Mambas Noirs : Amidou Orou-Garou, début d’ascencion pour une doublure

 

Amidou Orou-Garou retrace son parcours dans cette interview. De Parakou à Cotonou en passant par Djougou.

 

Les débuts

J’ai commencé  ma carrière à Parakou dans le centre de formation France Benin football plus, après j’ai intégré Emmaüs FC en 2001 et 2002 en deuxième division régionale dans le Borgou. En 2003 je suis arrivé à Djougou où j’ai intégré un nouveau centre à savoir le centre Académia. Après les Panthères m’ont recruté en 2005 avant de me prêter cette saison aux Mambas Noirs.

Votre Adaptation aux Panthères ?

Ce n’était pas facile au départ, il y avait des gardiens plus expérimentés qui étaient les premiers choix. C’est en 2007 que j’ai commencé à jouer des matches officiels en l’absence du numéro1 habituel.

Comment s’est passé le contact avec les Mambas ?

C’était lors de la seconde journée de la saison 2009-2010 alors que j’étais aux Panthères. On a accueilli les Mambas Noirs à Djougou. Je suis entré en seconde  mi-temps parce que le titulaire était blessé. J’ai fait une bonne rentrée. Juste après le match j’ai pris contact avec Francis Abalo, le manager des Mambas Noirs. Il avait même essayé de me faire signer pendant le mercato de janvier 2010 mais cela n’a pas été possible.

Est-ce que vous saviez que vous jouerez les seconds rôles derrière Ludovic Alla ?

Non, cela ne m’a pas freiné dans mon envie de vouloir m’engager. Le manager m’avait dit que Ludovic Alla était partant bientôt et que je serai sa relève.

L’intégration au sein du club ?

Au départ ça été difficile, il y a  beaucoup d’anglophones, et la communication fait parfois défaut. Mais au fil des matches j’ai gagné de la confiance et ça va mieux. J’ai déjà fait cinq matches sur 11 journées en tant que titulaire dont un seul sans encaisser.

Vos ambitions pour cette saison ?

Ma première ambition d’abord c’est de jouer, ensuite m’imposer et gagner la confiance de tout le monde et viser plus haut après.

L’équipe nationale ?

J’ai déjà été convoqué en Aout dernier lors du match contre le Niger à Porto-Novo. J’étais troisième gardien derrière Ludovic alla et Karim Mamam. Même si je n’ai pas joué c’est déjà un pas qu’il faut renouveler.

Votre Idole ?

Je veux marcher dans les pas de Youssouf Samiou « Campos », un aîné cher à moi. C’est grâce à lui que je suis gardien de but aujourd’hui et je compte achever ce qu’il n’a pas pu faire.

Un avis sur la ligue béninoise ?  

Comparativement à l’année dernière le championnat est moins engagé. L’année dernière les clubs étaient plus en jambes et plus motivés. Disons que c’est la phase aller et qu’au fil des matches ce sera mieux.

Auteur : Rolland

journaliste sportif...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *