Faut-il chasser Pascal Angan de la sélection nationale ?

Pascal Angan, la gaffe...

On est à Lomé au Togo en décembre. L’équipe béninoise s’y prépare et entre deux séances d’entraînement, « maman Togo », icône des fans des Eperviers rend visite aux Ecureuils. La phrse est lâchée quand la supportrice togolaise appelle Pascal Angan « béninois ». Ce dernier le lui refuse, rapporte plusieurs témoignages concordants. En clair, c’est parce que le Bénin manque de joueur que Pascal Angan joue dans cette sélection. La phrase en a choqué plus d’un et a fait le tour du milieu du football béninois. Un étranger à qui on a donné la nationalité béninoise s’est donc permis de manquer de respecter à notre sélection nationale. C’est une honte. Et le ministre des sports devraient se saisir de ce dossier pour exiger des explications et des excuses de ce joueur qui n’en est pas un des plus talentueux parmi ceux d’origine étrangère.

Maroc, Angan buteur

Avant la rencontre, Baddou Zaki a eu une petite discussion avec Pascal Angan. Contraint de l’aligner en raison de l’absence d’Ayoub Skouma, Zaki a trouvé les mots et les moyens de le motiver pour cette rencontre. Selon nos informations Zaki a promis une prime spéciale de 5000 dhs s’il inscrivait un but. Cela explique la manière avec laquelle Angan a fêté son but puisqu’il s’était précipité vers le banc pour remercier Zaki qui tiendra à coup sur sa promesse.

Un grand match pour Omotoyossi, mais Metz s’incline à Bastia

 

Au retour de la Can, Omotoyossi avait rendez-vous avec Bastia de Khaled Adénon. Ce dernier n’aura disputé que les quatre dernière minutes. mais c’est déjà du bonheur pour bastia dernier au classement. Omotoyossi quant à lui aura livré un bon match touchant le poteau. il va falloir qu’il débloque enfin son compteur en match officiel.

Depuis le temps que le FC Metz fait les voyages sur l’Île de beauté, que ce soit en Ligue 1 ou plus récemment en Ligue 2, il a apprit ce qu’est la fierté corse. Cette rencontre de la 22ème journée a été l’occasion d’en donner une nouvelle illustration. Méfiez-vous toujours d’une bête blessée : voilà le message adressé par le vétéran Pierre-Yves André, éternel buteur du Sporting, à quelques minutes de la fin d’un match que les Mosellans auraient pu remporter.

Jusque là, l’écart qui séparait les deux formations au classement ne s’était pas traduit sur la pelouse très grasse de Furiani. Sur cette surface, il n’était pas évident de donner de la vitesse au jeu et les offensives menées par les Mosellans en restèrent parfois au stade des bonnes intentions. Aligné à la pointe de l’attaque, Razak Omotoyossi livra pourtant une partie courageuse. Après que Julien Cardy ait une première fois fait trembler les locaux d’une jolie frappe tendue (20°), le Béninois se procurait la plus belle occasion. Aux vingt mètres, il se retourna pour adresser une lourde frappe du pied gauche… que le poteau renvoya malheureusement (40°).

A la pause, on voyait mal comment les Bastiais pouvaient d’ailleurs aller inquiéter Christophe Marichez, tant les occasions se faisaient rares devant le but messin. Mais la physionomie du match changea au retour des vestiaires. Le premier quart d’heure fut totalement bleu. Le capitaine grenat dut se sacrifier pour sauver les siens face à Khazri (49°). Puis il fut lui aussi secouru par ses montants, quand Pierre-Yves André reprit du plat du pied un centre de ce même Khazri (60°).

L’orage passé Metz obtint de nouveau une belle opportunité. Nuno Frechaut lança Razak Omotoyossi dans la profondeur. L’attaquant se faufila entre deux défenseurs mais manqua complètement sa frappe (68°). Cela aurait pu donner un sérieux avantage aux visiteurs. Au lieu de cela ce diable d’André profita d’un corner pour ouvrir la marque de la tête à quelques minutes du terme (1-0, 84°). Comme face à Brest et Caen, le FC Metz a eu sa chance au cours de cette partie mais n’a pas su la saisir. Il a de nouveau été puni en fin de partie. Il est temps que la réussite revienne, contre Nîmes vendredi prochain à Saint-Symphorien !

Sessègnon : “on a eu peur”

après le slectionneur Dussuyer qui évoque ses peurs en fin d préparatio et face à l’Egypte, Sessègnon a évoqué dans les colonnes de l’Equipe, une tout autre peur : celle d’après attaque contre le Togo au Cabinda….

http://www.lequipe.fr/Football/breves2010/20100126_220012_sessegnon-on-a-eu-peur.html

Dussuyer refait la Can “y a eu des moments où la peur était très présente”

Dans une émission sur la télévision nationale diffusée mardi soir, où il était invité avec Alain Gaspoz et Aubay-Rolland Zohoun pour faire le point de la participation des Ecureuils, Michel Dussuyer est revenu à froid sur le jeu de son équipe.

Les responsabilités sur chaque but encaissé.
Face au Mozambique, c’est Djidonou qui est le responsable à 100% sur le premier but, expliquera en substance Michel Dussuyer.
Sur le 2e but, le sélectionneur a déploré le fait que son gardien de but ait contrôlé le ballon sur plusieurs mètres avant de dégager en touche, augmentant ainsi la distance qui le séparait de ses buts. mais c’est aussi le manque de caractère et de réaction du collectif que le sélectionneur déplore sur ce deuxième but mozambicain.
Pour le deuxième match face au Nigéria, l’action de but est venue d’un coup franc. Michel Dussuyer révèle qu’avant le match, il avait été décidé que Djima Koukou prendrait en charge le colosse nigérian, Shittu, sur les coups de pieds arrêtés. Dans les faits, c’est Khaled Adénon qui s’y est collé. la suite de l’action va donner un penalty pour le Nigeria. “un penalty injuste” redira en somme Dussuyer, car Boco avait l’intention de placer la tête, au prime abord et c’est finalement la balle qui vient vers sa main.
Pour le premier but face à l’Egypte, Dussuyer explique que Djidonou a manqué de concentration et d’attention et que le buteur égyptien a eu de la réussite sur le coup, car à la base, il voulait centrer.
Sur le deuxième but égyptien, c’est l’ensemble de l’équipe qui manque de présence et de caractère.

Michel Dussuyer et la peur…
si le sélectionneur souligne qu’à Lomé il a eu un groupe studieux, serein, il reconnaît que durant les quelques jours passés à Cotonou dans le sillage du match face à la Libye, il a eu très peur. ” A Lomé, tout allait bien, tout comme à Benguéla aussi où nous étions bien installés. Mais durant trois jours passés à Cotonou, j’ai eu très peur.”
la faute aux questions de primes qui ont failli faire voler en éclats l’équilibre de l’équipe après le passage musclé du président de la ligue et du président de la fédération pour accuser les joueurs de chantage.
Le deuxième grand moment de peur était ce match face à l’Egypte où Dussuyer sentait le « danger permanent sur l’équipe.» le technicien français a donc eu « très peur » revoyant le spectre du 5-1 de novembre 2008 au Caire lors d’un match amical avec le même adversaire.
Aubay

La CAN des regrets

Les écureuils du Bénin peuvent regretter cette campagne angolaise, car en effet ils ne sont pas passés loin de l’exploit. Dans un groupe C où on ne les attendait pas forcément, une victoire face au Mozambique aurait pu changer la donne, et apporter le capital sérénité, qu’il fallait pour être suffisamment réaliste face au Nigéria.

Si le capitaine Chrysostome reconnait que l’équipe a manqué de précision devant les buts et que tout s’est joué face aux Mambas du Mozambique, Omotoyossi s’est laissé aller à des critiques à l’égard du système de jeu imposé par Dussuyer: « Je ne peux rien devant cinq défenseurs. Le coach doit revoir son plan ». Reste à savoir si plus de risque n’aurait pas conduit aux déculottées habituelles des précédentes participations!!

Toutefois, en attendant les éliminatoires pour la prochaine CAN qui débutent septembre prochain, le Bénin pourrait prochainement perdre certains cadres (Chrysostome, Mouri, Chitou…) annoncé sur le départ et même son sélectionneur (Dussuyer) dont le contrat prend fin en juin prochain. Restera, restera pas? La réponse prochainement sur bjfoot!!!

En attendant, voici quelques images du match face à l’Egypte.

[imagebrowser id=13]

Retour des écureuils au bercail

Après une CAN plutôt mitigée, les écureuils sont rentrés à Cotonou Vendredi tard dans la nuit aux alentours de 22h, après près 08 heures d’attente à l’aéroport de Catumbela dans la banlieue de Benguela.  Bilan de cette expédition: un premier point historique dans la compétition, et trois petites distinctions: Si Razack OMOTOYOSSI et Mouritala OGOUNBIYI ont été élus hommes du match respectivement face au Mozambique et au Nigéria, Arnaud SEKA aura pour sa part reçu le trophée du joueur fair play du match face à l’Egypte. Les retours en club se feront aussitôt pour la plupart des joueurs évoluant à l’étranger, exception faite pour ceux dont les championnats sont à l’arrêt pendant l’hiver, qui pourront profiter de bons moments en famille, et du soleil de Cotonou.

Cdf: PSG 3-1 Evian TG sans les béninois

Logique respectée dans ce duel de club béninois dans le cadre des 16e de finale de la coupe de France entre le PSG de Stéphane SESSEGNON et Evian TG dont le milieu et l’attaque carburent à la Mohamed AOUDOU/Djiman KOUKOU. Les parisiens l’emportent par le score de 3 buts à 1 et se hissent au prochain tour. Les béninois, récemment sortis de la CAN étaient trop justes pour ce match. Sessegnon qui était supposé rejoindre le groupe du PSG depuis vendredi sera à coup sûr opérationnel pour la réception de Lyon en prochaine journée de ligue 1. Espérons qu’après le match manqué face à l’Egypte à la CAN il ait faim de …. Lyon.

Le Ghana reste

Donnés par forcément favoris après les forfaits de plusieurs de leurs éléments clés (Essien, Muntari, Appiah..), les blacks stars ont fini par avoir raison des palancas negras de  l’Angola grâce au renard des surfaces de Rennes FC Gyan ASAMOAH qui signa l’unique but de la recontre à la . Les angolais ont beau poussé sur quelques actions offensives de leur star Manucho, la balle n’aura jamais fini au fond. Flavio, touché lors du match précédent n’a jamais pu inquiéter Kingson le gardien ghanéen et les défenseurs angolais ont été trop timides pour maintenir le bloc équipe et la pression hauts. Le Ghana affrontera en demi finale le vainqueur du duel Nigéria – Zambie prévu pour demain. Espérons que les stades seront toujours aussi plein malgré l’éviction du pays organisateur.

Le point sur la CAN

Après deux jours de repos, la CAN reprend ses droits dans les villes angolaises de Luanda, Cabinda, Benguela et Lubango. Premier constat, toutes les équipes africaines qualifiées pour la coupe du monde 2010 sont toujours en course, après des débuts plutôt cahin caha dans la compétition.

L’Algérie aura après un début plutôt cahotique (3-0) face au Malawi, fini par se qualifier pour le second tour au détriment du Mali, la faute a la nouvelle règlementation sur le score de la confrontation directe. Outre l’Algérie, le groupe A verra également le pays organisateur (1er du groupe) au second tour.

Impossible de charger le modèle standings-compact.php

Dans le groupe B, où le Togo était disqualifié, la Côte d’Ivoire après un nul face au Burkina Faso, a su tirer son épingle du avec ses néo-galactiques face à un Ghana diminué mais qui a su également se qualifier pour le second tour.

Impossible de charger le modèle standings-compact.php

Le groupe C n’aura finalement pas vu le Bénin et le Mozambique jouer aux troubles fêtes face aux ténors nigérians et egyptians. Les deux petits poussins n’ont pas non plu été en mesure de s’offrir leur première victoire en compétition continentale lors de leur confrontation directe, et ont dû se contenter d’un partage des points. Mention spéciale pour l’Egypte qui aura fait un sans faute en prenant tous les points possibles dans ses matchs.

Impossible de charger le modèle standings-compact.php

Le dernier groupe (D) aura été celui de tous les remous, où toutes les équipes avaient leur destin en main jusqu’à la dernière journée. Le Cameroun qualifié pour la CM2010, était jusqu’à l’heure de jeu éliminé de la compétition, face à une Tunisie qui jusque là s’était contenté que de matchs nuls dans la compétition. Les lions indomptables finiront par arracher le nul, ce qui leur vaudra d’affronter l’Egypte pour un remake de la dernière finale de la CAN. La Zambie est l’autre qualifiée du groupe aux dépens du Gabon, qui avait fait le plus dur en battant d’entrée le Cameroun.

Impossible de charger le modèle standings-compact.php

les hymnes

EGYPTE BENIN, en espérant un exploit des Ecureuils

Les Ecureuils à l’échauffement

 

Sans trop forcer, car l’Egypte même avec une équipe remaniée reste dangereuse.

Les Ecureuils ici à l'échauffement avec Arnaud Séka en rouge au milieu

De carvalho, l’arbitre de Nigeria – Bénin est le 4e arbitre de ce match

 

Si le ridicule tuait. Apparemment, les mauvais arbitres ne nous lâchent plus. Entre Bennett daniel, le sud-africain qui a été très moyen à Kumassi où le Bénin a perdu 0-1 face au Ghana, et Martins de Carvalho qui a officié face au Nigeria, on n’a pas vraiment le choix. le premier est au centre, le deuxième est 4e arbitre. la peste et le choléra, quoi!

Avantage Egypte

 

Bénin 3:3 (2:0) Egypte le 04/07/2004 Cotonou Compétition : Qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA 2006

Egypte 4:1 (2:0) Bénin le 04/09/2005 au Caire Compétition : Qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA

Egypte 5:1 (4:0) Bénin le 19/11/2008 au Caire Compétition : Amical

Le Bénin appelé à l’exploit !

 

S’ils ont joué face au Nigeria a couteaux tirés, ils devront encore faire plus face à l’Egypte, quoique privés de Sessègnon. Mission difficile, mais pas impossile diront les fans des Ecureuils.

A quelques heures du match, les béninois savent que l’exploit est de mise et qu’il faudra espérer un coup de poue du destin. Le rêve du second tour passe par là…

Le onze entrant : Djidonou ; Boco, Chrysostome, Adénon, Singbo; S. Tchomogo, Koukou, Angan, Ogunbiyi, A. Séka; Omotoyossi

La phrase du jour: de BOCCO Romuald

Y croire, c’est difficile d’y croire à 100%. Mais d’espérer pourquoi pas?

Ainsi s’exprimait Romual Bocco à la veille du match contre l’Egypte, match qui ne pourra pas à lui tout seul décider du sort des écureuils à cette CAN. Si l’équation battre l’Egypte est déjà assez monstrueuse, attendre une victoire du Mozambique sur le Nigéria ne fera qu’épicer davantage les choses. Nous ne pouvons que souhaiter aux écureuils plus de réussite que face au Nigéria!! Ci-dessous, l’intégralité de l’interview de Romuald.
[pro-player width=’530′ height=’350′ type=’video’]http://bjfoot.com/wp-content/uploads/2010/01/bobo.flv[/pro-player]