Nouveau ministre des sports / Modeste Kérékou en « manager-joueur d’une équipe qui marque des buts»

Hier mardi matin au palais des sports, plusieurs centaines de passionnés, dirigeants, pratiquants des sports, amis et proches ont tenu à assister à la prise de pouvoir de Modeste Kérékou à la tête du ministère des sports, marquant la fin de l’ère Kossi.
Aubay
Il y avait les « gens » du sport, habitués aux passations de service. Mais cette fois-ci, il y avait un air de politique avec Bako Arifari de l’Upr, du soutien avec les ministres Kassa, Dègbo et Azannaï. Pour appuyer tous ceux-là, le clan ou la tribu Kérékou si vous voulez. Avec une bonne partie de la machine paternelle. Quelques hommes d’affaires, comme pour donner à ce ministère souvent classé sans intérêts et enjeux, un poids plus fort. Et le discours de Modeste Kérékou (Dieu sait que des ministres des sports entrants, j’en ai vraiment entendus !) dans la forme comme dans le fond a été à la hauteur. « Les problèmes de la jeunesse ne sont pas qu’économiques, mais aussi sociaux.» On retiendra sa volonté de « former et responsabiliser la jeunesse pour la soustraire aux déviances.» Loin des discours presque connus et entendus, le fils Kérékou a évoqué la puissance de son département avec ses 7 millions de béninois concernés en tant qu’amateurs ou professionnels. Ce qui justifie son message en direction de toutes les couches sociales et composantes de la classe sportive, dirigeants, pratiquants et supporters. L’épanouissement de la jeunesse sera un gage de maintien du corps social à température normale, avertit en substance le nouveau patron des sports.
Entre autres vertus du sport, Kérékou citera le mérite, le dépassement de soi, l’abnégation, le respect de l’adversaire. Pour le nouveau ministre des sports, le Bénin doit être présent dans le concert des grandes nations sportives et pour cela, le sport devra repartir à la base, dans les quartiers, les communes, chez les scolaires et les corporatistes.
Pour ceux qui soulignent souvent que le ministre des sports est le ministre du football, il répond implicitement en prônant une extension à toutes les disciplines, de la même forme d’organisation.
Sur le plan des loisirs, Modeste Kérékou entend exploiter judicieusement la politique nationale des loisirs déjà existante.
Avec une très appréciée métaphore de l’équipe de football dans ses différents compartiments, avec lui-même dans le rôle du manager-joueur, il a exhorté ses partenaires et collaborateurs au travail.
Précisons qu’avant le nouveau ministre, le secrétaire général du ministère a planté le décor. La secrétaire générale du syndicat-maison a sa suite, a exprimé son insatisfaction par rapport aux revendications du personnel. La Dotation en carburant étant le principal point. Madame Mondé lancera un appel au fils pour marcher sur les traces du père, afin de faire le tri entre le bon grain et l’ivraie, «dans un ministère où le conservatisme prime sur l’adaptation aux changements.»
Désormais ex-ministre des sports, Etienne Kossi fera un bref bilan à travers la participation à la Can Angola 2010, le lancement du football professionnel et les participations aux diverses compétitions sportives internationales, les améliorations apportées au mode de gestion des stades et l’inauguration du stade Charles de Gaulle à Porto-Novo. Il a aussi tenu à présenter ses excuses aux personnes frustrées par ses actions qui entraient dans la droite ligne des consignes reçues du président de la république.

Auteur : Rolland

journaliste sportif...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *