer pour l’instant. S’il y a des offres qui arrivent on verra ce que ça va donner.

Quels sont les pistes que vous avez ?

Personnellement je ne pense pas revenir en France. Mais on verra bien ce qu’il y aura de concret. Jusqu’ici il n’y a encore rien.

Un mot à l’endroit de ce public Béninois qui te connait très peu

Je dirais que j’ai découvert un public très chaleureux. J’ai vu des gens qui sont à fond dans le foot. Je leur dis que je suis fier de jouer pour les couleurs nationales.

Propos recueillis par Géraud Viwami

Entretien exclusif avec Emmanuel Imorou du SC Braga / Portugal : « A moi de vite m’adapter et prouver que j’ai ma place»

En moins de deux ans, il s’est révélé comme l’une des valeurs montantes du foot Béninois. Emmanuel Imorou, le gaucher polyvalent Béninois, évoque ici en exclusivité, sa nouvelle vie à Braga. Entretien.

Propos recueillis par Géraud Viwami (coll.)

Imorou, vous êtes passé de Châteauroux à Braga, qu’est-ce qui a finalement ton choix ?

Ma fin de saison à Châteauroux, je n’avais pas beaucoup de temps de jeu comme durant toute la saison d’ailleurs. J’étais pas tous le temps titulaire et je n’évoluais pas à mon poste de prédilection, j’évoluais comme milieu gauche alors que moi je préfère jouer arrière gauche. Donc en fin de saison mon contrat arrivait à terme et j’ai préféré partir. Il y avait plusieurs clubs qui s’intéressaient à moi notamment à l’étranger. L’offre que Braga m’a faite était la plus intéressante et je n’ai pas hésité du fait de leur parcours en championnat et en Europa League. Voilà j’ai signé, je leur plaisais leur projet m’intéressait leur discours m’a plu.

Quitter Châteauroux, la ville où vous avez toujours vécu est-ce  difficile pour vous ?

Non pas du tout, je ne suis pas originaire de là-bas, c’est vrai que ça me fait plus mal pour les amis que j’ai dans cette ville. Après le club lui-même je le garderai dans mon cœur, c’est lui qui m’a formé. C’est grâce à lui que je suis devenu pro. Maintenant je ne suis pas triste au contraire, parce que j’ai fait ce choix pour progresser.

Vous quittez la ligue 2 Française pour une première division, que vous ne connaissez pas ?

 Je connais un peu ce championnat, je sais qu’il y a cinq ou quatre grosses équipes. Donc après c’est important de faire bonne figure dans l’ensemble des grands matches. Contrairement à la ligue 1, c’est un championnat qui n’est pas homogène il y a un groupe de cinq équipes qui luttent souvent en haut du tableau. A moi de vite m’adapter et prouver que j’ai ma place.

Quelles sont vos ambitions pour cette nouvelle saison qui démarre ?

C’est de jouer le plus de matches possibles et de toujours progresser. Faire bonne figure en championnat et en Europa League.

Partir à l’étranger à 22 ans n’est-ce pas risqué ?

Non, dans une carrière il faut prendre des risques si on veut évoluer. Après, mon projet c’est jouer parce que je manquais d’offre en France. Il y a des clubs qui me plaisaient en ligue 1 et ligue 2 mais je n’ai pas eu de propositions concrètes. Après il va falloir que je m’adapte. J’ai signé un contrat de cinq ans à Braga donc j’ai le temps de m’adapter. Même si dans ma tête je dois le faire le plus vite possible pour être disponible. 

Dites-nous, après plusieurs appels, vous avez finalement accepté de porter les couleurs nationales en 2010, quelle était votre motivation ?

C’est surtout Michel Dussuyer qui a motivé mon choix. Il m’a beaucoup relancé et parlé avec moi. Avant si je ne venais pas, c’est parce que je n’étais pas prêt. Je ne connaissais pas assez le pays. Mon père est originaire d’ici, ma mère est Française et moi je suis né en France. Pour être là je voulais bien réfléchir à ça. Jouer pour l’équipe nationale c’est une décision très importante, je ne voulais pas négliger. Et quand je me suis senti prêt, j’ai contacté Mickaël Poté pour lui demander des conseils et m’informer. Je suis venu et je me suis investit à cent pour cent.

Ayant la double nationalité, Franco-Béninoise vous n’avez jamais pensé à l’équipe de France ?

Non pas du tout (rire). Je n’ai jamais été présélectionné en équipe de France et je n’y ai jamais pensé. Surtout parce que je suis arrivé un peu tard en centre de formation. Et je n’ai jamais été titulaire indiscutable même en ligue 2. Je ne pensais pas vraiment à l’équipe de France.

D’autre joueurs comme Boco, Poté, ont effectué le même choix que vous, parlez-nous de votre intégration ?

C’est vrai qu’on est plusieurs à jouer en Europe à partir de là, c’est plus facile de s’intégrer et s’adapter. Même si les cultures sont différentes. Maintenant je me sens bien dans l’équipe. Il y a Guillaume (Ndrl : Bèmènou) aussi qui vient d’arriver et je l’ai aidé à s’intégrer. Tous les joueurs sont bien accueillis il n’y a aucun problème à ce niveau.

 

La CAN en Angola, une belle expérience

C’était extraordinaire après on n’a pas pu atteindre les objectifs souhaités. C’était une expérience vraiment extraordinaire. On représente son pays, on joue pour lui avec tout un peuple derrière nous. C’est quelque chose de magnifique.

Ce nouveau statut d’international a-t-il changé quelque chose dans votre vie ?

Je n’ai pas le sentiment qu’en Europe ça ait changé quelque chose. J’ai l’impression qu’on ne nous respecte pas pour autant. Après, d’un autre côté c’est vraiment sensationnel ça fait vraiment plaisir.

Exclusif/ Emmanuel Imorou du SC Braga – Portugal : « A moi de vite m’adapter et prouver que j’ai ma place»

emmanuel imorou, la nouvelle aventure débute

 

En moins de deux ans, il s’est révélé comme l’une des valeurs montantes du foot Béninois. Emmanuel Imorou, le gaucher polyvalent Béninois, évoque ici en exclusivité, sa nouvelle vie à Braga. Entretien.

Propos recueillis par Géraud Viwami

Imorou, vous êtes passé de Châteauroux à Braga, qu’est-ce qui a finalement guidé votre choix ?

Ma fin de saison à Châteauroux, je n’avais pas beaucoup de temps de jeu comme durant toute la saison d’ailleurs. J’étais pas tous le temps titulaire et je n’évoluais pas à mon poste de prédilection, j’évoluais comme milieu gauche alors que moi je préfère jouer arrière gauche. Donc en fin de saison mon contrat arrivait à terme et j’ai préféré partir. Il y avait plusieurs clubs qui s’intéressaient à moi notamment à l’étranger. L’offre que Braga m’a faite était la plus intéressante et je n’ai pas hésité du fait de leur parcours en championnat et en Europa League. Voilà j’ai signé, je leur plaisais leur projet m’intéressait leur discours m’a plu.

INTEGRALITE à LIRE CE MERCREDI

Olympiques : Moïse Ekoué démissionne!

 

(Il échappe à une probable dissolution de façade!)

Il a adressé son courrier au président de la fédération. La lettre de démission en date du 20 juin 2011 évoque comme raison la « prestation » de la sélection olympique.

C’est en 4 ans le 3e sélectionneur de nationalité béninoise qui « ose » démissionner.

On se demane même quelle était sa mission, vu qu’il a exercé dans contrat officiel et feuille de route!

Contrairement à Edmé Codjo (janvier 2007) et Alain Gaspoz (juillet 2010) qui sont partis sans demander à rencontrer le président de lafédération, Moïse Ekoué s’est dit prêt à un « rendez-vous à la convenance » du président de la Fédération.

Quant on sait que la démission a été remise depuis Johannesburg où séjourne également le président de fédération, on se dit que c’est un bon moyen pour calmer l’opinion avant l’arrivée de la délégation à Cotonou.

Mais le ver reste dans le fruit et c’est bien dommage que Fortuné Glèlè comme Moïse Ekoué sautent tels des fusibles, sans vraiment révéler les dessous de deux humiliations historiques. On les connaissait sélectionneurs, les voilàcomplices de leurs bourreaux d’aujourd’hui, bienfaiteurs d’antan.

Sélection Olympique : Le sélectionneur Moïse Ekoué a démissionné

Il a adressé son courrier au président de la fédération. La lettre de démission en date du 20 juin 2011 évoque comme raison la « prestation » de la sélection olympique.

C’est en 4 ans le 3e sélectionneur de nationalité béninoise qui « ose » démissionner.

On se demane même quelle était sa mission, vu qu’il a exercé dans contrat officiel et feuille de route!

Contrairement à Edmé Codjo (janvier 2007) et Alain Gaspoz (juillet 2010) qui sont partis sans demander à rencontrer le président de lafédération, Moïse Ekoué s’est dit prêt à un « rendez-vous à la convenance » du président de la Fédération.

Quant on sait que la démission a été remise depuis Johannesburg où séjourne également le président de fédération, on se dit que c’est un bon moyen pour calmer l’opinion avant l’arrivée de la délégation à Cotonou.

Mais le ver reste dans le fruit et c’est bien dommage que Fortuné Glèlè comme Moïse Ekoué sautent tels des fusibles, sans vraiment révéler les dessous de deux humiliations historiques. On les connaissait sélectionneurs, les voilàcomplices de leurs bourreaux d’aujourd’hui, bienfaiteurs d’antan.

Sélectionneurs Moïse Ekoué et Fortuné Glèlè : dépassés ou en manque d’exercice? (11 encaissés buts en deux semaines)

Ils ont cloué le bec aux entraîneurs locaux qui espéraient avoir leurs chances. Les prestations de leurs deux équipes ont montré à quel point notre football souffre de ses encadreurs peu formés et pas rôdé pour le haut niveau. A eux deux, ils n’ont pas effectué 20 matches à la tête d’une quelconque équipe durant les 3 dernières années. Ils manquent de pratique, malgré les diplômes et les stages accumulés. N’ayant pas connu le haut niveau en tant que footballeur, ces encadreurs qui n’ont rien gagné de significatif dans leurs carrières sont logiquement en difficultés lorsqu’ils sont à la tête des sélections. A cela s’ajoute leur exposition au bon vouloir de la fédération et des autres réseaux qui tournent autour des sélections. Les cinglantes défaites de ces dernières semaines, malgré les moyens importants débloqués par l’Etat montrent donc que nos techniciens ont du chemin à faire et devraient repartir sur le terrain.

(Nous y reviendrons)

Aubay

Eliminatoires des J.O 2012 / Afrique du Sud – Bénin 5-1 : Humilié et éliminé, le football béninois quitte la scène internationale

 

(Le talent de Fadel Suanon a parlé)

Ndulula "Drogba" Bongani, bourreau des Ecureuils olympiques

 

Eliminatoires des J.O 2012 / Afrique du Sud – Bénin 5-1

Humilié et éliminé, le football béninois quitte la scène internationale

Une défaite 4 buts d’écart qui a un goût de déjà-vu. Deux semaines après le naufrage de Cotonou 2-6 pour les seniors, les Ecureuils Olympiques ont lourdement perdu 1-5 à Johannesburg face à l’Afrique du Sud. Humiliés et éliminés : c’est le tube de juin !

 

Aubay

Les faux arguments ne tiennent pas cette fois-ci. La magie n’a pas opéré. Et pourtant durant 15 minutes, les Ecureuils ont fait illusion. Et avec la belle claquette de Wassiou Salami promu gardien titulaire, on y croit presque. Mais seulement voilà. Comme pour les seniors, le récital de l’attaque adverse débute. Phumelele Bhengu ouvre le score (1-0 ; 17e), Thami Sangweni s’exprime grâce à un coup franc décomposé suivi d’une lourde frappe (2-0 ; 25e). L’Afrique du Sud jusque-là, est qualifiée. La réaction béninoise se fait sentir avec plusieurs occasions. En vain. Le show sud-africain reprend. Mandla Masango inscrit le 3e but en reprenant un centre en retrait. (3-0 ; 37e). Les Ecureuils olympiques assommés encaissent un 4e but par Bongani (4-0 ; 41e). La sélection béninoise tente de réagir enfin, mais Isaac Louté ne parvient pas à marquer (43e).

 

Le talent de Fadel Suanon a parlé

A la reprise, la sélection béninoise revenue à des bases techniques et tactiques plus saines tente de se relancer. Le jeu se stabilise avec des parades des gardiens de but de part et d’autre. C’est Mohamed Aoudou qui va servir Fadel Suanon, l’incontournable jeune buteur qui expédie la balle au fond des filets (1-4 ; 79e minute). Comme pour les séniors il y a deux semaines à Cotonou, un talentueux joueur relance l’espoir à un but près. Le Bénin y croit encore, car à 2-4, la qualification est acquise. Seulement voilà, Bongani va inscrire le 5e but sud-africain (5-1 ; 87e). C’est le bourreau du jour, une sorte de Gervinho réincarné pour faire souffrir les Olympiques. C’est une défaite qui rappelle celle des grands. Les similitudes sont nombreuses, avec les errances tactiques et surtout le résultat flatteur du match aller (victoire 3-1 pour les Olympiques).

 Rand stadium, Johannesburg, dimanche 19 juin 2011

Bénin : Fadel Suanon, 79e minute

Afrique du Sud : 1er but : Phumelele Bhengu 16e min ; 2e but : Thami Sangweni 25e ; 3e but : Mandla Masango 37e;

4e but : Bongani Ndulula 41e et 87e

 

Equipe béninoise : Wassiou Salami (Eric Bilao) ; Antonin Kassa, Fousséni Lazadi, Koukpéré Dine, Seïdou Barazé ; Djiman Koukou, Gérard Adanhounmè ; William Dassagaté (Landry Koukoui 63e), Shakirou Abikoyé (Mohamed Aoudou) ; Fadel Suanon, Isaac Louté.

 

 

 

 L’équipe béninoise

Wassiou Salami (Eric Biaou) ; Antonin Kassa, Fousséni Lazadi, Koukpéré Dine, Seïdou Barazé ; Djiman Koukou, Gérard Adanhounmè ; William Dassagaté (Landry Koukoui 63e), Shakirou Abikoyé (Mohamed Aoudou) ; Fadel Suanon, Isaac Louté.

Eliminatoires J.O 2012 : Afrique du Sud – Bénin 5-1, Les Ecureuils (U-23) out!

 

 

 

Vainqueurs à l’aller 3-1, les Ecureuils Espoirs n’ont pas pu créer l’exploit en terre Sud Africaine, lors du match retour du 2e tour des Eliminatoires des J.O Londres 2012. Menés quatre buts à zéro, les poulains de Moise Ekoué vont finalement s’incliné 5-1. Bongani Ndulula, déjà buteur à l’aller s’est offert un doublé (44e et 88e ).Phumelele Bhengu (14e), Thami Sangwéni et Mandla Masengo ont aussi scorés. Notons que la réduction du score béninoise est signée Fadel Suanon une passe de Mohammed Aoudou à la 77e.Les Ecureuils sortent donc de la compétition.

Géraud Viwami

The Michelangelo hôtel de Johannesburg héberge les Ecureuils espoirs depuis ce matin

 

Un voyage fatigant qui les a menés e Cotonou à Lagos avant un vol Lagos- Johannesburg entre 4h et 6h du matin. Le groupe a pris ses quartiers au Michelangelo.

Cet après-midi, l’équipe béninoise s’entraîne à 15 heures. Nous sommes à 48 heures du match.

Aubay

 LISTE DES JOUEURS RETENUS POUR LE MATCH AFRIQUE DU SUD -BENIN

1             ALLAGBE SATURNIN      GARDIEN DE BUT            ASPAC 

2             BILAO ERIC         GARDIEN DE BUT            AO        

3             WASIOU SALAMI            GARDIEN DE BUT            ASPAC 

4             HOUNKPONOU FREDERIC           DEFENSEUR       ASOS    

5             KOUKPERE DINE              DEFENSEUR       SOLEIL 

6             BARAZE GUERO SEYDOU             DEFENSEUR       TONNERRE        

7             FOUSSENI LAZADI           DEFENSEUR       ASPAC 

8             KASSA ANTONIN             DEFENSEUR       ASPAC 

9             SOSSA DIDIER   DEFENSEUR       US KRAKE          

10           YOLOU GERARD               MILIEU DE TERRAIN       ASPAC 

11           ABIKOYE CHAKIROU      MILIEU DE TERRAIN       REQUINS            

12           LANIGNAN G. DANIEL   MILIEU DE TERRAIN       AO        

13           KOUKOU DJIMAN           MILIEU DE TERRAIN       CRETEIL               

14           ADANHOUNME GERARD             MILIEU DE TERRAIN       SOLEIL 

15           LOUTE ISAAC     ATTAQUANT     SOLEIL 

16           SUANON FADEL               ATTAQUANT     MOGAS              

17           DASSAGATE WILLIAM   ATTAQUANT     ASPAC 

18           BESSANH JACQUES        ATTAQUANT     SOLEIL 

19           KOUKOUI LANDRY          ATTAQUANT     HAVRE 

20           AOUDOU MOHAMED   ATTAQUANT     TONNERRE        

                ENCADREMENT TECHNIQUE                                    

N°           NOM & PRENOMS          TITRES  OBSERVATIONS

1             EKOUE MOISE   ENTRAINEUR    

2             YESSOUFOU LAFIOU      ENTRAINEUR ADJOINT

3             CHAFFA CHRISTIAN        MEDECIN           

4             TOURE VIZIR      COORDONNATEUR       

5             ABASSI RAZACK               KINE     

6             DONOU NATHALINO     CHARGE DE MATERIEL 

                                               EKOUE MOISE

                                               LE SELECTIONNEUR

Rififi au Bénin : le collectif des clubs annonce la reprise de la Moov Ligue1!

communiqué du collectif des clubs

Au moment où Moucharafou Anjorin a invité un français à prendre la tête d’une nouvelle ligue, sans réelle base juridique (rupture unilatérale de la convention signée avec la Lfpb par la Fédération), la Glo Ligue1 et Ligue2 est annoncée dans la foulée.

En face, la réaction est immédiate : ce sera la reprise de la moov Ligue1 et igue2 ! Là où elles s’étaient arrêtées. Deux fédérations et deux championnats! Quel beau pays!

Ecureuils Olympiques : Les 20 joueurs pour un exploit dimanche à 14h à Johannesburg?

 

Sur les 30 retenus jusqu’à la dernière minute, ils sont 20 heureux élus à prendre part dans le bus qui a conduit a sélection hier après-midi à Lagos. Le vol direct Lagos – Johannesburg étant prévu pour 4 heures du matin ce vendredi.

On aura une équipe équilibrée du point de vue de la répartition des postes. Voilà pour le papier. Pour le terrain, ce sera dimanche à 14 h de Cotonou, avec 2 buts d’avance pour le Bénin.

Aubay

 LISTE DES JOUEURS RETENUS POUR LE MATCH AFRIQUE DU SUD -BENIN

 

1             ALLAGBE SATURNIN      GARDIEN DE BUT            ASPAC 

2             BILAO ERIC         GARDIEN DE BUT            AO        

3             WASIOU SALAMI            GARDIEN DE BUT            ASPAC 

4             HOUNKPONOU FREDERIC           DEFENSEUR       ASOS    

5             KOUKPERE DINE              DEFENSEUR       SOLEIL 

6             BARAZE GUERO SEYDOU             DEFENSEUR       TONNERRE        

7             FOUSSENI LAZADI           DEFENSEUR       ASPAC 

8             KASSA ANTONIN             DEFENSEUR       ASPAC 

9             SOSSA DIDIER   DEFENSEUR       US KRAKE          

10           YOLOU GERARD               MILIEU DE TERRAIN       ASPAC 

11           ABIKOYE CHAKIROU      MILIEU DE TERRAIN       REQUINS            

12           LANIGNAN G. DANIEL   MILIEU DE TERRAIN       AO        

13           KOUKOU DJIMAN           MILIEU DE TERRAIN       CRETEIL               

14           ADANHOUNME GERARD             MILIEU DE TERRAIN       SOLEIL 

15           LOUTE ISAAC     ATTAQUANT     SOLEIL 

16           SUANON FADEL               ATTAQUANT     MOGAS              

17           DASSAGATE WILLIAM   ATTAQUANT     ASPAC 

18           BESSANH JACQUES        ATTAQUANT     SOLEIL 

19           KOUKOUI LANDRY          ATTAQUANT     HAVRE 

20           AOUDOU MOHAMED   ATTAQUANT     TONNERRE        

                                                              

                ENCADREMENT TECHNIQUE                                    

N°           NOM & PRENOMS          TITRES  OBSERVATIONS

1             EKOUE MOISE   ENTRAINEUR    

2             YESSOUFOU LAFIOU      ENTRAINEUR ADJOINT

3             CHAFFA CHRISTIAN        MEDECIN           

4             TOURE VIZIR      COORDONNATEUR       

5             ABASSI RAZACK               KINE     

6             DONOU NATHALINO     CHARGE DE MATERIEL 

                                                              

                                               EKOUE MOISE

                                               LE SELECTIONNEUR

Ecureuils Olympiques : pour redorer le blason de la fédération ?

 

Moucharafou Anjorin après la débâcle face à la Côte d’Ivoire entend bien renaître. Mais comment ? Dès le lendemain de cette lourde défaite, il a entrepris de resserrer les liens autour du groupe. Des réunions avec le sélectionneur Moïse Ekoué et un code de discipline strict. L’équipe olympique doit laver l’affront fait à son aînée. Même si c’est deux choses différentes, un exploit des Olympiques peut permettre de lancer l’opération rachat. Et surtout gagner encore des fonds de l’Etat, car la sélection aurait ainsi 6 matches à disputer et donc 3 voyages à effectuer. Les Olympiques permettraient en gros à la fédération de se refaire une santé, de gratifier les nouveaux alliés et d’huiler la machine. Tout est entre les mains des Ecureuils Espoirs, devenus malgré eux, un outil de marketing politique.

Aubay