Bénin – Libye : Les Ecureuils ont convaincu leur monde…

Sessègnon (à gauche) célébrant son but avec Ogunbiyi

 

On a vu une équipe compacte, généreuse dans l’effort, concentré et quasi-hermétique en milieu de terrain.

C’est une belle impression collective qu’a dégagée l’équipe béninoise.

la défense : Chrysostome et Adénon ont bien resserré leurs placements, pendant que Boco et Singbo n’ont quasiment rien laissé filtrer. Ce dernier ayant gratifié le public de deux tirs et de plusieurs accélérations intéressantes.

Jocelyn Ahouéya est resté en place et montré qu’il sait se placer et mettre en échec une équipe adverse dotée de grands gabarits.

Seidah Tchomogo a montré plus d’agressivité dans son jeu et fait moins de mauvaises relances. il a égaleent pris l’initiative de tirer les coups francs dans 30 mètres, malgré la présence de quelques ténors…

Sessègnon, il nous laisse sur la même impression que celle du dimanche dernier à Lomé : précis, disponible, généreux, réaliste.

Ce Sessègnon-là n’a rien à voir avec celui des dernières semaines. Il joue juste et perd le moins possible de ballons tout en étant solidaire défensivement avec le collectif. Il y a comme une mue qu’on attend de voir se confirmer à la Can.

Buteur pour la 3e fois en 2 matches, il est le monsieur 75% de cette préparation.

Ogunbiyi sait lire les temps de jeu. il sait quand accélérer et quand temporiser. c’est l’expérience qui joue et il est à la fois précis et inventif. seul bémol, il va falloir qu’il s’applique mieux dans ses centres.

Omotoyossi, il a failli être passeur décisif ce soir, en faisant un beau centre à Sessègnon qui a réussi dans la suite, un bel enchaînement et une frappe cadrée. Omotoyossi n’entend pas se fixer et laisser l’équipe jouer seule. Il veut participer, Dussuyer devra en prenre note.

Les 7 remplaçants

Séka : il a cherché la profondeur à chaque action et s’est rendu utile. Il a eu plus de 40 minutes de jeu et a montré de la lucidité, même si parfois il s’est laissé aller au show, récoltant au passage une remarque Seidah Tchomogo après une perte de balle.

Kobéna : il a placé de bonnes accélérations, mais a parfois joué à contre-temps.

Imorou : il va lui falloir plus de présence et de rage sur son côté, car il a déjà le bagage technique.

Salomon : il a remplacé le capitaine, ce qui n’est jamais facile, mais a su rester sobre et concentré dans son jeu aux côtés de Khaled Adénon.

Angan : il a manqué d’assurer certaines passes et au haut niveau, c’est des détails importants pour un joker.

Koukou : Il a souvent pris l’initiative d’accélérer, parfois à contre-temps, surtout pour le milieu axial qu’il est.

Aoudou : il a manqué quelques phases en une-deux, mais a montré son instinct en tentant une frappe des 25 mètres, contrée. il va falloir comprendre qu’avec lui, il faut changer de registre de jeu.

Omotoyossi

Auteur : Rolland

journaliste sportif...

3 pensées sur “Bénin – Libye : Les Ecureuils ont convaincu leur monde…”

  1. Merci chers Ecureuils. Vous m’avez rassuré.
    J’avoue que j’ai eu une peur bleue toutes les fois qu’il y a eu contacts.
    Dieu merci, i l y avait plus de peur que de mal.
    Je loue encore une fois votre initiative, cher Roland, qui sera plus intéressant si le coach béninois pouvait avoir une fiche de certains commentaires réalistes du site.
    Merci de nous faire rêver d’un second tour.

    Cheers!

  2. Je ne doute pas du potentiel des ecureuils face au mozambique. Cependant je prefere laisser ma raison parle que le coeur. Le selectionneur a toujours ce probleme d’audace dans certains choix de joueurs. Je veux parler en l’occurence des deux lateraux. Bocco n’est un lateral gauche de metier, il joue donc au debrouillard sur ce coté, or à la CAN, on se debrouille pas.A sa place, Imorou est mieux. De l’autre coté, Singbo pareille, le petit de l’Aspac erait l’affaire.
    Bonne chance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *