14 à 16 clubs : Les clubs feront-ils face sur le plan budgétaire ?

Publié le: 5/05/2011 18:32:30 UTC

 

Valère Glèlè, président de Tonnerres Fc n’hésite pas à dire à qui veut l’entendre que la masse salariale de son club est de 6 millions de francs Cfa par mois. S’il en reste à 10 mois d’activités, notons que cela amène le club à environ 60 millions par an, sans compter la logistique. Ce n’est pas le plus gros budget. Il faut voir du côté de l’Aspac et du Cifas pour avoir les plus gros chiffres. Le primer est la propriété du Port Autonome de Cotonou, société la plus riche du Bénin. Le second appartient à Sébastien Ajavon et son empire Cajaf Comon. Ces deux clubs payent 12 mois sur 12. Si l’Aspac se situe à plus de 120 millions de francs Cfa pour le championnat (sans compter la ligue des champions et la coupe Ufoa), il a aussi des salaires nivelés. Pas de stars. Tous au même taux ou presque : 105.000 francs Cfa pour un effectif avoisinant 25 joueurs, le reste étant payé en dessous du montant standard. Au Cifas, la différence se situe au niveau des catégories. Les joueurs formés au club coûtent évidemment moins chers que les grosse pointues comme Bézo Yaovi ou encore Natabi Traoré. L’autre particularité reste la prime de présence. Elle est invariable et indépendante du résultat du match. Chaque convocation pour un match donne au joueur le droit d’empocher cette prime inédite. Le Mogas 90 de la Société nationale de commercialisation des produits pétroliers est aussi un « monstre financier » en matière de dépenses pour le football. Le budget est aussi au-delà des 80 millions annuels. Ce sont des Grandes entreprises. Selon la classification en vigueur au niveau des impôts, car ayant un chiffre d’affaires supérieur à 80 millions de Francs Cfa.

Voilà les cas des clubs les plus riches. Avec des budgets moins importants, mais toujours aussi colossaux. Avrankou Omnisports, Soleil Fc et la jeunesse athlétique de Pobè, malgré des masses salariales non conformes (10.000 francs minimum), ont des budgets dépassant les 20 millions annuels. Au niveau de la direction des impôts, on vous dira que ce sont des petites entreprises.

 

Corrélation entre moyens et qualité du jeu

Voilà une cartographie non exhaustive, qui nous amène à répondre à une question simple : Les clubs feront-ils face sur le plan budgétaire ? La réponse est non. Sans subventions conséquentes et sans sponsors sérieux, le système va s’effondrer. L’asphyxie sera financière. Malgré les apparences, la qualité du jeu va en pâtir, car des joueurs mal payés, sont souvent mal soignés et mal entraînés, ce qui donne un spectacle de piètre qualité.

 

Author: Rolland

journaliste sportif…


Auteur : Rolland

journaliste sportif...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.