Ligue 1& 2: Historique marche des joueurs sur le ministère des sports!!

Historique marche des clubs de ligue 1 et ligue 2

Les joueurs veulent retrouver les pelouses

(Ils appellent le Ministre des sports au secours)



Depuis janvier ils sont privés de compétition, hier matin, les clubs ont marché  de la place de l’Etoile Rouge au ministère des sports pour crier leur ras-le-bol.  La majorité des marcheurs étaient les joueurs eux-mêmes qui n’ont qu’un seul vœu «retrouver les pelouses».

Géraud Viwami

Hier en milieu de matinée, 18 clubs sur 26 ont répondu présent, pour cette première marche des clubs de ligue 1 et 2 pour dénoncer l’arrêt des championnats respectifs. Au nombre des absents on peut citer, la J.A Plateau, Avrankou, As Tonnerres, Dragons, Adjobi, Entente et ASOS.

« Les marcheurs » ont mis environ vingt minutes pour rejoindre le Ministère où ils ont été accueillis par la secrétaire général du MJSL, le ministre Kérékou étant absent. Le gardien international de Mambas Noirs, Ludovic Alla,  s’est exprimé  au nom  de ses pairs. La substance de ses propos se résume ainsi. Les joueurs ont envie de jouer et pour eux à l’heure actuelle seul le ministère peut sauver la situation, la crise ayant divisé la fédération béninoise de football.

 

Engagement sans pareil !

La marche d’hier était historique parce que c’est une première et elle a connu une grande mobilisation au niveau des joueurs. Même, les clubs septentrionaux (Buffles, Racing et Tanéka de Natitingou) et du centre (Dynamo Abomey, Caimans, Espoirs) n’ont pas hésité à déplacer leurs joueurs.  Ils étaient près de deux cents. Et nous avons pu croiser une dizaine dont le meilleur buteur Fadel Suanon du Mogas, les internationaux Djamal Fassassi de Kraké, Christian Kotchoni  ou encore Chakirou Abikoyè des Requins. Et ils avaient  tous le même leitmotiv aux lèvres «  nous  voulons retrouver  la compétition, si le ministère peut intervenir pour nous ce serait bien ». Pourvu que les autorités compétentes aient pris conscience de la situation.

 

Razak Omotoyossi autorisé à jouer pour le GAIS Goteborg

Omotoyossi peut sourire ........

Matt Peterson , directeur sportif du Gais Goteborg annoncé, sur le site officiel du club ce jeudi que Razak Omotoyossi est qualifé pour jouer. Sans vraiment donner de détails , il informe que l’international béninois à l’onction de la fédération suédoise de football.Ainsi il pourrait réellement faire ses débuts ce vendredi contre Elfsborg.

A suivre…

 

Anjorin mis en prison par le juge d’instruction ce mercredi ?

 

 

 

Equipe nationale de football / Malversations au sujet des 300 millions de Mtn

Anjorin mis en prison par le juge d’instruction ce mercredi ?

 

C’est une procédure enclenchée depuis 3 mois qui se poursuit et franchit ce jour une étape importante : celle de l’instruction. C’est dans le cadre des 300 millions de la compagnie Gsm Mtn sponsor de la sélection nationale entre 2008 et 2010.

Aubay

La crise à la Fbf fait oublier les casseroles du football. Moucharafou Anjorin après une assemblée générale dont la crédibilité fait débat au sein même du ministère des sports se rend ce jour au tribunal. Depuis deux mois, rendez-vous lui a été pris avec le juge d’instruction du 2e cabinet.

Hier mardi, c’est Malick Gomina, signataire du contrat en lieu et place de Moucharafou Anjorin, qui s’est rendu chez le juge pour s’expliquer. Ce qui est le cas aussi de Maurice Zanda, le principal plaignant. La semaine écoulée, le 21 avril, Jean-Marie Adjignon, Félix Come D’Oliveira et Bernard Hounnouvi sont aussi passés devant le juge en tant que plaignants.

La question qui se pose est si Moucharafou Anjorin sera frappé d’un mandat de dépôt, ayant déjà été inculpé depuis deux mois avec 3 autres personnes (le comptable de la Fbf, l’ex-Directeur financier du ministère des sports et le représentant d’Ifap sport). Si les garanties ne sont pas déposées, le juge pourrait incarcérer celui qui est souvent entre deux avions afin d’aller sereinement à l’issue de l’instruction. Les risques de fuite n’étant pas exclus.

 

Quel rôle pour le gouvernement ?

Ouvertement ou sous cape, Moucharafou Anjorin a déjà affiché ses couleurs politiques. C’est ce qui aujourd’hui fait dire à nombre d’observateurs que l’affaire Mtn n’irait pas bien loin. Les couloirs politiques seraient-ils sollicités pour sauver un allié du pouvoir ? La question est réelle à cette étape de la procédure. Et la réponse affirmative ne fait aucun doute pour les uns, alors que les autres attendent de voir.

 

 

Affaire Mtn : Qu’est-ce que c’est ?

A la veille de la coupe des nations de football 2008, la compagnie Gsm Mtn a signé un contrat de 300 millions de fcfa avec la fédération béninoise de football pour être le sponsor officiel des Ecureuils du Bénin. Au fil des années, la gestion des fonds a fait couler beaucoup d’encre et de salives notamment dans la presse écrite béninoise. La crise qui éclate le 20 décembre 2010 va accélérer le processus. Ceux qui se posaient des questions au sein même de la fédération pour avoir des comptes se portent devant la justice. Des 300 millions, seulement 18 millions sont retracés dans les comptes de la fédération selon nos sources. La moitié des fonds étant alloués à la société intermédiaire Ifap Sports, l’autre moitié étant redistribuée entre le ministère des sports et la fédération. Les traces sont peu visibles et depuis 3 mois, c’est donc la brigade économique et financière qui s’est penchée sur le dossier. C’est désormais au juge d’instruction de faire toute la lumière.

Aubay

(A suivre)

Le capitaine Lee Cattermole croit en Sessègnon

 

Sunderland –Wigan 4-2 : Première victoire et premier but pour Sessègnon

 

(Premier buteur Béninois en Premier league)

Stéphane Sessègnon

Arrivé en Angleterre en janvier dernier, Stéphane Sèssègnon a trouvé le sourire samedi dernier. Sunderland s’est imposé 4-2. La victime s’appelait Wigan et Sèssegnon est entré dans l’histoire en marquant un but lors de son 9e match.

Géraud Viwami (coll.)

Critiqué à tort ces derniers temps à cause des résultats peu reluisants de son club, Sunderland Fc, Stéphane Sessègnon a répondu à ses détracteurs samedi dernier contre Wigan. Les Black Cats ont dominé Wigan avec la manière 4-2. Et comme une cerise sur le gâteau, le capitaine des Ecureuils a débloqué son compteur en Premier League en inscrivant le 3e but des siens sur pénalty à la 73e. Il devient ainsi le premier joueur Béninois à marquer en division d’élite anglaise.  Un succès vital puisqu’il permet aux coéquipiers de Sessègnon de s’éloigner de la zone dont ils se rapprochaient dangereusement. Sunderland totalise désormais 41 pts et pointe à la 10e loge dans un championnat dominé par Manchester United, l’actuel leader.

 

Le capitaine Lee Cattermole croit en Sessègnon

« Dès maintenant et ce jusqu’à la fin de la saison, le béninois peut avoir une vraie influence sur le jeu », a laissé entendre le capitaine des Black Cats.

«Les gens comme Sessègnon qui ont du flair ont parfois besoin de matches comme ça», a soutenu le capitaine avant de poursuivre : « Il a un vrai potentiel et je crois que les mois à venir nous le verrons sous de meilleurs jours».

Traduit par Aubay

 

 

 

Sèssègnon marque , Sunderland s’impose

Enfin l'Ecureuil fait mal

Ce samedi,Sunderland a signé son premier succès depuis l’arrivée de Stéphane Sèssègnon, en janvier dernier. Les Black Cats ont dominé Wigan avec la manière 4-2. Et comme une cerise sur le gâteau ou une réponse à ses détracteurs , le capitaine des Ecureuils a débloqué son compteur en Premier League en inscrivant le 3e but des siens sur pénalty à la 73e .

Fédération béninoise de football : Le front béninois de défense du football dénonce une imposture

 

On connaissait l’opération « mille femmes » pour les Ecureuils, revoilà le mouvement qui s’étoffe et s’associe avec d’autres pour former un front de défense du football.

 

 

                                                                                 

 

 

Lire la DECLARATION SUR LA SITUATION DE LA CRISE DE LA

 FEDERATION BENINOISE DE FOOTBALL

 

 

 Le Front Béninois de Défense du Football, à l’origine dénommé Front National de Défense du Football Béninois a été crée en l’an 2010 par des organisations de supporters sportifs qui n’attendaient point demeurer des spectateurs de la crise qui survenait au sein de la Fédération Béninoise de Football (FBF), au moment où, cette discipline reprenait, pour leur plus grand joie de l’essor.

 

Les Supporters Sportifs que nous sommes prenaient ainsi leurs responsabilités en s’organisant en groupe de pression pour donner de la voix, agir et se faire entendre des dirigeants nationaux de notre football, mais aussi de ceux de la Confédération Africaine de Football (CAF) et de la FIFA.

 

Ce Front comporte une demi-douzaine d’organisations membres et est géré par un Secrétariat Exécutif.

 

Au début du mois de janvier 2011, le Front avait déjà, par courrier, exprimé au Ministre de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs (MJSL) son indignation au sujet de cette nouvelle crise qui venait d’éclater au sein de la FBF.

 

Crise au cœur de laquelle se retrouvait encore le Président Moucharafou ANJORIN qui avait, déjà, au paravent,  crée, par deux fois, des remous dans l’organisation faîtière du football béninois.

 

A cette lettre au MJSL était joint un récapitulatif d’actions graduelles que nous voulions déjà mener pour exprimer notre colère.

 

N’eût été l’intervention de certains acteurs du football pour nous exhorter à la patience, nous aurions déjà battu le macadam et mené des actions pour prévenir l’imposture dont a été victime notre football le vendredi 15 avril 2011.

 

Depuis vendredi dernier, notre raison nationale d’espérer en l’évolution de notre football a été cyniquement assassiné par monsieur Moucharafou, sa bande, la CAF et la FIFA.

La quatrième crise vient d’être ouverte par ce Président atypique et décrié par la majorité des supporters du football.

Cela, nous ne pouvons le tolérer, d’autant plus la conséquence immédiate de leur acte a été la suspension du Championnat de la Ligue Moov 1 par les Présidents de Clubs de Football dont l’autorité a été bafoué il y a huit jours à l’occasion d’une mascarade d’Assemblée Générale Extraordinaire fortement militarisée sous les ordres des représentants de la CAF et de la FIFA.

 

Le bel essor que prenait depuis le mois d’octobre 2009, le football béninois ne menacerait il pas, à terme celui d’un pays africain francophone classé parmi les meilleurs en la matière ? N’est pas pour cette raison que deux ressortissants de ce pays se sont servi de leur pouvoir à la CAF pour comploter contre notre football, tout en sachant que le dessein de monsieur Moucharafou Anjorin et de sa bande est de ramener le football professionnel en cours dans notre pays au niveau du football amateur ?

Une crainte exprimée au sujet de cette supposée menace a été clairement

exprimée sur une télévision par un acteur sportif de ce pays.

 

Les membres du Front Béninois de Défense du Football tiennent à informer, par média interposés qu’ils démarrent en ce jour une campagne d’indignation contre l’imposture à la Fédération Béninoise de Football et aussi de soutien aux Présidents de Clubs de Football dont l’autorité a été bafouée.

Ce sont ces Présidents, rappelons-le, qui financent et gèrent la majorité des clubs de football.

Pour preuve, leur décision d’arrêter le championnat professionnel a beaucoup pesé dans la balance, même le MJLS l’a déploré dans son point de presse de lundi dernier.

A lui de prendre ses responsabilité pour ramener ces Présidents de clubs de football sur leur décision en les rétablissant dans leur droit.

 

Seul lui le peut au nom du Gouvernement Béninois car :

 

  • La Fédération Béninoise de Football (FBF) en sa qualité d’association de droit béninois est d’abord régie par la loi 1901 en vigueur en République du Bénin,

 

  • L’affiliation de la FBF à la CAF et à la FIFA ne la soustrait point aux droits et obligations que confèrent cette loi aux associations béninoises,

 

  • La CAF et la FIFA n’ont droit de regard que sur la gestion des matchs que livrent les pays qui leur sont affiliés,

 

  • L’article 17 des Statuts de FIFA leur interdit de s’ingérer dans les affaires internes des fédérations nationales, encore moins de venir imposer un comité exécutif  à des  acteurs du football d’un pays membre,

 

  • Le Bénin a été humilié par la CAF et la FIFA, parce qu’il est un petit pays qui comportent certains grands hommes que ces instances à renommée mafieuse tiennent à humilier. Aussi quelque soit nos clivages politiques, nous devons, à l’instar du Sénégal et du Togo, nous lever comme un seul homme pour défendre la dignité de notre pays. Rappelons-nous du comportement inqualifiable de la CAF à l’endroit du Togo suite au drame survenu à Cabinda aux Eperviers et de sa reculade suite à la réaction citoyenne des Togolais toutes tendances politiques confondues.

 

  • Car, le Gouvernement Béninois, par l’intermédiaire du MJSLS n’a fait que déléguer son pouvoir de gestion du football national à la Fédération de Football Béninoise et qu’il, peut, à tout moment lui retirer cette délégation.

 

Quant au Front Béninois de Défense du Football, il démarre en ce jour les activités suivantes (voir programme d’action) dont le clou demeure des marches qui commenceront bientôt. Cette campagne couvrira toute la période d’attente de la décision du Tribunal Arbitral Sportif (TAS).

 

Le Front demeure ouvert à tous ceux que veulent le rejoindre.

 

Il demande à tous les supporters sportifs qui déplorent la quatrième crise ouverte par monsieur Moucharafou Anjorin de se tenir prêts pour les actions qu’il lancera les prochains jours.

 

Les supporters sportifs que nous sommes, exigeons du Gouvernement Béninois,

à l’instar de ceux du Togo et du Sénégal, de prendre ses responsabilités, afin que :

 

  • Le Championnat professionnel reprenne pour satisfaire notre passion,
  • Nos joueurs et leur personnel retrouvent leur emploi et s’épanouissent socialement,
  • Nous reprenions le chemin des stades pour notre plus grand bonheur,
  • Le football béninois redevienne compétitif.

 

Gémissons, gémissons, gémissons pour la situation déplorable que vit présentement le monde de notre football, mais espérons.

 

Je vous remercie

 

Ginette Ablamba JOHNSON Secrétaire Exécutif du Front.

 

 

 

 

 

 

Assemblée générale / fédération béninoise de football Trucs et trucages pour obtenir le quorum ?

 

 

(Les présidents de l’Aspac et d’Eternel dénoncent 3 délégués fictifs)

 

Il fallait 26 délégués sur une base de 51 pour mener à bien l’assemblée générale. Vendredi dernier dans la salle, il y avait des absents. Alors, deux mandants fictifs ont été invités à voter au nom de l’Aspac, club de Ligue1 ayant deux voix. Ensuite, c’est du côté d’Eternel Fc, club de Ligue2 ayant une voix que s’est effectuée une substitution de délégué à l’insu du président du club. Trois voix donc qui enlevées des 27 ramenaient à 24 le nombre de délégués présents. Le quorum était donc t-il atteint ? C’est aujourd’hui la question que se posent els acteurs du football sur une assemblée générale dont le rapport n’est toujours pas accessible au ministère des sports.

Aubay

Interview  président d’Aspac omnisports, Claude Assangbe -Wotto  

« Je n’ai signé deux autres mandats à personne »

Claude Assangbé-Wotto est directeur financier et comptable du port autonome de Cotonou. Son poste lui confère la position de président des équipes sportives de l’Aspac. C’est donc à ce titre qu’il a signé les mandats des représentants de la section football pour l’Ag du 15 avril dernier à la fédération béninoise de football. Mais ses deux délégués n’ont finalement pas voté.

Comment avez-vous apprécié l’Assemblée générale de loin ?

J’ai suivi sur les ondes et sur des chaînes de télévision l’Ag, mais j’avoue que c’était du désordre. Je n’en dirai pas plus.

Selon nos informations, ceux que vous avez mandatés n’ont pas voté… Avez-vous eu vent des deux représentants d’Aspac ?

Moi j’ai envoyé une correspondance à la fbf  répondant à l’invitation adressée à l’Aspac. J’ai envoyé deux noms Bocco Dieudonné et Wahab Chabi Adam. Ensuite, j’ai remis individuellement à chacun des deux un mandat. Mais j’apprends à ma grande surprise que c’est plutôt Kakpo Parfait et Odounbouroun Fortuné Ignacio qui ont représenté l’Aspac. Ce que je sais, je n’ai jamais signé deux autres correspondances en dehors de la première et je n’ai signé deux autres mandats à personne. Je n’ai donc pas envoyé 4 personnes pour l’Ag. Au sein de l’Aspac les décisions ne se prennent pas au hasard. Je ne sais à quel titre ils l’ont fait. Mais je ne crois pas encore parce qu’ils doivent mesurer la gravité de l’acte.

Qu’allez-vous faire maintenant ?

Le comité va se réunir et on avisera.

(Avec Perez Lekotan, Océanfm)

Epiphane OSHO, président d’Eternel Fc – Ligue2

«Je  pense que c’est suffisamment grave et je ne laisserai pas cela passer»

Après avoir appris à ses dépens que le secrétaire général du club a substitué son nom avec celui du Dtn, le président Osho d’Eternel Fc a décidé de virer les deux employés.

Vendredi dernier, est-ce une autre personne qui a représenté votre club ?

Oui je le confirme, il s’agit de mon Dtn. J’ai demandé au secrétaire général du club  d’envoyer mon nom en personne ce qui a été fait. Mais à ma grande surprise, j’apprends que ce même secrétaire général qui est mon employé a signé un mandat au nom de Tchètchè Emmanuel, le Dtn qui a fini par représenter Eternel fc. Je  pense que c’est suffisamment grave et je ne laisserai pas cela passer. Mon employé sera renvoyé et Tchètchè aussi sera renvoyé. Pour le reste, j’aviserai.

(Avec Océanfm)

D1 – Suède / GAIS Goteborg : La Fifa bloque le transfert d’Omotoyossi

 

 

(Le buteur béninois rattrapé par son manque de sérieux)

 

 

Le championnat Suédois a repris ses droits depuis trois semaines. Razak Omotoyossi a signé pour le GAIS Göteborg mais n’a toujours pas débuté. Et pour raison la FIFA n’a toujours pas homologué son transfert.

Rappelons les faits. Lors du dernier mercato estival Omotoyossi, a résilié son contrat avec le FC Metz club de ligue 2 française devenant ainsi un joueur libre. Ensuite il entame le calvaire des essais non concluant en Angleterre, Blackpool, Leeds et  Swansea City. Et justement durant son passage dans ce dernier club, l’ancien de la JS Pobè a été enregistré en tant qu’amateur juste a l’issu d’un match amical. Du coup il a perdu son statut de joueur libre. Mais c’est avec ce titre qu’il a signé au GAIS Goteborg. La Fifa a donc rejeté la première demande qualification du joueur demandé par GAIS. Selon l’agent d’Omotoyossi, l’ex-messin n’était pas au courant pour la licence amateur de Swansea. Un argument bidon me diriez-vous ? C’est un manque de sérieux à ce niveau ça ne passe pas inaperçu. En tout cas la Fifa est bien informée et resté ferme dans sa décision. Elle devrait également s’apprêter recevoir dans les brefs délais une seconde requête  du GAIS. Même si les dirigeants du GAIS sont très optimiste pour cette nouvelle missive, le véritable coupable de la situation c’est le joueur lui-même.

Perte de temps et manque de crédibilité

Omotoyossi a signé un « petit » contrat  de quatre mois. Une période qui équivaut  à un temps de mis à l’épreuve par le club. Au pire des cas, l’attaquant béninois devait profiter de ce temps pour s’adapter et convaincre définitivement les dirigeants du GAIS en vue d’une conservation. Et au mieux des cas, il devrait se montrer largement à la hauteur des espérances  pour espérer trouver un meilleur point de chute. Dans n’importe lequel des deux hypothèses, il a déjà perdu 3 matches  sur douze possibles pour faire ses preuves. Pendant que ses concurrents directs, Wanderson do Camo et Alvaro Santos font des merveilles. Sur les 2 derniers matches gagnés le club a inscrit 6 buts et ils étaient impliqués sur 4. Un bon début sans Omotoyossi non ?

Cet épisode de tracasseries administratives est inquiétant pour l’image du footballeur béninois à l’extérieur. Mais il n’y a rien d’étonnant quand on connait très bien Omotoyossi et la réputation qui le précède.

Fbf : le ministre Kérékou exige les documents procéduraux

 

Au sujet de l’assemblée générale à la fédération de football

(Lire l’importante décision du ministre Modeste Kérékou )

Des excuses présentées pour une heure et demie de retard, ce qui a amené les journalistes à quitter la salle avant de revenir une fois le ministre installé. C’est l’arrière-cour de la déclaration de Modeste Kérékou. Une première sortie de vive voix dans cette crise qui secoue le football béninois. Le ministre ne commentera pas sa déclaration, mais va situer le cadre juste avant. Il juge sa « déclaration importante et nécessaire » en l’état actuel des choses. Le but étant de « situer les uns et les autres ». Cet appel au calme, à la patience et à la sérénité n’empêche pas Modeste Kérékou de remettre les choses à leur place dans sa déclaration.

« Le ministère des sports n’a pas statué par rapport à l’Assemblée générale extraordinaire du 15 avril», mais compte le faire incessamment. Première mise au point, le « ministère des sports doit se coller rigoureusement aux textes en vigueur dans notre pays ».

Il évoquera ensuite les plaintes reçues au sujet de l’assemblée générale et sa démarche de saisine du président de la Fbf pour avoir les documents préparatoires.  Demande qui n’a pas été honorée par Anjorin. Modeste Kérékou va donc exposer clairement : « la prescription de la Fifa ne dispense pas du respect des normes en la matière ».

On rentiendra enfin la demande expresse du ministre des sports de disposer des « documents procéduraux ayant soutendu l’organisation » de l’assemblée générale.

C’est un équilibrisme du ministre Kérékou entre les textes en vigueur et les engagements internationaux, avec évidemment la peur de suspension par la Fifa.

Aubay

 

 

 

DECLARATION DU MINISTRE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DES LOISIRS SUR LA SITUATION DE CRISE QUI SEVIT AU SEIN DE LA FEDERATION BENINOISE DE FOOTBALL

Mesdames et Messieurs les journalistes, reporters et communicateurs sportifs,

Depuis le 20 décembre 2010, le football béninois traverse une crise consécutive à la démission de douze (12) membres du Comité Exécutif.

Depuis ce temps, à travers plusieurs actions, le Ministère de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, de concert avec le Comité National Olympique et Sportif  Béninois, a recherché avec les acteurs concernés les voies et moyens pour une sortie de crise.

      Mesdames et Messieurs,

 

      D’entrée, il faut rappeler que la Fédération Béninoise de Football est une association régie par la loi de 1901. A ce titre,  le règlement des problèmes liés à son fonctionnement interne incombent à ces différents organes statutaires.

Cependant la FIFA a été sollicitée, et cette dernière a recommandé, dans sa lettre en date du 03 mars 2011, l’organisation d’une Assemblée Générale extraordinaire de défiance ou de légitimation des 12 membres du Comité Exécutif cooptés qui devrait se tenir au plus tard le 17 avril 2011.

 

      C’est dans le cadre de la mise en œuvre de cette recommandation de l’instance faîtière que l’Assemblée Générale extraordinaire du 15 avril 2011 a été organisée.    

Suite à plusieurs plaintes reçues au Ministère, mon cabinet a saisi le président de la Fédération Béninoise de Football, organisateur de ladite Assemblée Générale extraordinaire aux fins de mettre à sa disposition les documents ayant servi de base à la convocation et à la tenue de ces assises, étant entendu que la prescription de la FIFA ne dispense pas du respect des normes et procédures y relatives.

      L’analyse de ces documents permettra au Ministre de mieux apprécier la situation, et de statuer sur la régularité de l’organisation de cette Assemblée Générale Extraordinaire.

 

       Par conséquent, je voudrais inviter tous les acteurs du football et tout le peuple béninois au calme et  à la patience, afin que nous puissions gérer dans la sérénité  cette situation qui préoccupe tout le peuple béninois et son Gouvernement.

 

C’est pourquoi mon cabinet déplore l’annonce de la suspension hâtive du championnat professionnel par les responsables de la ligue professionnelle de football sans concertation préalable avec l’autorité de tutelle.

Je saisis cette occasion pour les inviter au dialogue et à revoir leur position.

En tout état de cause, le Ministère a demandé au Président de la Fédération Béninoise de Football EL’ Hadj ANJORIN Moucharafou tout les documents procéduraux ayant sous tendu la convocation et la tenue de cette Assemblée Générale Extraordinaire supervisée par une mission conjointe FIFA/CAF affin d’éclairer et d’apaiser tout le mouvement sportif national.

Toutes ces précautions visent à préserver notre pays d’éventuelles sanctions de la part des instances internationales et surtout à garantir à nos équipes nationales, la poursuite en toute quiétude des compétitions internationales dans lesquelles elles sont engagées.

 

Aussi voudrais-je inviter également les professionnels des média à contribuer à l’apaisement de toute l’opinion nationale et internationale par un traitement professionnel non sélectif de toutes les informations liées à cette crise.

 

      Vive le football !

 

      Vive le Bénin! Je vous remercie.

 

 

Fédération béninoise de football : Eviter le cafouillage et la mauvaise foi

 

 

 

 

 

Durant toute cette semaine, il y a eu le communiqué du secrétariat des Panthères de Djougou qui dénonçait un bureau parallèle et les diverses déclarations sous anonymat de responsables de clubs. L’assemblée générale convoquée par Quentin Didavi (qui entre nous n’a pas qualité pour le faire) en lieu et place de Moucharafou Anjorin est lancée et se tiendra sur des bases déjà litigieuses.

 

La bataille des mandats

Les cas sont légions. Certains clubs sont divisés, d’autres ne seront pas représentés au plus haut niveau, les mandats ayant été signés par des personnes n’ayant pas qualité. Les bases sont faussées, déplorent les délégués soutenant les 12 démissionnaires du 20 décembre dernier.

 

Maître Abéga et Corvaro pour le décor ?

(Anouma incertain, Anjorin soulagé ?)

Le premier est proche du « parrain » de Moucharafou Anjorin, le président Hayatou de la Caf. Le second officie au service juridique de la Fifa et peut se prévaloir d’une certaine neutralité. Mais le rôle de ses deux envoyés de la Caf et de la Fifa reste quasi-décoratif. Ils ne connaissent rien des délégués réels et ne sauront pas sur quelle base le corps électoral a été convoqué. Alors, que peuvent-ils certifier ? Rien. Ils applaudiront peut-être à la fin, comme les observateurs professionnels.

Enfin, la question qui taraude les esprits est celle concernant l’arrivée de Jacques Anouma. Financier de la présidence ivoirienne sous Gbagbo, il a du mal, selon certaines sources à honorer l’Ag de la Fbf de sa présence. Les problèmes de sécurité y sont pour quelque chose. Son arrivée reste certaine, et cela peut faire sourire Moucharafou Anjorin qui doit prier tous les dieux pour que son bourreau au Caire lors des élections au comité exécutif de la Caf ne vienne pas à Cotonou.

 

Militarisation pourquoi ?

La sécurité n’est pas dans l’excès de violence « légitime » du personnel chargé du maintien de l’ordre public. C’est l’anticipation de la crise, la pacification des cœurs et des esprits. Si Anjorin a pu tailler à sa guise un corps électoral pour faire passer son bureau de membres cooptés, la tension qui en naîtra ne serait qu’une conséquence logique des légèretés dénoncées par les démissionnaires du 20 décembre. Alors, pourquoi faire choisir un camp aux forces de l’ordre ? Une militarisation du siège de la Fbf ce matin ne serait que la preuve d’un manque de transparence dans ce processus, quitte à éloigner par les forces des représentants de clubs légitimes.

(A suivre)

Aubay

 

 

 

 

BéninLigue1 : 18e journée

 

La semaine dernière on a assisté à une reprise partielle de la ligue 1. On avait eu droit à trois rencontres sur sept programmées. Ce weekend pour le compte de la 18e journée, le public attend que les 8 encore hésitants regagnent les pelouses. Voici le programme.

Géraud Viwami (coll.)

Samedi

Mambas Noirs –Uss Kraké (match susceptible de se dérouler)

Le stade René Pleven sera le théâtre d’un duel important pour les deux équipes. Les Mambas Noirs de Béchir Mahamat sont bloqués en milieu de tableau et voudront renouer avec la compétition dans un esprit positif. Mais il faut reconnaitre qu’avant la trêve, les jaunes et noirs n’ont jamais excellé en terme de production de jeu cette saison. On verra bien s’ils ont mis la période de suspension  à profit.  Quant, aux visiteurs il y huit  jours ils ont été vainqueurs du Mogas. A l’issue du match Moussa Latoundji avait  laissé entendre « on doit continuer sur cette lancée ». Une phrase qui illustre clairement l’état d’esprit dans lequel, les amis de Cédric Corée se déplaceront à Cotonou.  Kraké joue le haut de tableau, il part donc favori. Aux Mambas de sortir le grand jeu. 

Les autres affiches

A Djèffa, le Cifas de Tamou Affissou, auteur d’un but décisif le weekend dernier reçoit, Avrankou Omnisport qui avait manqué l’appel lors de la reprise. (Match susceptible d’être annulé)

Quelques kilomètres plus à l’Est Soleil devrait accueillir la J.A. Plateau. On devra espérer la tenue match entre deux équipes de haut de tableau qui étaient absent de la reprise il y a une semaine. (Match susceptible d’être annulé)

Pour finir à Parakou, aucun doute ne plane sur la tenue du duel entre les Requins en bonne forme et les Buffles privé de compétition le weekend dernier, l’As Tonnerre leur adversaire de la 17e journée avait fait la politique de la chaise vide. (Match susceptible d’être joué)

 

Dimanche

Matches susceptibles d’être annulés

 Dragons – Mogas 

Panthères  – Aspac

Dynamo – Tonnerres

Classement Fifa du 13 avril 2011 : le Bénin 19e au plan africain

 

 

 

 

 

La France recule d’un cran, le Brésil revient sur le podium

Le Bénin reste 80e selon le classement publié le 13 avril par la fédération internationale. C’est donc une position inchangée par rapport au dernier classement. Le pays des Ecureuils se classe 19e au plan africain.

Au plan mondial, la France, désormais 19e recule d’une place sur le classement Fifa, publié mercredi et toujours dominé par l’Espagne alors que le Brésil grimpe de deux rangs et chasse l’Allemagne au pied du podium.

 

Vainqueurs sans forcer du Luxembourg (2-0) et auteurs ensuite d’un nul sans relief (0-0) face à la Croatie, désormais 10e, les Bleus concèdent du terrain pour la première fois depuis décembre, mois qui les avait vu entamer leur remontée au classement.

 

A noter que Luis Fernandez, le sélectionneur français d’Israël, est l’auteur de la plus grande remontée du mois puisque son équipe gagne 177 points et 25 places pour entrer dans le Top 50 (33e) grâce à ses deux succès lors des qualifications de l’Euro-2012.

 

Dans le Top 10, le Brésil réintègre le podium (3e), en même temps qu’il en chasse l’Allemagne (4e), et double l’Argentine (5e), qui est le pays à perdre le plus de points (136) en un mois. Plus bas, l’Italie (9e) fait son retour parmi les meilleures nations mondiales après sept mois d’absence.

 

Classement Fifa au 13 avril:

 

1. Espagne

 

2. Pays-Bas

 

3. Brésil (+2)

 

4. Allemagne (-1)

 

5. Argentine (-1)

 

6. Angleterre

 

7. Uruguay

 

8. Portugal (+1)

 

9. Italie (+2)

 

10. Croatie (-2)

 

 

Le top 10 Afrique

Mondial – Afrique – Nom du pays                            – nombre de points

15 1 Ghana 918
21 2 Côte d’Ivoire 867
36 3 Egypte 676
38 4 Nigeria 637
39 5 Afrique du Sud 616
40 6 Algérie 609
42 7 Burkina Faso 600
48 8 Cameroun 572
51 9 Sénégal 561
58 10 Libye 534

 

 

Eliminatoires des Jeux Africains : Opération rachat pour l’équipe olympique du Ghana face au Bénin

 

 

Le samedi 27 mars à Accra, juste avant que les seniors béninois ne fassent la reconnaissance de terrain à la veille du match face à la Côte d’Ivoire, les Great Olympics perdaient devant le Soudan 0-1. Cette fois-ci, ce sera le Bénin et le traumatisme est encore présent pour les jeunes ghanéens qui devront montrer un meilleur visage face à un public désabusé et en colère.

Les Black Meteors du Ghana seront en appel ce week-end après leur élimination des Jeux Olympiques. C’est, en effet la même équipe, celle des moins de 23 ans qui entamera contre le Bénin sa campagne de qualification pour les Jeux Africains de Maputo qui se dérouleront du 3 au 18 septembre 2011.

Avec le Cameroun, le Ghana, médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Barcelone (1992), ont été incapables de passer le deuxième tour, battus chez eux d’abord par le Soudan, avant de réaliser un simple nul à Khartoum, synonyme d’élimination.

 

Besoin impératif de victoire (Selon le sélectionneur des Great Olympics)

L’entraîneur David Duncan, dont on disait il y a peu de temps encore qu’il pourrait diriger l’équipe A, joue gros sur ce match. L’ancien milieu de terrain des Great Olympics n’a pas le moindre droit à l’échec lors de la double confrontation avec le Bénin. La méfiance est la règle dans le camp ghanéen après la déconvenue de Khartoum. Les joueurs assurent qu’ils ne se laisseront pas prendre une seconde fois, à l’image de l’attaquant Sadick Adams : « ce match sera celui du rachat. Nous avons impérativement besoin de la victoire et de la qualification pour rassurer nos fans et nous rassurer nous-mêmes ».

Au menu du premier tour figurent huit rencontres, Guinée Bissau – Sénégal (zone 2), Liberia – Nigeria et Ghana – Bénin (Zone 3), Gabon – RD Congo (zone 4), Ouganda – Tanzanie et Erythrée – Kenya (zone 5), Afrique du Sud – Malawi et Botswana – Zimbabwe (zone 6).

Outre le Mozambique, pays organisateur, chaque zone qualifiera une équipe à l’exception de la zone 6 qui a droit à deux représentants.

 Le programme

Guinée-Bissau – Sénégal

Liberia – Nigeria

Ghana – Bénin

Gabon – RD Congo

Ouganda -Tanzanie

Érythrée – Kenya

Afrique du Sud – Malawi

Botswana – Zimbabwe

 

 

Aubay avec Cafonline

Romuald Boco échoue à Shanghai East Asia FC (Chine)

Romuald Boco va connaitre le quatrième championnat de sa carrière. L’international Béninois s’est récemment engagé en faveur du Shanghai East Asia Fc en division d’élite chinoise. Il a d’ailleurs fait ses débuts il y a trois semaines. Après être passé par Niort (France), Accrington Stanley  et Burton Albion en 4e division Anglaise. Il avait passé les deux dernières saisons sous les couleurs de Sligo Rovers en première division Irlandaise.

2e tour éliminatoire des Jeux Olympiques : Les Ecureuils espoirs – Afrique du sud le 5 juin à Cotonou

 

Le tirage au sort du deuxième tour éliminatoire des Jeux Olympiques « Londres 2012 » a été effectué mercredi 13 avril, au Caire, par le secrétaire général, Hicham El Amrani, en présence de représentants des pays encore en compétition.

Les rencontres seront les suivantes :

Algérie – Zambie

Maroc v RD Congo

Congo – Côte d’Ivoire ou Liberia

Gabon – Mali

Soudan – Egypte

Bénin – Afrique du Sud

Tunisie – Sénégal

Tanzanie – Nigeria

Le vainqueur de Côte d’Ivoire – Liberia ne sera connu que le 20 avril prochain à l’issue du match retour décalé en raison de la situation en Côte d’Ivoire.

Les rencontres du deuxième tour se dérouleront les week-ends des 3, 4 et juin 2011 pour l’aller, des 17, 18 et 19 juin pour le retour.

 La dernière étape verra l’introduction d’un nouveau système de qualification qui sera communiqué prochainement.

L’Afrique enverra trois équipes aux Jeux de Londres 2012, et éventuellement une quatrième si elle sort victorieuse d’un match de barrage avec un représentant de l’Asie. Ce match a déjà été programmé à Londres le 12 avril 2012.

(Caf)

Assemblée générale à la fédération béninoise de football : La question des délégués réels et fictifs soulevée

 

Anouma, Corvaro et Abega : Les 3 certificateurs internationaux sous pression

Au-delà d’une partie de tourisme au Bénin, c’est un vrai challenge qu’auront à relever les 3 envoyés des instances internationales du football. En effet, la décision du comité exécutif de la Fifa de faire organiser l’assemblée générale par Moucharafou Anjorin est une porte ouverte aux tentations d’évictions de clubs et associations régulièrement impliqués dans la vie de la fédération. La base donc de la convocation des délégués apparaît comme tronquée, selon les clubs proches du camp Attolou. Des délégués fictifs seraient donc apprêts pour se substituer à des délégués bien réels et acteurs au premier plan du football.

Vendredi prochain, soit 4 mois après la démission de 12 membres sur 15, la Fbf va connaître une assemblée générale d’acceptation ou de rejet des membres cooptés pour remplacer les démissionnaires. Pour valider tout ceci, Jacques Anouma, membre du comité exécutif de la Fifa, Corvaro du service juridique de la Fifa et enfin Maître Abéga de la Confédération africaine de football seront présents.

L’alerte est donc évidente et la pression monte d’un cran à la veille d’une assemblée générale historique et de tous les dangers.

Que reproche-t-on à Sèssègnon ?

sessègnon a tourné les pages : pas les rancuniers franciliens!

Le milieu offensif béninois Stéphane Sèssègnon fait l’objet de plusieurs critiques depuis son départ de la capitale française. Il évolue actuellement à Sunderland même si depuis son arrivée soit depuis huit rencontres le club ne gagne plus. Est-ce  suffisant pour que la presse française s’en prenne à lui après chaque match avec mauvaise foi? Je ne crois pas.

Géraud Viwami

On se demande pourquoi ces dernières semaines les supporters et  la presse s’en prennent à l’international béninois ?

En janvier dernier à l’issue d’un bras de fer, Sessègnon a quitté le PSG pour Sunderland. Un épisode que les fans et les dirigeants du club n’ont pas encore digéré apparemment. Un fait qui est tout de même bizarre. Puisqu’avant son départ en Janvier 2011 il jouait les seconds rôles derrière Guily et ces performances n’étaient pas vraiment reluisantes. Alors beaucoup lui réservait déjà une place aux cimetières des talents éphémères. Erreur. Car  le natif d’Allahé étant doué et béni, il pose ses valises à Sunderland en Premier League Anglaise avec une place de titulaire acquise et une  confiance totale de Steeve Bruce. Historique pour le Bénin. Du point de vue personnel, avouons que Sèssègnon n’a pas encore atteint son niveau de la saison 2008-2009 sous les couleurs franciliennes. Mais il va beaucoup mieux, dans un championnat plus relevé, qu’il y a quelques mois quand il cirait le banc de touche aux Parc des Princes. La rancune tenace de certains supporters, et le racisme ambiant des autres est désormais à l’oeuvre.

On se demande alors ce qui  gêne nos amis Français. Est-ce le fait que Stéphane s’adapte bien dans le meilleur championnat du monde ? Ou est-ce des signes de regrets voilés ?  Que lui reproche-t-on exactement ?  Jugez-en vous-même.

Ligue 1-17e j / Requins – Panthères 2-0 : Abikoyè et Sorafina régalent

 

La journée dominicale a  été marquée par une seule rencontre, les Requins ont accueillis au stade de l’amitié de Kouhounou les Panthères de Djougou. Les Rouges et Blancs ont obtenu un succès facile face à un adversaire moins fort grâce Chakirou Abikoyè et Razack Sorafina.


Les Requins ont copieusement dominé  leur adversaire d’hier après –midi. Dans cette rencontre les amis de Christian Kotchoni, auteur d’un bon match, ont largement eu la possession de balle. En face les Panthères ont beaucoup subit surtout après l’expulsion de Romain Agavoédou. La plus grosse occasion de la première partie est un retournée acrobatique de Kotchoni qui passe à coté (40e). En seconde période la rencontre sera plus animée les Requins assiègent le camp adverse, les Panthères jouent en contre. La libération interviendra à la 57e, Centre-tir en cordeau de Chakirou Abikoyè le gardien se troue et c’est au fond ! 1-0. Les jaunes de Djougou auront une opportunité pour égaliser mais Dagbéto  perd son duel devant Ansoumanou (63e). Sept minutes plus tard Razak Sorafina met les siens à l’abri en inscrivant un second but. Bien servi dans le dos de la défense qui le croyait hors-jeu, l’attaquant prend son temps pour contrôler et ajuster le gardien statique sur le coup 2-0. La dernière grosse occasion sera pour Dagbéto, qui vendange après un joli travail d’Aminou à gauche.  Il manque l’occasion de réduire le score pour les siens.

Une défaite qui enlise les Panthères toujours lanterne rouge. Quant aux Requins ils ont montré un fond de jeu potable,  un meilleur visage qu’il y a dix semaines. On a senti la touche d’Ouattara dans le jeu. Mais ils devront attendre les autres rencontres pour connaitre leur position exacte.

Géraud Viwami