3 adversaires, 3 finales, 3 styles différents : la clé, c’est Sessègnon

La coupe des nations ne vient que chaque deux ans. Et cette fois-ci, le tourisme habituel semble révolu. Le Bénin va disputer 3 matches, 3 finales en réalité pour s’offrir un second tour tant désiré. Ce n’est pas simple d’être Dussuyer aujourd’hui. Mais il va falloir oser lutter et oser vaincre. A chaque suffira sa vérité. Il faudrait arrêter de se voiler la face. Ogunbiyi est notre chirurgien, Sessègnon est notre fusil d’assaut laser. Les deux sont complémentaires. Le parisien est capable d’évoluer dans toutes les positions offensives pour soutenir un ou des attaquants. On a vu la France de 2000 et celle de 2006 ne respirer que par Zidane. Quand on a un joyau, il faut en tirer le meilleur prix.

A chaque match, il devrait avoir un registre différent adapté à l’adversaire. Michel Dussuyer va devoir se pencher sur la question et essayer des options sans rompre l’équilibre offensif et défensif de son équipe. Nous n’allons pas évoquer des détails ici.

Quand vous jouez contre le Mozambique, vous pouvez bien vous permettre d’utiliser Sessègnon en meneur de jeu pour battre l’adversaire sur son propre terrain : le jeu court. Face un adversaire comme le Nigeria, vous avez également la possibilité d’utiliser Sessègnon juste dans le dos de l’avant-centre, pour gêner la défense plate nigériane. Et aussi obliger ce grand adversaire à surveiller ses arrières. Vous avez également la possibilité de le positionner en milieu axial relayeur et le fixer sur un joueur comme Mikel Obi. Les deux sont puissants et techniques. Ça tombe bien ! A la différence que Sessègnon peut partir plus vite, et même très vite balle au pied dans l’axe adverse et causer des dégâts.

Ces simulations pour montrer que le Bénin dans une compétition comme celle qui vient, dispose d’atouts non négligeables. Des joueurs comme Sessègnon savent qu’une belle Can peut conforter un futur employeur dans son choix.

Beaucoup de choses dépendront de la capacité du sélectionneur à élever à nouveau le niveau du débat tactique. Il en est fort capable.
Aubay

Auteur : Rolland

journaliste sportif...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *